Entomologie faunistique

Consignes aux auteurs


Soumission

Objet de la revue

Entomologie faunistique – Faunistic Entomology publie, en français et en anglais, des articles d'entomologie dans les domaines de la systématique, phylogénie, macro-, micro-écologie, biogéographie,… pour peu que l'ensemble des espèces étudiées constitue des entités faunistiques cohérentes. Les articles portant sur des Arthropodes non crustacés pourront être considérés.

Les manuscrits seront inédits et n’auront pas été soumis simultanément pour publication dans une autre revue.

 

Soumission en ligne

Les manuscrits sont adressés par courrier électronique à l’adresse : entomofaunistique.gembloux@ulg.ac.be

Le texte d’accompagnement présente les points forts et l’originalité de l’article soumis, précise que tous les auteurs ont eu l’occasion de lire et approuver la dernière version du manuscrit, mentionne d’éventuels relecteurs.

En cas de besoin, les envois postaux peuvent être adressés à :

Prof. Frédéric FRANCIS

Rédacteur en chef d'Entomologie faunistique

Université de Liège – Gembloux Agro-Bio Tech

Unité d’Entomologie fonctionnelle et évolutive

Passage des Déportés, 2

B-5030 Gembloux – Belgique

 

Le texte et les tableaux sont au format .DOC, .DOCX ou .ODT. Les figures doivent être au format .JPG, .GIF ou .TIF. La mise en page est réduite au strict minimum. Le corps du texte est en Times 12. Les figures et tableaux sont fournis dans des fichiers séparés.

Les articles comporteront, de préférence, un maximum de 25 pages de texte. Des notes de bas de page peuvent être utilisées avec parcimonie. Les articles n’engagent que la responsabilité de leur(s) auteur(s). Tous les auteurs sont réputés avoir au moins lu et approuvé la soumission du texte pour publication.

 

Processus d’évaluation et de publication

Le comité de rédaction se réuni dix fois sur l’année. Avant toute évaluation, la conformité des soumissions est vérifiée : adéquation avec l’objet de la revue, respect des formats électroniques, respect des consignes aux auteurs et qualité de rédaction. Toute soumission non conforme sera retournée aux auteurs.

Les membres du comité de rédaction désignent deux relecteurs sur base de leurs compétences et de l’absence de lien avec les auteurs de la recherche. Les auteurs qui le souhaitent peuvent proposer des relecteurs potentiels avec lesquels ils s’engagent à ne pas prendre contact.

Les évaluations des relecteurs sont transmises au secrétariat de la revue et discutées en réunion du comité de rédaction. Le processus d’évaluation / amélioration par les auteurs est réalisé via l’adresse mail de la revue.

Une fois que l’article soumis est accepté pour publication dans la revue Entomologie faunistique, une épreuve mise en page est envoyée, par l’éditeur, à l’auteur correspondant qui effectuera une dernière relecture et apportera les dernières modifications. Cette ultime version corrigée sera renvoyée à l’éditeur avec l’accord pour publication.

Les auteurs accordent alors à la revue le droit de première publication, en libre accès, sous la Licence d’attribution Creative Commons (CC) BY-SA, permettant à d’autres de partager/modifier celle-ci, tout en en reconnaissant la paternité, l’antériorité de publication et l’obligation de la diffuser sous la même licence. Les auteurs conservent à tout moment le droit d’auteur.

 

Préparation du manuscrit

Titre(s) et auteur(s)

La page de titre portera: le titre, un titre abrégé qui figurera en haut de page de l’article publié, les noms et prénoms complets des auteurs, leur adresse complète. Le nom de l’auteur correspondant, à qui sera adressé le courrier (manuscrit pour corrections, épreuves, etc.), sera marqué d’un « * »et son adresse complétée de son numéro de téléphone et de son adresse électronique.

 

Résumé et mots-clés

Tout article doit être accompagné d’un résumé en français et d’un autre en anglais. Le résumé sera lisible indépendamment du texte et limité à un paragraphe de maximum 250 mots, dans chacune des deux langues, pour les articles originaux et les revues bibliographiques.

Chaque résumé sera suivi de quatre à huit mots-clés (français et anglais) qui exprimeront les notions essentielles de l’article. Les résumés et les mots-clés seront présentés en seconde page de la soumission.

Les communications courtes (maximum 1200 mots) seront accompagnées dans les deux langues, d’un résumé de maximum 100 mots et de trois mots clés.

 

Corps du texte

La structure du corps de texte dépend du type d’article soumis : article de recherche, article de synthèse, article de systématique ou communication brève.

 

Article de recherche (recherche expérimentale ou relevés entomologiques)

Le corps du texte est structuré suivant le modèle IMReD : Introduction, Matériel et méthodes, Résultats, Discussion et d’éventuelles Conclusions.

 

Article de synthèse bibliographique

Le texte est structuré en trois parties : Introduction, Littérature, Conclusions.

 

Article de taxonomie (identification, révision, description, clé d’identification)

Le texte comprend quatre parties : Introduction, Matériel (avec nom des institutions), Systématique, Discussion et d’éventuelles Conclusions.

La description d’un nouveau taxon est sous-chapitrée en fonction des parties décrites: Tête, Mesosoma/Thorax, Metasoma/Gastre/Abdomen, Genitalia/Pièces génitales.

La citation des taxons doit se faire dans le respect des règles internationales de nomenclature (ICZN). Les abréviations signalant des actions taxonomiques sont sp. nov., g. nov., comb. nov.

Les abréviations de noms d'auteurs ne peuvent être ambiguës et doivent se conformer à l'usage dans la taxonomie du taxon traité.

 

Communication brève

Le texte, de maximum 1200 mots, reprendra la structure des articles de recherche ou de taxonomie, sans la partie Conclusions.

 

Bibliographie

Toutes les références citées dans le texte sont listées dans la partie Bibliographie. Les références y sont classées par ordre alphabétique du premier auteur et par ordre chronologique pour un auteur donné. L’auteur unique précède l’auteur accompagné d’un co-auteur.

Les citations d’articles sous presseou acceptés pour publication peuvent être incluses dans la liste mais non les documents en préparationou simplement soumis. Les communications personnelles pourront être citées dans le texte.

La présentation de la bibliographie se conforme au style adopté par la revue BASE. Les titres des périodiques sont cependant présentés en entier, sans abréviation.Pour les livres, les éléments suivants sont essentiels: auteur, année, titre, éditeur, lieu de publication, édition et nombre de pages. Les comptes rendus de conférences sont traités comme des monographies, de plus, ils mentionnent, si possible, le lieu, la date de la réunion et le(s) éditeur(s) scientifique(s). Les références de documents consultés sur Internet sont acceptées à condition qu’elles comportent, en plus de l’adresse http complète, la date de consultation.

Nous invitons les auteurs à se référer aux consignes fournies aux points 6 et 7 sur le site de la revue BASE : http://www.pressesagro.be/ojs/index.php/base/about/submissions#authorGuidelines

A titre d’exemple, voici quelques références bibliographiques qui illustrent les consignes à suivre pour différents types de documents :

 

Articles de revue

Lardeux F.J.R. & Ottenwaelder T., 1997. Density of larval Culicoides belkini (Diptera: Ceratopogonidae) in relation to physicochemical variables in different habitats. Journal of Medical Entomology, 34(4), 387-395.

Rioux J.A., Descous S. & Pech J., 1959. Un nouveau Cératopogonide arboricole : Culicoides haranti n. sp. (Diptera, Heleidae). Annales de Parasitologie Humaine et Comparée, 34(3), 432-438.

Zimmer J.-Y. et al., 2013b. Are bogs reservoirs for emerging disease vectors? Evaluation of Culicoides populations in the Hautes Fagnes Nature Reserve (Belgium). PLoS ONE, 8(6), e66893. doi: 10.1371/journal.pone.0066893.

 

Livres

Dzhafarov S.M., 1976. Biting midges (Diptera: Heleidae) of Transcaucasus (morphology, biology, ecology, geographical distribution and harmfulness, control, fauna of the genera Culicoides, Leptoconops and Lasiohelea).Cairo: Franklin Book Programs.

Kremer M., 1965. Contribution à l’étude du genre CulicoidesLatreille particulièrement en France. Paris : Paul Lechevalier (Encyclopédie Entomologique Série A - XXXIX).

 

Chapitres de livre

Edwards F.W., Oldroyd M.A. & Smart J., 1939. Family Ceratopogonidae. In: Edwards F.W., Oldroyd M.A. & Smart J., eds. British blood-sucking flies. London: British Museum, 25-50.

Havelka P., 1978. Ceratopogonidae. In: Illies J., ed. Limnofauna Europaea. Stuttgart, Deutschland: Gustav Fischer Verlag, 441-458.

 

Compte rendu de conférences

Delrio G. et al., 2002. Osservazioni in Sardegna sulla dinamica di popolazione di Culicoides imicola Kieffer vettore della bluetongue. In: Delrio G. et al., eds. Atti XIX Congresso Nazionale Italiano di Entomologia, 10-15 June, 2002, Catania, Italia, 1089-1094.

Ferrigno S. & Lizárraga A., 2008. Components of a sustainable cotton production system: perspectives from the organic cotton experience. In: Proceedings of the International cotton advisory committee, 67th Plenary meeting, 17-21 November 2008, First open session, 20 november 2008, Ouagadougou, http://www.icac.org/meetings/plenary/67_ouagadougou/documents/english.html, (30/04/2009).

 

Thèses de doctorat

Nevill E.M., 1967. Biological studies on some South African Culicoidesspecies (Diptera: Ceratopogonidae) and the morphology of their immature stages. PhD thesis: Pretoria University (South Africa).

Rieb J.-P., 1982. Contribution à la connaissance de l’écologie et de la biologie des Cératopogonidés (Diptera, Nematocera). Thèse de doctorat : Université Louis Pasteur de Strasbourg (France).

 

Références Internet

Balenghien T. et al., 2008. Culicoides chiopterus: confirmation of its status as potential vector of bluetongue virus in Europe, http://www.promedmail.org, archive number 20080403.1222, (27/05/2014).

Borkent A., 2012. World species of biting midges (Diptera: Ceratopogonidae), http://wwx.inhs.illinois.edu/files/8413/4219/9566/CeratopogonidaeCatalog.pdf, (27/05/2014).

 

Tableaux et figures

Les tableaux et les figures seront présentés dans un fichier distinct, et numérotés en chiffres arabes. Les légendes seront présentées en dernière page du fichier. Les légendes doivent être suffisamment explicites afin de comprendre le tableau ou la figure sans se référer au texte. Ces légendes sont fournies dans la langue du texte. Dans le texte, les tableaux et les figures sont référencés par (Tableau 1)ou (Tableaux 2-5)et (Figure 1) ou « comme le montre la figure 2 ».

Entomologie faunistique – Faunistic Entomology est publiée sur deux colonnes par page. Il faudra en tenir compte pour la mise en forme de vos figures et tableaux. La largeur d’une colonne est de 8,5 cm et celle d’une page de 17,5 cm. Le texte sera mis en page par nos soins.

 

Tableaux

Pour la confection des tableaux, il est préférable d’utiliser le menu « Insérer un tableau » du logiciel de traitement de texte, sans mise en page particulière, sans formules ni macro.

 

Figures

Les dessins et graphiques doivent être réalisés en noir sur fond blanc. Les illustrations peuvent être en couleurs et sont fournies au format .JPG, .GIF ou .TIF, avec une résolution comprise entre 300 et 600 dpi.

Pour les graphiques, les dénominations des axes sont en conformité avec le texte, suivies des unités de mesure entre parenthèses, et placées à une distance identique pour tous les graphiques.

 

Conventions

Les noms latins de plantes et d’animaux seront écrits en italique. Lors de leur première citation, le parrain et la date de description seront précisés en veillant à respecter la présence d’éventuelles parenthèses. Outre la majuscule initiale, les noms des parrains doivent être en minuscules. L’abréviation n’est autorisée que pour les parrains les plus connus.

Dans le texte soumis, il ne sera pas fait usage des sigles ♂ et ♀. Ceux-ci seront respectivement remplacés par le « $ » et la « £ », sans espace entre le nombre éventuel et le symbole.

Les nombres de un à dix sont écrits en toutes lettres, sauf lorsqu’il s’agit de quantités suivies d’une unité de mesure ou d'un effectif. Cependant, en début de phrase, un nombre, quel qu’il soit, est toujours orthographié. Les données numériques ne doivent pas comporter plus de chiffres significatifs que la précision des mesures ne l’autorise. Dans le texte, les unités sont épelées, sauf si elles sont précédées d’un nombre, auquel cas c’est l’abréviation internationale qui sera utilisée (exemples : min, g, m, j.). Le format des dates sera le suivant : jj.mm(chiffres romains minuscules).aaaa, ex. :12.vi.2016.

Les références bibliographiques seront citées dans le texte par les noms d’auteurs suivis de l’année de publication, entre parenthèses. Les noms des auteurs seront reliés par le sigle « & ». Pour plus de deux auteurs, le nom du premier auteur sera suivi de la mention « et al. »(en italique). Quand plusieurs références sont citées ensemble, elles sont placées entre parenthèses, ordonnées chronologiquement et séparées d’un « ; ». Si plusieurs références sont de la même année, elles seront classées par ordre alphabétique. Les dates de références bibliographiques d’un même auteur sont séparées par une simple « , ». Exemple: (Jones, 1957; Ales, 1968; Guillaume, 1980, 1982; Giga & Smith, 1983; Jacobs et al., 1999; Wolff, 1999).