BSGLg

Bulletin de la Société Géographique de Liège

0770-7576

 

depuis le 01 novembre 2014 :
Visualisation(s): 194 (5 ULiège)
Téléchargement(s): 1 (0 ULiège)
print        
Bernadette MÉRENNE-SCHOUMAKER

Chaire Sporck 2009-2010 : Denise PUMAIN

Annonce et actualité Open Access

Document(s) associé(s)

Version PDF originale

1Créée en 1998, la Chaire Sporck permet pour la douzième fois d’accueillir un éminent collègue étranger pendant huit jours en lui demandant de donner quinze heures de cours à nos étudiants. En effet, après P. Claval (1998), R. Brunet (1999), F. Durand-Dastès (2000), C. Grataloup (2001), D. Retaillé (2002), J.R. Pitte (2003), A. Bailly (2004), G. Baudelle (2005), T. Barata Salgueiro (2006), J.-B. Racine (2007) et L. Carroué (2008), l’Université de Liège et le Département de Géographie ont le plaisir de recevoir cette semaine le Professeur Denise Pumain.

2Denise Pumain est Professeur à l’Université de Paris 1, UFR de Géographie depuis 1989, fonction interrompue de 2000 à 2001 pour assumer celle de Recteur de l’Académie de Grenoble. Depuis 2004, elle est membre senior de l’Institut universitaire de France. Diplômée de l’école normale primaire de Dijon, elle a été également élève à l’école Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses puis, en 1969-1970, boursière France-Québec à l’Université de Montréal. Sa carrière commence avec un poste d’Assistante (de 1970 à 1976) à l’U.E.R. de Géographie de l’Université de Paris I (service du Professeur M. Rochefort), puis de Maître assistante (de 1977-1984) et de Maître de Conférences (de

31984-1985). Dès 1981, elle est détachée à l’Institut National d’études Démographiques comme chargée de recherches où elle deviendra Professeur en 1985. De 1986 à 1989, elle est Professeur à l’Université Paris XIII avant d’être nommée à Paris 1 en 1989 tout en restant Conseiller technique à l’INED puis Chercheur associé à l’INED jusqu’en 2000.

4Parallèlement, elle assure ou a assuré de nombreuses responsabilités administratives et scientifiques : elle est depuis 2006 Directeur du Groupe de Recherche Européen du CNRS S4 (Simulation Spatiale pour les Sciences Sociales) après avoir été Directeur du DESS de Cartographie de l’Université Paris 1 (de 1985 à 1992), Directeur du DEA Analyse Théorique et épistémologique en Géographie (Universités Paris I et Paris VII, ENS Fontenay-Saint-Cloud) (de 1990 à 1995), Directeur de l’URA 1243 P.A.R.I.S.- E.H.GO (CNRS et Université Paris I) (de 1992 à 1998), Directeur, UMR 8504 Géographie-cités (CNRS, Universités Paris I et Paris 7, ENS Fontenay-Saint-Cloud) (de 1998 à

52000) et Directeur, GDR Libergeo (CNRS, 1559) (de 1998 à 2005). Elle a donc partagé sa carrière entre la recherche et l’enseignement et a été un véritable moteur de plusieurs équipes de recherche rassemblant des chercheurs de haut vol et de nombreux doctorants.

6Madame Pumain est une des principales personnalités actuelles de la géographie française très connue à l’international à la fois pour ses travaux de recherche, ses activités dans des réseaux internationaux, ses activités éditoriales et ses expertises. Il n’est pas possible de citer ici toutes ces activités ; nous ne pourrons en épingler que quelques-unes. Ainsi, dans le domaine des institutions pour l’organisation et la diffusion de la recherche, nous citerons : présidente de 1987 à 2000 de la Commission de Géographie Théorique et Quantitative du Comité National français de Géographie, présidente de 1992 à 2000 de la Commission « Développement urbain et qualité de la vie urbaine » de l’Union Géographique Internationale, membre de 1990-1998 du conseil scientifique du GIP RECLUS, membre de 1999 à 2005 du CNIG (Conseil National de l’Information Géographique), membre depuis 2001 du Conseil National de Coordination des Sciences de l’Homme et de la Société, membre de 2003 à 2007 du Conseil Scientifique de l’ACI Systèmes Complexes dans les Sciences de l’Homme et de la Société, membre depuis 2008 du Comité de pilotage de l’ANR Systèmes complexes…

7Dans le domaine éditorial, rappelons qu’elle est membre du Comité de Rédaction de l’Espace Géographique (depuis 1977), co-directeur de la même revue avec Marie-Claire Robic depuis janvier 2003, directeur de la Revue européenne de Géographie Cybergéo (revue électronique plurilingue) qu’elle a fondée en 1996 (et qui est reconnue par le CNRS depuis 2000) et directeur de la collection Villes aux éditions Anthropos-Economica. Ajoutons qu’elle est fréquemment sollicitée comme expert en matière d’évaluation des cursus ou des programmes de recherche universitaire tant en France qu’à l’étranger : National Science Foundation (états-Unis), Conseil Canadien de la Recherche en Sciences Sociales, Fonds National de la Recherche suisse et qu’elle a été membre de 1997 à 2000 de la Commission de Géographie (et Géologie) du Fonds National de la Recherche scientifique en Belgique francophone.

8Ses principaux thèmes de recherche sont la géographie urbaine et la géographie théorique et quantitative. L’originalité de ses travaux est d’articuler avec beaucoup de clairvoyance et de pertinence les analyses de données et les modèles théoriques, issus tant de la géographie que des sciences sociales et surtout d’autres sciences (statistique, physique, biologie), de mener de nombreuses études comparatives à travers le Monde et de chercher à construire un véritable corpus théorique en géographie urbaine. Elle est l’auteur ou le co-auteur de plus d’une centaine d’articles et d’une vingtaine de livres dont la plupart constituent des références incontournables dans le monde scientifique : citons, par exemple, parmi ses ouvrages La dynamique des villes (1982), Encyclopédie de la géographie (1992 et 1994), Temporalités urbaines (1993 et 1998), Le système des villes européennes (1994 et 1999), Réseaux et territoires. Significations croisées (1996), Dictionnaire de la ville et de l’urbain (2006), Hierarchy in natural and social sciences (2006), Complexity perspectives on innovation and social change (2009). Parmi ses ouvrages, on relève aussi des manuels universitaires très appréciés comme La représentation des données géographiques (1994 et 1996), L’analyse spatiale (1997) ou Interactions spatiales (2000).

9Bien que proche des précédents titulaires de la Chaire Sporck par la grande audience dont elle jouit et les nombreuses responsabilités qu’elle assume, Denise Pumain est sans doute plus impliquée encore que ses prédécesseurs dans le monde de la Recherche. Malgré ses multiples fonctions et invitations, elle a accepté de libérer une semaine du mois de novembre pour venir faire 15 heures de cours à nos étudiants.

10C’est dès lors un grand honneur pour notre Université et le Département de Géographie d’avoir pu bénéficier de sa collaboration dans le cadre des cours 2009-2010 de première et deuxième années du Master en Sciences géographiques où elle donne 15 heures de cours articulées autour de la thématique « Les villes et les théories de la complexité ». Au nom des autorités académiques, j’ai ainsi le plaisir de remettre à Denise Pumain la médaille de l’Université de Liège gravée à son nom qui restera le témoignage de notre reconnaissance. Je souhaiterais aussi au nom de notre département et de la Société géographique de Liège qui est l’organisateur de cette conférence lui remettre l’ouvrage jubilaire du centenaire de notre institut.

Pour citer cet article

Bernadette MÉRENNE-SCHOUMAKER, «Chaire Sporck 2009-2010 : Denise PUMAIN», BSGLg [En ligne], 55 (2010/2) - Varia, URL : http://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=879.

A propos de :Bernadette MÉRENNE-SCHOUMAKER

Université de Liège

Département de Géographie

Appels à contribution

Appel à contribution ouvert pour le BSGLg n°70 (2018/1) ouvert jusqu'au 1er octobre 2017

Plus d'info