Lejeunia, Revue de Botanique

0457-4184 2295-7243

 

depuis le 05 février 2011 :
Visualisation(s): 427 (4 ULg)
Téléchargement(s): 19 (0 ULg)
print          
J. BEAUJEAN

DÉPOUILLEMENT D’ARTICLES DE BOTANIQUE, DE JARDINAGE, D’AGRICULTURE OU DE RELATIONS DE VOYAGES D’EXPLORATIONS BOTANIQUES, REPRIS DANS « L’ESPRIT DES JOURNAUX » (1772-1818), AVEC QUELQUES COMMENTAIRES SUR DES PLANTES MÉCONNUES ET DE COURTES NOTICES BIOGRAPHIQUES SUR LES PERSONNES CITÉES DANS LES TEXTES

Article Open Access

Document(s) associé(s)

Version PDF originale

Résumé

Résumé

Le dépouillement systématique de L’Esprit des Journaux, publication mensuelle fondée à Liège en juillet 1772, sous les auspices et avec privilège du prince-évêque Velbruck, riche de 487 volumes (1772-1818), permet de trouver un nombre impressionnant de références bibliographiques botaniques parfois restées ignorées des auteurs contemporains, ainsi que des reproductions d’articles où figurent des descriptions de plantes nouvelles, publiées validement mais pourtant inconnues de botanistes modernes dans leurs ouvrages respectifs.

Abstract

Summary

Beaujean J. (2015) Analysis of articles dealing with botany, gardening, agriculture or travel reports of botanical explorations included in « L’esprit des journaux » (1772-1818), with some comments on little known plants and short bibliographical notices about persons cited in the texts. “L’Esprit des Journaux” has been systematically searched for material related to botany. This monthly publication was founded in Liège in July 1772 under the patronage and with licence from prince-bishop Velbruck. In its 487 volumes (1772-1818) a very high number of bibliographical references sometimes ignored by contemporary authors have been found. Reproduction of articles which included validly published descriptions of new plants, which had remained ignored by modern botanists have also be found.


image

1FIG. 1. – Page de garde du premier volume de l’ « Esprit des Journaux ». Juillet 1772.

2Avant-propos

3C’est à la demande du professeur émérite Daniel Droixhe et de son assistante de l’époque, Muriel Collart que nous avons entrepris le dépouillement des articles touchant à la botanique et autres matières concernant les plantes dans cette publication, dont les collections complètes sont rares dans les bibliothèques. Notons toutefois que grâce à l’obligeance de Madame Collart, qui nous a transmis le fruit de ses propres recherches bibliographiques, il nous a été possible de voir la presque entièreté de la collection sur l’Internet, sur les sites : www.gedhs.ulg.ac.be/recherches/espritdesjournaux/index mais qui présente quelques lacunes et une autre recherche sur le site cataloghathitrust.org/Record/ 008696626 permet de compléter la collection et d’en découvrir la richesse sur d’autres sujets que la botanique (minéralogie, zoologie, etc.). En 2009, nous annoncions la préparation de la présente publication et donnions un premier aperçu du rôle de Rozin.

4L'Esprit des Journaux reprend un nombre important de notices entièrement recopiées d'autres revues d'époque. Dans certaines figurent des descriptions de plantes nouvelles qui furent ignorées de botanistes célèbres dans leurs ouvrages respectifs (Flors, Index etc.). De plus, il est à noter que nous avons repéré des publications originales, par exemple d'André Rozin. Indépendamment de celles-ci, la régularité avec laquelle le journal a annoncé la parution de travaux botaniques en fait une source intéressante pour la datation de ceux-ci, une donnée d'importance en matière de priorité nomenclaturale. L’attention sera attirée sur les fascicules contenant des textes originaux particulièrement intéressants par l’utilisation du caractère gras pour la date.

5Petit historique concernant cette publication méconnue

6Cette publication fondée à Liège en juillet 1772, par l’ex-jésuite et bibliothécaire du prince-évêque Velbruck, Jean-Louis Coster, sous les auspices et avec privilège de celui-ci, dont André Rozin fut l’un des rédacteurs de 1794 à 1803, fut publiée mensuellement jusqu’en avril 1818, mais avec parfois des interruptions (notamment en 1803, 1815, 1816 et 1817) DEMOULIN & KUPPER (2002, p. 203) nous disent : « Sous son règne [Velbruck] se multiplièrent les périodiques, dont l’Esprit des journaux (1772), dû d’abord à la plume acérée du jésuite Jean-Louis Coster, qui deviendra bibliothécaire de Velbruck. Il fut jugé par l’archevêque de Malines comme un « code du philosophisme ». Proscrit à Liège, il sera transféré à Bruxelles puis à Paris et reviendra à Liège, sous l’action de l’éditeur Tutot. ». Sur ses trente-trois presses (alors qu’on en dénombrait seulement quatre à Bruxelles), ce dernier n’hésitait pas à copier les ouvrages les plus célèbres de l’époque. Il avait une telle habitude du pillage (et surtout l’envie de faire fortune), qu’il inventa une formule nouvelle de publication périodique : celle qui reproduit, abrège ou résume les meilleurs articles des autres périodiques belges ou étrangers. Le privilège d’imprimer, vendre et débiter L’Esprit desjournaux lui fut donné par Velbruck le 4 juin 1772, à la condition que ce périodique ne contienne « absolument rien qui puisse, soit directement, soit indirectement, blesser la religion, l’honnêteté, les mœurs ni le respect dû aux puissances ». (Florkin 1957 p. 91). L’Esprit des journaux fut ensuite publié à Bruxelles et revint à Liège en 1776. Des revers forcèrent Tutot à céder le journal à ses créanciers, et il fut repris par l’imprimeur Flon.

7La collection du journal est composée de 480 volumes (certains de plus de 430 pages par mois), auxquels il faut ajouter 7 volumes de tables et Sainte-Beuve (1839, p. 852) en dira : « Je ne revenais pas de tout ce que j’y surprenais à chaque pas d’intéressant, d’imprévu, de neuf et de vieux à la fois, d’inventé par nous-mêmes hier. Cet Esprit des journaux était une espèce de journal (disons-le sans injure) voleur et compilateur, qui prenait leurs bons articles aux divers journaux français, qui en traduisait à son tour des principaux journaux anglais et allemands ; et qui en donnait quelques-unes de son cru, de sa rédaction propre. ». (CAPITAINE  1850, p. 85 ; HATIN 1866, p. 52). Hatin signale aussi : «  Les principaux rédacteurs ont été : l’abbé Coster, bibliothécaire de l’évêque de Liège, jusqu’en 1775 ; de 1775 à 1793, de Lignac, médecin ; l’abbé Outin, génovéfain ; Millon et autres ; de 1793 à la fin, Rozin, Weissenbruch, Mellinet et autres ». Nous pouvons y ajouter Jean Baptiste Van Mons.

8Il est surprenant de constater que les articles botaniques originaux, comprenant souvent un grand nombre de pages, soient restés ignorés ; ni CAPITAINE (1850), ni PRITZEL (1851) n’en mentionnent l’existence. Il est vrai que L’Esprit des journaux n’était lu que par des abonnés payants (ils n’étaient plus que 47 en 1803, nous dit Capitaine, peut-être découragés par les tribulations de cette publication (édité successivement à Liége, Bruxelles, Liége, Paris).

9L’Esprit des journaux, français et étrangers, par une société de gens de lettres

10La collection  complète de ce journal se compose, selon Hatin (1866, p. 52), de 487 volumes, « publiés ainsi qu’il suit : 1772, juillet-décembre.2 vol. ; 1773-1774, 4 vol. par an. 8 vol. ; 1775-1794, 12 vol. par an. 240 vol. ; 1795-1797, 6 vol. par an. 18 vol. ; 1798-1802, 12 vol. par an. 60 vol. ; 1803, janvier-mars, septembre décembre. 7 vol. ; 1804-1814, 12 vol. par an. 132 vol. ; 1817, avril-décembre, 9 vol. ; 1818, janvier-avril, 4 vol. ; Table des matières de 1772 à 1784, rédigée par l’abbé Lambinet. Liége, 1784. 4 vol. ; Table des matières de 1807 à 1811, par Weissenbruch. Bruxelles, 1804, 1809, 1812. 3 vol. ». Il ajoute en commentaire : « Malgré leur rareté, les quelques collections de L’Esprit des journaux passées dans les ventes ont pour ainsi dire été données. C’est qu’il n’est pas facile, par les appartements qui courent, de loger 487 volumes. ».

11Comme signalé plus haut, d’autres auteurs nous ont laissé des articles concernant la botanique et l’agriculture, ou des comptes rendus de lectures. C’est le prince-évêque Velbruck qui donna l’autorisation de publier l’Esprit des Journaux. Des très nombreuses notices bibliographiques publiées dans chaque volume, nous avons sélectionné celles se rapportant à des ouvrages forts peu connus des botanistes actuels. Nous pensons qu’il est utile d’en donner ici un relevé, qui n’est d’ailleurs pas exhaustif, mais qui est révélateur de la richesse, pratiquement ignorée (parfois même de Pritzel), contenue dans les nombreux volumes de cette publication.

12Relevé chronologique d’articles publiés dans L’Esprit des journaux

13Dans la mesure du possible, les renvois bibliographiques ont été maintenus avec la graphie originale, parfois déconcertante, des auteurs. Nos propres observations et commentaires dans les extraits de textes, sont indiqués entre [ ].

14Août 1772, (Année littéraire). – Histoire naturelle de Pline, Traduite en François avec le Texte latin rétabli d’après les meilleures Leçons manuscrites, accompagnées de Notes critiques pour l’éclaircissement du Texte, & d’observation sur les connoissances des Anciens, comparées avec les découvertes des Modernes. Tome IV, in-4to. A Paris, chez la veuve Dessaint, 1772. 1 (II) : 49-58. « Les Arbres, dont il est ici question, sont la plupart aromatiques, mirrhiferes ou thuriferes. » [cf. p. 57].

15Novembre 1772, (Journal Encyclopédique). Traité du Seigle ergoté, dans lequel on examine les causes de cette excroissance végétale, les moyens de la prévenir, les résultats de l’analyse de ces grains, leurs effets sur les animaux, les maladies épidémiques qu’occasione leur usage, & le traitement qu’elles exigent. ; par M. Read, Docteur en Médecine de la faculté de Monpellier, Médecin de l’Hôpital Militaire de Metz. A Metz, chez Marchal. 1 (V) : 40-46. « La peste, quelque meurtriere qu’elle puisse être, n’exerce point des ravages plus violens que ceux qui sont occasionnés par le Seigle ergoté. Ce comestible vénéneux enleve dans diverses contrées, une foule considérable de citoyens utiles, de laboureurs surtout, que l’indigence oblige d’user, sans précaution de ce grain infecté ».

16Février 1773, (Année Littéraire ; Mercure de France). – Histoire-Naturelle de Pline, traduite en François avec le texte Latin, rétablie d’après les meilleures leçons manuscrites, accompagnées de notes critiques pour l’éclaircissement du texte, & d’observations sur les connoissances des Anciens, comparée avec les découvertes des Modernes ;  tome Ve. In-4to. A Paris, chez la veuve Desaint, 1772. 2 (II) : 126-135.

17Décembre 1773, (Anonyme). – Mémoires sur différentes parties de la Physique, de l’Histoire-Naturelle, des Sciences & des Arts ; par M. Guettard, de l’Académie Royale des Sciences de Paris, 3 vol. in-4to. avec  fig. A Paris, chez Costard,  fils, & Compagnie. 1773. 2 (XII) : 303-312.

18Février 1774, (Année Littéraire). − Lettre à M. Le Monier [sic, Le Monnier], de l’Académie des Sciences, Premier Médecin Ordinaire du Roi, sur la culture du Café. A Paris, chez Le Breton, Premier Imprimeur Ordinaire du Roi, 1774. 3 (II) : 39-45.

19Décembre 1774, (Journal Encyclop.). – L’agriculture réduite à ses vrais principes, par M. Jean Gottschalk Wallerius ; ouvrage traduit en Français sur la version latine, auquel on a ajouté un grand nombre de notes, tirées de la version allemande. A Paris, chez Lacombe. 1774. 3 (XII) : 115-127.

20Janvier 1775, (Journal d’Agriculture, de Commerce, &c.). – Traité de la culture du Melon, par M. l’abbé Vilin, Curé de Cormeilles, de la Société Royale d’Agriculture de Paris, Bureau de Beauvais. A Amiens, chez la veuve Godart, Imprimeur du Roi, rue des Fossés-Saint-Mery. 1774. 4 (I) : 113-121.

21Janvier 1775, (Gazette univ. de Littérature). – Observations sur la fleur du Cereus & sur sa  fécondation. 4 (I) : 391-394.  [= Cactus grandiflorus L. ; Cereus grandiflorus (L.) P. Mill. ; Selenicereus grandiflorus (L.) Britton & Rose. Ses fleurs sont appelées « Reines-de-la-Nuit », car elles ne s’épanouissent que la nuit].

22Janvier 1775, (La nature considérée, &c.). – Observations sur un mouvement particulier découvert dans une plante appelée Tremella, par M. Adanson, de l’académie des Sciences. 4 (I) : 394-398.  [Nous pensons qu’il pourrait s’agir ici des genres Conferva, Bissus et autres végétations analogues, dont on se demandait, à l’époque s’ils étaient des plantes ou des animaux].

23Avril 1775, (Ephémérides littéraires de Rome). – Osservazioni Microscopiche sulla Tremella, &c. Observations Microscopiques sur la plante appelée Tremella, & sur la circulation du fluide dans une plante aquatique, par Mr. l’Abbé Bonaventure Corti, Professeur de Physique au Collège de Reggio. 1774. 8vo. 4 (IV) : 111-119.

24Mai 1775, (Espagne Littéraire, Politique & Commerçante). – Pharmacopæia Matritensis, &c. Pharmacopée de Madrid, composée nouvellement par autorité, ordre, & sous les auspices du Tribunal Suprême de Médecine. Madrid, 1775, I vol. in-4°. 4 (V) : 166-169.

25Juin 1775, (La nature considérée, &c.). – Thymelée, arbrisseau. 4 (VI) : 308-309. [= Daphne cneorum L.].

26« Un particulier, fort amateur de la culture des arbres étrangers, a trouvé moyen de multiplier un arbrisseau de beaucoup d’agrément, qui, quoiqu’anciennement connu, est extrêmement rare ; c’est la Thymelée des Alpes, Thymeaea Alpina linifolia humilior, flore purpureo, odoratissimo Tour. Inft. Daphne floribus congestis, terminalibus, sessilibus, foliis lanceolatis nudis, Linn. Spe. Plant. […] ».

27Octobre 1775, (Observations sur la Physique, l’Histoire-Naturelle, &c.). – Observation d’une propriété singulière de la Serpentaire ;  par M. de Morveau. 4 (X) : 295-298. [= Arum dracunculus L.].

28Janvier 1776, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Dissertatione, &c. Dissertation lue à l’Académie de Georgofili de Florence, sur une Plante d’Abyssinie, connue dans ce Royaume sous le nom de Tef. Par M. Zuccagni, Médecin, Académicien. A Florence, de l’Imprimerie de Joseph Vanni, in-8vo. avec une gravure. 5 (I) : 369. « Cette plante a été apportée avec beaucoup d’autres d’Abyssinie par le Chevalier Bruce, Ambassadeur d’Angleterre en Barbarie. Elle a paru digne à M. Zuccagni de son attention. Il rend compte dans sa dissertation des usages auxquels le Abyssins employent le Tef, & auxquels on pourroit le faire servir dans nos pays. Il fait espérer des dissertations semblables sur les autres plantes d’Abyssinie dont le Chevalier Bruce a enrichi le jardin de Florence ». [= Eragrostis tef  (Zuccagni) Trotter, céréale des montagnes d’Abyssinie].

29Mars 1776, (Observations sur la Physique, &c.). – Essai sur l’histoire naturelle de l’Isle de Saint-Domingue, avec des figures en taille-douce ; par le père Nicolson, religieux Dominicain. A Paris, chez Gobreau, Libraire, Quai des Augustins. 1776. un vol. in-8vo. de plus de 400 pages. 5 (III) : 17-25. « L’histoire naturelle de St. Domingue & des isles adjacentes est encore peu connue. A la vérité, beaucoup d’Auteurs en ont traité ; mais la plupart, missionnaires, marins ou commerçans, n’étoient pas assez instruits pour donner des descriptions exactes des productions de ces contrées vastes & incultes, & pour leur assigner leurs propriétés spécifiques. […] De plus, les plantes, les arbres, &c. qui croissoient dans un sol couvert de forêts, ont dû voir changer en quelque sorte leur caractere, quand les forêts abattues ont donné un plus libre cours à l’air, quand les soins de la culture ont mis les sucs de cette terre vierge dans toute leur activité naturelle. […] L’essai du Père Nicolson est composé de sept chapitres. […] Le chapitre V, qui renferme la partie la plus étendue, est une bonne nomenclature des productions du règne végétal, où l’auteur redresse quelques erreurs échappées aux Naturalistes, ainsi que dans le chapitre suivant. […] Le rédacteur des Observations sur la Physique, l’Histoire-Naturelle & les Arts, en parlant de l’Essai du Père Nicolson, remarque que le catalogue des plantes se monte à plus de 400, tandis que M. Poupée des Portes n’en avoit donné que 280 ».

30Avril 1776, (La Nature considérée, &c.). – Expériences de M. Gleditsch sur la Mousse. 5(IV) : 332-335.

31Juin 1776, (Observations sur la Physique, &c.). – Voyage à la Nouvelle-Guinée, dans lequel on trouve la description des lieux, des observations physiques & morales, & des détails relatifs à l’Histoire-Naturelle dans le Règne animal et dans le Règne végétal ; par M. Sonnerat, sous-Commissaire de la Marine, Naturaliste, Pensionnaire du Roi, Correspondant de son Cabinet, & de l’Académie Royale des Sciences de Paris, Associé à celle des Sciences, Beaux-Arts & Belles-Lettres de Lyon. Ouvrage enrichi de 120 figures en taille-douce. A Paris, chez Ruault, Libraire, rue de la Harpe. Un volume in-4to. Prix, 21 liv. broché, 24 liv. relié. 1776. 5 (VI) : 23-38.

32Juillet 1776, (Anonyme). – Observation sur une Plante connue sous le nom de Bulbo-Castanun. 5 (VII) : 361-363. [= Bunium bulbocastanum L.].

33Octobre 1776, (Gazette d’Agriculture). –  Plante singulière. 5 (X) : 304-305.  [Le nom scientifique de cette plante découverte au Bengale, par milady Monson, n’est pas indiqué, mais nous pensons qu’il pourrait d’agir de l’Hedysarum girans L. (Sainfoin oscillant, burum chandali et non pas burrum chundulii, et non pas d’ hippocripis comme indiqué dans le texte].

34Novembre 1776, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Apparatus medicaminum tam simplicium quam praeparatorum, in praxeos adjumentum consideratus. 5 (XI) : 387. « Voilà le titre d’une matière médicale dont M. Murray, Professeur de Gottingue, est Auteur. Le premier volume vient de paroître chez le même Libraire. [Dietrich, libraire à Gottingue] Notre Professeur s’est soigneusement appliqué à y séparer la partie médicinale de ce qui appartient à l’Histoire naturelle. Après une description claire de chaque simple, il en expose les vertus médicinales, préférant les observations pratiques aux analyses chymiques. Ce volume contient 201 plantes distribuées en 14 ordres ou classes ».

35Décembre 1776, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – A Botanical arrangement, &c. Arrangement Botanique de tous les végétaux qui croissent naturellement dans la Grande-Bretagne ; par M. William Whitering, 2 vol. in-8vo. Londres, chez Cadell. 5 (XII) : 389-390. « Cet ouvrage peut être considéré comme une espèce de Botanique pratique, mise à la portée des gens de la campagne, à qui il importe le plus de bien connoître les plantes, & qui sont précisément ceux qu’on a le plus négligé d’instruire : car ce n’est sûrement pas pour eux que les Tournefort & les Linnaeus ont composé leurs méthodes si savantes & si compliquées. Comment voudroit-on que des hommes, pour la plupart sans étude, & dont tout l’esprit est dans leurs yeux & dans leurs mains, apprissent, retinssent & entendissent ces longs formulaires en latin barbare, qui effarouchent & rebutent ceux même dont l’intelligence & la mémoire ont été long-tems exercées dans les écoles ? […] ».

36Décembre 1776, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  An introduction to Botany, &c. Introduction à la Botanique, contenant une explication de la Théorie de cette science, tirée des Ouvrages de M. Linnaeus ; avec douze planches, &c. par M. James Lee. Troisième édition, corrigée, & considérablement augmentée. In-8vo. Londres, chez Rivington. 5 (XII) : 396-397. « Le système de Botanique, inventé par M. Linnaeus, est reconnu assez généralement pour celui qui remplit le mieux le but qu’on doit se proposer dans tous les systèmes de ce genre, qui est de faciliter l’étude de la nature. La manière dont M. Lee a arrangé ce système dans sa langue, fait beaucoup d’honneur à ses lumières & a son savoir, & rien ne prouve mieux le mérite de son ouvrage, que cette troisième édition. […] ».

37Janvier 1777, (Efemeridi di Roma). – Opuscoli di Fisica animale, &c. Opuscules de Physique animale & végétale; par M. L’Abbé Spallanzani, Professeur d’Histoire-Naturelle dans l’Université de Pavie, des Académies de Londres, &c. avec quelques Lettres relatives à ces Opuscules, écrites à l’Auteur par M. Bonnet de Geneve, & d’autres savans. Vol. I, in-8vo. Modène, 1776, à la Société Typographique. 6 (I) : 182-191.

38Janvier 1777, (La Nature considérée, &c.). – Phénomenes de végétation. 6 (I) : 315. « Dans un jardin appartenant au nommé Cordeau, Laboureur au Bourg de Lusignan-sur-Gorre, en Poitou, un prunier a donné en 1775, deux récoltes. La premiere production fut dans la saison ordinaire, au mois de Juillet ; c’est de l’espece appellée Damas noir. Quelque tems après, cet arbre poussa des boutons qui fleurirent, & enfin donnerent du fruit, en petite quantité à la vérité ; il n’y eut que huit prunes ; elles existoient sur l’arbre le 19 de Décembre ; elles étoient parvenues à leur grosseur naturelle, & commençoient à perdre la couleur verte qui est celle antérieure à la maturité ; en un mot, elles étoient au point où sont dans la belle saison les prunes de la même espece, qui promettent d’être parfaitement mûres dans moins de huit à dix jours. Le froid rigoureux qui survint dans ce tems-là les fit périr ».

39Janvier 1777, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Johannis-Adami Pollich, Medicine Doctoris, Acad. Elect. Palat. Corresp., historia plantarum in Palatinatu, &c. Histoire des plantes qui naissent spontanément dans le Palatinat du Rhin, rangées suivant le système sexuel ; par M. Jean-Adam Pollich, Docteur en médecine, & Correspondant de l’Académie Electorale de Manheim. Tome 1er. in-8vo. de 486 pages. Manheim, chez Schwan, 1776. 6 (I) : 400-401. « Après 10 ans de recherches assidues, M. Pollich entreprend de décrire & de classer tous les végétaux qui naissent d’eux-mêmes dans le Bas-Palatina. Le volume qu’il publie aujourd’hui, comprend les dix premières classes du système sexuel : il y indique avec beaucoup d’exactitude & de clarté, les propriétés spécifiques d’un très-grand nombre de plantes, ainsi que les synonymes nécessaires pour connoître chacune de leurs espèces. L’Auteur, au-reste, ne parle que de ce qu’il a vu, & cette remarque pourra également s’appliquer à tout ce qu’il dira dans d’autres volumes de cette histoire ». (Journal Encyclopédique).

40Février 1777, (Novelle Letterarie ; Efemeridi di Roma). – Opuscoli di Fisica animale, &c. Opuscules de Physique animale & végétale; par M. L’Abbé Spallanzani, Professeur d’Histoire-Naturelle dans l’Université de Pavie, des Académies de Londres, &c. avec quelques Lettres relatives à ces Opuscules, écrites à l’Auteur par M. Bonnet de Geneve, & d’autres savans. Vol. II, grand  in-8vo. Modène, 1776, à la Société Typographique. 6 (II) : 165-170.

41Février 1777, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Hortus Romanus secundum systema J. P. Tournefortii à Nicolao Martellio Aquilano Medico Doctore Lineanis caracteribus expositus, adjectis singularum plantarum analysiac Viribus. Species suppeditabas ac describebas Liberatus Sabbati Mevanias ajusdem horti-custos & Chrurgiae Professor. Accedunt tabulae centum propriis plantarum coloribus expressae. Tomus IV, fol - max. Romae, 1776, sumptibus Bouchard & Gravier, ex Typographia Pauli Junchi. 6 (II): 358-359. «Le titre de ce grand ouvrage suffit pour le faire connoître, & son succès nous dispense de nous étendre sur le mérite de son exécution. Nous dirons seulement qu’il se perfectionne à mesure qu’il s’avance vers sa fin. Ce quatrième volume est dédié à S. E. le Cardinal Giraud ; il contient la cinquième & la sixième classe des plantes suivant le système de Tournefort, la classe des plantes à fleur polypétale cruciforme, & celle des plantes à fleur rosacée ». (Novelle Letterarie).

42Mars 1777, (Gazette Littéraire de Halle). – Reise durch verschiedene Provinzen des Russichen Reichs…. &c. Voyage à travers plusieurs Provinces de l’Empire de Russie ; par M. Pallas, 3me. Partie, ornée de figures & de cartes de géographie.A Pétersbourg, de l’Imprimerie de l’Académie Royale des Sciences ; in-4to. 1776. 6 (III) : 173-180.

43Juin 1777, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Icones plantarum, partes, colorem, magnitudinem, habitum carum, 1c. exhibentes, adjectis nominibus Linnaeanis. Editderunt Paulus Dietericus Giscke, med. Doct., & Gymnas. Hamburg. Prof. Jo. Domin. Schulze, Med. Doct. Abrah. Aug. Abendroth, Judiciorum Hamburgi. Procurator, & Jo. Nicol. Buck, hortulanus, arte, opera & sumptibus Jacob. von Doehren, Civ. Hamb. Centuria prima.6 (VI) : 371-372.

44«  Tel est le titre, tels sont les Auteurs d’un ouvrage qui paroît devoir être d’une grande beauté. Il contiendra au moins 1000 planches gravées, choisies, & des plus rares. On donnera un cahier de 25 planches tous les trois mois. La souscription est de 4 marks. […] ».

45Août 1777, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Histoire des plantes vénéneuses de la Suisse, contenant leur description, leurs mauvais effets sur les hommes & sur les animaux, avec leurs antidotes, rédigée d’après ce qu’on a de mieux sur cette matière, & surtout d’après l’Histoire des plantes helvétiques de M. le Baron de Heller, mise à la portée de tout le monde, avec le lieu natal de chaque plante pour la France, les figures nécessaires, & plusieurs observations nouvelles, par M. P. R. Vicat, Docteur en Médecine, Correspondant de la Société Royale des Sciences de Gottingue. A Yverdun, à la Société Typographique. 1777. 6 (VIII) : 376-377.

46Septembre 1777, (Affiches & Annonces de Paris). –  Botanique. 6 (IX) : 320-322. [Cet article parle des arbres à épices (Giroflier, muscadiers, etc.), introduits à l’Ile de France (= Ile Maurice actuelle) par Pierre Poivre et par Jean-Nicolas Céré].

47Octobre 1777, (Médecine - Chirurgie). – Lettre A MM. les Auteurs du Journal des Savans, sur l’effet funeste produit par des Champignons. 6 (X) : 318-322.  [Cette lettre décrit un accident survenu à  Taverny, dans la vallée de Montmorency, suite à l’ingestion par cinq personnes (dont trois sont mortes) de champignons toxiques, Fungus Phalloïdes annulatus sordide virescens & patulus (Amanites)].

48Octobre 1777, (Avis divers). – Observations sur le Cotonnier. 6 (X) : 338-339.  [= Gossypium div. sp.].

49Octobre 1777, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Allgemeine Geschichte der Pflanzengiste, &c. Histoire générale des Plantes venimeuses, ébauchée par M. Gmelin, Professeur de Philosophie & de Médecine. A Gottingue, chez Raspe, 1777. In-8vo. de 525 pag. 6 (X) : 385. « C’est la continuation d’un ouvrage déjà connu. L’Auteur désigne d’abord les plantes par leurs effets, & ensuite il les range à leur place naturelle. Il décrit exactement leurs caractères spécifiques, & appuie tout sur des observations. Quoique le Docteur Murray ait détaillé les effets des plantes de Stork, & autres venimeuses, M. Gmelin s’est donné la peine de travailler de nouveau les mêmes articles. La Colchique, l’Apocynum, la Renoncule, l’Euphorbe, le Stramonium, la Jusquiame, la Belle-Donna, le Tabac, l’Aetusa cynapium, la Ciguë d’eau, l’Ellebore blanc, le Pavot, l’Arum, sont tous des articles bien traités qui donnent un grand mérite à l’ouvrage ».

50Novembre 1777, (Article de Botanique). – Lettre à Messieurs les Rédacteurs de l’Esprit des Journaux. 6 (XI) : 325-327.  A Liege, le 10 octobre 1777. [Cette lettre parle de la moëlle du Palmier nommé  Sagou, Sagu, Zagoe ou Sego, (= Metroxylon sago Rottb.), originaire du sud-est asiatique, dont on tire une substance farineuse dont « on fait usage dans la soupe, comme du riz, de l’orge, ou du vermicelle. Lettre signée L. F. D. S., mais nous n’avons pu  identifier cette personne].

51Décembre 1777, Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Das entdeckte Geheimnis der Cryptogamie, &c. Le secret de la Cryptogamie découvert ;  par M. Kolreuter. A Carslrouhe, chez Maklot, 1777, in-8vo. de 155 pag. 6 (XII) : 400. « L’Auteur de la nouvelle Gazette Littéraire de Halle, qui a droit d’en juger, puisqu’il a été Professeur de Botanique, n’a point lu depuis longtemps, dit-il, d’ouvrage d’Histoire-Naturelle aussi intéressant, & qui développe aussi clairement le système de la génération des plantes ».

52Février 1778, (Mercure de France). –  Arbre-Choux. 7 (II) : 332-333.  [L’auteur parle ici de l’arbre-Chou, palmier dont on mange le bourgeon central, West indian Cabbage Palm (=Areca oleracea Jacq. ; Roystonea oleracea  (Jacq.) O. F. Cook)].

53Février 1778, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Commentarium inserviturum Historiae Pisani Vireti Botanici Academici, auctore Johanne Calvio, Cremonensi publico Pisani Lycaei Professore in Cathedrâ Medicâ primâ. In-4to. Pisis, 1777, ex Typographiâ fratrum de Pizzornis. 7 (II) : 361-362.

54«  Cette histoire du jardin botanique de Pise est intéressante par plusieurs anecdotes que l’auteur y a semées, & qui prouvent, ce qu’au reste personne n’ignore, qu’il n’y a pas de pays où la culture des sciences ait été plus générale & plus encouragée depuis deux siècles & demi, que dans la Toscane ; le jardin botanique de Pise fut fondé en 1544, deux ans avant celui de Padoue, & vingt-quatre ans avant celui de Bologne ; ainsi c’est le plus ancien de l’Italie, & par conséquent de toute l’Europe. M. Calvi, auteur de cette histoire, y a joint une planche très-bien gravée, qui offre le plan du jardin ». (Novelle Letterarie.).

55Février 1778, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Flora Scotica, or a syste-matic arrangement, &c. Flora Scotica : ou arrangement systématique des plantes qui naissent en Ecosse & dans les Hébrides, suivant la méthode de Linnaeus, par M. Jean Lightfoot, 2 vol. in-8vo. avec trente-sept planches. Londres, chez White. 7 (II) : 375-376. « M. Lightfoot, chapelain de Mde. La duchesse de Portland, accompagna, en 1771, M. Pennant dans son voyage en Ecosse & dans les isles Hébrides, & c’est d’après ses propres observations, aussi-bien qu’avec des matériaux que lui ont fournis divers botanistes Ecossois, qu’il a composé l’ouvrage que nous annonçons. […] Les amateurs d’histoire-naturelle doivent savoir gré à l’auteur de ce travail vraiment utile ». (Critical review).

56Février 1778, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Flora Londinensis, or plates and descriptions, &c. Flora Londinensis, ou planches, & descriptions des plantes qui croissent sans culture dans les environs de Londres ; ouvrage où l’on indique les lieux où elles se trouvent, les tems où elles fleurissent, & leurs différens noms suivant Linnaeus & les autres auteurs ; on y a joint une description particulière de chaque plante en Latin & en Anglois, avec le détail de ses usages en Médecine, en Agriculture, &c.; par M. William Curtis, Démonstrateur de Botanique, &c. 1 cahier in-folio. Londres, chez White. 7 (II) : 376-377. « Le titre de cet ouvrage en annonce assez le contenu, & nous dispense de tout détail à cet égard, d’autant plus que M. Curtis tient toutes les promesses qu’il fait à ses lecteurs ».

57Mars 1778, (Gazette Salutaire). –  Essais botaniques, chymiques & pharmaceutiques sur quelques plantes indigène, substituées avec succès à des végétaux exotiques, auxquels on a joint des observations médicinales sur les mêmes objets : ouvrage qui a remporté, le 3 Décembre 1776, le 1er  prix double, au jugement de MM. De l’académie des sciences, belles-lettres & arts de Lyon. Par M. Coste, médecin des hôpitaux-militaires du roi, résident à Calais, agrégé honoraire du collège royal des médecins de Nancy, membre de l’académie royale des sciences, arts & belles-lettres de la même ville, associé de celle de Lyon, des sociétés royales & patriotiques de Suède & de Hesse, Hombourg : & M. Willemet, doyen des apothicaires, démonstrateur de chymie & de botanique au collège royal des médecins de Nancy, membre honoraire des sociétés royales, électorales, patriotiques, botaniques & économiques de Suède, de Bavière, de Hesse-Hombourg, de Berne, & de celle de médecine de Paris. A Nancy, chez la veuve Leclers, & à Bouillon, à la société typographique. 1778. 7 (III) : 49-58.

58Juillet 1778, (Anonyme). –  Abhandlung vom geschlecht der pflanzen und der befruchtung, &c. Traité de la génération & de la fructification des plantes, à l’usage des fleuristes ; par M. Berwald. A Hambourg, chez Herold, 1778, grand in-8vo. de 48 p.  7 (VII) : 97-100.

59Septembre 1778, (Tschudy J. B. L. T.). – De la transplantation, de la naturalisation, & du perfectionnement des végétaux ;  par M. le baron de Tschudy. In-8vo. A Londres ; & se trouve à Paris, chez Lambert, imprimeur-libraire, rue de la Harpe ; & Didot, le jeune, libraire, quai des Augustins. 7 (IX) : 37-50.

60Septembre 1778, (Journal des savans.). – Histoire-naturelle du Globe, ou géographie physique ; ouvrage dans lequel on a renfermé tout ce qu’on fait de plus intéressant sur la symétrie & la position des continens, la salure de la mer, &c. Les différentes espèces de terres, du sels, de pierres & pierreries, des minéraux, des métaux & des végétaux : à l’usage des jeunes physiciens, des pensions & des collèges, & de tous ceux qui veulent s’initier dans l’histoire-naturelle en peu de tems & sans beaucoup de peine ; formant la quatrième partie des opuscules de l’auteur, & servant de suite à son cours de physique ; par M. l’abbé Saury, docteur en médecine, & correspondant de l’académie royale des sciences de Montpellier. 2 vol. in-12, le premier de 405 pages ; le second de 246. Prix 4 liv. I0 f. A Paris, chez l’auteur, hôtel des trésoriers, place Sorbonne. 1778. Avec approbation, & privilège du roi.  7 (IX) : 129-145.

61Novembre 1778, (Journal encyclopédique). –  Précis d’histoire-naturelle, extrait des meilleurs auteurs françois & étrangers, servant de suite & de supplément au cours de physique de l’auteur, & à son histoire naturelle du globe, & formant la cinquième partie des opuscules de M. l’abbé Saury, docteur en médecine, & correspondant de la société royale des sciences de Montpellier.Tomes I, II & III. A Paris, chez l’auteur, hôtel des Tréfonciers, place de Sorbonne. 1778. 7 (XI) : 176-190.

62Novembre 1778, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Gulielmi Hudsoni Reg. Soc. S. & Pharmac. Lond. Flora anglica, exhibens plantas per regnum Britanniae sponte crescentes, &c. Editio altera, emendata & aucta. 2 vol. in-8vo. Londres, chez Nourse. 7 (XI) : 386-389. « […] Dans l’espace de seize ans qui se sont écoulés depuis la première [édition, en 1762], M. Hudson a fait en Angleterre plusieurs voyages dont l’objet étoit la botanique, & ces voyages joints à la correspondance savante qu’il a entretenue avec des amis zélés & instruits, l’ont mis en état de faire des additions si considérables à son premier catalogue, & d’y insérer tant  de corrections fondées sur des observations nouvelles, que cette seconde édition peut passez à plusieurs égards pour un nouvel ouvrage, où les botanistes trouveront une grande variété d’objets intéressants inconnus jusqu’à présent, ou qui n’avoient été décrits que d’une manière imparfaite. […] La Flora Anglica de M. Hudson, n’est pas seulement la description la plus complète qu’on ait eue jusqu’à présent du règne végétal de la Grande-Bretagne, on peut encore considérer cet ouvrage comme un excellent guide pour les botanistes en général, à raison des corrections que M. Hudson a faites au système de Linnaeus, d’après des observations attentives. Nous citerons pour exemple le nouveau genre qu’il appelle hedypnois, & qui contient cinq espèces anomales que Linnaeus rapporte à différens genres. Voici les espèces de l’hedypnois. Hedypnois hispida : cette espece comprend le Leontodon hispidum & hirtum de Linnaeus. Hedypnois autumnalis : cette espèce comprend le Leontodon autumnale & le hieracium taraxaci de Linnaeus. Hedypnois tectorum, suivant Linnaeus, Crepis tectorum. Hedypnois hieracioides, suivant Linnaeus, picris hieracioides. Hedypnois biennis, suivant Linnaeus, crepis biennis ». (Critical Review).

63Novembre 1778, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Anweisung fur anfanger pflanzen zum nutzen und vergnugen zu sammlen, &c. Méthode pour apprendre aux connerçans à recueillir les plantes utilement, & à les arranger suivant le système de Linné. A Gotha, chez Ettinger, 1778. in-8vo. de 148 pag. 7 (XI) : 401-402. « Les anciens livres de ce genre, ne sont plus d’usage en ce tems : c’est pourquoi M. Roth, médecin à Erlang, a entrepris celui-ci, divisé en deux parties. Dans la 1ère. Il traite d’abord de l’utilité de la connoissance des plantes, & il combat les préjugés sur cet objet. Ensuite il expose son système, indique les plantes usuelles, propres à en commencer l’application, & enseigne la manière la plus avantageuse de les cueillir, de les sécher, de les mettre en ordre. Dans la seconde partie, il fait connoître plus à fond le système de Linné, & apprend pourquoi Linné a placé certaines plantes dans une classe différente en apparence de celle où elle devroit être suivant les principes qu’il a posés. Cette 2de. Partie est intéressante pour les commerçans & pour ceux qui sont le plus avancés ».

64Décembre 1778, (Anonyme). – Eloge de M. de Gerstenberg, directeur de l’académie, lu dans l’académie le 2 mai 1778. 7 (XII) : 92-93.

65Décembre 1778, (Anonyme). – Observations de feu M. de Gerstenberg sur plusieurs plantes & drogues qui ne paroissent point assez connues. Extrait des Mémoires de l’académie d’Erfurt, pour l’année 1777. 7 (XII) : 303-315.

66Décembre 1778, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Spicilegium Florae Gottingensis, &c. Spicilege de la Flore de Gottingen, dans lequel on décrit particulièrement les plantes cryptogamiques de la forêt noire ; par M. Weber, professeur à Kiell. A Gotha, chez Ettinger, 1778, in-8vo. de 288 pages, sans compter la préface & la table ; avec fig. [I thlr. 8 gr.] 7 (XII) : 419. «  M. Weber a formé une collection de plantes assez considérable avec le secours de ses amis animés du même goût, entre lesquels il nomme Mrs. Weis, Strohmeyer, Salzwedel, Schnecker, & Henze. Il a aussi fait usage d’un grand herbier qui a appartenu à M. Willich, médecin des mines à Claussthal, & qui est à présent possédé par M. Weis. Parmi les descriptions qui sont fort étendues, il s’en trouve de plantes oubliées par Linné, comme celle du lichen. Les figures sont très-proprement enluminées ».

67Mars 1779, (Universal magazine). – Description de l’arbre-chou de la Jamaïque, & de ses usages, par M. William Wright ; tirée des transactions philosophiques. (Traduite de l’anglois.). 8 (III) : 334-339.  [Voir la notice de Février 1778 : 332-333].

68Avril 1779, (Gazette d’agriculture, commerce, arts & finances). – Expériences faites à Montmorenci, sur un grain de chenevi isolé qui a produit des graines fécondes ; par M. Cotte. 8 (IV) : 320-322.  [Chenevi = graine qui produit le chanvre].

69Avril 1779, (Trochereau de la Berlière). – Observations sur l’article précédent, par M. Trochereau de la Berlière. 8 (IV) : 322-325.

70Mai 1779, (Universal magazine). – Observations générales sur le jardinage & les plantations, extraites d’un traité sur les arbres des forêts, publié dernièrement à Edimbourg. (Traduite de l’Anglois.). 8 (V) : 329-342.

71Août 1779, (Anonyme). –  Aminelse-Tal osver herr Carl von Linné. Discours consacré à la mémoire de feu M. Charles de Linné ; par M. Back. A Stockholm, 1779. In-8vo.de 85 pag. 8 (VIII) : 49-56.

72Août 1779, (Critical Reviews). –  The universal  gardener and botanist, &c. Le jardinier & botaniste universel, ou dictionnaire universel de jardinage & de botanique ; où l’on trouve dans un ordre botanique, suivant le système de Linnaeus, tous les arbres, arbrisseaux & plantes herbacées, qui méritent la culture, à titre d’utilité, d’ornement ou de curiosité. Avec des règles pratiques pour les différentes opérations méchaniques du jardinage en général ; par M. Thomas Mawe, jardinier de sa grace le duc de Léeds, & M. Jean Abercrombie, auteurs de l’ouvrage intitulé ; chaque homme son propre jardinier, &c. In-4to. Londres, chez Robinson. 8 (VIII) : 385-386.

73Août 1779, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne. – Caroli à Linné - - - systema plantarum - - - pars prima. Le système des plantes de Linné suivant leur classe, leur ordre, leur genre & leur espèce. Nouvelle édition. A Francfort-sur-le-Mein, chez Varrentrapp le jeune & Wenner, 1779. Grand in-8vo. de 778 pag. 8 (VIII) : 397-398. « M. le docteur Reichard, qui pratique la médecine à Francfort-sur-le-Mein avec un grand succès, a entrepris cette édition après avoir déjà donné, avec le suffrage du public les genera plantarum de Linné. Il l’accompagne de notes & additions qui montrent une lecture très-étendue. Comme il a l’intendance d’un jardin de plantes, il a la facilité de se garantir de beaucoup d’erreurs inévitables pour ceux qui n’ont que des livres ou des herbiers secs. Cette partie finit avec la 5e. classe. Le laborieux éditeur promet de donner un ouvrage particulier qui contiendra les nouvelles plantes omises par Linné. Il est permis de l’avertir qu’il doit se mettre en garde contre la cré-dulité. Car on diroit, à en juger par le grand nombre de prétendues découvertes annoncées depuis dix ans, qu’il y a eu une nouvelle création de plantes. M. Reichard avoit précédemment achevé de donner ses soins à la seconde & dernière partie de sa flora Moeno-Francofuttana. A Francfort, chez Broenner, 1778. 14 feuilles in-8vo. ».

74Août 1779, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Materia medica e regno vegetabili sistens simplicia officinalia pariter ac culinaria secundum systema sexuale. La matière médicale du règne végétal comprenant les plantes alimentaires & celles employées dans la pharmacie, par M. Bergius, professeur d’histoire-naturelle & de pharmacie à Stockholm. A Stockholm, chez Hesselberg, 1778, grand in-8vo. de 2 alphabets 13 feuilles. 8 (VIII) : 407. « Nommer l’auteur c’est louer le livre. Les gens de l’art distingueront ce qu’il renferme de nouveau ».

75Septembre 1779, (Journal de littérature, des sciences & des arts). – Flore françoise ou description succinte de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, disposée selon une nouvelle méthode d’analyse, & à laquelle on a joint la citation de leurs vertus les moins équivoques en médecine, & de leur utilité dans les arts ; par M. le chevalier de Lamarck. 3 volumes in-8vo. de 6 à 700 pag. Chacun, avec 8 planches en taille-douce. A Paris, de l’imprimerie royale ; & se vend chez Goguée & Née de la Rochelle, libraires, quai des Augustins, près le pont St. Michel. Prix 21 liv. broché, & 24 liv. relié. 1779. 8 (IX) : 68-88.

76Septembre 1779, (Anonyme). –  Histoire-Naturelle du Tussillage & du Petasite. 8 (IX) : 302-309.  [Mémoire de N.-J. Necker].

77Novembre 1779, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Praktische anweifung zur gartenkunst. Théorie & pratique du jardinage pour tous les mois de l’année, trad. De l’Anglois de Mawe & d’Abercrombie sur la 7ème édit. A Leipsick, chez Weidmann & Reich, 1779. Grand In-8vo. de 535 pag. (1 thal. 4 gr.) 8 (XI) : 385. « Parmi plusieurs avantages que cette traduction a sur l’original, on y a joint souvent aux noms des plantes, ceux qui leur sont donnés par Linné, afin d’éviter toute ambiguité ».

78Décembre 1779, (Journal de littérature, des sciences & des arts). Essais d’agriculture, en forme d’entretiens, sur la nature de la progression des pépinières, des arbres étrangers, des arbres fruitiers, sur la vigne & le vendanges, sur les labours des terres, semences & récolte de grains, & sur plusieurs autres discussions champêtres. Par un cultivateur de Vitry-sur-Seine. A Paris, chez l’auteur (M. de Calonne, avocat au parlement), rue de Bievre, vis-à-vis l’ancien collège de St. Michel. 1779. In-8vo. broché. Prix, 2 liv. 10 sols. 8 (XII) : 59-69.

79Décembre 1779, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  « M. Murray, comme doyen de la faculté de médecine d’Upsal, a répandu une oraison gratulatoire à l’occasion de la nomination de M. le docteur Thunberg, élève de Linné, à la place de démonstrateur du jardin des plantes d’Upsal. Il y félicite le public des avantages que va lui procurer ce savant voyageur revenu dans sa patrie chargé de trésors botaniques. M. Thunberg est allé en 1770 de Suede en Danemarck, en Hollande, & à Paris, pour augmenter ses connoissances en histoire-naturelle, & en médecine. De retour en Hollande, il s’y est embarqué pour les Indes-orientales en qualité de médecin de vaisseau, dans le dessein de rapporter avec lui les plantes les plus utiles & les plus rares. Après avoir demeuré quelques tems au Cap de Bonne-Espérance, il a quitté la côte méridionale d’Afrique, en 1775, pour se rendre à Batavia, où il ne s’est pas arrêté cette fois : l’occasion s’étant présentée à lui de suivre au Japon l’am-bassadeur de Hollande, il l’a accompagné à Iedo, capitale de l’empire, & à la cour impériale. Pendant un séjour de seize mois au Japon, il a eu le loisir & la liberté, accompagné d’un garde, de botaniser dans la campagne : avantage qui n’avoit été accordé à aucun naturaliste Européen depuis Kaempfer. A son retour du Japon à Batavia, il a parcouru les côtes & l’intérieur de l’isle, a passé aussi six mois à Ceylan en 1777, repris le chemin du Cap, où il a fait un second séjour, & est revenu en Suede par l’Angleterre. Les nouvelles plantes qu’il a découvertes & apportées se montent au moins à 1300. Il travaille maintenant à une Flora Japonica, à une description complette du Japon, & à une Flora Capensis & Zeylanica, M. Bank faisant les frais des figures ». 8 (XII) : 409-410.

80Avril 1780, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Experiments upon vegetables, &c. Expériences sur les végétaux, tendantes à faire voir leur singulière propriétés de purifier l’air commun dans les endroits où le soleil brille, & de le corrompre dans l’ombre & durant la nuit ; par M. Jean Ingen-Housz. In-8vo. Londres, chez Elmsly. 9 (IV) : 387-389.  [Suivent ici les résultats des expériences faites au mois de juin 1779].

81Juillet 1780, (Anonyme). – Acta academiæ Theodoro-Palatinæ. Mémoires de l’académie Théodore-Palatine. Tom. IV de la partie physique. A Mannheim, de l’imprimerie de l’académie. 1780. In-4to. de 412 pag.  9 (VII) : 74-109. [Cf  p. 102-103], « VI. Mémoire contenant des observations botaniques,  par M. Medikus ; p. 103-104, VII. Mémoire contenant l’histoire du Tussilage & du Pétasite, par M. de Necker ; p. 104, VIII. Mémoire contenant la description de la Lagerstroemie Indica, vue en fleur dans le jardin de l’électeur à Schwezingen,  par M. Medikus ».

82Août 1780, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Index Linnaeanus in Leonardi Plukenetii opera botanica, &c. L’index des œuvres botaniques du docteur Plukenet, fait par Linnaeus pour son usage particulier, & rendu public conformément au ms.de Linné ; par M. Giseke, médecin & professeur à Hambourg. Imprimé chez Meyn aux dépens de l’auteur, 1779. In-4to. de 49 pages. « – – Index Linnaeanus in Jacobi Dillenii historiam muscorum, &c. L’index de Linné sur l’histoire des mousses de Dillenius, publié également par M. Giseke. 9 (VIII) : 402-403. « La préface touche la vie & les écrits de Plukenet & leurs éditions. Né en 1642, on ne sait pas trop de quel pays il étoit originaire, quoiqu’on conjecture que c’étoit de France. Il possédoit à Londres un jardin de plantes, & il en avoit formé une collection de 8000 séchées dont son Almagestum est le catalogue. De ses 2711 figures de plantes, Linné en cite 956 comme bonnes. Le nom de Linné est garant du mérite des deux Index ».

83Décembre 1780, (Medikus). – Description de la Lagerstroemia indica, par M. Medikus : tirée du Ive volume de la partie physique des mémoires de l’académie électorale de Mannheim. 9 (XII) : 303-308.

84Janvier 1781, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Dissertatio de lichene Islandico. Dissertation sur le lichen d’Islande ;  par M. Cramer. A Erlang, chez Kundmann, 1780. In-4to. de 60 pages.  10 (I) : 393-394. « Il vient aussi abondamment sur une montagne auprès d’Erlang. On recueille tout ce qui a été dit de ses qualités nutritives & médicinales, en y ajoutant un examen chymique & des observations pratiques ».

85Février 1781, (Mercure de France). – Projet, plan & élévation d’un monument consacré à l’histoire-naturelle, accompagné d’un discours en explication, dédié à M. le comte de Buffon ; par Charles-François Viel, architecte. A Paris, chez l’auteur, rue Saint-Jacques, maison-neuve, à côté de l’église de St. Jacques du Haut Pas. Prix, 4 livres, 1780. 10 (II) : 42-47.

86Mars 1781, (Critical Review ; Monthly Review ; Gentleman Magazine). – Philosophical Transactions, &c. Transactions philosophiques de la société royale de Londres. Vol. LXIX. II partie, année 1779. In-4to. A Londres chez Davis, 1780. 10 (III) : 35-63. [cf. p. 52], Art. XXX Sitodium incisum & Marcrocarpon, ususque fructuum qui exinde nascuntur, descripta a Carolo Petro Thunberg, med. Prof. «  La plante dont M. Thunberg donne ici une description fort exacte, est l’arbre à pain [= Artocarpus], dont il a apporté de la graine en Europe. Son article contient quelques observations sur l’usage qu’on peut faire de cette plante, & une description de cinquante mets différents que les Hollandois font avec son fruit, aux Indes-Orientales ».

87Avril 1781, (Bibliographie de l’Europe. Italie). –  Hortus romanus secundum systema J. P. Tournefortii, a Nicolao Martellio Aquilano inter Archigymnasii romani professores botanicae practicae lectore, ejusdemque horti praefecto, Linnaeanis characteribus expositus, adjectis singularum plantarum analysi, ac viribus ; species suppeditabat ac describebat constantinus Sabbati Mevanias ejusquem horti custos & chirurgiae professor. Accedunt tabulae centum propriis plantarum coloribus expressae. Tomus VI. Sumptibus Bouchard & Gravier. Romae ex typographia Pauli Junchi, MDCCLXXX. In-fol. 10 (IV) : 378. «  L’auteur termine dans ce volume l’énumération des plantes comprises dans la septieme classe de Tournefort, & décrit ensuite celles qui forment la huitieme. Il joint toujours aux descriptions du botaniste François, les notes sexuelles de Linnaeus, avec des remarques sur les propriétés & les vertus de chaque plante. La rapidité avec laquelle les volumes se succedent nous font espérer de voir bientôt terminer un ouvrage dont l’exécution fait un honneur infini à l’Italie ». (Efemeridi letterarie).

88Avril 1781, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Lettres sur l’histoire-naturelle de l’isle d’Elbe : écrites à son excl. Mons. Le comte de Borch ;  par Ch. Henr. Koestlin. A Vienne, chez Kraus. 1780. In-8vo. de 232 pag. 10 (IV) : 417.  « Non-seulement l’auteur a lui-même écrit de l’histoire-naturelle de cette isle ; mais il y a fait de nouvelles observations, principalement sur la botanique & la zoologie ».

89Mai 1781, (Journal de Paris). – Mémoire sur le quinquina de la Martinique, connu sous le nom de Quinquina-Piton ;  par M. Mallet, docteur-régent de la faculté de médecine de Paris. 10 (IV) : 347-351. [= Cinchona floribunda Sw., Quinquina Piton].

90Juin 1781, (Gazette salutaire ; Journal de Physique ; etc.). – Vues physiologiques sur l’organisation animale & végétale ; par M. de la Métherie, docteur en médecine. Volume. In-8vo. de 407 pages. A Paris, chez P. F. Didot le jeune, libraire, imprimeur de Monsieur, quai des Augustins. Prix 2 liv. 10 sols. 10 (VI) : 31-42.

91Juin 1781, (Journal de Physique). – Sur la différente couleur des plantes de deux terreins contigus près du bord de la mer ; & sur la découverte de l’existence de la tarentule au voisinage de ces terreins. 10 (VI) : 323-326.

92Juin 1781, (Gazette de Santé). – Observations sur un empoisonnement produit par des champignons sauvages ; par M. Marigues, chirurgien-major de l’hôpital royal de Versailles, lieutenant de M. le premier chirurgien du roi, &c. 10 (VI) : 327-329. [L’auteur signale que « Comme on ne nous représenta aucun de ces champignons vireux, nous ne pûmes en déterminer l’espèce »].

93Août 1781, (Journal des savans ; Mercure de France ; etc.). – Expériences sur les végétaux, spécialement sur la propriété qu’ils possèdent à un haut degré, soit d’améliorer l’air quand ils sont au soleil, soit de la corrompre la nuit ou lorsqu’ils sont à l’ombre ; auxquelles on a joint une méthode nouvelle de juger du degré de salubrité de l’atmosphère ; par M. Ingen-House, conseiller-aulique & médecin de leurs majestés impériales & royales ; membre de la société royale de Londres, &c. &c. traduit de l’anglois par l’auteur. A Paris, chez P. F. Didot le jeune, libraire-imprimeur de Monsieur, quai des Augustins. Un volume in-8vo. d’environ 400 pages, en y comprenant une préface de 60 pages, & une table des matières de 30. Avec figures. Prix 4 liv. 4 sols br. 10 (VIII) : 39-55.

94Août 1781, (Anonyme). – Végétaux à l’usage de la marine angloise. 10 (VIII) : 342-343.

95Septembre 1781, (Journal encyclopédique). – Observations (*) sur les fleurs, extraites des Affiches, annonces, &c. de Toulouse & du Haut-Languedoc. (*) Ces observations ont pour auteur un jeune Toulousin, dont les talens & l’application promettent beaucoup. 10 (IX) : 297-302. [Il ne nous a pas été possible de définir l’identité de ce « jeune jardinier Toulousin »].

96Septembre 1781, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Systematisches verzeichniss derienigen auslaendischen …. Baume und gestrauche, &c. Catalogue systématique des arbres & arbustes étrangers, la plupart d’Amérique, qui se voient à la terre de Mde. la comtesse de Hohenheim, dans son jardin américain, & qui supportent l’hiver en plein air, accompagné d’une traduction françoise. A Stuttgart, chez Cotta, 1780. in-16. de 253 pages. 10 (IX) : 392-393. « […] L’ordre & les noms sont dans ce manuel comme dans Linné, & chaque classe est précédée d’une explication. On compte ici 850 plantes dont plusieurs sont sans nom. Quelques-unes ne supportent pas le plein air de notre climat : telles que les deux thés, la munchhausia, la gingko biloba ».

97Octobre 1781, (Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, etc.). – Recherches sur les végétaux nourrissans qui, dans le tems de disette, peuvent remplacer les alimens ordinaires, avec de nouvelles observations sur la culture des pommes de terre, par M. Parmentier, censeur royal, pensionnaire de l’hôtel royal des invalides, apothicaire-major des camps & armées du roi, membre du collège de pharmacie de Paris, des académies des sciences de Rouen, de Lyon, de Besançon & de Dijon, honoraire de la société économique de Berne, &c. A Paris, de l’imprimerie royale, 1781. In-8vo. de 599 pages, chez l’auteur, hôtel royal des invalides.

98– Traité de la châtaigne, par le même auteur. A Bastia, & se trouve à Paris, chez Monory, libraire de S. A. S. Monseigneur le prince de Condé, rue & vis-à-vis l’ancienne comédie françoise. 1781. In-8vo. de 160 pag. 10 (X) : 94-108.

99Novembre 1781, (Journal des savans). –  Lettre sur le salpêtre, écrite en 1778 de Lima au Pérou ; par M. Dombey, botaniste. 10 (XI) : 322-324. « Les plantes grasses que l’on recueille dans ces lieux sont toutes salées ; c’est un sel marin qu’elles contiennent ; sur les montagnes éloignées de quelques lieues de la mer, ces mêmes plantes grasses, telles que les Tetragonia & les Portulaca, sont également salées ».

100Novembre 1781, (Journal des savans). – Découvertes faites au Pérou, par le même. 10 (XI) : 324-327. « M. Dombey, habile botaniste de Macon, parti en 1777 pour aller herboriser au Pérou, y a découvert une laine végétalle produite par une espèce de cierge épineux ; cette laine qui est plus corute que celle de l’animal que les Périviens appellent Llamas, a la même couleur, est très fine, & peut très bien se filer. […] Il est parti en 1779, pour aller botaniser vers la source du fleuve des Amazones, où il se promet de faire une ample moisson de plantes. […] ».

101Novembre 1781, (Médecine – chirurgie). – Syrop de lichen d’Islande, avec des remarques sur les vertus de cette mousse salutaire, par M. Desaive, de la société d’émulation de Liege. 10 (XI) : 331-333.

102Janvier 1782, (par le frère Libert, jardinier de l’abbaye du Val-des-Ecoliers de Liége). Instruction pour améliorer la culture du tabac dans le Palatinat, extraite d’un mémoire en allemand de 55 pag. in-8vo. distribué par ordre de l’électeur. 11 (I) : 342-365.

103Janvier 1782, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Selectarum Stipium Americanum Historia. Histoire des plantes choisies de l’Amérique ; par M. Jacquin. A Vienne, sans nom d’année & d’imprimeur. 11 (I) : 405. « C’est un superbe in-folio de deux volumes en grand format avec des figures enluminées. Sa cherté le doit rendre rare. Le 1er. volume consiste en 137 pag. de descriptions & 150 de titre, de dédicace, de préface, d’explications, de figures &c. le second volume en figures de 356 plantes, &c. ». [Peignot 1810, p. 74 nous dit en plus : « Jacquin selectarum stirpium Americanarum historia in quâ ad Linneanum systema determinatae, descriptaeque sistuntur platae illae, quas in insulis Martinica, Jamaïca, S. Domingo, etc, observavit rariores ; adjectis iconibus ab autoris archetypa pictis. (Viennœ austrœ, circà an. 1780), in-fol max. Ouvrage tiré à douze exemplaires. Il est composé de 137 pages de texte et de 264 fig. peintes et non gravées »].

104Janvier 1782, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Verzeichniss der oesterreichischen baume, &c. Catalogue des arbres & arbrisseaux d’Autriche, avec de courtes observations tirées de leur histoire-naturelle & économique ; par M. Marter. A Vienne, chez Gerold. 1781. In-8vo. de 212 pag. 11 (I) : 408. «C’est l’échantillon d’un ouvrage plus considérable qui embrassera toutes les plantes du même pays avec leur histoire-naturelle, & les plus importantes observations sur leur usage & leur utilité. Il compte 109 espèces d’arbres ou arbrisseaux. Il met leurs noms allemands quelquefois nombreux hors de doute, en citant pour garans les meilleurs auteurs modernes, tel que Linné, Haller, Scopoli & Jacquin, & entre les anciens Bauhin & Clusius. […]. ».

105Février 1782, (Journal de littérature, des sciences & des arts ; Journal des savans ; Journal de Paris). – Lettres de M. William Coxe, à M. W. Melmoth, sur l’état politique, civil & naturel de la Suisse ; traduites de l’anglois, & augmentées des observations faites dans le pays, par le traducteur. (M. Ramond.) A Paris, chez Belin, rue St. Jacques. Tome II. In-8vo., de 347 pages. Prix 3 liv. 1781. 11 (II) : 3-33. «  L’on se rappelle sans doute, le compte favorable du premier volume de cet ouvrage intéressant ; [Juin 1781] la lecture du second confirmera nos lecteurs dans l’opinion que nous leur en avons donnée. Nous ne connoissons pas de voyage écrit d’une manière plus variée & plus utile, & point de traducteur qui ait su ajouter un plus grand prix à son original que M. Ramond ».

106Février 1782, (Gazette d’agriculture, commerce, art & finances). – Traité historique & pratique de la végétation, contenant plusieurs expériences nouvelles & démonstratives sur l’économie & sur la culture des arbres ; par M. Mustel, ancien capitaine de dragons, chevalier de l’ordre royal & militaire de S. Louis ; de l’académie des sciences, belles-lettres & arts de Rouen ; de la société des arts de Londres, & de plusieurs sociétés d’agriculture. A Paris, chez les libraires, et à Rouen, chez le Boucher le jeune, libraire, rue Ganterie. 1781. 2 vol. In-8vo. de 500 pages chacun. 11 (II) : 99-110.

107Février 1782, (Gentleman Magazine). – Description d’une espèce de sensitive très-curieuse. 11 (II) : 321-326.

108[Le titre de cette notice pourrait laisser à penser que l’auteur parle de Mimosa pudica L. : en fait il fait référence à une plante carnivore, la dionée (Dionaea muscipula Solander ex Ellis, 1768)].

109Février 1782, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – De mentha piperitide commentatio botanico-medica. Commentaire botanico-médical sur la menthe poivrée ; par M. Knigge. A Erlang. 1780. In-4to. de 40 pag.  11 (II) : 390. « L’auteur a exminé cette plante comme botaniste ; chymiste & médecin ».

110Mars 1782, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Florae italicae prodomus. A Vicence, 1781.  11 (III) : 359. « Le docteur Antoine Turra est l’auteur de ce petit ouvrage, qui n’est que l’essai d’un plus grand, auquel il travaille actuellement. L’auteur adopte la méthode de Linnée. Il adresse son ouvrage à l’académie de Sienne. Ce genre de livre manquoit à l’Italie ». (Novelle letterarie).

111Septembre 1782, (Anonyme). –  Plantes étrangères cultivées en Allemagne.11 (IX) : 327-333. « L’électeur Palatin, prince des plus zélés pour la prospérité & l’ornement de ses états, a fait venir des arbres étranger de plusieurs parties du monde, & ne se contentant pas de les entretenir dans les serres de ses jardins comme des objets de curiosité, il essaie de les naturaliser dans le palatinat. ». [Suit alors une liste de plantes, d’arbustes et d’arbres, susceptibles de s’acclimater dans le Palatinat : Cercis siliquastrum, grenadiers, Prunus lauro-cerasus, Laurus nobilis, Laurier rose, le thérébinthe, l’olivier, la Diospiros virginiana, le cyprès, le jujubier, l’ortie blanche Urtica nivea de Linné, le pourpier Arroche Atriplex halimus, la Salsola fruticosa, le Smilax aspera, etc.].

112Novembre 1782, (Journal de Paris). – Avis aux curieux de plantes étrangères. 11 (XI) : 335-338. « M. Mustel, chevalier de St. Louis, auteur d’un traité de la végétation justement estimé, qui se trouve chez les libraires de Paris, n’a pas borné son zèle à nous donner de bons préceptes sur la culture des arbres. Il a fait une collection très étendue d’arbres étrangers qui réussissent très-bien en plein air dans notre climat, & il les a multipliés & élevés en pépinieres pour faciliter les moyens de s’en procurer aisément. ». [Suivent ici des renseignements sur : Grands arbres d’alignement pour former des avenues ou ornemens de cours d’honneur, allées de jardins, &c.; Arbrisseaux & arbustes pour la décoration des parcs, bosquets & jardins ; Arbres toujours verds. [Cet article fait référence à celui de février 1782, p. 99 et suivantes].

113Décembre 1782, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  D. Johannis Hedwigii fundamentum historiae naturalis muscorum frondosorum, &c. Fondement de l’histoire-naturelle des mousses feuillues, où l’on traite de leurs fleurs, fruits, propagation par la voie des graines, avec un arrangement méthodique des espèces ; par M. Hedwig. 1ère  partie. A Leipzig, chez Crusius, 1782 ; superbe in-4to. de 104 pages, non compris trois feuilles de préface & dédicace, & une feuille d’explications de 96 figures qu’on fournit en noir ou enluminées. 11 (XII) : 373. « & celui que nous annonçons maintenant, l’histoire des mousses dont M. le médecin Hedwig a fait son étude favorite. Il les a examinées au microscope sous tous les points de vue, & les a lui-même dessinées dans toutes les formes qu’il a pu apercevoir ».

114Décembre 1782, (Bibliographie de l’Europe. Hollande). – Natuurlyke historie of uitvoerige Beschryving der dieren, planten, &c. Histoire-naturelle & description des animaux, plantes & minéraux, suivant le système du chevalier de Linné : 12e partie du regne végétal. A Amsterdam, chez les héritiers d’Houttuyn, 1780, in-8vo. de 558 pag. en hollandois. 11 (XII) : 390-391. « Cette partie, ornée de dix planches de figures des especes les plus rares, contient les plantes bulbeuses, & l’on y fait usage à sa place des nouvelles découvertes de Pallas, Fortskål, Thunberg & Forster ».

115Janvier 1783, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Memoirs of the life and a view of the caracter of teh late Dr. John Fothergill &c. Mémoires sur la vie & le caractère du feu docteur Jean Fothergill, composés à la réquisition de la société de médecine de Londres ; par Gilbert Thompson, docteur en médecine, in-8vo. A Londres, chez Cadell, 1782.  12 (I) : 405. « Le docteur Fothergill est sans doute un homme célèbre par ses connoissances & ses vertus. Il étoit l’ami de l’homme, & se croyait en devoir de faire tout ce qui pouvoit contribuer au bonheur de ses semblables. M. Thompson auroit dû ajouter ici une notice raisonnée des ouvrages de ce fameux médecin. A la fin de cet ouvrage est une lettre de M. le docteur Cuming à Mistriss Fothergill ; en la lisant on ne peut s’empêcher d’y reconnoître de la piété, du jugement & la plus sincère affection. M. Cuming a été pendant quarante-sept ans l’ami de M. Fothergill, qu’il regrette avec la sensibilité d’un homme & la résignation d’un chrétien ». (Critical Review).

116Janvier 1783, (Bibliographie de l’Europe. Russie). – Enumeratio plantarum quae in horto viri ill. Dni. Procopii à Demidof consiliarii status actualis Moscuæ vigent : recensente P. S. Pallas. Catalogue rédigé par M. Pallas, des plantes subsistantes dans le jardin de M. Procope de Demidof, conseiller-d’état à Moscow. 12 (I) : 424-425.  Ce catalogue de 2200 plantes, auquelles on conserve les noms de Linné, en y joignant les noms russes, est précédé d’une préface & d’une addition. […] L’addition consiste dans la description de deux plantes rares, dont l’une ici nommée Demidovia Tetragonoides, & envoyée par M. Jacquin, sous le nom de Tetragonia cornuta, paroît originaire de l’Amérique & annuelle : & l’autre nommée Doronicum altaicum a la plus grande ressemblance avec la Pardalianche. Ces deux plantes sont proprement figurées avec leurs couleurs naturelles. On ne vend point ce catalogue : il se donne. Il sera agréable aux botanistes d’apprendre à cette occasion que l’im-pératrice de Russie a chargé M. Pallas de travailler à la description de toutes les plantes utiles & dignes de remarque, qui croissent dans l’Empire Russe. La description de celles des plantes qui sont généralement connues ou souvent gravées, ne sera point accompagnée de leur figure : ce qui réduira le nombre des planches à environ 600 parfaitement enluminées. […] Tous les exemplaires sont destinés en présens, ainsi que M. Pallas l’a notifié dans un avis imprimé en allemand & en françois ». [Demidovia tetragonoides Pallas, = Tetragonia tetragonoides (Pallas) O. Kuntze (la Tétragone ou épinard de la Nouvelle-Zélande) ; Doronicum altaicum Pallas].

117Février 1783, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Enchiridion botanicumcomplettens caracteres genericos & specificos plantarum par insula Britannicae sponte nascentium. Editis Arthurus Brougton, D. M. in-12. 1782. A Londres, chez Robinson. (Critical Review). 12 (II) : 388.

118Février 1783, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  « La mort du célèbre Linné n’a point entrainé la ruine de l’étude de l’histoire naturelle en Suède. On espère de le voir revivre dans M. Charles de Linné, professeur royal en médecine & en botanique dans l’université d’Upsal, & dans M. Thunberg, dont nous avons eu lieu de faire plusieurs fois une mention honorable que nous serons dans le cas de réitérer. Déjà en décembre 1780 M. de Linné a publié une dissertation ou these soutenue sous sa présidence par M. Lundmarck : Dissertatio de Lavandula, dans laquelle aux quatre espèces de la 13e. édition du système de plantes de Linné il en a ajouté deux, dont il donne les descriptions & les figures. Il décrit l’une, dont il ignore la patrie, Lavandula pinnata foliis petiolaris pinnatis foliolis cuneifornibus, spica imbricata, suivant l’herbier de M. Thunberg : quoique Jacquin en eût aussi donné la description & le dessin, les auteurs du supplément de Linné de 1781, ne paroissent point l’avoir connue : l’autre Lavandula carnosa foliis petiolatis ovato-cordatis serratis carnosis, spica tetragona, calycibus recurvatis. Elle vient de Sadrassa dans les Indes-Occidentales. On dit quelques mots de sa culture & de son usage, & l’on en donne aussi la figure. En avril 1781, la méthodus muscorum illstrata est sortie de la même plume : morceau à comparer avec le fundamentum historiae naturalis muscorum frondosum ; Leipzig 1782. Dans les noms & les descriptions M. de Linné ne craint pas de s’écarter quelquefois de son savant père ». 12 (II) : 412-413.

119Février 1783, (Bibliographie de l’Europe, Hollande). – Verhandelingen uitgegeeven door de Hollandsche maatschappye der weetenschappen te Haarlem. Mémoires de la société Hollandoise des sciences de Haarlem, seconde partie du 19e  vol., & 1ere partie du 20e . 12 (II) : 413-415. « Parmi les mémoires, celui de M. le Francq de Berkhey, qui a été couronné par la société, occupe la premiere place. Il s’agissoit de déterminer quelles sont les plantes, outre l’algue & le prunelier, qui pourroient le mieux servir à lier ensemble le sable des dunes ». […].

120Mars 1783, (Bibliographie de l’Europe, France). – Voyage aux Indes-Orientales & à la Chine, fait par ordre du roi, depuis 1774 jusqu’en 1781, dans lequel on traite des mœurs, de la religion, des sciences & des arts indiens, des chinois, des Pegouins & des Madegasses ; suivi d’observations sur le Cap de Bonne-Espérance, les isles de France & de Bourbon, les Maldives, Ceylan, Malacca, les Philippines & les Moluques, & de recherches sur l’histoire-naturelle de ces pays, par M. Sonnerat, commissaire de la marine, naturaliste, pensionnaire du roi, correspondant de son cabinet & de l’académie royale des sciences de Paris, membre de celle de Lyon, deux volumes in-4to., enrichis de cent-quarante gravures exécutées par d’habiles artistes ; quatre-vongt-cinq sont relatives aux costumes, aux arts, aux monumens & aux cérémonies religieuses des Indiens & des Chinois ; les autres représentent des quadrupèdes, des oiseaux & des plantes. 12 (III) : 421-423.

121Avril 1783, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Vollstaendiges verzeichniss aller gewaechse Deutschland. Catalogue complet de toutes les plantes d’Allemagne. A Leipzig, chez Krusius, 1783, Ier. vol. de deux alphabets & quelques feuilles, in-8vo. (2 reichsthal.). 12 (IV) : 396-397. « L’auteur anonyme, qui est membre de la société des naturalistes de Berlin, a réduit en un seul catalogue tous les catalogues des plantes des diverses provinces d’Allemagne, dans laquelle on comprend la Suisse & les Pays-Bas, en suivant les principes du système de Linné. Un des mérites de ce catalogue est le revoi aux livres de botanique dont les descriptions sont prises, avec l’indication de l’usage de chaque plante, & aussi les noms des écrivains qui en ont traité plus amplement. Il n’est pas imprimé correctement ».

122Mai 1783, (Novelle letteravie). – Notice sur M. Jean Targioni Tozzetti. 12 (V) : 247-252. [Notice biographique suivie d’une Liste chronologique des ouvrages imprimés du docteur Jean Targioni Tozzetti].

123Mai 1783, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Ueben die grosse Amerikanische aloé, &c. Mémoire sur le grand-Aloès d’Amérique nommé Agave, à l’occasion de ce qu’il a fleuri dans le jardin des plantes médicales de Hambourg ; par M. Schulze. A Hambourg, chez Herold, 1782, in-8vo. de 64 pag. 12 (V) : 424-425. « On y nomme avec éloge les Hambourgeois qui s’occupent de l’histoire-naturelle, & ont contribué à étendre la connoissance des plantes. On y fait rapport des plantes remarquables qui ont fleuri depuis peu dans les jardins de Hambourg. On y décrit exactement l’agave. Cette monographie instructive est écrite avec beaucoup de goût ».

124Juin 1783, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  Aominnelse-Tal, &c. Eloge funebre de M. Kalm, lu le 25 novembre 1780, dans l’académie royale des sciences, par M. Odhelius, docteur en médecine, &c. 12 (VI) : 420-422.

125Août 1783, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Enchiridion botanicum complettens characteres genericos & specificos plantarum par insula Britannicae sponte nascentium : ex Linnae aliisque desumptos. Editis Arthurus Brougton, D. M. in-8vo. 1782. Londres, chez Robinson. 11 (VIII) : 368. « Le dessein de l’éditeur paroît avoir été de donner un manuel aux botanistes ; il ne s’est toutefois borné qu’aux caractères génériques & spécifiques des plantes. Les personnes qui connoissent le système de Linné, & qui sont profondes dans l’étude des plantes, trouveront beaucoup d’avantage dans cet ouvrage. Le catalogue des plantes de la Grande-Bretagne est pris d’Hudson & de Lighfoot ». (Monthly review).

126Août 1783, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – A system of vegetables ; &c. Système des végétaux, suivant leurs classes, ordre, genre & espèce, avec leur caractère & différence. Traduit de la treizieme édition publiée par le docteur Murray du Systema vegetabilium de feu le professeur Linné, & du Supplementum plantarum du professeur Linné actuellement vivant ; par une société Botanique.A Litchfield. N°. I. in-8vo. 1782. 12 (VIII) : 383. « Tout ce qui peut servir à étendre une science aussi utile que la botanique, mérite l’approbation du public. L’ouvrage que nous annonçons n’est qu’une partie [qui consiste en 178 pages] d’une traduction littérale en anglois de la dernière édition du Systema vegetabilium de Linné, publiée par le docteur Murray, d’après les papiers de l’auteur, & contenant beaucoup d’additions & de changemens. Les traducteurs se sont encore servi en partie d’un nouvel ouvrage, publié par le docteur Linné actuellement vivant, sous le titre de Supplementum plantarum ». (Monthly review).

127Septembre 1783, (Universal magazine). – Observations sur la chaleur & sur la terre ; par rapport à la végétation. 12 (IX) : 336-342.

128Septembre 1783, (Bibliographie de l’Europe, Angleterre). – Observations on such nutritive vegetables, &c. Observations sur les végétaux nutritifs qui peuvent être substitués à la place du pin ordinaire, tiré du françois de M. Parmentier. A Londres, in-8vo. 1783, chez Murray. 12 (9) : 405-406. « L’auteur a pris ce qu’il a trouvé de meilleur dans M. Parmentier ». [Suit ici une longue liste des plantes citées dans l’ouvrage].

129Septembre 1783, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Supplementum plantarum systematis vegetabilium editionis decimae tertiae, generum plantarum editionis sexrae, & specierum plantarum editionis secundae à &c. Supplément à la 13e édition du système des plantes, comme aussi à la 6e édition des genres de plantes, & à la 2dc. édition des espèces des plantes, par M. Charles de Linné, docteur en médecine, professeur de botanique & garde du jardin botanique d’Upsal. A Brunsvic, aux dépens de la maison des orphelins, 1781, grand in-8vo. d’un alphabet 7 feuilles. 12 (IX) : 415-416. « Après la 13e édition du système des plantes de Linné, donnée en 1774, par M. le conseiller Murray, nous ne sachons point que quelqu’un ait travaillé à y joindre les nouvelles découvertes, si ce n’est que feu M. Reichard a profité de quelques écrits académiques, que feu M. le chevalier de Linné avoit publiés postérieurement, pour faire quelques additions. La mort a empêché feu M. de Linné, d’achever lui-même un supplément qu’il avoit commencé, & auquel M. son fils a mis la dernière main : c’est celui-ci. […]  Il prend occasion de plusieurs pour rendre son hommage de reconnoissance aux botanistes modernes, dont il immortalise les noms, tels que Thouin, Rottboel, Roussel, Cusson, du Roi, Commerson, Masson, Pallas, Sonnerat, Alston, Fothergill, Thunberg, Aiton, Forster, Barnades, Mutis, &c. La plupart de ces plantes viennent de Surinam, du Mexique, du Cap, de Tranquebar, de Ceylan, du Japon, des Canaries. […] ».

130Septembre 1783, (Bibliographie de l’Europe). – Traité sur la mycitologie ou Discours historique sur les champignons en général, dans lequel on démontre leur véritable origine & leur génération, d’où dépendent les effets pernicieux de ceux que l’on mange, avec les moyens de les éviter. Opuscule avec figures, par Natalis Joseph de Necker, botaniste de S. A. S. l’électeur Palatin duc de Bavière, historiographe du Palatinat du Rhin, & des duchés de Berg & Juliers, membre ordinaire de l’académie électorale des sciences de Mannheim, & associé étranger à diverses académies des sciences de l’Europe. A Mannheim, chez Mathias Fontaine, libraire privilégié de S. A. S. électorale palatine, 1783, grand in-8vo. de 145 pag.  12 (IX) : 424-427. «  Ce traité faisoit partie d’un mémoire, embrassant toute la prétendue cryptogamie du chevalier de Linné, lequel mémoire a été envoyé à l’acad. Imp. des sciences de Pétersbourg le 17 de septembre 1781, pour concourir au prix qu’elle avoit proposé en 1779. Quoiqu’elle en ait couronné un autre, dans sa séance du 22 de mars 1783, l’auteur n’a pas été découragé, par ce manque de succès, de publier cette quatrième partie de son mémoire, dont il promet les trois autres dans la suite ».

131Octobre 1783, (Anonyme). –  Traité sur la mycitologie, ou Discours historique sur les champignons en général, dans lequel on démontre leur véritable origine & leur génération, d’où dépendent les effets pernicieux & funestes de ceux que l’on mange, avec les moyens de les éviter. Opuscule avec figures par Natalis Joseph de Necker, botaniste de S. A. S. l’électeur Palatin, duc de Bavière, historiographe du Palatinat du Rhin & des duchés de Berg & Juliers, membre ordinaire de l’académie électorale des sciences de Mannheim, & associé étranger à diverses académies des sciences de l’Europe. A Mannheim, chez Mathias Fontaine, libraire privilégié de S. A. S. électorale Palatine. 1783. Grand in-vo. De 148 pages. 12 (X) : 98-113.

132Octobre 1783, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  « M. André Sparmann, intendant du cabinet d’histoire naturelle de l’académie royale des sciences de Stockholm, a traduit en suédois & fait imprimer en 47 pages, chez Brodin, la relation du dernier voyage & de la triste fin du capitaine Cook. Il y joint un court extrait de son propre voyage qui est prêt pour l’impression. Ce fut en 1772 qu’il fit voile pour le cap de Bonne-Espérance, où il s’arrêta six jours à herboriser dans le pays, & il revint en mars 1775, après avoir accompagné Mrs. Forster dans la mer du Sud ; alors il entreprit un voyage de trois cens lieues dans le cœur de l’Afrique qui  dura 9 mois : la relation d’un voyage aussi intéressant, qui dera connoître des pays entièrement inconnus, & leurs productions, est attendue avec impatience ». 12 (X) : 423-424.

133Décembre 1783, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – A. I. Retzii prolegomena in pharmacologiam regni vegetabilis, &c. Prolégomenes de Retzius sur la pharmacologie du regne végétal à l’usage des études particulières. A Leipzig, 1783, in-8vo. de 78 pag. « C’est un abrégé des principes les plus essentiels de la composition des médicamens ». […]. 12 (XII) : 424-425.

134Mars 1784, (Journal encyclopédique). – De l’électricité des végétaux ; ouvrage dans lequel on traite de l’électricité de l’athmosphère sur les plantes, de ses effets sur l’économie des végétaux, de leurs vertus médico & nutritico-électriques, & principalement des moyens de pratique de l’appliquer utilement à l’agriculture, avec l’invention d’un électro-végétometre, avec figures en taille-douce ; par M. l’abbé Bertholon, de Saint-Lazare, professeur de physique expérimentale des états-généraux de la province de Languedoc, des académies royales des sciences de Montpellier, Bezier, Lyon, Marseille, Nîmes, Dijon, Rouen, Toulouse, Bordeaux, Villefranche, Rome, Madrid, Hesse-Hombourg, &c. A Paris, chez Didot jeune, quai des Augustins. 1783. Vol. in-8vo. de 468 pages. 13 (III) : 3-32.

135Mars 1784, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Hortus Panciaticus, o sia catalogo, &c. Hortus Panciaticus, ou catalogue des plantes exotiques, & des fleurs qui sont dans le jardin de la maison de campagne dite la Loggia, près de Florence, appartenant à M. le marquis Nicolas Panciatichi, directeur de l’académie royale des Géorgophiles, décrit par Joseph Piccinoli, garde dudit jardin, & associé de ladite académie des Géorgophiles, dédié à M. le marquis Panciatichi. A Florence, 1783, de l’imprimerie de la Rovere. In-4to. de 32 pages, avec une planche colorié. 13 (III) : 392-393. « Le jardin de M. le marquis Panciatichi, dit la Loggia, mérite aussi d’être distingué, […] parce qu’il est le seul jardin à fleurs en Toscane, consacré en outre aux plantes exotiques & rares, dont on voit le catalogue dans le livre que nous annoçons. L’auteur donne d’abord une description historique & topographique du jardin ; ensuite vient le catalogue des plantes par ordre alphabétique, au nombre de 307, auquel est joint celui des jacinthes, au nombre de 49, celui des renoncules au nombre de 118, & celui des œillets  au nombre de 161, sans beaucoup d’autres fleurs & plantes, entre autres la  panciatica purpurea [= Cadia purpurea (G. Piccioli) Aiton, Fabaceae]. Cette plante a été apportée à Florence par le célèbre voyageur M. le chevalier Jacques Bruce, à son retour de l’Abyssinie ; en voici la dénomination selon le style botanique : Panciatica purpurea foliis pinnatis, multijugis, foliolis ninearibus retusus, ramis petiolisque pubescentibus ; enfin est un mémoire sur la culture des ananas ; le tout de la composition de Joseph Piccinoli [Piccioli] ».

136Mars 1784, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Historical view of the taste for gardening, &c. Tableau historique du goût dans l’art du jardinage parmi les anciens. In-8vo. Londres 1783, chez Dilly. 13 (III) : 401. « Cet ouvrage est plus savant qu’agréable ».

137Mars 1784, (Monthly review). – Flora Londinensis, &c. Flora Londinensis ; par Guillaume Curtis. I vol. in-folio. A Londres, 1783, chez White. 13 (III) : 410-412. «  Cet ouvrage précieux paroît par numéros ; dont chacun contient six planches ; chaque planche représente une plante suivant sa grandeur naturelle ; […] Chaque planche est accompagnée d’une légère description, en latin & en anglois […] Afin que le lecteur puisse juger de la méthode que l’auteur a suivie, nous lui présenterons l’article Verbena, Vervene ». [Suit ici  la reproduction de l’analyse de Verbena officinalis L.].

138Mars 1784, (Bibliographie de l’Europe. Hollande). –  Seb. Just. Brugmans differt. Ad quaestionem ab academiâ Divionensi propositam : Quaenam sunt plantae inutiles & venenatae quae prata insiciunt, eorumque diminuunt fertilitatem ; quaenam sunt porro media aptissima illis subitituendi plantas salubres, ac utiles, nutrimentum sanum ac abundans pecori praebituras ? Praemio condecorata : Sissertation de M. Brugmans, qui a remporté le prix proposé par l’académie de Dijon sur la question : quelles sont les plantes inutiles & venimeuses qui infectent les prairies & en diminuent la fertilité, quels sont aussi les meilleurs moyens de leur substituer des plantes salubres & utiles propres à fournir aux bestiaux une nourriture saine & abondante ? A Groningue, chez Doekema, 1783, in-8vo. de 90 pag. 13 (III) : 443-444.

139Mars 1784, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Resa till goda Hopps-Udden, &c. Voyage au cap de Bonne-Espérance, au pays des Hottentots & des Cafres, &c. fait dans les années 1772 - 1776, par M. André Sparrman, docteur & professeur de médecine, de l’académie royale des sciences de Suede & intendant de son cabinet d’histoire-naturelle, 1ère partie. A Stockholm, chez Nordstroem, 1783, grand in-8vo. de 766 pag. 13 (III) : 450-455. « Il est rare de voir un savant entreprendre un aussi long voyage avec plus d’abnégation de soi-même & de constance à la garde de dieu, que M. Sparrman qui, avec très-peu de moyens, a eu la constance de s’enfoncer dans un pays où la chaleur & l’aridité du climat, le défaut de chemins frayés, les danger à craindre des hommes & des bêtes, le manque d’eau & de toute autre nourriture que du gibier qu’il lui falloit chasser lui-même, & l’ignorance de la langue lui opposoient à chaque pas une infinité de difficultés à surmonter. Mais Linné, son maître, lui avoit représenté les beautés de la nature avec des couleurs si attrayantes, il lui avoit si souvent marqué son regret de n’avoir pas profité, tandis qu’il étoit en Hollande, des offres qui lui furent faites de la conduire au cap de Bonne-Espérance, qu’il l’enflamma du désir d’examiner cette région si différente de la nôtre & de s’exposer à tout pour se satisfaire. […] Peu après son arrivée au cap M. Sparrman eut l’agréable surprise d’y voir aborder M. le professeur actuel Thunberg, son ami, qui devoit aller passer l’hiver à Bay-Falso. […] M. Sparrman quitta le cap à la fin de novembre 1772, pour accompagner dans la mer du Sud le capitaine Forster ».

140Avril 1784, (Affiches, annonces & avis divers). – Observations sur le cirier, arbrisseau de l’Amérique, par M. P. de la Coudreniere. 13 (IV) : 375-377. [= Myrica cerifera L.].

141Mai 1784, (Journal de littérature, des sciences & des arts). – Flore de Bourgogne, ou catalogue des plantes naturelles à cette province, & de celles qu’on y cultive le plus communément, avec l’indication du sol où elles croissent, du tems de leur floraison, & de la couleur de leurs fleurs. Propriétés des plantes de cette province, relativement à la médecine, à l’agriculture & aux arts. Ouvrage rédigé pour servir aux cours publics de l’académie de Dijon. A Dijon, chez L. N. Frantin, imprimeur du roi ; & se trouve à Paris, chez Moutard, imprimeur-libraire, rue des Mathurins, hôtel de Cluny : 2 vol. in-8vo. de 520 & de 290 pages, sans compter les avertissemens & les tables de 78 & de 80 pag. Prix 10 liv. brochés. 13 (V) : 124-133. [Cette Flore de Bourgogne est l’œuvre de Jean-François Durande, et fait suite aux Notions élémentaires de botanique, & la Carte, en 1781, du même auteur].

142Mai 1784, (Anonyme). – Particularités sur l’histoire-naturelle de la Corse. Extrait de l’ouvrage anglois intitulé : Relation de l’isle de Corse ; par M. Boswel. 13 (V) : 310-316.

143Juin 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Elenchus Fungorum. Description des genres & especes des champignons, par M. Batsch docteur en philosophie, avec 57 figures des champignons des environs d’Iéna, peints d’après nature par l’auteur, & gravés & enluminés par le sieur Capieux. A Halle, chez  Gebamer, 1783, grand in-8vo. de dix feuilles en deux colonnes, l’une pour le latin & l’autre pour l’allemand. 13 (VI) : 422. « L’auteur ajoute beaucoup aux recherches de Michelrus & Schaesser sur les champignons. Il les divise suivant leurs instrumens de fructification & leurs semences en neuf genres principaux ».

144Juin 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Die deutsche gistpflanzen, &c. Les plantes vénéneuses d’Allemagne, décrites suivant leurs caracteres botaniques, pour prévenir les accidens funestes, avec les moyens d’y remédier ; par M. Halle, professeur du corps royal des cadets à Berlin. Ibid. chez Pauli, 1784, grand in-8vo. avec 16 planches de figures enluminées au naturel. 13 (VI) : 422. « Cet ouvrage renferme la description de 67 plantes vénéneuses ; & la figure seulement des 16 principales ».

145Juillet 1784, (Anonyme). – Mémoire sur la question : Quels sont les végétaux indigènes que l’on pourroit substituer, dans les Pays Bas, aux végétaux exotiques, relativement aux différents usages de la vie ? Qui a remporté, en 1783, le prix de l’académie impériale & royale des sciences de Bruxelles ; par M. François-Xavier Burtin, médecin consultant de feu S. A. R. le duc Charles de Lorraine, &c.Membre de la société royale de médecine de Paris & de celle de Nancy, de l’académie hollandoise des sciences de Harlem, & de la société de physique, histoire-naturelle & chymie de Lausane. Avec cette épigraphe : ….. Peregrina quid oequora tentas ? Quod quaeris, tua terra dubis…. Vol. in-4to. de 200 pages. A Bruxelles, de l’imprimerie académique, 1784. 13 (VII) : 180-187.

146Août 1784, (lettres envoyées à L. F. Dethier, de Theux). – Notices sur l’histoire-naturelle, l’agriculture, le commerce, &c. de l’isle de Bourbon en Afrique, tirées de quelques lettres de M. Fréon, Liégeois, premier conseiller au conseil souverain de l’isle de Bourbon, de la société royale d’agriculture de Paris, ac. & c. 1

147Août 1784, (Monthly review). – A Catalogus of the british, &c. Catalogue des plantes britanniques, médicinales, culinaires, &c. cultivées dans le jardin botanique de Londres ; par William Curtis, auteur du Flora Londinensis, in-12. 1783. A i*) Londres, chez White. 13 (VIII) : 404-405.

148Août 1784, (Monthly review). – Flora Diaetetica : or, history, &c. Flora Diaetetica, ou histoire des plantes culinaires, domestiques & étrangères, dans laquelle elles sont exactement décrites & réduites à leurs noms génériques & spécifiques selon le système de Linné. Avec leurs noms Anglois annexés & rangés sous sept classes générales, savoir : I° racines ; 2° rejettons, tiges, &c. 3° feuilles ; 4° fleurs ; 5° graines ; 6° fruit à noyau ; 7° pommes ; 8° légumes ; 9° grain ; 10° noix ; 11° champignons ; & avec un exposé particulier de la manière de les apprêter ; avec l’endroit où chaque espèce vient, leurs variétés & propriétés physiques, & à la fois avec tout ce qui est curieux ou remarquable à leur égard. Le tout rangé par méthode, de manière à former une légère introduction à la science de la botanique ; par Charles Bryant, de Norwich. In8vo. 1783. A Londres, chez White. 13 (VIII) : 406-407. « Cet ouvrage mérite d’être placé parmi la précieuse collection d’essais sur divers sujets d’histoire-naturelle ».

149Septembre 1784, (New annual register). – Méthodes de botanique, avant que Linné écrivît ; traduit de l’anglois. 13 (IX) : 327-331.

150Octobre 1784, (Journal des savans). – Voyage pour la Botanique. 13 (X) : 339-341. « M. Dombey, habile botaniste, ayant été au Pérou, pour herboriser, & de là au Chili, écrivoit de Santiago, le 20 août 1783, qu’il se proposoit de partir au mois d’octobre, pour aller au Callao, qui est le port de Lima au Pérou, & de passer en Europe sur le premier vaisseau de registre, avec vingt caisses de plantes & quarante caisses de différens objets d’histoire-naturelle. Il a recueilli vingt années d’observations météorologiques faites à Lima ; il a envoyé beaucoup de graines au jardin du roi, & la description de plusieurs nouveaux genres de plantes ; il y en a un auquel il a donné le nom de M. Bancks, président de la société royale de Londres, & un autre qu’il a appellé Landia, du nom de M. de la Lande, de l’académie des sciences. En voici la description envoyée par M. Dombey, qui étoit dans la province de Tarma, parmi les Chunchos, au Chili ». [Suit ici la diagnose latine du Landia lappacea Dombey ; = Krameria lappacea (Dombey) Burdet & B. B. Simpson].

151Octobre 1784, (Journal de Paris).  – Lettre de M. Parmentier, sur les moyens de prévenir la dégénération des pommes de terre. 13 (X) : 353-356.

152Octobre 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Die deutschen gift-pflanzen zu verhutung der tragischen  vorsaelle in den haushaltung, &c. Les plantes venimeuses d’Allemagne, décrites suivant leurs signes botaniques, & les moyens de remédier à leurs effets ; par M. Halle, professeur au corps des cadets de Berlin. A Berlin, 1784, in-8vo.de huit feuill. « – Indépendamment des descriptions de seize plantes, descriptions la plupart tirées des ouvrages connus du professeur Gmeling, on trouve ici l’histoire de leurs incovéniens & les avis nécessaires pour s’en garantir ». 13 (X) : 404.

153Octobre 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  M. le professeur J. R. Forster a traduit du suédois en allemand, les observations de feu M. son père, sur les matières de géographie physique, d’histoire-naturelle & de philosophie morale : Bemerkungen ueber gegenstaende der physischen erdbeschreibung, naturgeschichte, &c. avec des additions & des notes. Le même M. J. R. Forster a bien voulu revoir la version que M. Groskurd a faite des intéressants voyages de M. Sparmann, au cap de Bonne-Espérance, in-8vo. de 624 pag. l’un & l’autre, à Berlin, chez Haude & Spener. 13 (X) : 410-411.

154Octobre 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Feu M. Trew commença de publier à Nuremberg, en 1763, les descriptions & figures des plantes rares, sous le titre de Plantae rariores, dont le premier cahier ou décas I, se recommande par la beauté des figures qui sont de Keller, & le cedent peu aux Plantae selectæ. Depuis peu, M. le professeur Vogel d’Alstorf [Altdorf], qui a pris soin de la dernière partie des Plantae selectæ, a aussi donné le second cahier ou décas II, des Plantae rariores, qu’il a fait graver graver avec autant d’exactitude que de magnificence, par le Sr. Wirsing, célèbre artiste de Nuremberg. Les dix plantes de cette seconde décade, sont 11. Crassula obvallata, 12. Crassula cultrata, 13. Lepidium perfoliatum, mieux que partou ailleurs, 14. Sophora coerulea, d’après le dessin d’Ehret, 15. Tragia volubilis, 16. Atropa solanea, 17. Crataegus crus galli, 18. Anchusa italica, où l’on voit l’inexactitude des figures qu’on avoit données précédemment ; 19. Salvia canariensis, 20. Impatiens noli tangere virginiana. Le IIIe. cahier suivra. 13 (X) : 411.

155Décembre 1784, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Hortus Upotens [sic Hortus Uptonensis], & c., Le jardin d’Upton, ou catalogue de plantes, dans le jardin du docteur Fothergill, à Upton, lors de sa mort, en 1781 [1780]. In-8vo. A Londres, chez Dilly, 1784.  13 (XII) : 411. « Cet ouvrage contient une liste des plantes, qui étoient dans la serre du docteur Fothergill, au moment de sa mort. Un catalogue si riche fait voir la liberalité, la persévérance & l’attention de ce savant amateur. Ce n’est point une pure nomenclature, tels que sont ordinairement les catalogues des botanistes ; il a un avantage sur tous les autres de son espèce, en ce que les noms indiens sont ajoutés au bas de chaque page, avec quelques notes curieuses, qui annoncent les dernières découvertes des plantes & leurs usages économiques. […] ». (Monthly review).

156Décembre 1784, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Caroli à Linné equitis systema vegetabilium. Le système des végétaux du chevalier de Linné. 14e. édit. A Goettingen, chez Dietrich, 1784. in-8vo. de 2 alp. 18 feuil. 13 (XII) : 425.  « Depuis la 13e. édit. De 1774, il s’est fait beaucoup de découvertes dont l’éditeur, M. le conseiller Murray, a profité, pour augmenter l’ouvrage du fameux botaniste Suédois. Mrs. Thunberg & Jaquin l’ont aidé de leurs lumières ».

157Décembre 1784, (Bibliographie). – Flora Japonica, &c. La Flora japonoise dans laquelle les plantes des isles du Japon sont réduites à vingt classes, suivant le systême sexuel corrigé, avec leur ordre, leurs genres, espèces & différences spécifiques, quelques synonymes, leurs descriptions & trente-neuf fig. ; par M. Charles-Pierre Thunberg. A Leipzig, chez Muller, grand in-8vo. d’un alp. 7 feuil. & dem. 13 (XII) : 426.  « Ouvrage dont l’exécution remplit l’attente publique. M. Thunberg a fait sa collection de plantes au Japon même pendant un séjour de 16 mois, depuis le mois d’apût 1775. Ayant témoigné en Hollande son désir de vois le Japon, à la recommandation de M. le professeur Nicolas Burmann, Mrs. Les bourguemestres d’Amsterdam Temmink & van der Poll, avec les conseillers Deutz & Ten Hoven, ont fait les frais de son voyage pour qu’il en rapportât de nouvelles plantes & semences propres pour leurs jardins & celui d’Amsterdam ». 

158Mars 1785, (Année littéraire ; Journal des savans). – Etudes de la nature ; par Jacques-Henri Bernardin de Saint - Pierre, avec cetteépigraphe : Miseris succurrere disco. A Paris, de l’imprimerie de Monsieur, chez Didot, jeune, quai des Augustins, 1784, trois volumes in-12. d’environ 300 pages chacun. Prix, I0 liv. brochés. 14 (III) : 87-93.

159Avril 1785, (Année littéraire ; Journal des savans). – Etudes de la nature ; par Jacques-Henri Bernardin de Saint - Pierre, avec cetteépigraphe : Miseris succurrere disco. Second extrait. A Paris, de l’imprimerie de Monsieur, chez Didot, jeune, quai des Augustins, 1784, trois volumes in-12. Prix, I0 liv. brochés. Second Extrait. 14 (IV) : 86-103.

160Avril 1785, (Journal des savans). – Voyage de M. des Fontaines, de l’académie royale des sciences de Paris, dans le désert de Tunis. 14 (IV) : 327-341. « L’Académie des sciences ayant voulu seconder le zele d’un jeune botaniste qu’elle venoit de recevoir, lui a procuré les moyens de voyager en Afrique. […] ».

161Mai 1785, (Palissot de Beauvois). – Extrait d’une lettre de M. Palissot de Beauvois, correspondant de l’académie royale des sciences, aux auteurs du Journal de Paris, sur la nature des champignons. 14 (V) : 315-317.

162Mai 1785, (Hécart). – Lettre aux rédacteurs du Journal sur l’efficacité de la pomme de terre dans les brûlures. (Valencienne, 14 avril 1785.). 14 (V) : 323-324.

163Juin 1785, (Anonyme). – Traité théorique & pratique de la végétation contenant plusieurs expériences nouvelles & démonstratives sur l’économie végétale & sur la culture des arbres ; par M. Mustel, ancien capitaine de dragons, chevalier de l’ordre royal et militaire de St. Louis, des académies de Rouen, Dijon, Châlons, de la société des arts de Londres, & de plusieurs sociétés d’agriculture. Tomes III & IV. A Rouen, chez le Boucher, jeune, libraire, rue Ganterie ; & à Paris, chez Nyon aîné, rue du Jardinet ; Jombert jeune, rue Dauphine ; Didot jeune & Barois jeune, quai des Augustins, 2 vol. in-8vo. avec figures. 14 (VI) : 92-97.

164Juin 1785, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – P. Andreae Murray –– opuscula. Les opuscules de M. Murray, 1er vol. A Goettingen, chez Dietrich, 1785, grand  in-8vo. de 392 pag. 14 (VI) : 390. « Ce sont les mémoires de médecine & d’histoire-naturelle de l’auteur, qu’il a retouchés & dédiés à l’acad. Des sciences de Stockholm. Il y en a ici dix, savoir, I°  de arbuto uva ursi, 2° de natura foliorum de arboribus cadentuim, […] ».

165Août 1785, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – The religious use of botanical philosophy, &c. L’usage religieux de la philosophie botanique : sermon prêché à St. Léonard, Shoderich, le I juin 1784, pour montrer la sagesse de dieu, dans la création des végétaux ; par Guillaume Jones, maître-es-arts, membre de la société royale de Londres. In-4to. 1785. A Londres, chez Robinson. 14 (VIII) : 402-403. « Ce sermon, dont le but est suffisamment expliqué dans le titre, a été prêché suivant la clause du testament de feu M. Fairchild (*), qui a laissé vingt schelling pour être payés annuellement, à celui qui prononce un sermon sur ce sujet ; mais depuis on a augmenté cette somme qui est actuellement de trois guinées. C’est la société royale qui nomme le prédicateur. Le discours que nous annonçons traite des particularités suivantes : I°. De la forme & structure des végétaux. 2°. De la manière dont ils croissent. 3°. De leurs usages naturels, quant à la nourriture & la médecine. 4°. De leurs usages moraux, quant au progrès de la prudence humaine & de la loi religieuse. (*) Il étoit jardinier à Hoxton ; il mourut en 1729 ».

166Août 1785, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – A system pf vegetables, &c. Système des végétaux : traduit (en anglois) de la 13e. édition du Systema Vegetabilium, du professeur Linné, actuellement vivant ; par une société botanique de Lichfield (*). In-8vo. 2 vol. 14 (VIII) : 404-405. 2

167Octobre 1785, (Efemeridi letterarie). – Saggio di storia Americana, &c. Essai d’histoire d’Amérique, ou histoire naturelle, civile & sacrée des royaumes & des provinces Espagnoles de la Terre-Ferme dans l’Amerique méridionale, décrite par l’abbé Philippe-Salvator Gilii, & dédiée à S. S. Pie VI, heureusement régnans. Tome IV. Etat présent de la Terre-Ferme. A Rome, in-8vo. 1784, chez Louis-Perego Salvioni, imprimeur. 14 (X) : 160-169. « Le premier livre est consacré aux plantes & aux animaux de la Terre-Ferme, tant indigenes que transportés de l’Espagne. […] Après avoir parlé des plantes des climats chauds, utiles en médecine, notre auteur traite des arbres, comme du cédre, du grenadier & autres, dont le bois seroit propre à l’usage des ébenistes. M. L’abbé Gilii passe ensuite aux fruits propres aux mêmes climats chauds du continent ; il consacre un chapitre entier au cacaotier, parlant de sa culture & de son fruit ; il démontre en même tems que c’est un arbre indigene de l’Amérique, quoiqu’au tems de sa découverte il se trouvât très-rare : il finit par agiter la question, s’il est vrai que les Américains, & nommément les Mexicains faisoient de cet arbre le même usage que nous en faisons pour notre chocolat. […] Après l’examen & l’énumération des plantes indigenes des climats chauds de Terre-Ferme, notre auteur passe en revue les exotiques qui y ont été transportées depuis la découverte de l’Amérique ; on indique toutefois celles qui ont bien ou mal réussi ». [Notons que référence à cette publication a déjà été commentée dans les n° de juin 1781, p. 106-116 ; janvier 1782, p. 75-90 et juillet 1784, p. 187-209, mais sans aborder le sujet dont nous nous occupons ici, les plantes].

168Octobre 1785, (Journal général de France). – Nouvel hygromètre de plantes marines. 14 (X) : 342-344.

169[Lettre datée du 25/5/1785, signée par le comte de la Guerrande, à propos de l’utilisation de Fucus pour servir d’hygromètre].

170Octobre 1785, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Memoria sulla cultura, &c. Mémoire sur la culture & l’usage économique du Poligonum Tartaricum, présenté à la société géorgique de Montecchio ; par Maxime Moreschini, docteur en philosophie & médecine, agrégé à l’académie Etrusque de Cortone, & membre correspondant de la même société géorgique, & de celle de Corneto, le 20 janvier 1785. A Rome, 1785, de l’imprimerie de Jean Zempel. In-4to. 14 (X) : 404.« Le Poligonum Tartaricum [= Fagopyrum tataricum (L.) Gaertn. ; Sarrasin de Tartarie]est communément appellé bled noir de Sybérie. Le mémoire de M. le docteur Moreschini sur cet objet est très intéressant ». (Efemeridi letterarie).

171Octobre 1785, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Letters on the elements of botany, &c. Lettres sur les élémens de la botanique : adressées à une personne du beau-sexe, par le célèbre J. J. Rousseau, traduites en anglois, avec des notes, & vingt-quatre lettres, explicant pleinement le système de Linné ; par Thomas Martin, in-8vo. A Londres, chez White. 14 (X) : 407.  [L’auteur de la traduction est Thomas Martyn (1736-1825), professeur à Cambridge, et la « personne du beau-sexe » est l’épouse du banquier Etienne Delessert (1735-1816), née Madeleine Catherine Boy de la Tour (1747-1816), parents de Benjamin Delessert. Ces Lettres élémentaires sur la botanique à Madame Delessert, au nombre de huit, forment le commencement d’un cours abrégé de botanique].

172Décembre 1785, (Journal encyclopédique). – Dictionnaire des jardiniers, contenant les méthodes les plus sûres & les plus modernes pour cultiver & améliorer les jardins potagers, à fruits, à fleurs & les pépinières, ainsi que pour réformer les anciennes pratiques d’agriculture, avec des moyens nouveaux de faire & conserver le vin suivant les procédés actuellement en usage parmi les vignerons les plus instruits de plusieurs pays de l’Europe, & dans lequel on donne des préceptes pour multiplier & faire prospérer tous les objets soumis à l’agriculture, & la manière d’employer toutes sortes de bois de charpente ; ouvrage traduit de l’anglois, sur la huitième édition de Philippe Miller ; par une société de gens-de-lettres, & dédié à Monsieur. In-4to. Avec figures. Tome premier de 586 pages, contenant les lettres A - BOU. Et tome deuxième de 760 pages, renfermant les lettrines B – C. A Paris, chez Guillot, libraire de Monsieur, rue St.-Jacques, vis - à - Vis celle des Mathurins. A Nancy, chez Matthieu, libraire. 1785. 14 (XII) : 200-210.

173Décembre 1785, (Gazette de santé). Sur l’irritabilité des organes sexuels dans les plantes.14(XII) : 328-334. [Observations, consignées dans un mémoire, sur le mouvement des organes sexuels des plantes,  lu à l’Académie des sciences, par le (jeune à l’époque) botaniste Desfontaines, avant son départ pour les côtes de Barbarie].

174Janvier 1786, (Anonyme). – Effet extraordinaire d’une plante étrangère.15 (I) : 315-316. « On apprend par des lettres authentiques datées de Paris, le 24 septembre dernier, (dit-on dans le Censeur universel Anglois, N°. 106) que le comte de Montmorin, ci-devant ambassadeur extraordinaire de S. M. le roi de France à la cour de Madrid, a fait présent, en dernier lieu, à son maître, d’une plante très-extraordinaire, appellée l’arbre du diable, [Il s’agit de l’Arbre du diable (Hura crepitans L.)], dont le fruit est élastique, quand il est mûr, & crève avec un bruit éclatant, lançant sa graine au loin, quand il est sec. L’arbre est redevable de son nom à ce jeu de la nature : car à l’instant où il éclate, son bruit est semblable à celui d’une petite artillerie, & dont les coups se succèdent rapidement, & on peut l’entendre même à une certaine distance. Si l’on transporte ce fruit dans un endroit sec, avant qu’il soit mûr, ou qu’on le laisse exposé sur la cheminée d’une chambre où l’on n’entretient qu’une chaleur modérée, le même phénomene arrivera ».

175Janvier 1786, (Journal de Paris). – Annonce d’un ouvrage curieux sur la botanique & l’histoire naturelle des abeilles. 15 (I) : 320-322. [Copie d’une lettre écrite à Genève le 20 septembre 1785, signée Tingry, membre du collège de pharmacie de Geneve, démonstrateur de chymie & en histoire minéralogique, & plusieurs sociétés savantes].

176Janvier 1786, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Richardi Relhan A. M. collegii regalis capellani, Flora Cantabrigiensis, exhibens plantas agro Cantabrigiensi indigenas, secundum systema sexuale digestas. I-8vo. 1785. A Londres, chez White. 15 (I) : 403. « Cet ouvrage peut être d’une grande utilité aux botanistes qui sont nés ou qui résident dans le duché de Cambridge ».

177Janvier 1786, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Jacobi Dickson fasciculusplantarum cryptogamicarum Britanniae. In-4to. 1785. A Londres, chez Nicol. 15 (I) : 414. « Cet ouvrage est dédié au président de la société royale. Le but de l’auteur est de donner les plantes cryptogamiques de la Grande-Bretagne, qui ne se trouvent points dans Hudson, Lightfoot ou Curtis, ainsi que d’autres espèces, sur lesquelles se sont mépris les auteurs, ou dont les desseins ont été faits d’après des modèles imparfaits ». (Monthly review).

178Février 1786, (Journal des savans). – Extrait d’un mémoire manuscrit, sur le marais de l’Amérique - Septentrionale, appellé Diomal Swamp ; par M. John Jones habitant du pays. 15 (II) : 339-351.

179[Il est notamment question du marais des Cyprès (Cyprès chauve,  = Taxodium distichum (L.) L. C. M. Rich.)].

180Février 1786, (Nouvelles de la république des lettres et des arts). – Travaux chymiques sur l’Asarum. 15 (II) : 352-355. « M. Gortz, apothicaire à Franckfort sur l’Oder, ayant été chargé par M. le professeur Gleditsch de faire des recherches pharmaceutiques, sur la racine de la plante appellée cabaret (Asarum europaeum Lin.) a obtenu des résultats qu’il n’attendoit pas de son travail. […] ».

181Février 1786, (Universal magazine). – Sur les vertus & les effets du café (*). 15 (II) : 361-368. 3

182Février 1786, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Praktische ahandlung von der belladona, &c. Traité pratique de la belladona, & de son utilité pour prévenir & guérir la rage, provenant de la morsure des chiens enragés, avec deux planches de figures ; par M. Munch. A Goettingen, chez Dietrich, 1785, in-8vo. de 408 pages. 15 (II) : 423. « Ce traité mérite encore plus d’éloges qu’on en a donné au mémoire sur le même sujet, que l’auteur a publié en 1781, pour obtenir ses degrés en médecine : il est plus étendu & plus rempli d’érudition ; la plante y est comparée avec la jusquiame & la morelle de Scopoli, décrite botaniquement, figurée ; on en rapporte les effets comme poison, & comme remede : on indique le contre-poison, & la dose dans la rage. ».

183Mars 1786, (Mercure de France ; Journal de Paris). – Mélanges de littérature étrangère ; par M. Millin de Grandmaison. Tome II. A Paris, chez Gogué & Née de la Rochelle, libraire, rue du Hutepoix ; Belin, libraire rue Saint-Jacques ; Hardouin, libraire au Palais-Royal. 1785. Volume in-12. de 242 pages. Prix 36 sols. 15 (III) : 135-150.  [Les pages 146 à 150 sont consacrées à : Mémoires biographiques sur Linné, traduits de l’anglois  de M. Coke, par M. W….].

184Avril 1786, (Bibliographie de l’Europe. Italie). –  Memoria sopra la sebbia, &c. Mémoire du pere J. B. De St. Martin, capucin, sur la nielle des végétaux; qui a remporté le prix de l’académie d’agriculture de Vicence, le 6 mai 1785. A Vicence, chez Tourra, in-8vo. 15 (IV) : 374-377. « Le problème proposé par l’académie de Vicence, étoit sans doute l’un des plus utiles à examiner, puisqu’il concerne l’une des maladies des végétaux les plus communs & les plus préjudiciables, & le religieux patriote qui l’a résolu d’une manière si satisfaisante, s’est fait beaucoup d’honneur par son esprit & ses connoissances. » (Novele litterarie).

185Avril 1786, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Succi Aloes amari initia, &c. Principes du suc amer d’Aloès, tiré d’un programme de M. le conseiller Murray. A Goettingue. 15 (IV) : 397-401. « Cet écrit est rempli d’observations & de recherches propres à l’auteur, & fournit un nouvel exemple de l’obscurité, de l’incertitude & des fausses notions qui subsistent encore relativement à plusieurs objets que l’on croyait parfaitement éclaircis. Comme la connoissance botanique d’une plante usuelle doit être la base de toutes les notions qui lui appartiennent, l’auteur commence par elle, & éclaircit d’abord en général le genre de l’aloès, en appréciant les travaux des autres botanistes à cet égard, comme de Munting, de Commelin, de Dillenius, de Trew, de Linné, de Haller, de Thunberg. […] ».

186Avril 1786, (Bibliographie de l’Europe. Russie). – Flora russica seu stirpium imperii russici per Europam & Asiam indigenarum descriptiones & icones. Jussu & auspiciis Catharinae II augusta edidit P. S. Pallas. Tomi I, pars I. « La Flore russe, ou les descriptions & les figures des plantes qui naissent en Europe & en Asie dans l’empire de Russie : ouvrage que M. Pallas a mis au jour par les ordres & sous les auspices de l’impératrice Catherine II. Première partie du tome I. A St. Pétersbourg, de l’imprimerie impériale, 1784, dans le même format que la description du jardin de Vienne, par Jacquin : papier & impression superbes ». 15 (IV) : 410-413.

187Mai 1786, (Journal général de France). – Succès du voyage de M. Dombey au Pérou. 15 (V) : 348-351. « Depuis que le célèbre M. de Buffon, par ses écrits, a tourné les regards & dirigé l’admiration des François vers l’histoire naturelle, la nation a porté dans l’étude de cette science, jusqu’à lui trop négligée, la confiance & l’émulation la plus louable. Un grand nombre de nos savans s’en sont occupés spécialement ; nos jeunes gens ont fait des cours d’histoire-naturelle ; des amateurs, des gens riches ont formé des cabinets ; d’autres ont entrepris des voyagges lointains ; le gouvernement, lui-même échauffé par la fermentation générale, a député, à grands frais, dans les différentes parties du monde, des gens instruits, qu’il a chargé d’y chercher & d’en rapporter tout ce qu’ils y trouveroient de précieux. Du nombre de ces derniers étoit M. Sonnerat, envoyé aux Indes, & dont la collection vient d’être placée assez récemment au jardin du roi. Un autre voyageur, revenu de Perse plus récemment encore, a enrichi ce museum des trésors de cette riche contrée. Au premier jour doit arriver, avec des richesses d’un autre genre, M…., envoyé sur les côtes de la Barbarie. Qui peus deviner toutes celles que doivent rapporter les naturalistes, qui viennent de partir, sous la conduite de M. de la Peyrouse, pour le tour du monde ? Paris, en ce moment, possede M. Dombey, médecin naturaliste, arrivé du Pérou, où il avoit été envoyé par le gouvernement, sous le ministere de M. Turgot, & où, pendant les différentes années qu’il y a passées, il a su amasser les objets les plus rares & les plus précieux, en plantes, en minéraux, gommes, oiseaux, insectes, bois de différentes especes, &c. Ces objets, avant d’être transportés au cabinet du roi, pour lequel ils sont destinés, ont été déposés chez M. Dombey lui-même, où les savans, les amateurs & les curieux vont les admirer. Son herbier, composé de deux à trois mille plantes, en renferme plus des deux tiers absolument inconnues jusqu’ici. […] Telles sont, par exemple, plusieurs graines de plantes, précieuses par leur bonté ou leurs propriétés médicinales, & le fruit de ce bel arbre, trouvé au Chili, & propre aux mâtures. Déjà plusieurs de ces graines ont été remises à M. Thouin, du jardin du roi ; & l’on peut espérer de les voir se naturaliser chez nous. Nota. C’est M. l’Héritier qui s’est chargé de la description de l’herbier de M. Dombey ; & M. Maudoit, docteur en médecine ; qui fera celle des insectes : nous ignorons encore quels seront ceux de nos savans qui se chargeront des autres parties. ».

188Mai 1786, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Various subjects of natural history &c. Divers sujets d’histoire-naturelle, contenant des figures d’oiseaux & autres animaux & de plusieurs plantes curieuses, par J. Miller. Six nombres à une livre sterl. & un cheling chacun de six planches colorées, large in-fol. A Londres, chez Sewell 1786. 15 (V) : 414-415. « Ces superbes figures sont offertes comme un supplément à l’œuvre botanique de l’auteur : c’est dommage que leur cherté les mettent au-dessus de la portée de beaucoup d’amateurs ».

189Mai  1786, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – A Tour to Ermenonville. Voyage à Ermenonville, contenant la description du château ; des jardins & des curiosités de Chantilly & de la jolie maison de plaisance du marquis de Girardin à Ermenonville, avec la description particulière du tombeau de J. J. Rousseau, & des anecdotes qui n’avoient point encore été publiées touchant cet homme célèbre & singulier. A Londres, chez Becket, 1784. vol. in-12. 15 (V) : 420. « Ermenonville est cultivé & décoré d’une manière qui fait honneur au goût & à la philosophie de son noble propriétaire. C’est-là qu’est mort Rousseau, ce génie excentrique, & qu’il a sa tombe, dont on décrit les inscriptions & autres ornemens. Cependant, malgré le respect que ce lieu inspire, un Anglois ne sauroit guere s’empêcher de blâmer l’air un peu pédantesque de cette scene rurale, parsemée de bribes de littérature. Pourquoi être interrompu dans un jardin par d’autres idées que celles que nous inspirent naturellement les circonstances de notre situation ! Un jardin n’est pas une bibliothèque. Au moins dans une bibliothèque chacun à la liberté de prendre le livre dont il a besoin ; mais ici, avec une ostentation de moraliser, on nous dicte des maximes peut-être à contre-tems, & bous rencontrons le dégoût & le chagrin, au lieu de la récréation & du plaisir que nous recherchions ». (Monthly review ; Critical review).

190Juin 1786, (Journal général de France ; Journal encyclopédique). – Dictionnaire des jardiniers, contenant les méthodes les plus sûres & les plus modernes pour cultiver & améliorer les jardins potagers, à fruits, à fleurs & les pépinières, ainsi que pour réformer les anciennes pratiques d’agriculture, avec des moyens nouveaux de faire & de conserver le vin, suivant les procédés continuellement en usage parmi les vignerons les plus instruits de plusieurs pays de l’Europe, & dans lequel on donne des préceptes pour multiplier & faire prospérer tous les objets fournis à l’agriculture, & la manière d’employer toutes sortes de bois de charpente ;ouvrage traduit de l’anglois sur la huitième édition de Philippe Miller ; par une société de gens de lettres, & dédié à Monsieur. Tome 3me. In-4to. de 638 pages, renfermant les lettrines D. Hel. A Paris, chez Guillot, libraire, rue St. Jacques, & à Nancy, chez Matthieu. 15 (VI) : 86-91.

191Juin 1786, (Journal de physique). – Observations relatives à l’histoire-naturelle, faites pendant un voyage dans les montagnes de la Suisse, des Grisons & d’une partie de l’Italie ; par M. Girtanner, docteur en médecine, correspondant de la société royale des sciences de Gottingue. 15 (VI) : 311-330.

192Juin 1786, (Nouvelles littéraires de Halle). – Botanisch praktische, &c. Botanique pratique, ou appliquée au jardinage, d’après les écrits anglois les meilleurs & les plus nouveaux ; par M. Loueder. A Leipzig, 3e volume, grand in-4to.25 (VI) : 408.

193Juin 1786, (Nouv. Litt. de Halle). –  Verzeichniss der zur, &c. Catalogue des plantes alimentaires, exotiques & autres ; par M. Bryant : ouvrage tiré de l’anglois, mais considérablement augmenté & enrichi de notes. A Leipzig, 1785, grand in-8vo. 25 (VI) : 409-410.

194Juin 1786, (Mercure littéraire d’Altona). –  Caroli à Linné amoenitates academicae, &c. Amusements académiques du chev. De Linné, ou recueil de dissertations sur la physique, la médecine, la botanique, qui ont vu le jour séparément, & aujourd’hui rassemblés par M. Schreber, huitième vol. 1785, in-8vo. A Erlang. 25 (VI) : 415-418.

195Juillet 1786, (Nouvelles de la république des lettres et des arts). – Observations sur l’origine & les fonctions des épines des végétaux, tirées du mémoire lu à la société royale, &c. d’Orléans ; par M. Defay.15 (VII) : 334-336.

196Juillet 1786, (Journal général de France). – Multiplication de végétaux précieux à l’isle de France. 15 (VII) : 349-351.  [Arbres produisant des épices, Muscadier, Giroflier, etc, par Pierre Poivre].

197Juillet 1786, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – De Scilla. Sur la squille ;par M. Caspari. A Goettingue. 15 (VII) : 423-424. (Annonces littér. de Goettingue).[Scille maritime, Squille : plante toxique des bords de la Méditerranée. Urginea maritima (L.) Baker].

198Août 1786, (Anonyme). – Exposé succinct du voyage de M. Desfontaines. 15 (VIII) : 326-329. « L’académie, en 1783, avoit envoyé M. Desfontaines pour visiter les côtes de la Barbarie, & y faire des observations relatives aux différentes parties de l’histoire-naturelle (Journal d’Avril 1785, pag. 327 & suiv.). M. Desfontaines s’est empressé, à son retour, de faire part à la compagnie du résultata de ses recherches. Il a parcouru, pendant plus de deux ans, les royaumes d’Alger & de Tunis, & les contrées voisines, & c’est dans ce pays, malheureusement trop célebre par les pirateries & les brigandages de ses habitans, qu’un savant paisible vient de signaler son zele & son amour pour les sciences, par d’innocentes conquêtes, en y recueillant les tributs des trois regnes de la nature. […] Parmi près de deux mille plantes que M. Desfontaines a recueillies en Afrique, il y en a environ douze cens, dont les unes sont fort rares & les autres inconnues. Il a de plus ramassé beaucoup de graines qu’il a données en partie à M. Thouin, jardinier en chef du jardin du roi, & aujourd’hui membre de l’académie, & en partie à différents cultivateurs de cette capitale. Plusieurs de ces graines proviennent de végétaux intéressans par leurs usages ; tel est, entr’autres, le chêne appellé Ballote par les Arabes, dont les fruits, aussi doux que ceux du châtaignier, sont la nourriture d’un grand nombre des habitans de l’Atlas, & servent de plus à faire de l’huile. Tel est encore le rhamnus lotus, espece de jujubier sauvage, dont les Arabes mangent le fruit : ils en font aussi une liqueur agréable & rafraîchissante. Schaw pense que c’est le lotus des anciens, cet arbre si célebre dont les lotophages, peuple de la Lybie, avoient emprunté leur nom. Ses fruits avoient un goût si délicat, qu’Homere a feint, dans l’odissée (Livre IX), que les compagnons d’Ulysse, après en avoir mangé, vouloient renoncer à leur patrie pour se fixer parmi les lotophages. […] ».

199Août 1786, (Journal polytype des sciences et des arts). – Observations de M. Sebald-Justin Brugmans, docteur en médecine, de la société de Groningue & de l’académie de Dijon, sur les qualités délétères des champignons. 15 (VIII) : 350-351. « C’est avec raison qu’on a regardé de tout tems le champignon comme un aliment malsain & même dangereux, mais on ignoroit les causes de ses qualités nuisibles ; M. Brugmans croit les avoir découvertes. L’œil armé d’un bon microscope, il a observé dans la substance des fungus, de très petits insectes, qu’il décrit ainsi : ils ont la tête armée de deux antennes ou cornes ; le bec-long, le corps cylindrique & composé d’anneaux ; six pieds reès-mobiles, revêtus d’écailles, terminé par des espèces de griffes fort aiguës & presque transparentes ; ce qui explique tout naturellement les horribles douleurs d’entrailles qu’éprouvent les personnes empoisonnées par les champignons, & qu’augmentent encore une mucosité très-âcre, qui exsude du corps de ces insectes, & qui enduit souvent la plante sous la forme d’une gelée. […] Si on verse une goutte de vinaigre sur ces petits animaux, ils périssent sur le champ. Cet acide est le véritable antidote du poison des champignons. ». [Nous ne conseillons bien sur à personne d’expérimenter cette « découverte », qui elle, pourrait entrainer la mort de celui qui la tenterait !].

200Septembre 1786, (Bibliographie de l’Europe, Espagne). – Resume, &c. Abrégé de la méthode de cultiver les mûriers a d’élever les vers à soie ; par M. le Dr. Gaetano Garcias Navarro. A Madrid, 1786. 15 (IX) : 382.

201« L’auteur traite surtout du choix du terrein pour la culture du mûrier, de la transplantation, de la greffe, &c. Ensuite du tems où il faut faire éclore la graine de ver à soie, des mues & des maladies de cet insecte, enfin de tout ce qui a rapport au traitemens de la soie ».

202Septembre 1786, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). – Genera & species, &c. Traduction de l’ouvrage du célèbre Linné, sur les genres & les espèces des plantes, en langue castillane ; par D. Antonio Palau-y-Verdera. A Madrid, 1786. 15 (IX) : 382-383. « Cet ouvrage entrepris par ordre du gouvernement, est enrichi des noms triviaux & populaires de chaque plante, avec l’indication de ses propriétés & des lieux où elle se trouve. Il en a paru quatre volumes, & le 5e. est sous presse ».

203Septembre 1786, (Catalogue des livres nouveaux). – Dissertation sur la bandure, plante des plus rares & des plus curieuses : un des miracles de la nature, qui distille continuellement de l’eau dans un réservoir placé à l’extrémité de ses feuilles, pour appaiser la soif des voyageurs : in-fol. avec fig. coloriées. Paris, chez Buc’hoz, auteur de cette dissertation, rue de la Harpe, au-dessus du collège d’Harcourt. 15 (IX) : 424. [Bandure = Nepenthes distillatoria L.].

204Octobre 1786, (Journal de Bourgogne). – Discours prononcé à Dijon pour l’ouver-ture du cours de botanique, le 14 mai 1786 ; par M. Durande. 15 (X) : 343-348.

205Octobre 1786, (Bibliographie de l’Europe. France). – Stirpes nova, aut minus cognitae descriptionibus & iconibus illustratae, in-fol. par M. L’Héritier, conseiller à la cour des aides de Paris. A Paris, chez L. N. Prevost, libraire, quai des Augustins ; à Londres, chez Elmsly, libraire ; à Vienne & Leipsic, chez Rod. Graesser, libraires. 15 (X) : 400-401. « Cette belle collection de botanique s’annonce d’une manière brillante. Mais il ne paroît encore que le premier cahier, contenant les planches. […] ».

206Novembre 1786, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). – Continuacion, &. Continuation de la flore espagnole, ou de l’histoire des plantes d’Espagne ; par D. Joseph Quer, tomes V & VI, in-4to. A Madrid, chez Joac. Ibarra. 15 (XI) : 418-420. « Après la mort de D. Quer, le soin de cet ouvrage a été donné au directeur du jardin botanique de Madrid, don Cazimir Gomes de Ortega, & il en est résulté des avantages réels. D. Ortega, il est vrai, ne pouvoit rien changer au plan général de l’ouvrage, & s’est vu obligé de continuer l’ordre alphabétique, qui convient si peu au but de l’entreprise. Mais dans sa préface on voit combien il est éloigné d’approuver le plan trop étendu de son prédécesseur, & surtout son attachement outré au système de Tournefort, attachement qui lui a fait faire de fréquentes sorties contre le chevalier de Linné. […] ».  (Goett. Gel. Auz.).

207Décembre 1786, (Anonyme). – Lettre au rédacteur de la Gazette de santé ; par M. de V***, sur le caractère botanique de la racine de disette. 15 (XII) : 346-348. [= Beta].

208Février 1787, (Journal de Physique.). – Description d’une production végétaleanalogue aux conferves, & du pesi-orangé ; par M. Reynier. 16 (II) : 316-324. « Pendant plusieurs années, j’ai observé une production, qui porte tous les caractères des végétaux, excepté la forme réguliere ; ce qui la voile en quelque sorte à nos yeux : elle est rare, du moins mes recherches ont été infructueuses jusques à présent, exepté dans le lieu où d’abord je l’avois découverte. […] Cette production ressemble à une gelée de couleur blanchâtre, quelquefois tirant sur le fauve ; on peut la comparer au frai de grenouille pour la densité & la résistance élastique. […] Ce végétal a beaucoup de ressemblance avec les coferves ; comme elles, son ensemble est formé de fibres entrelacées, liées par une substance gélatineuse ; comme elles, elle habite les eaux ; comme elles, en se desséchant, ses fibres paroissent davantage. […] ».

209Mars 1787, (de la Métherie). – Discours préliminaire des observations & mémoires sur la physique, sur l’histoire- naturelle & sur les arts & métiers ; par M. de la Métherie. 16 (III) : 339-355. [Cf. botanique p. 347-355, avec énumération des principaux jardins de l’Europe, des explorateurs et des ouvrages de botanique].

210Mars 1787, (Journal polytype des sciences & des arts.). – Extrait d’un mémoire de M. le chevalier de la Marck, sur la manière de classer les végétaux d’après la gradation de leurs organes. 16(III) : 361-368.

211Avril 1787, (Journal de Bourgogne). – Pépinières d’arbres, arbrisseaux & arbustes, tant indigènes qu’exotiques. 16 (IV) : 392-393.  « Le sieur Guichard vient de faire l’acquisition des pépinières de Montbar

212[= Montbard] en Bourgogne, dépendantes de la succession de M. Daubenton, maire de cette ville, à qui M. son père, aussi maire dudit Montbar, les avoit laissées ; ces pépinières, composées d’arbres, arbrisseaux & arbustes, tant indigenes qu’exotiques, ont été établies par M. Daubenton, père, aussi connu par son goût des lettres, que par ses lumieres en cette partie d’agriculture. Les connoissances que le Sr. Guichard doit à M. Daubenton, avec lequel il a travaillé plusieurs années, son inclinaison pour ce genre de travail, fortifiée par les soins & le zele de cet agriculteur distingué, l’ont porté à faire l’acquisition de ces pépinieres qu’il a toujours dirigées depuis la mort de celui-ci : la scrupuleuse attention qu’il a mise à classer la multitude d’arbres qu’elles renferment, ne lui laisse aucune incertitude sur les différentes espèces, ensorte qu’il n’est pas dans  le cas d’éprouver des reproches à ce sujet sur les livraisons. […] ».

213Mai 1787, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Anfangsgrunde der theoretischen und angewandten botanik, &c. Elémens de botanique, théorique & pratique ; par M. Suckow, conseiller du duc de Deux-Ponts. A Leipzig, chez les héritiers Weidmann & Reich, 1786, 2 vol. grand  in-8vo., avec 16 planches. 16 (V) : 413-415.

214Mai 1787, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  M. George Forster, professeur d’histoire-naturelle & de botanique à Wilna, vient de lächer sous le titre de Florulae insularum australium prodromus, à Goettingen, chez Diettrich, 1787, in-8vo.de 7 feuilles, un avant-coureur d’un plus grand ouvrage qu’il publiera sur les plantes qu’il a lui-même rapportées des isles de la mer du Sud, s’il obtient l’assurance d’être indemnisé des frais de l’impression & des gravures. Plusieurs de ces plantes n’étoient point encore connus. Il les a découvertes dans le voyage qu’il a fait avec son père & le professeur Sparmann. Elles sont rangées dans l’ordre de Linné, suivant la 14eme. Edition de son système des plantes donné par M. Murray. 16 (V) : 423-424.

215Juin 1787, (de la Métherie). – Fin du discours préliminaire des observations & mémoires sur la physique, sur l’histoire- naturelle & sur les arts & métiers ; par M. de la Métherie. 16 (VI) : 335-351.

216Juin 1787, (Journal d’histoire-naturelle). –  De la bandure distillatoire. 16 (VI) : 351-355. « La plante qui fait l’objet de cet article  est très-curieuse par la singularité qu’elle présente : elle distille continuellement de l’eau dans un réservoir placé à l’extrémité de ses feuilles, & peut servir à appaiser la soif des voyageurs. […] Linné lui donne la dénomination de Nepenthes distillatoria, dans son Systema Naturae, tome II, pag. 597, & dans son Species plantarum, p. 1354. […]M. Buc’hoz, médecin-botaniste & de quartier honoraire de Monsieur, & savant laborieux, qui a conçu le projet de donner des traités sur les différentes plantes par forme de dissertation, & qui l’exécute très-heureusement : M. Buc’hoz a donné une dissertation sur la ban-dure avec un planche coloriée … ».

217Juillet 1787, (Gazette de santé). – Faits relatifs à l’histoire-naturelle du figuier,extraits d’un mémoire lu à la société royale d’agriculture. 16 (VII) : 327-330.[Mémoire de M. Bernard, de l’Académie de Marseille].

218Août 1787, (Journal d’histoire-naturelle, &c.). – Description de quelques nouvelles espèces de plantes ; par M. Danthoine, docteur en médecine, de l’académie de Marseille.16(VIII) : 347-350. [Galium verticillatum, viridiflorum, gracile ; Astragalus canescens ; Hedysarum elegans ; Trifolium nodiflorum].

219I. Gallium [sic Galium] verticillatum. floribus verticillatis, subsessilibus, petalis erectis, fructibus hispidis, foliis lanceolatis reflexis, supernœ santum binis. D.Ce gallion ou caillelait, a un port très-différent des autres espèces de ce genre ; les feuilles sont réfléchies, lancéolées, d’environ six à chaque verticille à la tige inférieure, mais ne formant que deux à deux à la supérieure ; les tiges sont carrées, lisses au toucher & peu rameuses, contre l’ordinaire des autres gallions ; le pédicule des fleurs est très court, la corolle droite plus petite que le fruit, de couleur herbacée ; le fruit est comme chagriné, & hérissé de poils. Cette plante se trouve en abondance sur les rochers du lieu de Volx, du côté du midi.

220II. Gallium [sic Galium] viridiflorum. caule flaccido ramoso, scabro, foliis suboctonis, lanceolato-linearibus, floribus minutis, subherbaceis, fructibus glabris. D.Quoique la couleur ne soit qu’un accident dans les plantes, selon Linné, il y en a cependant où la couleur est essentielle, comme dans les ombelliferes, &c. On peut en dire autant des gallions, qu’on ne parviendra à bien distinguer que par la couleur : ils ont tous pourtant un certain port, mais il est difficile d’en tracer l’idée : la couleur nous donne donc, puisqu’elle est constante, une facilité pour les faire connoître. Notre gallion differe donc du gallion second de M. Gérard, & de l’anisophyllum de M. Villar, par ses pétales herbacés ; il diffère du parisiense, par ses fruits glabres ou rases. Cette espece vient dans les endroits stériles, sur les masures.

221III. Gallium [sic Galium] gracile. foliis setaceis, lœvibus, suboctonis, pedicelliscapillaribus, feminibus hirsutie canescentibus. D. & Gérard. Je n’ai encore pu trou-ver de synonymie à ce joli gallion, qui se distingue aisément de tous ses congénères par son fruit couvert d’un duvet blanc, & par ses feuilles plus étroites. La corolle, comme dans les espèces précédentes, est droite, plus petite que le fruit. On la trouve en abondance sur les montagnes dites Aupies, du terroir d’Eyguieres, terre appartenant à M. le comte de Sade. Elle m’a été communiquée aussi en son tems, par mon ami M. Gérard, qui la regarde de même, comme une espece nouvelle.

222IV. Astragalus canescens. caulibus assurgentibus vix ramosis spicis paucis, pedunculatis leguminibus capitalis, subunflatis lanatis, radice gracili. D. La racine est comme une petite corde parsemée de tems-en-tems d’écailles. Les tiges couvertes de poils blancs, sont rampantes, & se relevent ensuite ; on y trouve bien quelquefois dans les aisselles des commencemens de rameaux, mais la plante mûrit & seche avant qu’ils se soient beaucoup étendus. Les tiges portent des feuilles émarginées, opposées au nombre de douze à quatorze, à chaque verticille ; elles sont de la longueur d’environ les deux tiers du pétiole, & portent une tête de fleurs en épi ; les pétales sont bleus, le calice, quoique velu, n’a pas les poils aussi blancs comme lanugineux, & terminé par le style en crochet, persistant. Le légume, quand il est mûr, devient brun, mais toujours couvert de poils blancs. Il approche beaucoup de l’hypo-glottis, mais il n’a pas la couleur cendrée.

223V. Hedisarum elegans. foliis pinnatis, floribus per œtatem dissitioribus, legu-minibus articulatis, rugosis, maturis reflexis ; caulibus erectiusculis. D. J’ai confronté cet Hedisarum avec le Humile de Linné, mais sa phrase & sa description ne conviennent point au mien ; celle du Prodrome de Casp. Bauhin que cite Linné, y conviendroit plutôt, de même que celle de Rai. Les corolles sont semblables en petit à l’hedisarum Coronarium. Elles sont d’une belle couleur rouge purpurine ; la carine est presque au double plus grande que l’étendard, & celui-ci environ trois fois plus grand que les ailes, le calice est quatre fois plus court que la corolle. Plus l’épi de la fleur avance en maturité, plus les légumes s’éloignent de l’épi s’allongeant ; ces légumes sont ordi-nairement à trois articulations en forme de bouclier à veines saillantes paraissant comme ridés. Le collet de la racine qui est vivace & ligneuse, est entouré d’écailles rougeâtres imbriquées, qui ne sont que les stipules des feuilles des années précédentes. Toute la plante est d’un gris cendré. Cet hedisarum est très-rare, on le trouve dans les terreins secs, argileux & stériles.

224 VI. Trifolium nodiflorum. florum conglobaterum nodulis confertis, petalis inclusis, fructus biarticulate, lecto caulibus per orbem humifusi. D. Les tiges de ce trefle rampent en rond ; il y a, à toutes les aisselles, un nœud composé de plusieurs fleurs, que les stipules membraneuses du petiole enveloppent, pour ainsi dire ; surtout avant que la fleur graine. Le petiole des feuilles est trois fois plus long qu’elles. La corolle est plus courte que le calice, & à peine l’aperçoit-on : le fruit est à deux articulations que le calice recouvre, sans cependant changer de forme. (Journal d’histoire-naturelle, &c). [de l’abbé Bertholon].

225[Des six plantes décrites, seul le Galium verticillatum Danthoine, est nommé par A. P. De Candolle dans sa « Flore française » (1815, p.585) et par Fournier (1961, p.878). Par contre  les G. verticillatum, viridiflorum et gracile sont bien cités par Willemet (1791) avec leurs descriptions, mais pas par « Flora europaea », ni par Kerguélen (1987). Il serait donc bien malaisé d’établir une éventuelle synonymie des noms].

226BACHER G.-F., 1791. – Programme de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, 1790. Distribution de prix. Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, &c. dédié à Monsieur. LXXXVI : 314-316. [prix attribués par l’Académie de Lyon, à Danthoine et à Willemet pour leurs travaux sur les plantes étoilées (Rubiaceae)].

227BERTHOLON P., 1787-1789. – La nature considérée sous ses différens aspect, ou Journal d’histoire naturelle…par une Société de gens de lettres, mis en ordre par l’abbé Bertholon. Paris, Perisse, 9 vol. [cf. tome 2, p. 160].

228DE CANDOLLE A.-P., 1815. – Flore française,  ou descriptions succintes de toutes les plantes qui croissent naturellement en France. 3e éd., tome cinquième, ou sixième volume. Paris, Desray, 10 + 662 p. [cf. p. 498, Galium verticillatumDanth. In Lam. Dict. 2, p. 585].

229DE CANDOLLE A.-P., 1830. – Prodromus systematis naturalis regni vegetabilis sive enumeratio contracta ordinum, generum, speciesumque plantarum 4. Paris, Treutter et Würtz, 683 p. [cf. p. 610, Galium verticillatum Danth. In Lam. Dict. P. 585].

230FERAUD J., 1844. − Géographie historique et biographique du département des Basses-Alpes. Digne, Repos Ed., 512 p. [cf. p. 356, Danthoine Etienne].

231FOURNIER P., 1961. – Les Quatre Flores de la France, Corse comprise. Paris, Paul Lechevalier, 1105 p.

232GUÉRIN F.-E., (sous la direction de), 1835. – Dictionnaire pittoresque d’histoire naturelle et des phénomènes de la nature, contenant l’histoire des animaux, des végétaux, des minéraux, des météores, des principaux phénomènes physiques et des curiosités naturelles, avec des détails sur l’emploi des productions des trois règne dans les usages de la vie, les arts et métiers et les manufactures. 2. Paris, au bureau de souscription, 640 p. [cf. p.466-467, Danthonie].

233KERGUÉLEN M., 1987. – Données taxonomiques, nomenclaturales et chorologiques pour une révision de la Flore de France. Lejeunia  N. S. 120, 263 p.

234KERGUÉLEN M., 1993. – Index synonymique de la Flore de France. Paris, Museum Hist. Nat., 196 p. [cf. p. 80].

235LAMARCK J.-B., 1786. – Encyclopédie méthodique. Botanique 2. Paris, Panckoucke & Liége, Plomteux, 774 p. [cf. p. 586, Espèces moins connues. Galium verticillatum D.].

236MILLIN A.-L., 1810. – Magasin encyclopédique, ou Journal des Sciences, des Lettres et des Arts. V. Paris, impr. J. B. Sajou, 480 p. [cf. p. 54, Etienne Danthoine].

237TEISSIER O., 1860. – Histoire de la commune de Cotignac. Marseille, Alexandre Gueidon, 256 p. [cf. p. 223-235, Louis Gérard, Botaniste. 1733-1819].

238TIMBAL-LAGRAVE E., 1856 − Observations critiques et synonymiques sur l’herbier de l’abbé Chaix, curé des Beaux près Gap, en 1791. Toulouse, Milhès, 74 p. [cf. p. 59, «Trifolium subterraneum L. Avec cette étiquette écrite par Danthoine.Trifolium striatum Danth.»].

239TOURNON D.-J., 1811. – Flore de Toulouse, ou description des plantes qui croissent aux environs de cette ville, avec l’indication de leur lieu natal, l’époque de leur floraison, des observations sur leurs propriétés en médecine, en économie rurale, et les tables de leurs noms français, latins et patois. Toulouse, Bellegarrigue, 171 p. [cf. p. 72-73, Caille-lait. Gallium].

240TUTIN T.-G & al., 1976. – Flora Europaea 4.  Cambridge, University press, 505 p. [cf. p. 505, Galium  verticillatum Danth. ex Lam.].

241WILLEMET R., 1791. – Monographie pour servir à l’histoire naturelle et botanique de la famille des plantes étoilées. Strasbourg, chez A. Koenig, CIII p. [cf. p. LV-LVII, Gallium [sic Galium] verticillatum Danthoine, G. viridiflorum Danthoine, G. gracile Danthoine].

242Octobre 1787, (Nuovo giornale encyclopedico.). –  Idee sopra la vegetazione, &c. Idées sur la végétation, lues à l’académie publique des sciences & d’agriculture de Bresse ; par Giambatista Corniani, l’un des présidens. A Bresse, 1787. 16 (X) : 133-145.

243Octobre 1787, (Novelle letterarie). – Formulae insularum australium prodomus, auctore Georgio Forster, serenissimi regis Poloniae a consiliis intimis. Goettingen, 1786. Typis Dietrich in-8vo., pp.103.

244« L’auteur est le fils de ce fameux Forster qui a accompagné le capitaine Cookdans son voyage aux isles australes. Il s’est proposé de donner une description des plantes de ces régions beaucoup plus correcte que celle que nous avons des Anglois. Il annonce que des 488 plantes qu’il décrit, 254 sont inconnues en Europe ». 16 (X) : 388.

245Octobre 1787, (Bibliographie de l’Europe. France). – Voyages de M. P. S. Pallas, docteur en médecine, professeur d’histoire-naturelle, membre de l’académie impériale & de la société économique de Pétersbourg, de l’académie impériale de Vienne & de la société royale de Londres, faits en différentes provinces de l’empire de Russie, & dans l’Asie septentrional, contenant des faits intéressants & curieux sur l’histoire-naturelle, les minéraux, la botanique, la physique, l’astronomie, & sur tout ce qui concerne les mœurs, les usages, les religions, les cultes, les langues, les traditions, les monumens & antiquités, &c. 5 vol. in-4to. & un de planches, traduits de l’allemand, par M. Gauthier de la Péronie, commis des affaires étrangères ; proposés par souscription. Prix 120 liv. On paie 24 liv. en souscrivant, à Paris, chez Lagrange, libraire, rue S. Honoré. 16 (X) ; 413.

246Octobre 1787, (Bibliographie de l’Europe. France). – Traduction complete des ouvrages de Charles Linné, chevalier de l’étoile polaire, médecin du roi de Suede, professeur de médecine & de botanique à Upsal ; de l’académie des sciences de Paris, de celles de Berlin, des sociétés royales de Londres, d’Edimbourg, de Montpellier, de Toulouse & de Florence ; augmentées de notes critiques, & de genres nouveaux qui ne se trouvent pas dans Linné. Ouvrage proposé par souscription, chez Guillot, libraire de Monsieur frere du roi, rue S. Jacques, vi-à-vis celle des mathurins. 16 (X) : 415-416.

247Novembre 1787, (Année littéraire, Journal de Paris, &c.). –  Voyage au cap de Bonne-Espérance, & autour du monde, avec le capitaine Cook, & principalement dans le pays des Hottentots & des Caffres, par André Sparrman ; docteur en médecine ; de l’académie des sciences, & directeur du cabinet royal d’histoire-naturelle se Stockholm ; avec artes, figures & planches en taille douce. Traduit par M. Le Tourneur, 3 vol. in-8vo. prix, 15 liv. broché, 18 liv. rel. & 16 liv. 10 s. franc de port par la poste. Le même, 2 vol. in-4to. 24 liv. brochés, 28 liv. rel. & 26 liv. brochés, franc de port, par la poste. A Paris, chez Buisson, libraire, hôtel de Mesgrigny, rue des Poitevins ; N° 18, 1787. Avec approbation & privilege du roi. 16 (XI) : 3-25.

248Novembre 1787, (Botanique). – Botanique. A Messieurs les rédacteurs de l’Esprit des journaux. 16 (XI) : 338-340. [L’auteur de cette lettre, signée L. L. un de vos abonnés,  envoyée de Liege en date du 20 octobre 1787, parle de deux plantes cultivées (bananier et caféier) dans les serres du baron de Rosen de Harenne [de Haren] à Strée (Condroz)].

249Novembre 1787, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Observations sur le poison des rhus du célèbre Linnée ; par A. T. docteur en médecine & en philosophie. Article traduit de l’italien. 16 (XI) : 349-355. « Les poisons, ces ennemis du corp humain, qui minent si étrangement & si diversement les principes de la santé, ou qui donnent subitement la mort ; les poisons, dis-je, sont en très-grand nombre : on en connoit quelques-uns du regne animal, plusieurs du regne mineral, & beaucoup davantage du regne végétal.  […] ». (Nuovo giornale encyclopedico).

250Décembre 1787, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Collectanea ad botanicam, chemicam & historiam naturalem spectantia. Recueils concernant la botanique, la chymie & l’histoire-naturelle. Ier. vol. A Vienne, chez Wappler, 1786, In-4to. de 386 pages & 22 planches de figures enluminées. 16 (XII) : 409-410. « C’est une continuation des Miscellanea Austriaca de M. Jacquin, conseiller des mines. Elle contient six mémoires, la plupart de l’éditeur même. Le dernier est une défense contre quelques accusations mal fondées de M. Crantz : un autre concerne le celtique Baldrien qui est fort bien dessiné : une troisième rectifie & complette non-seulement l’histoire-naturelle de plusieurs plantes connues, mais il décrit aussi de main de maître plusieurs espèces que Linné & d’autres n’avoient point touchées ; les sida, cassia, plantago, solanum, dolichos, euphorbia, orchis, citrus, geranium, passiflora, salvia, sisymbrium, sont enrichies de nouvelles espèces & d’observations particulières. Il décrit neuf espèces de bégonie. […] ».

251Décembre 1787, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Car. Lud. Wildenow florae Berolinensis prodromus secundum systema Linnaeannum ab ill. Thunbergio emendatum conscriptus. L’avant-coureur d’une flore de Berlin, suivant le système de Linné, réformé par M. Thunberg. A Berlin, chez  Viecwey, 1787, in-8vo. de 439 pag. avec fig. 16 (XII) : 413. «  M. Wildenow, auteur de cet ouvrage, y passe en revue 1243 planches dans la représentation, comparaison & description desquelles il a profité des découvertes les plus récentes des Hedwig, Wigger, Schreber, Erhart, Batsch, Jacquin, Dickson, indépendamment des observations qui lui sont propres, & de certaines espèces entièrement inconnues jusqu’à présent ».

252Février 1788, (Anonyme). – Extrait d’une lettre & d’un mémoire de M. de la Martinière, botaniste du roi, qui fait actuellement le tour du monde sur la flotte commandée par M. de la Peyrouse. 17 (II) : 337-341.

253Février 1788, (European magazine). – Principia botanica : or, &c. Les principes de la botanique, ou introduction succinte & aisée à la botanique sexuelle de Linnée, in-8vo. 3 sh. 6 d. Robinson. 17 (II) : 411-412.

254[Cette notice fait référence à la publication de : Darwin Robert Waring. 1787. Principia Botanica ; or, a concise and easy introduction to sexual botany of Linnaeus. With te Genera. Publié à Londres par G. G. J. & J. Robinson. L’auteur de l’article ajoute en outre : « Ces principes sont destinés à l’instruction des jeunes botanistes ; ils sont moins diffus & plus clairs que l’introduction de M. Lee ; mais comme ils ne sont point enrichis de planches, nous les croyons plus propres à aider le maître, qu’à instruire l’écolier sans quelqu’autre guide »].

255Avril 1788, (Journal encyclopédique). –  Mémoires couronnés en l’année 1786, par l’académie des sciences, belles-lettres & arts de Lyon, sur l’utilité des lichens dans la médecine & dans les arts ; par Mrs. G. F. Hoffmann, docteur en médecine, Amoreux fils, docteur-médecin, & Willemet, professeur de chymie & de botanique, in-8vo. avec des planches enluminées. A Lyon, chez Piestre, & de la Molliere ; à Nancy, chez Mathieu, 1787. 17 (IV) : 78-91.

256Mai 1788, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Enchiridion historiae naturali inserviens. Manuel d’histoire-naturelle ; par M. Forster. A Halle, chez Hemmer, 1788, in-8vo. de 224 pag. 17 (V) : 412. « Cet ouvrage est jugé nécessaire aux commerçans, pour bien entendre le système de Linné. M. Forster a consulté sur chaque objet les auteurs qui passent pour en avoir le mieux traité, comme Artedi & Gouan sur les poissons, &c. ».

257Mai 1788, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Gipthistorie des thier-pflanzen und mineralreichs, &c. Histoire des poisons du règne animal, végétal & minéral, avec les contrepoisons & l’emploi médicinal des poisons mêmes, suivant les toxicologues les plus récents ; par M. Halle. A Berlin, chez Maurer, 1787, in-8vo. de 296 pages. 17 (V) : 416. « Le savant professeur a publié en 1784, dans le même format, un livre qui décrit botaniquement les plantes vénéneuses d’Allemagne, & leur contrepoisons, afin de prévenir les accidens domestiques auxquels on est exposé. Suivant lui, on respire souvent des poisons sans même le soupsonner : ainsi il prétend que la trop grande application des savans à leurs livres reliés avec des peaux de bête morte, leur est aussi dangereuxs que l’est à des dévots un trop long séjour dans des églises remplies de cadavres ».

258Juin 1788, (Journal d’histoire-naturelle). – Dissertation botanico - historique sur la Mandragore ; par M. Granier, D. M. de l’académie-royale de Nismes. 17 (VI) : 335-341.

259Août 1788, (Journal de Paris.). – Extrait d’un discours prononcé par M. Durande ; le 10 juin 1788, à l’ouverture d’un cours de botanique à Dijon, sur l’utilité de la transplantation. 17 (VIII) : 331-335.

260Septembre 1788, (Journal de Physique). – Observations sur l’irritabilité des végétaux ; par M. Jame-Edouart Smith, D. M. 17(IX) : 322-328.

261Septembre 1788, (Journal de Paris). – Sur l’incertitude des moyens employés pour connoître les champignons dont  on n’a rien à craindre. 17 (IX) : 348-349.

262« […] Plusieurs de nos correspondants nous ont adressé des observations sur les moyens de reconnoître les champignons bons ou mauvais, & ils croient sans doute à la certitude de ces moyens, puisqu’il en sollicitent la publicité ; c’est de l’étain fin, ou c’est un oignon blanc que l’on fait bouillir avec les champignons ; c’est une lame d’or ou d’argent dont on se sert pour les peler ; & si l’oignon ou les substances métalliques noircissent, c’est, dit-on, une preuve de la mauvaise qualité du champignon ; dans le cas où leur couleur n’est point altérée, on peut les manger avec assurance. Il n’y a que les erreurs qui se perpétuent de la sorte ; il est rare qu’un bon procédé, qu’une bonne recette, fassent pareille fortune. Nous croyons donc important de pré-enir les tristes effets qui résulteroient de la fausse sécurité qu’on accorderoit à de pareilles épreuves que la saine chymie & que l’expérience rejettent également.  Nombre de végétaux noircissent l’or & les métaux blancs, sans être pour cela suspects ; tels sont l’asperge, l’artichaut, les choux & toutes les plantes de sa famille ; cette altération de la couleur métallique est due à la présence d’un atôme de soufre que donnent ces végétaux ; quant aux champignons, il résulte des expériences de M. Parmentier, que, bons ou mauvais ; leur analyse comparée ne présente aucun signe qui puisse les différencier ; que tout champignon de bonne ou de mauvaise qualité noircit également en se détériorant, & que ni l’un, ni l’autre ne produisent cet effet, s’ils n’ont pas subi d’altération. Nous concluons donc que puisqu’il n’existe aucun moyen de s’assurer de la bonté du champignon, il est de la prudence de les proscrire ; avoir à redouter tout à la fois & les champignons & l’étamage & souvent la falsification des vins, c’est le repas de Damoclès chez Denis. Toutefois si la sensualité l’emporte sur des considérations aussi puissantes, voici la manière la plus sûre d’employer cet assaisonnement, & de se le procurer dans toutes les saisons de l’année, recoltez des champignons de couche, faites-les blanchir à l’eau bouillante, & les mettez sécher sur des claies dans un four chaud ; le champognon parfaitement sec, conservez-le dans des flacons bien bouchés, ou réduisez-le en pudre, & servez-le sur la table dans des salières pour en assaisonner les mets comme on emploie le poivre ».

263Octobre 1788, (Journal encyclopédique). – Caroli Linnæi, &c. Fundamentorum botanicorum, &c. Les fondemens de botanique de Charles de Linné, &c. Partie première & deuxième. Edition publiée par les soins de M. Jean-Emmanuel Gilibert, docteur en médecine, professeur de botanique, premier médecin de la province du Lyonnois pour les maladies épidémiques, medecin de l’hôpital-général de Lyon, de l’académie des sciences de la même ville, &c. Tomes I, II, III. In-8vo. Avec figures. A Lyon, chez Piestre & de la Lolliere, & à Nancy, chez Matthieu & Baurain fils. 17 (X) : 144-162.

264Octobre 1788, (Journal de Physique). Mémoire sur des fleurs donnant des éclairs ; traduction du suédois de M. Haggren, lecteur d’histoire-naturelle ; par M. Gevalin. 17 (IX) : 332-334. J’apperçus par hasard en 1783, un foible éclair sur le souci (calendula officinalis), je résolus de faire des observations exactes sur ce phénomene. Pour être sûr que ce n’étoit pas une illusion, je plaçai un homme près de moi, lui recommandant de faire un signal au moment qu’il observeroit la lumiere. J’ai toujours trouvé qu’il voyoit l’éclair au même instant que moi. Cette lumière est plus visible dans les soucis d’un jaume couleur de feu, mais presqu’imperceptible dans les pâles. […] On observe ce phénomene dans les mois de juillet & d’août au coucher du soleil & une demi-heure après si l’atmosphere est claire ; […] Les fleurs suivantes font voir l’éclair plus ou moins fort dans cet ordre : 1° le souci, 2° la capucine (tropœolum majus), 3° les œillets d’Inde (tagetes patula & erecta) ; je l’ai aussi remarqué quelquefois sur le tournesol (helianthus annuus) ; mais le jaune couleur de feu est en général nécessaire pour faire voir cette lumiere, parce que je ne l’ai jamais observée sur des fleurs d’une autre couleur. […] Cela m’a donc fait croire que cette lumiere électrique étoit causée par le pollen, qui en crevant se jette partout sur les pétales. [Notons au passage que Elisabeth Kristina von Linné (Uppsala 14/6/1743 - Uppsala 15/4/1782), fille du célèbre botaniste suédois Charles Linné, avait publié en 1762, une étude sur la phosphorescence végétale chez le Papaver].

265Octobre 1788, (Bibliographie de l’Europe. Italie). –  Osservazioni botaniche, con un faggio, &c. Observations botaniques, avec un essai de supplement à la Flora pedemontana  du médecin Ludovico Bellardi, sur quelques plantes rapportées dans la topographie médicale de Chambery. A Turin, chez Francesco Prato, 1788, in-8vo. de 64 pages. 17 (X) : 383. « Elles contiennent des découvertes intéressantes, & rapportent quantité de plantes non mentionnées dans la fameuse Flori Pedemontana ». (Novelle, &c.).

266Novembre 1788, (Gazette de santé ; Journal encyclopédique). – Des propriétés de la plante appellée Rhus radicans, de son utilité, & des succès qu’on en a obtenus pour la guérison des dartres, des affections dartreuses, & de la paralysie des parties inférieures.Des propriétés du narcisse des prés, & des succès qu’on en a obtenus pour la guérison des convulsions ; par M. du Fresnoy, docteur en médecine de l’université de Montpellier, conseiller du roi, médesin consultant des camps & armées de S. M., ancien médecin de ses armées en Allemagne, de la société royale des sciences de Montpellier, associé au collège royal de médecine de Nancy, correspondant de la société royale de médecine de Paris, associé national du cercle des philadelphes du Cap François, médecin de l’hôpital militaire de Valenciennes ; professeur du jardin des plantes, honoraire amateur de l’académie de peinture, & pensionné de la même ville. In-8vo. avec 2 planches enluminées. A Leipsick, & se trouve à Paris, chez Méquignon l’aîné, libraire, rue des Cordeliers, 1788. prix 1 liv. 4 sols. 17 (XI) : 65-73.

267Novembre 1788, (Efemeridi letterarie di Roma). – Michael Franciscus Buniva, philosophiœ & méd.doctor a Pinarolio, ut in amplissimum medicorum collegium cooptaretur, publice disputabas in regio Taurinensi lyceo ann MDCCLXXXVIII, die VII maii hora IX matutina, data cuilibes post sextum argumentdandi facultate. Excudebas Joanes Michael Briolus RR ? Scient. acad. & agr. Soc. Imp. & bib. 1788, in-8vo. 17 (XI) : 167-171.

268Novembre 1788, (Journal de Physique). – Notice d’un voyage aux Alpes ; par M. de Saussure.17(XI) : 349-359.

269Novembre 1788, (Affiches générales de la Bretagne.). – Observations sur le Sium latifolium, grande berle ou barle à larges feuilles ; par M. Dorthes, docteur M. M., membre de la société royale des sciences de Montpellier, correspondant de la société royale d’Agriculture de Paris.17(XI) : 359-362.

270Novembre 1788, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – A. Guil. Roth tentamen florae Germanicae. Essai d’une flore allemande, contenant le dénombrement des plantes, qui croissent naturellement en Allemagne ; par M. Roth. A Leipzig, chez les héritiers de Muller, 1788, in-8vo. de 560 pag. 17 (XI) : 418-419.

271Décembre 1788, (Novelle). – Notice historique sur la vie & les ouvrages de feu Gio. Antonio Scopoli, professeur de chymie & de botanique en l’université royale de Pavie, Etc. Article traduit de l’italien. 17 (XII) : 251-260.

272Décembre 1788, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Handbuch fur gartenfreunde und angehende botaniker. Manuel à l’usage des amateurs des jardins & des nou-veaux botanistes, ou catalogue systématique de 2261 espèces de semences, & de plantes propres pour les jardins potagers, ceux à fleurs & les pépinières ; par M. Nuenhaland, le jeune, de Nordhausen. A Frankenhausen, 1788. in-8vo. de 100 pag. 17 (XII) : 410-411. « Toutes les espèces sont rangées en ordre alphabétique, suivant le système & les noms de Linné, & les allemands, quand elles en ont. ».

273Décembre 1788, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Botanica medica oder die lehre von der vorzuglich wirksamen einhemischen arzueygewachsen. La botanique médicale, ou instruction sur les plantes indigènes les plus propres à être employées pour remedes, dessinées par l’auteur M. Gleditsh à l’usage de ses élèves en médecine & publiée par M. Luders. A Berlin, chez Vieweg le jeune, Iere. Partie, 1788, in-8vo. de 460 pages. 17 (XII) : 416-417.  « C’est dans sa plus grande partie un trésor d’expériences anciennes & nouvelles sur les vertus des plantes, particuliè-rement en ce volume sur l’asare, le lierre terrestre, les primevères, la pulmonaire, la pervenche, le cochlearia, la ménianthe, le prunier sauvage, la dent de lion, le pied de veau, le fraisier, &c. ».

274Janvier 1789, (Journal de Paris). – Eloge de M. de Buffon ; par M. le marquis de Condorcet. 18 (I) : 218-231.

275Janvier 1789, (Journal de Physique). – Extrait d’un mémoire intitulé : Recherches sur un arbrisseau connu des anciens sous le nom de Lotus de Lybie ; par M. des Fontaines, de l’académie des sciences.18(I) : 346-353. [Ziziphus lotus (L.) Lam., = Rhamnus lotus L.].

276Février 1789, (Journal de Physique). – Observations sur la culture & les usages économiques du dattier ; par M. des Fontaines, de l’académie des sciences ; &c.18 (II) : 319-324.

277Février 1789, (Journal d’histoire-naturelle.). – Mémoire sur une espèce de phaseolus ; par M. Alexandre Morancy, habitant au Morne-Rouge, dépendance du cap.18 (II) : 324-327. « […] Faisant réflexion sur leur nature, je m’apperçus qu’ils avoient beaucoup d’analogie avec un phaseolus, connu à Perpigna sous le nom de caraquoëla ou caracole, & dans les superbes portefeuilles du cabinet des estampes du roi, sous le nom de phaseolus indicus cochleato flore, lequel produit plusieurs racines semblables à celle du manioc ». [Il semble que la plante dont il est ici question, soit le Vigna caracala (L.) Verdcourt (= Phaseolus caracala L.), originaire d’Amérique tropicale].

278Mars 1789, (Anonyme). – Fécondité prodigieuse dans le règne végétal.18 (III) : 357-358.

279Mars 1789, (Goettingische anzeigem.). – Andreae Johannis Retzeii, Phil. Mag. Ad reg. Acad Lund. Historie natur. & oeconom. Prof. R. & ord. societ. Physiograph.Lund. Secretarii, &c. Fabricules observationum botanicum quintus. A Leipzig, chez Crusius 1789, in-fol. De 32 pages avec 3 planches. 18 (III) : 422. [L’auteur donne ici, en 93 numéros, & suivant la maniere qu’il a observée dans ses cahiers antérieurs, la description de quantité de plantes nouvelles qui ont été recueillies aux Indes, principalement à Tranguebar, & qu’on lui a envoyées].

280Avril 1789, (Journal encyclopédique). – Notice sur la lentille du Canada ; par M. Sonnini de Manoncourt, correspondant du cabinet du roi & de la société royale d’agriculture de Paris, membre de l’académie royale des sciences & belles-lettres de Nancy, &c. 18 (IV) : 369-372. [Lentille du Canada = Lens culinaris Med.].

281Juin 1789, (Analytical review.). –  The botanical magazine, &c. Journal de botanique, ou le jardin-à-fleurs déployé, dans lequel on représentera dans leurs couleurs naturel-les toutes les plantes étrangères qui servent d’ornement, tant celles qui exigent une culture artificielle, que celles qu’on élève naturellement. On y ajoutera leurs noms, classes, ordres, caractères génériques & spécifiques, selon le système du célèbre Linnée, les endroits les plus propres pour leur culture, & les tems de leurs fleuraisons. Deux volumes de douze livraisons chacun. Chaque livraison ou numéro contient trois planches coloriées, avec les descriptions, au prix d’un shilling ; & on continuera de fournir un numéro au même prix tous les mois. Curtis, White & fils. Londres, 1789. 18 (VI) : 53-59.

282Juin 1789, (Journal général de France ; Journal de Paris). –  Traité sur la culture & les usages des pommes de terre, de la patate & du topinambour ; par M. Parmentier ; publié & imprimé par ordre du roi. A Paris, chez Barrois l’aîné, libraire, quai des Augustins, 1789, in-8vo. De 386 pag. 18 (VI) : 89-102.

283Juin 1789, (Bourignon). – Discours en forme d’introduction à un cours public & gratuit de botanique, prononcé dans la salle de l’hôtel-de-ville de Saintes ; par M. Bourignon, membre de plusieurs académies nationales & étrangères. 18 (VI) : 308-316.

284Juin 1789, (Journal de Physique). – Lettre de M. de Reynier, A. M. de la Métherie, sur la nature des galles. 18 (VI) : 334-336.

285Juin 1789, (Journal d’Histoire-Naturelle). – Mémoire sur la mortalité des ormes, dans les environs de Toulouse ; par M. de la Peyrouse, membre de plusieurs académies. 18 (VI) : 364-370.

286Juillet 1789, (Journal général de France). – Nouvelles observations botanico-météorologiques ; par M. F. G. Maurice. A Genève, 1789. 4 pages in-4to. avec une gravure. 18 (VII) : 158-165.

287Juillet 1789, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Synopsis of the natural, & c. Abrégé de l’histoire-naturelle de la Grande-Bretagne & de l’Irlande, contenant une description succincte, & un arrangement systématique de tous les animaux, végétaux & fossiles, qui se sont trouvés jusqu’ici cans ces royaumes ; par J. Berkenhout, M. D. 2 volumes in-8vo. 10 sh. 6 s. broché. Cadell, Londres, 1789. 18 (VII) : 408-409.

288Août 1789, (Journal d’histoire-naturelle). – Notice sur la clématite, employée comme fourrage, dans un partie du bas-Languedoc ; par M. Dorthes, D. M., membre de la société royale des sciences de Montpellier, correspondant de la société royale d’agriculture de Paris. 18 (VIII) : 385-388. [Il est question dans cet article des Clematis vitalba, flammula, maritima et erecta].

289Août 1789, (Journal de Physique). – Avis très-intéressant pour l’agriculture. Nouvelle graminée (sorte de foin) pour la nourriture des bestiaux. Extrait d’un prospectus, de Janede dans le sud de la Caroline, du 24 décembre 1787 ; & de Londres, du 25 mars 1789. 18 (VIII) : 388-390.

290Octobre 1789, (Monthly review). – Reliquiae Rudbeckianae, sive campocum elysiorum libri primi, olim ab Olao Rudbeckio patre & filio Upsaliae, anno 1702 editi, quae super sint, adjectis nominibus Linneanis. Accedunt oliae quadam icones, caeteris voluminibus Rudbekianis dus destinatae, aut certè haud omnino alienae, hacsenur ineditae. Curd Jacobi Edward Smith. Folio 70 sh. 6 f.Planches gravées en bois. Nicol. Londres, 1789. 18 (X) : 408-410.

291Octobre 1789, (Monthly review). –  Plantarum Icones hactenus inedicae, plerumque ad plantas in herbario Linneano cense vasas, delincatae. Auctore Jacobo Edawardo Smith, M. D., &c. Fasciculis primus. Folio, une guinée. White. Londres, 1789. 18 (X) : 410-412.

292Octobre 1789, (Monthly review). –  A Collection of dried plants, &c. Collection de plantes sèches nommées après l’herbier de Linnée & autres collections originales ; par Jacques Dickson, membre de la société linnéenne. Folio fasciculus I, 12 sh. 6 d., imprimé pour l’auteur. 18 (X) : 412-414.

293Novembre 1789, (Journal de Physique). –  Expériences qui prouvent, I°. Que les plantes évaporent une quantité infiniment plus grande d’air vital pendant le jour à l’air libre, que nous ne leur en voyons répandre étant couvertes d’eau pure ; . Que leur évaporation nocturne d’un air méphitique, qui est très-petite lorsqu’elles sont couvertes d’eau, est très-considérable dans l’état naturel ; 3°. Qu’il y a un mouvement & déplacement continuel du fluide aérien dans les végétaux ; par M. Ingen-Housz. 18 (XI) : 318-333.

294Novembre 1789, (Novelle letterarie). – Summa plantarum quae hactenus innotuerunt, methodo Linnaeana per genera & species disecta, &c. Medialanis 1789. vol. 6.  in-8vo. 18 (XI) : 405. Cet ouvrage dû à la plume l’abbé Fulgenzio Vitman, botaniste italien est une suite au Species plantarum de Linné dont il rectifie les définitions qu’a donné Linné de plusieurs espèces : « Les botaniciens qui feront l’acquisition de cet ouvrage, jouiront encore d’un autre avantage. Comme de nouvelles découvertes en botanique pourroient le rendre imparfait, l’habile professeur a offert de publier dans le même ordre un appendix dans lequel il rendra compte des nouvelles observations que l’on aura faites ».

295Décembre 1789, (Journal de Physique). – Traité sur l’origine & la formation des champignons ; par M. Medicus, conseiller de régence, directeur de l’école publique d’économie politique, directeur du jardin botanique de Manheim, membre ordinaire de l’académie électorale des sciences de Manheim, &c. Mémoire publié en allemand dans le troisième volume des mémoires de la société physico-économique de Manheim ; extrais par M. de Reynier. 18(XII) : 346-355.

296Janvier 1790, (Bertholon). – Nouvelles expériences sur les effets de l’électricité artificielle & naturelle, appliquées aux végétaux ; par M. l’abbé Bertholon. 18 (I) : 333-342. « La plupart des vérités les mieux établies ont été attaquées, & c’est un avantage bien précieux pour elles, car après un nouvel examen elles paroissent avec un nouvel éclat ». (La suite au prochain numéro).

297Février 1790, (Bertholon). – Suite des nouvelles expériences sur les effets de l’électricité artificielle & naturelle, appliquée au végétaux ; par M. l’abbé Bertholon. 18 (II) : 349-360. (La suite au journal prochain).

298Mars 1790, (Bertholon). – Suite des nouvelles expériences sur les effets de l’électricité artificielle & naturelle, appliquée au végétaux ; par M. l’abbé Bertholon. 18 (III) : 371-376. (La fin au journal prochain).

299Mars 1790, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Osservazioni fitologiche sopra alcune piante, &c. Observations phytologiques sur quelques plantes exotiques, qui ont été introduites à Rome, faites en l’année 1788 ; par M. l’abbé Philippe Louis Gily [sic Gils], & Gaspard Xuares [sic Juárez]. De l’imprimerie d’Archange Casaletti, 1789. in-4to. 19 (III) : 409-411. « M. l’abbé Gilij, connu par des productions relatives à la physique & à l’histoire-naturelle, & M. l’abbé Xuares qui a abandonné l’Amérique, sa patrie, pour venir en Italie, connoissant parfaitement la nature de ces fertiles contrées, se sont proposés de publier tous les ans leurs observations sur quelques végétaux exotiques, qu’ils se procurent d’année en année & cultivent dans leur jardin, en offrant non-seulement la description botanisue & la figure de ces végétaux, mais encore en disourant de la culture de chacun en particulier, adaptée à notre climat, & de leurs propriétés & usages dans les arts, la médecine & l’économie domestique ».

300Avril 1790, (Monthly review). – Hortus Kewensis ; or, a catalogue of the plants, &c. Catalogue des plantes cultivées dans le jardin royal de la botanique du palais de Kew, près de Londres ; par Guillaume Aiton, jardinier de sa majesté britannique. 3 vol. in-8vo. une guinée demi-relié. Nicol, 1789, Londres. 19 (IV) : 92-106.

301Avril 1790, (de la Métherie). – Observations et mémoires sur la physique, sur l’histoire naturelle, & sur les arts & métiers. Année 1790. Discours préliminaire ; par M. de la Métherie. 19 (IV) : 339-354.

302Avril 1790, (Bertholon). – Fin des nouvelles expériences sur les effets de l’électri-cité artificielle & naturelle, appliquée aux végétaux ; par M. l’abbé Bertholon. 19 (IV) : 356-361. (Journal d’histoire-naturelle ; Journal de physique ; etc.).

303Avril 1790, (Giornale encyclopedico di Vicenna). – Lettre du P. Jean-Baptiste de Saint-Martin, lecteur capucin, au P. D. François-Marie Stella, professeur de philosophie au collège des pères barnabites d’Udine, & vice-secrétaire de l’académie, dans laquelle il recherche d’où est fournie aux plantes toute cette quantité d’eau nécessaire à leur nourriture. Article traduit de l’italien. 19 (IV) : 361-372.

304Mai 1790, (de la Métherie). – Observations et mémoires sur la physique, sur l’histoire naturelle, & sur les arts & métiers. Année 1790. Suite du discours préliminaire ; par M. de la Métherie. 19 (V) : 335-348.

305Juin 1790, (de la Métherie). – Observations et mémoires sur la physique, sur l’histoire naturelle, & sur les arts & métiers. Année 1790. Suite du Discours préliminaire ;  par M. de la Métherie. 19 (VI) : 319-336.

306Juin 1790, (Feuille d’agriculture & d’économie rurale). – Remarques sur le cerisier des bois ou merisier, & le ou la kirschenwasser, lues à l’assemblée de la société royale d’agriculture, le 4 février 1790 ; par M. Hell, député d’Alsace à l’assemblée nationale. 19 (VI) : 381-384.

307Juillet 1790, (Journal des savans). – Antonii-Laurentii de Jussieu, regi a consiliis & secretis, doctoris medici Parisiensis, regiae scientiarum, academiae regiae quae socientatis medicas Parisiensis socii, &c. Genera plantarum secundum ordines naturales disposita juxta methodum in horto regio Parisiensis exaratam.Paris, chez la veuve Hérissant, imprimeur-libraire, rue Neuve Notre-Dame, à la Croix d’or ; & chez Théophile Barrois, quai des Augustins, 1789 ; un vol., in-8vo. de 500 pages. 19 (VII) : 114-127. «  On attendoit depuis plusieurs années cet ouvrage de botanique, promis déjà par le célebre Bernard de Jussieu, & que M. son neveu a terminé d’une maniere à soutenir la réputation de l’oncle illustre, auquel il a succédé au jardin du roi. […] ».

308Juillet 1790, (de la Métherie). – Observations et mémoires sur la physique, sur l’histoire naturelle, & sur les arts & métiers. Année 1790. Fin du Discours préliminaire ;  par M. de la Métherie. 19 (VII) : 381-398.

309Septembre 1790, (Spectateur national ; Mercure de France). – Eloge de M. le comte de Buffon, prononcé dans l’académie des sciences ; par M. le marquis de Condorcet. A Paris, chez Buisson, libraire, rue Haute-feuille, N° 20. Prix, 24 sous, & 30 s. franc de port par la poste. 19 (IX) : 58-71.

310Octobre 1790, (Journal de Physique). – Notice d’un fait observé sur la brunelle laciniée ; par E. Reynier. 19 (X) : 343. [= Prunella laciniata (L.) L.].

311Octobre 1790, (Critical review). – Plantarum Icones, &c. Seconde collection de plantes jusqu’ici non décrites, tirées principalement de l’herbarium linnéen ; par Edouard Smith. M. D. & propriétaire du cabinet linnéen, in-folio. Une guinée demi-relié. White. Londres, 1790. 19 (X) : 413-414. « Les noms de ces plantes sont Salvia tubiflora & amethystina. Nerteria depressa. Lisianthus glaber. Escallonia myrtilloides & serrata. Ehrharta longiflora & calcyna. Daphne pendula. Arenaria juniperina. Vatica chinensis. Helleborus ranunculinus. Mentha exigua. Castilleia integrifolia & dissifolia. Flypericum brathys. Aegopricon vesulinum. Begonia isopsens, ferruginea & fraxinea. Acrostichum spicatum.Caenopteris rhizophytta ».[…].

312Novembre 1790, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – The sexes of plants, &c. Les sexes des plantes prouvés, dans une lettre à M. Guillaume Smellie, membre de la societé royale, & celle des antiquaires d’Edimbourg, contenant une réfutation de ses argumens contre les sexes de plantes, & des remarques contre certains passages dans sa Philosaphie de l’histoire-naturelle ; par Jean Rotheram, M. D. membre de la société linnéenne. Londres, in-8vo. I sh. & d. Cadell. 1790. 19 (XI) : 400-401. « La doctrine des sexes des plantes est aujourd’hui établie sur des fondemens trop solides, & les expériences citées tant par Linné lui-même que par ses élèves, ont opéré trop puissamment sur l’opinion du public, pour laisser aucune prise aux argumens de ceux qui combattent celle-ci. Néanmoins nous ne voulons pas décourager ceux qui aiment à combattre telle opinion que ce soit, puisque chaque attaque produit quelque nouvelle preuve en faveur de la vérité. Le docteur Rotheram écrit avec beaucoup d’énergie, & montre partout qu’il est maître de son sujet. Au reste, il respecte constamment les talens de son adversaire, & le traite d’une maniere qui fait également honneur à l’un & à l’autre ». (Monthly review.).

313Décembre 1790, (Journal encyclopédique). – Dictionnaire du jardinier françois, ouvrage où l’on décris les formes, l’aspect, la structure & l’habitude de la plupart des arbres, des arbrisseaux, des arbustes & des plantes vivaces, bisannuelles, annuelles, qui entrent dans la formation des jardins, tant utiles qu’agréables, & que l’on peut cultiver en pleine terre, sous tous les climats de France ; avec les principes pratiques les plus clairs, les plus détaillés, les plus propres à diriger leur multiplication, leur culture, leur conservation & leur emploi ; par M. Filassier, des académies royales d’Arras, de Lyon, de Marseille, correspondant de celle des sciences de Toulouse, & directeur de la pépinière de Clamart-sous-Meudon, banlieue de Paris. 2 volumes petit in-8vo., l’un de 703, & l’autre de 729 pages. A Paris, chez Mequignon l’aîné, 1790. Prix, 12 liv. reliés. 19 (XII) : 136-147.

314Décembre 1790, (Effemeridi lattararie di Roma). –  Summa plantarum quae hactenus innotuerunt méthodo Linnaeana per genera & soecies digesta, illustrata, descripta a Fulgention Vitman Ab. Vallumbros. in R. Mediol. Lyc. Publ. Botanices prof. & plur. Acad. Soc. 1789. in-4to. Milan, du monastère impérial de S. Ambroise. 19 (XII) : 411-412.

315Janvier 1791, (Analytical review). – Historical and biographical sketches, &c. Essai historique et biographique sur les progrès des connoissances botaniques en Angleterre, depuis les premiers temps jusqu’à l’introduction du système linnéen ; par Richard Pulteney, M. D. F. R. S. En deux volumes in-8vo. 744 p. I0 sh. Br. Cadell. Londres, 1790. 20 (I) : 89-112.

316Janvier 1791,  (Monthly review). –  A collection of dried plants, &c. Collection de plantes sèches nommées après l’herbier de Linné & autres collections originales ; par Jacques Dickson, membre de la société Linnéenne. Folio.  Fasciculus II, 12 sh. Imprimé pour l’auteur, Londres 1790. 20 (I) : 408-409.

317Février 1791, (Anonyme). – N. J. de Necker Elementa botanica, secundam systema omologicum, seu naturale Neowdae ad Rhenum, 1790. III volumes grand in-8vo, avec des figures en taille douce. 20 (II) : 68-76.

318Février 1791, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Catalogo de medicinale semplici, &c. Catalogue des simples médicinales & composées à l’usage des pauvres infirmes du grand tropical & l’œuvre de la charité de Vicensa.Vicense, 1790. 20 (II) : 413-415. (Giornale encyclopedico d’Italia).

319Mars 1791, (Journal de Physique). – Description de deux nouvelles espèces de trémelles douées d’un mouvement spontanée ; par M. de Saussure. 20(III) : 343-355. « M. Adanson est le premier qui ait observé un mouvement spontanée dans des filamens verds qui réunis au fond de quelques eaux dormantes, y forment une espèce de gazon velouté. (Académ. des sciences, 1767, pag. 564). Avant M. Adanson, ces filammens avoient été confondus avec des plantes qui leur ressemblent par leur structure, & que les botanistes ont nommées ou  Byssus ou Conferves. […] ».

320Avril 1791, (Journal des savans). – Observations sur le chêne ballotte ou à glands doux du mont-Athlas ; par M. Desfontaines, de l’académie des sciences, lues à l’académie, le 20 novembre 1790. [= Quercus ilex L. subsp. ballota (Desf.) Samp.]. 20 (IV) : 377-380.

321Mai 1791, (Analytical review). – Journal of a voyage, &c. Journal d’un voyage à la nouvelle province de Galles méridionale, avec soixante-cinq planches d’animaux, d’oiseaux, de lézards, de serpens, de cones d’arbres curieux, & d’autres productions naturelles qui n’ont pas été décrites jusqu’ici ; par Jean White, chirurgien-major de l’établissement. Grand in-4to., planches coloriées I liv. sterl. 16 sh. Broché. 300 pages. Outre l’appendice. Debrett, Londres, 1790. 20 (V) : 46-67.

322Mai 1791, (Analytical review). – English botany, &c. La botanique angloise, ou figures coloriées de plantes britanniques, avec leurs caractères essentiels, leurs synonymes, & les lieux de leur cultivation. On y ajoutera des remarques occasionnelles ; par Jacques Sowerby, in-8vo. On en publiera un numéro chaque mois, au prix d’un shilling. White. Londres, 1790. 20 (V) : 397-398.

323Mai 1791, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Nouveau mémoires de l’académie des sciences de Stockholm. Volume XI, 1790, première partie, pour les mois de janvier, février & mars, présidence de M. Adlerbeth, conseiller de la chancellerie royale, chevalier de l’ordre de l’étoile-polaire, membre de l’académier suédoise, & secrétaire perpétuel de celle des inscriptions & belles-lettres. I. Remarques sur la culture du coton dans les Indes Occidentales en général, & particulièrement sur l’isle de St. Barthelemi, par M. Falberg, médecin savant, ayant séjourné à St. Barthelemi ; II. Remarques sur les différentes espèces du cotonnier - par M. Swartz, docteur en médecine ; III. Description de la Wildenovia, plante nouvelle de l’Afrique méridionale, découverte par M. le chevalier Thunberg, professeur à Upsal ; etc. 20 (V) : 403-405.

324Juin 1791, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Nouveaux mémoires de l’académie des sciences de Stockholm. Vol. XI, 1790 : seconde partie, pour les mois d’avril, ami & juin, présidence de M. Swartz, docteur en médecine .Description & déliénation d’une nouvelle espèce de bouleau, appelée : Betula pinnata, par M. Lundmark. Cet arbre, qui existe à Lessicoefors, pas loin de la ville de Philipslad, est regardé comme une plante hybride, produite par la fécondation du bouleu par le sorbier, mais il a pourtant reproduit son espèce dans plusieurs jeunes plantes qui l’environnent. Ce phénomène, digne de toute l’attention des botanistes, mérite d’être vérifié par des expériences ultérieures. 20 (V) :396-397.  [Il s’agit en fait de Alnus incana (L.) Moench. subsp. incana ; = Alnus incana (L.) Moench., f. pinnata (Lundmark) H. J. P. Winkl.].

325Juillet 1791, (Anonyme). – Herbier portatif des plantes qui se trouvent dans les environs de Liege, avec leur description & classification selon le système de Linné ; précédé d’un discours sur la botanique ; par A. Rozin, médecin. Premier cahier, de 80 pages & 40 planches, grand in-8vo. Chez l’auteur, maison de M. Tutot, imprimeur-libraire, en Vinave d’Isle, à Liege. 20 (VII) : 136-147.  [De ce compte rendu de lecture nous nous sommes déjà demandés en 2009 s’il n’a pas été rédigé, fort peu de temps après la parution de « l’Herbier portatif », par Rozin lui-même, car p. 143, l’auteur, anonyme, écrit : « L’article suivant pris au hasard, pourra donner une idée de sa manière » […] « Quant aux descriptions particulières des genres et des espèces , on pourra juger par les échantillons suivants », curieusement, outre les Galanthus, Ficaria, on trouve « par hasard » la reproduction complète de la description de … l’Adoxa leodicea (p. 145-146) ! A la p. 147 nous pouvons aussi lire : « Les renseignements sur l’usage médicinal sont tirés des écrits de Linné, ou bien de l’Histoire des plantes usuelles par Chomel. ». (Beaujean, 2009a, cf. p. 22)].

326Juillet 1791, (Journal de physique). –  Essai sur cette question : Quelle est l’influence de l’électricité sur la germination & la végétation des plantes ; par M. de Rozieres, capitaine au corps royal du génie ; correspondant de l’académie royale des sciences de Paris, membre associé de la société d’émulation de Bourg-en-Bresse, de l’académie Delphinale, de la société philosophique des sciences & des arts utiles de Lyon, vice-secrétaire de la société académique & patriotique de Valence en Dauphiné. 20 (VII) : 322-333.

327Juillet 1791, (Anonyme). – Lettre à l’éditeur de l’Esprit des journaux. 20 (VII) : 334-340.

328[Cette longue lettre, non signée, concerne une critique sur lesEléments botaniques de M. de Necker]. «  Dans le tome II de février, pag. 68, pour l’année 1791, on y trouve une censure sur les éléments botaniques de M. de Necker, académicien de Mauheim, &c. Comme vous n’indiquez pas le livre dont vous l’avez tirée, il est à croire qu’un particulier vous l’a envoyée sans avoir voulu le donner à connoître. Quoi qu’il en soit, examinons avec impartialité le jugement qu’il a porté sur cet ouvrage élémentaire, & la manière dont il a considéré la découverte de notre académicien. On fait, dit cet anonyme, que Linné père avoit conçu l’idée d’une méthode naturelle de botanique, qu’il l’avoit même préférée à son systhème artificiel. Mais il n’a pas assez vécu pour achever son ouvrage. […] » ].

329Juillet 1791, (Journal de physique, &c.). –  Delectus opusculorum botanicorum. Choix d’opuscules de botanique, édité & enrichi de notes, par Paul Veter, docteur en médecine & chirurgie, membre des sociétés des curieux de la nature de Zurich & de Halle, associé du collège royal de médecine de Nancy : premier volume, avec des planches en taille-douce. A Strasbourg, dans la librairie académique, 1790. in-8vo. de 336 pag. 20 (VII) : 386-387. [Il est notamment question de : Hippuris ; de l’arbre-poison de Macassar ; d’un genre nouveau de gramen (Restio) : etc.].

330Juillet 1791, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Nouveaux mémoires de l’académie des sciences de Stockholm, vol. XI, 1790, troisieme partie, pour les mois de juillet, août & septembre. Présidence de M. Melanderhielm, professeur royal d’astronomie, & chevalier de l’ordre de l’étoile polaire. 20 (VII) : 390-394.

331« 7°. Wahlbomia. Nouveau genre de plante, décrite par le chevalier Thunberg. C’est un arbrisseau que le savant auteur a découvert à Java, &c. qu’il classe dans la Polyandrie, ordre Tetragynie, immédiatemrnt après la Cimifuga. On n’en connoit encore qu’une seule espèce, savoir la W. Indica.[Genre dédié par Thunberg en 1790 à Johan Gustav Wahlbom (1724-1808), médecin et disciple de Linné]. 9° Description de deux arbres des indes occidentales, savoir, Bombax pentandrum, & Hippomane Manicella, par M. Fahlberg ».

332Juillet 1791, (Bibliographie de l’Europe. France). – Voyage à Madagascar & aux Indes-Orientales ; par M. l’abbé Rochon, de l’académie des sciences de Paris & de Pétersbourg, astronome de la marine, garde du cabinet de physique du roi, inspecteur des machines des monnoies, &c. I vol. in-8vo : prix 5 liv. Chez Prault, imprimeur du roi, quai des Augustins, à l’Immortalité, 1791. 20 (VII) : 397.

333Août 1791, (C R de lecture). – Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes, insérées dans une traduction des lettres de W. Coxe, sur la Suisse. A Paris, chez Belin, libraire, rue St. Jacques, près Saint-Yves. Deux parties in-8vo. Avec cartes. Prix 5 liv. (Mercure de France). [Le nom de L. F. E. Ramond est souvent cité dans cet article]. 20 (VIII) : 57-66.

334Septembre 1791, (Stockholm posten). – Voyages de M. Thunberg, chevalier de l’ordre de Wasa, & professeur royal de botanique dans l’université d’Upsal. 3 vol. in-8vo. Upsal, 1788-91, chez Edman, directeur de l’imprimerie de l’université. 20 (IX) : 199-217.

335Septembre 1791, (La lettre de M. Osham dans Algem. Vederl. L. Oefeningen, &c.). –  Note biographique sur feu M. Murray, de Gottingue. 20 (IX) : 291-293.  [Il s’agit ici de Jean-André Murray, le fils d’André Murray].

336Septembre 1791, (Feuille du cultivateur). – Expériences pour mesurer la force de la sève ; par M. Hallé, de la société de médecine. 20 (IX) : 353-357.

337Septembre 1791, (Feuille du cultivateur). – Nouvelles expériences sur la force de la sève ;  par M. l’abbé Tessier, de la société d’agriculture. 20 (IX) : 357-362.

338Octobre 1791, (Gotting an zeigen.). – Linnei genera plantarum, &c. Les genres des plantes, selon le système de Linné ; par M. Schreber. Francfort, chez Varrentrapp & Wenner. 2 vol. 1789 & 1791. 20 (X) : 417-418. « Cet ouvrage, qui peut être regardé comme la huitieme édition des genres des plantes de Linné, ou la seconde après celle de M. Reichard, renferme aussi tous les genres nouveaux déterminés tant par l’auteur lui-même, que par MM. Jussieu, Gartner & Hedwig, avec les dernières découvertes de MM. Forster, Sonnerat, Forskal, Thunberg, Swarts, Bergius, Cavanilles, Koenig, Medicus, l’Héritier, La Mark, Desfontaines, Fougeroux, Willdenow, Aiton, Smith, &c. Plus la science s’est étendue pendant ces dernières années, & plus une pareille entrprise étoit devenue nécessaire. La réputation de l’auteur étant déjà établie par ses caractères des graminées, il suffira d’indiquer son nouvel ouvrage, pour le recommander aux botanistes ».

339Octobre 1791, (Ob. Allg. Litteratur. Zeitung). – Deutschlands Flora, &c. Flore allemande, ou Manuel de botanique pour l’année 1791 ; par G. F. Hoffmann. Erlang. Chez Palm, de 360 pages in-8vo., non compris l’almanach & la préface. 20 (X) : 417-418. « Pour inculquer, d’une manière facile & agréable, l’histoire littéraire de cette partie, l’auteur a marqué tous les jours de son calendrier du nom de quelque botaniste plus ou moins célèbre, en y ajoutant le lieu d’impression de son principal ouvrage. … ».

340Novembre 1791, (Journal des sciences utiles). – Course de botanique à la Chartreuse de Durbon. Par M. Danthoine. 20 (XI) : 380-384. [Nous pensons qu’il est utile de rendre ici deux extraits de cette publication, concernant des plantes qui étaient, aux yeux de Danthoine, nouvelles pour la science mais qui ne semblent toutefois pas avoir retenu l’attention de ses successeurs pour la rédaction de nouvelles flores].

341« Premier extrait, p. 381-382.

342Angelica atropurpurea.

343Angelica excimo foliorum pari decurrente,foliolo terminali libero suppesiolato.Nob.

344An angelica atropurpurea ? Linn. Sp. 361.

345J’avouerai franchement que dès l’instant que j’apperçus cette plante, je la pris pour la véritable angélique, tant elle lui ressemble ; mais en la bien considérant, je m’apperçus que le foliole terminal n’étoit pas joint à la dernière paire ; les serratures sont aussi plus aiguës & terminées par une espèce d’épine plus fine que dans la véritable angélique, & les feuilles sont d’un vert plus obscur. Les pétioles communs embrassent la tige par de larges gaines enflées, intriculées comme dans  la véritable angélique ; mais toute la plante qui s’élève également à hauteur humaine a sa tige & ses rameaux d’un pourpri obscur, fait d’une poussière ou efflorescence glauque ; les fleurs sont petites, d’un vert ou plutôt d’un gris rougeâtre ; les graines sont comme celles de l’angélique sauvage, elles en ont la même saveur.

346J’ai compté jusqu’à cinquante rayons à l’ombelle, & beaucoup davantage aux ombellules ; les rameaux qui sont de même que la tige principale terminés par une ombelle, l’outrepassent. Ces ombelles de rameaux sont souvent stériles ; au reste, c’est le même port, les mêmes semences, & c., que dans l’angélique sauvage ; mais si l’angélique de Rasouls en est séparée à cause des folioles toutes décurrentes, pourquoi n’en pas séparer la nôtre, quoiqu’elle n’ait que la dernère paire qui le soit. J’ai sous les yeux la figure de l’angélique de Canada, angelica atropurpurea Canadensis, figurée dans Barrelier, planche 1319 ; elle se rapporte assez à notre plante ; la tige de notre angélique est également d’un pourpre noirâtre.

347En parcourant l’excellent ouvrage de M. Villars qu’on vient de me prêter, je vois qu’il y est peut-être parlé de notre plante sous la variété c de l’angélique sauvage, mais l’auteur ne dit pas que le foliole terminal soit libre de la dernière paire ; il dit qu’elle vient parmi les rochers, les gazons & les endroits secs ; la nôtre au contraire vient dans les bois de la Chartreuse de Durbon, dans les endroit ombragés par les sapins, le long des cascades que forment les torrens qui descendent des Alpes.

348Jusques à ce que j’aie un échantillon de l’angélique de Canada, par lequel je sois convaincu que ce n’est pas la nôtre, je dirai en attendant qu’elle n’en diffère pas.

349Second extrait, p. 382.

350Rubus nigricans.

351Rubus foliis ternatis, acuminato-caudasis, caulibus reptantibus, identidem ramos erectos fructiferos emittetibus aculeis consertis, ferè innocuis fructibus levibus. Nob.

352Cette ronce est traînante, & pousse de tems-en-tems des rameaux droit qui portent à leur sommet la fructification en grape. Les fruits sont ras comme dans la ronce commune ; mais les pétales de la fleur sont plus grands, les feuilles sont plus larges que dans nos ronces d’Europe, plus arrondies, & terminées par une espèce de queue en lanie ; elles sont ternées, finement serrulées, entières & nullement lobées, leur couleur est d’un vert obscur tant en dessus qu’en dessous. Il est très-rare de voir les feuilles simples, pas même celles qui sont au bout des tiges & des rameaux. Toute la plante est parsemée de petites épines rougeâtres, qui peut être ne piqueroient pas une main rude ; la tige est aussi par fois rougeâre.

353Nous avons trouvé cette plante un peu au-dessous de la première cascade du torrent du bois de la chartreuse, non loin de l’endroit où se trouve l’angélique dont je viens de parler ».

354Novembre 1791, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  Svenska oertslagen, &c. Les genres des plantes suédoises ; par Sam. Lilljeblad. Upsal, 1791, in-8vo. 20 (XII) : 421-422. « Ce petit ouvrage, où tous les termes de botanique se trouvent traduits en suédois, a pour objet preincipal de faciliter & de répandre l’étude d’une science, qui joint tant d’agrémens à l’utilité la plus marquée. ».

355Décembre 1791, (Journal des sciences utiles). – Observations tirées des animaux & des végétaux pour pronostiquer le tems. (Par M. Sennebier). 20 (XII) : 354-364.

356Février 1792, (Journal des sciences). –  Notes intéressantes sur l’isle de Corse ; par M. Perny de Villeneuve, un des astronomes de l’observatoire de Paris. 21 (II) : 347-355. [L’auteur nous parle de la végétation de la Corse, p. 351-352].

357Février 1792, (Critical review). – Plantarum icones hactenus ineditte, pletumque ad plantas in herbario Linnaeaneo conservatas delineatae, &c. Collection de plantes jusqu’ici non décrites, tirées principalement de l’herbier de Linné, par Jacques - Edouard Smith, docteur en médecine, & propriétaire du cabinet Linnéen. In-fol. Fascicule second. A Londres, chez White, 1791. Une guinée, demi reliure. 21 (II) : 406.

358Février 1792, (Bibliographie de l’Europe. Russie). –  Flora rossica, seu stirpium per Europam & Asiam indigenarum descriptiones & icones. Flore russe, ou description des plantes indigènes des provinces de cet empire, tant en Europe qu’en Asie. Tome I, seconde partie. Pétersbourg, 1791, in folio. 21 (II) : 413.

359Mars 1792, (Critical revieuw). – The history of the Island of Dominica, &c. Histoire de l’isle de la Dominique, contenant la description de sa situation, son étendue, climat, montagnes, rivières, productions naturelles, &c. &c. par T. Atwood. In-8vo. 4 fh demi-relié. Johson. Londres, 1791. 21 (3) : 187-193.

360Mars 1792, Anonyme. – La flore des insectophiles, précédée d’un discours sur l’utilité de l’étude de l’insectologie ; par J. Brez. Utrecht, chez Wild & Altheor, 1791. 21 (III) : 194-199.  [La notice précise à propos de l’auteur de cet ouvrage : « Il parcourt tout le système botanique de Linné, & s’arrête à chaque plante que les observations des savans ont fait connoître comme la demeure habituelle de quelque espèce d’insecte. Après avoir nommé l’insecte d’après Linné, Fabricius, Geofroi, & cité le numéro & la page de leurs ouvrages respectifs, il indique aussi les planches de Réaumur qui en donnent la figure, & sert de guide à en trouver l’histoire. »].

361Mars 1792, (Journal d’histoire-naturelle). – Observations sur les plaies faites aux feuilles ; par M. Jean Senebier. 21 (III) : 339-343.

362Mars 1792, (Feuille du cultivateur). – Observations sur l’effet qu’a produit le froid rigoureux de 1788 à 1789 sur les végétaux en général, & spécialement sur les arbres indigènes & exotiques ; par M. le baron de Poederlé, associé étranger de la société royales d’agriculture, à Bruxelles. 21 (III) : 353-359.

363Avril 1792, (Journal encyclopédique). – Tabula plantarum fungosarum, &c. Table des plantes fongueuses ; par M. Jean-Jacques Paulet, docteur-médecin de Paris, associé de l’académie de médecine de Madrid, &c. In-4to. de 31 pages, avec figures. A Paris, & à Strasbourg, chez Treuttel, 1791. Prix, 3 li-vres. 21 (IV) : 101-106.

364Avril 1792, (Bibliographie de l’Europe, Italie). – Braschia plantae novi generis descritio, nomini majestatique Pii Sexti P. M. dicata. Ex typographia Joannis Zempel, 1791, 4to. 21 (IV) : 412-414. « C’est M. le docteur Nicol Martelli, professeur de botanique à Rome, qui fait hommage au souverain pontife de la découverte qu’il croit avoir faite d’un nouveau genre de plantes.  « Comme cette plante, est-il dit, a beaucoup d’affinité à la joubarbe, ou le sempervivum de Linné, on ne pourroit trouver un symbole plus convenable à la carriere longue & heureuse que tous les fideles souhaitent au chef actuel de l’église, ni au renom immortel qu’ont mérité ses vertus.“ M. Martelli croit que sa découverte ajoutera aussi un nouvel ordre à l’onzieme classe du système des végétaux, comme on peut le voir dans la description que nous insérons en entier. Braschia. / Calyx. Perianthum 6. phyllum, foliis obtusis. / Corolla. Petala 6. lanceolata, acuta, carenata, calyce multum longiora. / Stameria. Filamenta 12. antheris rotundatis. /  Pistillum. Germina 6. stylis & stigmatibus acutus. / Pericarpumi. Capsulœ 6 compressœ, acumunatœ, dehischentes stelliformes. /  Semina. Multa, rotunda, minima. / Genus hoc sempervivo & sedo affine. Variat tamen a sempervivo, calyce 6-phyllo. Foliis acutis : petalis 6. calyce majoribus : pistillis & capsulis numeo 6. Etenim sempervivum, (genus olim aliquantum incertum (Gener. Plantar.) definitum fuit à claris. Mineo in ordine 12 – gynio, his caractheribus : sempervivum, cal. 12-partitus : Petala 12. Capsulœ 12. Polyspermœ. Pistilla 12. (System. Natur. Edit. XIII.) Variat autem a sedo,calycibus quinquesidis : corollis petalis 5. planis, cum nectariis squamosis : staminibus X. pistillis & capsulis 5. (Linn. Syst. Natur.) / Hoc genus igitur distinctum & novum est : occupabis locum vacuum ordinis IV. 6 gyniorum classis XI. 12 andrororum systematis sexualis Linnæani. / Species. / Braschia  ria. Foliis succulentis diffusis, teretibus, acutis : fructicationibus ramosis : floribus sessibus habitat in rudericus & imbriciterus. / Braschia honestia. Foliis succulentis diffusis longovalibus : fructificationibus umbellatis : stylis flavis : habitat in imbricibus & ruderibus. /

365On voit que les ouvrages des Jacquin, Haller, Murray, Jussieu & Necker ont été inconnus à M. Martelli, & l’on peut juger par-là combien la littérature étrangere pénetre lentement en Italie. Tous ces botanistes célebres ayant fort bien remarqué combien le nombre des parties varie dans les plantes du genre naturel des joubarbes, se sont pourtant rencontrés dans l’dée de suivre l’exemple du fondateur de la botanique, & de ne point les séparer. Le sempervivum hirtum de Linné (Systema vegetabilium, edit. XIV. Gen. 612. species 6.) a généralement 6 pétales, 12 étamines, & 6 styles, tout comme la Braschia de M. Martelli. Le sempervivum globiferum du même, a 6 pétales, 6 étamines & 6 pistilles ; le sempervivum arboreum, 20 étamines ; & quant aux pétales, leur nombre varie jusqu’à l’infini. Ainsi il n’est pas possible que les botanistes admettent la découverte de M. Martelli pour un nouveau genre ; mais comme la seconde de ses especes paroît avoir un caractere particulier, savoir : des fructifications ombellées, qui n’appartiennent à aucune des especes décrites jusqu’à présent ; & comme du reste les savans applaudiront assurément à ses intentions, nous ne doutons pas que le nom de sempervivum braschia ne reste à la botanique, & que tous les cœurs n’en acceptent avec joie l’heureux augure ».  

366[Il est curieux de constater que ce nom de genre nouveau ne figure ni dans l’I. N. G. (Farr Leussink & Stafleu, 1979), ni dans l’Index Kewensis, alors qu’il est repris dans plusieurs publications, anciennes il est vrai, dont :

367DE CANDOLLE A.-P., 1828. – Regni vegetabilis systema naturale, sive ordines, genera et species. Plantarum secundum methodi naturalis normas digestarum et descriptarum. Paris, Treuttel et Würtz, 564 p. [cf. p. 73-74, Martelli brasch. Di Martelli (N.) Braschiæ plantae novi generis descriptio. In-4. Romœ, 1791.].

368DURAND Th., 1888. – Index Generum Phanerogamorum usque ad finen anni 1887 promulgarum in Benthami et Hookeri «Genera plantarum» fundatus cumnumero specierum synonymis et area geographica. Bruxelles, chez l’auteur,  722 p.

369PRAEGER L.-R., 1932 (reprint 1967). – An account of the Sempervivum group. The Royal Horticultural Society, 265 p. (reprint, Lehre, by J. Cramer, 265 p.)

370PRITZEL G. A., 1851. – Thesaurus Literaturae botanicae. Lipsiae, F.A. Brockhaus, 547 p.].

371SCHUMANN A., 1806. – Repertorio della Letteratura Italiana. Guida alla conoscenza delle piu nuove produzioni letterarie d’Italia. Firenze, Appreso Molini, Landi e Com. 464 p. [cf. p. 221, Braschiae, plantae novi generis descriptio, nomini majestique Pii VI dicata (di N. Martelli.) Roma, Zempeli. 1791. 4.].

372VAHL M., 1805. – Enumeratio Plantarum, vel ab aliis, vel ab ipso observatarum,cum earum differentiis specificis, synonymis selectis et descriptionibus succintis.Vol. I. Hauniae, J. H. Schubothe, 448 p. [cf. p. XXXIX, Index auctorum. Martel. Brasch. Di Martelli, N. Braschiae, plantae novi generis descriptio, nomini majestatique Pii VI. Dicata. Rom. 1791.4to.].

373vON MILTITZ F., 1829. – Handbuch der botanischen Literatur für Botaniker, Bibliothekare, Buchhändler und Auctionatoren, mit Angabe der Preise und Recensionen. Berlin, August Rücker, 544 p. [cf. p. 235, 1791. Martelli (N. de): Braschiae plantae novi generis descriptio. Rom.].

374WILLIS J. C., 1919. – A dictionary of the flowering plants and fern. Cambridge, University Press, XIII + 701 p.].

375Mai 1792, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). – Ant. Josephi Cavanilles icones & descriptiones plantarum, &c. Descriptions des plantes indigenes de l’Espagne, & des pays sujets à son empire, avec figures ; par D. Cavanilles. In-folio. Partie Ire. Madrid, de l’imprimerie royale, 1791. 21 (V) : 393-395. « C’est dommage quand les entreprises de cette espece se font trop en grand pour être jamais achevées. Des livres aussi dispendieux restent aussi le plus souvent enfermés dans les bibliothèques des riches, sans devenir d’aucune utilité pour les savans. Ce ne sont qu’autant de monumens de la magnificense des souverains, plutôt que de leur amour pour les sciences ».

376Mai 1792, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Collectanea ad botanicam, &c. Recueil pour la botanique, la chymie & l’histoire-naturelle ; par M. de Jacquin. Vienne, 1790. 4me. Volume, avec 27 planches de figures enluminées. 21 (V) : 397-398. « Les mémoires les plus recommandables de ce volume sont celui de M. le docteur Scherer, qui fournit de nouvelles preuves en faveur de la théorie, connue des chymistes françois, MM. Lavoisier, Bertholet, Fourcroy, &c. & celui de M. Jacquin lui-même, sur les dernières découvertes en fait de botanique. Plusieurs plantes nouvelles sont représentées d’après nature, & décrites avec l’exactitude accoutumée de l’auteur ; & d’autres qui n’ont été connues qu’imparfaitement par les relations des voyageurs, ont été examinées avec toute la sagacité d’un œil aussi exercé, & distribuées aux places qui leur appartiennent dans le système des végétaux. Ce grand botaniste a le rare mérite de sacrifier toujours son amour-propre à l’amour de la vérité : il indique ses propres méprises avec la même candeur qu’il rend justice aux observations des autres, & n’a d’autre ambition que celle de contribuer au progrès de la science. Les mémoires de M. le baron de Wulfen sur quelques espèces de mousses, sont d’autant plus intéressans, que faisant son étude principale de cette branche de botanique, il a pu faire des remarques qui échappent au commun des observateurs ».

377Juin 1792, (Journal de physique). –  Lettre de M. de Homboldt [sic Humboldt], à M. de la Métherie, sur la couleur verte des végétaux qui ne sont pas exposés à la lumière. 21 (VI) : 358-360.

378Juin 1792, (La médecine éclairée par les sciences). –  Décade des plantes nouvelles, dont les graines ont été apportées des côtes de Barbarie par M. Desfontaines, & qui sont maintenant propagées dans nos jardins. (Extrait d’un mémoire lu à la société d’histoire-naturelle, le 13 janvier 1792). « Le mémoire, dont nous donnons ici une simple notice, contient la description détaillée des plantes qui composent cette décade. Nous nous bornerons à rapporter ici simplement le caractère spécifique de chacune de ces plantes […] ». 21 (VI) : 360-362.

379Juin 1792, (Analytical review). – Caroli Linnaei flora lapponica. Editio altera, aucta & emendata, studio & cura Jacobi Edwaldi Smith. In-8vo. 390 pages, outre l’index, &c. & 12 planches. White, Londres, 1792. 21 (VI) : 388.

380Juin 1792, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Observationes botanicae, &c. Observations botaniques, pour mieux déterminer les caractères des plantes natives des Indes-Occidentales, & de quelques autres plantes moins bien décrites dans la XIVe édition du système des végétaux ; par M. Swartz, intendant du Musée de S. M. Suédoise. Erleng. Chez Palm, 1791, avec onze planches. 21 (VI) : 394-395.

381Juin 1792, (Bibliographie de l’Europe. Danemark). –  Symbolae botanicae, &c. Caractères des plantes nouvelles, recueillies par Forskål, pendant son voyage en Egypte & en Arabie, & par d’autres voyageurs, avec des remarques sur plusieurs parties de la botanique ; par M. Vahl. Copenhage, 1790 & 1791, II.volumes avec 50 planches. 21 (VI) : 402-403.

382Juin 1792, (Bibliographie de l’Europe. Hollande). – Brieven over Italien, &c. Lettres sur l’Italie, concernant  principalement l’état présent de la médecine & de l’histoire-naturelle dans ce pays; adressées à M le professeur Sandifort à Leyde, par W. X. Janser. Leyde, chez Luchtmans & Honkoop. 1790.  21 (VI) : 403-404.

383Juillet 1792, (Anonyme). –  Josephi Gærtneri de fructibus & seminibus plantarum, &c. Traité des fruits & des semences des plantes ; par J. Gaertner, docteur en médecine & membre de l’académie impériale des sciences de Pétersbourg, & de la société royale de Londres. Tubingue, chez Cotta, 1788-1791. Deux volumes in-4to. Avec figures. 21 (VII) : 132-138.

384Juillet 1792, (London review). – Transactions of the linnean society, &c. Transactions de la société linnéenne. Volume I. in-4to. 18 sh. White, Londres, 1791. 21 (VII) : 174-182. « La société linnéenne doit son origine à l’introduction en Angleterre des collections en histoire-naturelle, en plantes seches, en livres & manuscrits du célebre Linné, par J. E. Smith, M. D. qui s’en étoit rendu l’adjudicataire. […] La botanique & l’histoire-naturelle considérée dans toutes ses branches, mais spécialement la botanique & l’histoire naturelle de la Grande-Bretagne, forment le principal objet vers lequel la société dirige ses vues. Le plus grand nombre des articles que comprend ce premier volume, regarde la botanique : dix ont rapport aux animaux, & un seul traite des fossiles.

385I. Discours préliminaire sur l’origine & les progrès de l’histoire-naturelle ; par J. E. Smith. M. D. F. R. S., président. […] ; IV. Description de quatre espèces de cypripedium ; par R. A. Salisbury, écuyer, F. R. S., membre de la société. Ces especes sont : C. calceolus ; C. parviflorum ; C. spectabile ; C. humile, ou acaulis hort. Kew Elles sont très-exactement décrites en latin, & les fleurs en sont élégamment figurées. ; V. Description de dix especes de lichen, cueillies au sud de l’Europe ; par J. E. Smith, M. D. F. R. S., président. Elles sont également d écrites en latin, & sept en sont figurées avec la plus grande précision. ; IX. Histoire botanique de la cannella alba ; par Olof Swartz, M. D., membre étranger de la société. Ce savant auteur, qui est bien connu par ses ouvrages botaniques, donne ici l’histoire de cette plante, depuis la première mention qu’en fait Clusius, la description, le caractere de ses fleurs & la figure. […] ; XI. Sur la festuca spadicea [= Festuca paniculata (L.) Schinz & Thell. subsp. spadicea (L.) Litard.] & l’anthoxanthum paniculatum [= Festuca paniculata (L.) Schinz & Thell. subsp. paniculata] ;  par le président. On prouve à l’évidence que ce n’est que la même herbe. On en donne l’histoire & le caractere, & on ajuste & concilie, de la maniere la plus heureuse, une longue suite d’erreurs & de mauvaises conjectures à cet égard. Ce mémoire est accompagné de la figure donnée par Rudbeck. ; XIII. Description & histoire d’une nouvelle espece de fungus ; par T. Woodward, écuyer, membre de la société. L’auteur ingénieux donne à cette nouvelle alga l’appellation de fuscus subsuscus. La fructification en est singulière. On en donne l’histoire & la figure, de même que de la plante. ; XV. Observations sur le style de la botanique ; par le révérend T. Martyn, B. D. F. R. S., professeur dans l’université de Cambridge, & membre de la société. On recommande ici deux principes fondamentaux, en formant une langue propre pour la botanique angloise : I°. de s’éloigner aussi peu qu’on pourra du style linnéen ; 2°. d’approprier les terminaisons, les pluriels, les composés & les dérivatifs à la construction & au génie de notre propre langue. ; XVI. Obser-vations sur le genre de begonia, par Jonas Dryander, M. A., membre de la société. […] Ce mémoire jette une grande lumiere sur un genre jusqu’ici peu connu. ; XVII. Du genre symplocos, comprenant hopea, alstonea & ciponima ; par M. Charles-Louis l’Héritier, de l’académie des sciences à  Paris, membre étranger de la société linnéenne. C’est une dissertation écrite en latin, pour prouver que ces quatres genres ne devoient absolument faire qu’un seul. ; XVIII. Sur le genre calligonum, comprenant pterococeus & pallasca : par le même. Ce petit traité latin sert à éloigner beaucoup de confusion. ; XIX. Observations sur le polypodium orcopteris, accompagnées d’un échantillon envoyé de l’Ecosse, par M. J. Dickson, membre de la société. On combat ici avec beaucoup de succès les méprises nombreuses qu’on a faites relativement à cette fougere britanique. ; XXII. Remarque sur le genus veronica ; par le président. ; XXIV. L’histoire botanique du genus dillenia, avec l’addition de plusieurs espèces non décrites ; par Charles-Pierre Thunberg, […] Six especes de ce beau genre sont ici décrites en latin par cet illustre auteur, & on donne les figures de trois d’entr’elles. ;  XXV. L’histoire botanique du trifolium alpestre, medium & pratense ; par Adam Astelius, M. A. démonstrateur en botanique dans l’université d’Upsal, & membre étranger de cette société. ; XXVI. Catalogue raisonné de plusieurs plantes présentées à la société linnéenne ; par Mrs. Fairbirth & Hoy, membres de la société ; par le président. Ces plantes sont : I. costus speciosus. 2. statice latifolia. 3. sempervivum stellatum. 4. astragalus leucophoeus. 5. mimosa myrtifolia. 6. M. suaveolens. […] ». (London review).

386Juillet 1792, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Extrait d’une lettre écrite de Russie, à M. la Rochefoucault, par Genet, lue à l’académie le 28 avril 1792, contenant la notice de plusieurs découvertes d’histoire-naturelle dans l’Archipel du nord. 21 (VII) : 345-346.  « M. Pallas n’a point encore pris connoissance des animaux ; mais ce savant a distingué parmi les plantes des especes nouvelles de sophora, de croton, de gnaphalium, d’andromeda, de potentila, d’arthemisia, de rhododendron, un lis noir dont les racines sont tuberculeuses & servent à la nourriture des insulaires, une nouvelle graminée pérenne dont l’épi est très-gros & contient une grande quantité de grains propres à la nourriture des hommes ; plusieurs légumineuses très propres également  à la nourriture des hommes, un sapin, un sorbier & un saule nain ». (La médecine éclairée par les sciences physiques, &c.).

387Juillet 1792, (Gotting. Anzeigen.). – Fr. Stephani  M. & Ph. D. prof. Botan. & chem. Soc. Hal. Sod. Enumeratio stirpium agri Mosquencis. Liste des plantes qui se trouvent dans les environs de Moscou ; par M. Stephani, docteur en médecine & professeur de botanique, &c. Moscou, 1792, grand in-8vo. 21 (VII) : 406-407.

388Juillet 1792, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Museum naturalium academiae Upsaliense. Description du cabinet d’histoire-naturelle de l’université d’Upsal.De l’imprimerie de l’université. 1787- 91. in-4to. 21 (VII) : 407- 408. [Outre les poissons, les coquilles et les insectes, ont y trouve « Des nouvelles plantes que M. Thunberg a été le premier à décrire, selon le système de Linné »].

389Juillet 1792, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Des Hrn Ritt. Thunbergs Reisen, &c. Voyages en Europe, en Afrique & en Asie par M. le chevalier Thunberg, traduites du suédois en allemand, par M. Groskurd de Stralfund. Berlin, chez Haud & Soener, 1792. 8vo. Ier. vol. 21 (VII) : 415.

390Août 1792, (Journal encyclopédique). – Extrait de la flore françoise dr M. le chevalier de la Marck ; contenant l’analyse de végétaux, pour arriver à la connoissance des genres. Deux parties. In-8vo. de 502 pages. A Paris, chezViffe, libraire, rue de la Harpe, près celle Serpente, 1792. Prix, 5 liv. broché. 21(VIII) : 80-83.

391Août 1792, (Bibliographie de l’Europe, Allemagne). – Jo. Andreae Murray apparatus medicaminum, &c. Matière médicale de M. Murray, Vie  volume, mise au jour après la mort de l’auteur ; par M. L. C. Althof, docteur en médecine. Gottingue, chez Dieterich, 1792, in-8vo. 21 (VIII) : 398-400. « Ce volume complette un ouvrage très-essentiel pour la médecine, & contient, I° un supplément aux plantes usuelles décrites dans les volumes précédens, & 2° les préparations médicinales qui sont tirées des végétaux, sans qu’on sache précisément de quelles plantes sont les racines & les écorces qui nous viennent des pays où le regard de la botanique n’a point encore pénétré ».

392Août 1792, (Hamburg. Staats und Gelchrtet zeitung). – Caroli a Linné,  praelectiones in ordines naturales plantarum, &c. Leçons publiques de Linné, sur les ordres naturels des plantes, mises au jour par M. Giseke, d’après ses annotations & celles de M. Fabricius. Hambourg, chez les principaux libraires, 1792. in-8vo. 21 (VIII) : 400-401.

393Août 1792, (Hamburg. Staats und Gelchrtet zeitung). – Dess abbé Rochon reise nach Madagascar, &c. Voyage de l’abbé Rochon à Madagascar & aux Indes orientales, avec des renseignements sur la Cochinchine, par Thom. Bowynars & Rob. Kirsop, traduit du françois & de l’anglois, par G. Forster. Berlin, chez Voss, 1792, in-8vo. 21 (VIII) : 401.

394Août 1792, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Ansichten vom Nieder Rhein, &c. Vues du Bas-Rhin, du Brabans, de la Flandre, de la Hollande, de l’Angleterre & de la France, en avril, mai & juin 1790 ; par George Forster. Berlin, chez Voss. Volume IId. 21 (VIII). : 401-402

395Septembre 1792, (Journal encyclopédique). – Encyclopédie Méthodique. Botanique. In-4to. ; par M. le chevalier de La Marck ; ancien officier au régiment de Beaujolois, de l’académie royale des sciences. Tomes I, II & III. A Paris, chez Panckoucke ; à Liege, chez Plomteux, & à Nancy, chez Matthieu. 1783 à 1792. 21 (IX) : 20-35.

396Septembre 1792, (Agriculture) –  Antoine-Alexis Cadet (de Vaux), de la société royale d’agriculture, &c. &c. président du département de Seine & Oise, aux rédacteurs de la Feuille du cultivateur. De Franconville-la-Garenne, le 6 juillet 1796. Sur les effets de la gelée de l’hiver & du printems dernier. 21 (IX) : 374-379.

397Septembre 1792, (Feuille du cultivateur). – Histoire de la culture de l’ananas ; par M. Thouin, de la société royale d’agriculture. 21 (IX) : 389-393.

398Octobre 1792, (Critical revieuw). – A voyage to the south-sea, &c. Voyage dans la mer du sud, entrepris par ordre du roi, pour transporter aux Indes-Occidentales l’arbre-à-pain ; par le vaisseau royal, la Bonté, commandé par le lieutenant W. Bligh. In-4to. 12 sh. Broché, Nicol, 1792. Londres. 21 (X) : 69-85. « Nous avons souvent eu occasion de parler du voyage entrepris à dessein d’importer le végétal le plus utile des isles tropiques de l’océan pacifique, dans celles de la mer atlantique. L’arbre-à-pain est un objet de la dernière importance, & quoique l’entreprise ait d’abord, par un malheur inattendu, mal réussi, on ne doit pas moins la regarder comme un projet suggéré par une bienfaisance sans bornes ; conduit par les vues les plus étendues & capables de produire les plus grans avantages. Le voyage fut aussi signalé par l’intrépidité, avec laquelle le capitaine chassé par son équipage, traversa la mer Pacifique, dans un bateau découvert ; & si, comme on le disoit, pendant que le capitaine Bligh descendoit dans la chaloupe, un des matelots mutins observa en jurant, que nonobstant l’abandon & tous les mauvais traitemens qu’on pouvoit lui faire, il étoit homme à regagner sa patrie ; on doit regarder ce propos comme un témoignage certain du caractere général, plein de fermeté & de courage du capitaine. […] La description du vaisseau fait le sujet du premier chapitre, vaisseau qui pour la première fois dans les annales de la marine, fut métamorphosé en une espece de pépiniere, & dont le grand cabinet servoit de serre, que l’on avoit la facilité d’échauffer, au besoin […] On donne d’abord la description de l’arbre-à-pain, d’après les détails rapportés par différens voyageurs, à laquelle on a joint un dessin de ce végétal. La description se trouve maintenant entre les mains de la plupart de nos lecteurs. Le capitaine Bligh imita son grand ami, le capitaine Cook. […] Le mardi 30. Aujourd’hui furent portées à bord toutes les plantes dans 774 pots, 39 bacs & 24 caisses. Le nombre de plantes de fruit à pain étoit de 1015, outre lesquelles nous avions recueilli nombre d’autres plantes : l’awea,qui est un des plus beaux & plus délicieux fruits de monde ; l’aygab, qui n’est pas un fruit aussi parfait, mais très-flatteur & très rafraichissant ; le rattah, qui approche très-fort du maron, & qui croît sur un grand arbre en très-grande quantité ; ils sont séparément dans des cosses, grandes d’un ou deux pouces, ils peuvent se manger cruds ou bouillis, à la manière des feves de marais : apprêtés de cette sorte, ils sont également bons ; l’oroiak, qui est une espece de plantain très-supérieur. Cette collection m’étoit particulièrement recommandée par mon digne ami, le chevalier Joseph Bancks, président de la société royale, & qui avoit lui-même fait ce voyage. J’avois aussi pris à bord quelques plantes d’ettow & de matta, dont les natifs tirent une couleur rouge de toute beauté, & une racine nommée peeah, dont ils font un excellent pudding ». […]

399Octobre 1792, (Journal de Physique). – Notice sur l’érable à sucre des Etats-Unis, & sur les moyens d’en extraire le sucre, avec des observations sur les avantages publics & particuliers de cette espèce de sucre, adressées en forme de lettre à Thomas Jefferson, secrétaire d’état des Etats-Unis ; par B. Rush, professeur, &c. 21 (X) : 329-345. « Cette notice est extraite du troisième volume des Transactions de la société philosophique d’Amérique, actuellement sous presse, & a été publiée sur la demande & pour l’usage d’un grand nombre de citoyens respectables des divers états ».

400Octobre 1792, (Feuille du cultivateur). – Sur la préparation des orchis qui croissent spontanément en France ; par M. Marsillac ; docteur en médecine. 21 (X) : 345-351.

401Octobre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). – Dissertatio botanica de Banisteria, Triopteride, Tetrapteride, Molina, & Flabellaria, avec 22 planches, & dissert. de Passiflora, avec 32 planches. Madrid, chez Baylo, 1790, grand in-4to. 21 (X) : 402-403. [L’auteur de cet ouvrage est A. J. Cavanilles (1745-1804)].

402Novembre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Portugal). –  Flora Conchinchinensis, &c. Flore de Conchinchine, présentant les plantes qui viennent dans ce royaume. Il y a été ajouté encore d’autres plantes observées en divers endroits de l’empire de la Chine, des Indes-Orientales & de l’Afrique ; le tout arrangé selon le système sexuel de Linné ; par J. de Loureiro. Lisbonne, 1790, in-4to. 2 vol. 21 (XI) : 414-416. « L’auteur de cet ouvrage a demeuré 36 ans comme missionnaire dans la Cochinchine & les pays voisins. Ses connoissances dans les mathématiques & dans la médecine lui ayant acquis quelque considération, il a cherché à l’augmenter en se procurant la connoissance des simples qu’on trouvoit dans ce pays, & ce sont ces recherches qui l’ont conduit à l’étude de la botanique. Dans le manque absolu où il étoit de livres de cette science, il s’adressa aux Européens, que le commerce assenbloit à Canton, & eut le bonheur d’y rencontrer un capitaine anglois qui avoit apporté pour son propre usage quelques livres de botanique, & qui lui fit présent des ouvrages de Linné sur les genres des plantes & sur le système de la nature. Muni de ces guides, il se vit en peu de tems en état d’examiner des plantes tout-à-fait inconnues, & de leur assigner leur place dans le système des végétaux ; ce qui devient une nouvelle preuve de l’avantage de la méthode linnéenne. - Les découvertes de notre nouveau botaniste furent assez essentielles, pour que Bergius, dans sa Matière médicale, & Linné fils, sans son Supplément, en aient tiré parti.  Pendant quelques années de séjour à Canton, M. Loureiro apprit à connoître plusieurs plantes médicinales des chinois, qu’il a fait entrer dans son ouvrage, aussi-bien que quelques végétaux du Bengal, du Malabar, de Sumatera, de Campodia & de Mozambique ; mais il a distingué par des marques particulieres les plantes de chaque pays, & il a bien fait de les laisser entrer dans sa Flore, puisque ce sont toutes des plantes qu’il a vues de ses propres yeux, & décrites avec la plus grande exactitude, de sorte que ses remarques fournissent des éclaircissemens essentiels sur le système des végétaux. - Le nombre de nouveaux genres & de nouvelles espèces est considérable. Il les a rangées dans les 24 classes de Linné, sans adopter la réduction des quatre dernieres. Il soutient que la gynandrie a des caracteres assez particuliers & assez marqués pour former une classe à part, & que ceux de la monoecie  & de la dioecie ne sont pas aussi peu sûrs que quelques autres botanistes célebres le prétendent. Au reste, l’un ou l’autre arrangement peut devenir une chose très-indifférente, pourvu que dans les descriptions des plantes on suive toujours la méthode de Linné, & on marque bein leurs caracteres distinctifs. Lorsque Linné lui-même a placé les ombelliferes dans le même ordre avec les gentianes, on on pourra bien aussi classer les orchides avec les véroniques ; ce n’en sera pas moins deux familles distinctes que la convenance a placées sur la même ligne, mais qui ne pourront jamais être confondues ensemble. C’est heureux que les descriptions que nous donne M. Loureiro, soient très-détaillées, puisque dans sa préface il nous ôte tout espoir d’avoir des figures ajoutées à son ouvrage. Ayant été trop libéral à communiquer ses plantes seches aux amateurs, il en a perdu beaucoup ; & pour celles qui lui restent, il n’auroit pas facilement trouvé dans le pays des artistes pour les rendre aussi bien qu’il l’auroit souhaité. -  Outre les descriptions caractéristiques, M. Loureirodonne des renseignemens sur leurs qualités médicinales & sur leurs usages dans l’économie & dans les arts ; au nom botanique, il ajoute le plus souvent celui sous lequel la plante est connue dans les divers pays où elle vient spontanement ; & si ces noms sont exacts, comme nous avons tout lieu de le croire, c’est un moyen de plus pour un botaniste voyageur de s’assurer de leur identité. - Pour les plantes que notre auteur n’a pas trouvées dans ces ouvrages de Linné, qui lui ont servi de guide, il leur a donné de nouveaux noms ; mais il est probable que quelques-unes d’entre elles sont déjà nommées différemment par d’autres botanistes qui ont visité ces parties des Indes-Orientales, & le travail qui reste encore, ce sera de confronter ces auteurs avec M. Loureiro, pour séparer les plantes véritablement nouvelles, de celles qui nous sont déjà connues sous d’autres noms ».

403Novembre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Pays-Bas). –  Le guide du naturaliste dans les trois règnes de la nature, ou méthode analytique, par laquelle on peut découvrir le nom générique de l’animal, du végétal, ou du minéral, que l’on se propose de connoître ; par M. V. D. S. de P. un volume in-8vo. de 515 pages. A Bruxelles, chez Lemaire, imprimeur-libraire, rue de l’impératrice ; à Liege, chez Desoer ; à Paris, chez Bossange & compagnie, 1792. 21 (XI) : 421-422.  [V. D. S. = J. F. Ph. Vander Stegen de Putte].

404Novembre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Pays-Bas). – Traité des plantes les moins féquentes qui croissent naturellement dans les environs des villes de Gand, d’Alost, de Termonde & Bruxelles, rapportées sous les dénominations des modernes & des anciens, & arrangées suivant le système de Linneus : avec une explication des termes de la nomenclature botanique, les noms françois & flamands de chaque plante ; les lieux positifs où elles croissent, & des observations sur leurs usages dans la médecine, dans les alimens, dans les arts & métiers ; par M. Roucel, in-8vo. de 150 pages. 1792, chez  les mêmes libraires. 21 (XI) : 422.

405Novembre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Kongl. wetenskaps academiena nya bandlingar, &c. Nouveaux mémoires de l’académie des sciences de Stockholm. Tome XIII, ou l’année 1792. Première partie, pour les mois de janvier, février & mars. Présidence de M. Plantin, inspecteur-général des poids & des mesures. Stockholm, chez Zetterberg, 1792, in-8vo. avec figures. 21 (XI) : 424-425. « 4. Description d’une nouvelle plante des Indes-occidentales, nommée Hisingera ; par M. Hellenius. On en voit la figure sur la seconde planche. Nous regrettons de ne pas trouver dans le journal suédois, que nous suivons, les caractères distinctifs de ce nouveau genre ». [La Bibliographie n’est pas signée, mais au vu de la date (1792) et l’origine de la publication (Suède), nous pensons que A. Rozin pourrait être le rédacteur de cette notice].

406Décembre 1792, (Journal encyclopédique). – Notice sur Pierre-Remy Willemet ; de la société d’histoire-naturelle ; par Aubin-Louis Millin, de la même société. 21 (XII) : 267-272.

407Décembre 1792, (Bibliographie de l’Europe. Suède. Jen. Alig. Litt. zeitung.). – Caractères botaniques de la nouvelle plante Hisingera dont nous avons fait mention dans la bibliographie de la Suède, de notre volume de novembre, pag. 425. 21 (XII) : 410. « Masc. Cal. 4 phyllus. Coroll. Nulla. Fil. M. 12 – 25. Fœm. Cal. 6 phyllus. Cor. Nulla. Styli 2. Stigmata capitato-depressa, Bacca didyma supera. Elle fleurit au Japon dans le mois d’août, sur les montagnes les plus élevées : ainsi nous sommes fondés à croire que c’est une faute d’impression dans le journal suédois, qui lui donne pour pays natal les Indes-Occidentales ».

408Janvier 1793, (Groskurd C. H.). – Karl Peter Thunberg Reise, &c. Voyages de M. Charles P. Thunberg. Traduction libre du suédois ; par C. H. Groskurd. Premier volume, 1re  partie. Berlin, chez Haud & Spener, 1792, in 8vo. 22 (I) : 5-17.

409Janvier 1793, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Medical botany, &c. Botanique médicinale, contenant les descriptions systématiques & générales, ainsi que les figures de toutes les plantes médicinales, indigènes & exotiques, comprises dans les catalogues de matière médicale, publiés par les collèges royaux des médecins de Londres & d’Edimbourg, accompagnées d’un récit détaillé de leurs effets médicinaux, l’énumération des maladies contre lesquelles elles ont été employées avec le plus de succès ; par W. Woodville, M. D. du collège royal de médecine de Londres. En trois volumes. In-4to. Philips, Londres, 1792. –  Ier. volume de 184 pag. Avec 63 gravures. 22 (I) : 420-422. «  Cet ouvrage est exécuté avec beaucoup de soin : les descriptions des plantes sont exactes & complettes ; enfin leur ressemblance est parfaite ».

410Janvier 1793, (Bibliographie de l’Europre. Allemagne). –  Linnei systema naturae, &c. Système de la nature par Linné. XIIIe. Edition, revue & augmentée par Gmelin. Leipsig, chez Beer, 1788-1792. (Gotting Anzeigen). 22 (I) : 422-423. « De cette édition soignée & augmentée des plus nouvelles découvertes, paroît maintenant la seconde partie du second volume qui complette le règne végétal. M. Gmelin a non-seulement suivi l’exemple de MM. Thunberg & Swartz, en retranchant les quatre avant-dernieres classes du système végétal de Linné, & en reléguant les végétaux qu’elles contenoient dans les classes auxquelles ils appartiennent par le nombre et la proportion des étamines  ».

411Février 1793, (Rozin A.). – Lettre à M. Thunberg, chevalier de l’ordre de Wasa, & professeur de botanique à Upsal. Traduit du latin. 22 (II) : 323-334. [Traduction en français d’une longue lettre de Rozin, envoyée de Liège à Thunberg, datée du 26 août 1792. Rozin propose et suggère des améliorations au système de Linné. Nous ignorons si elle parvint jamais au destinataire et s’il y eu une réponse de l’intéressé].

412Février 1793, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). –  De las china, &c. Du quinquina ; par D. Hippolyto Ruiz, botaniste du roi d’Espagne, &c. Madrid, 1790, 8vo. 22 (II) : 410-412. « Le gouvernement d’Espagne, auquel la botanique, aussi-bien que d’autres branches de l’histoire-naturelle, a dû de grands progrès ces dernières années, avoit envoyé plusieurs savans dans le Pérou pour faire des découvertes relatives à ces sciences. L’auteur du présent ouvrage étoit du nombre ».

413Février 1793, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Travel through North and South Carolina, &c. Voyage dans la Caroline septentrionales & australe, la Géorgie, les Florides orientale & occidentale, le pays des Cherokées, les territoires étendus des Muscogulges ou de la fédération des Creeks, & le pays des Chatlaws, contenant une relation du sol & des productions naturelles de ces régions, avec des observations sur les mœurs des Indiens ; par W. Bartram. In-8vo. 520 pages & neuf planches en taille-douce. Imprimé à Philadelphie, 1791, & réimprimé à Londres, chez J. Johnson, 1792. Prix 7 sh. 6 s. demi-reliure. 22 (II) : 419-420. « Les voyages de M. Bartram commencèrent en avril 1773, & se terminèrent au mois de janvier 1778. Ils furent entrepris, à ce qu’il paroit, aux sollicitations du savant & bienfaisant docteur Fothergill, pour la découverte des productions de la nature, rares & utiles, principalement dans le règne végétal ; & pour servir à enrichir le jardin botanique dudit docteur, & ses collections nombreuses ».

414Mars 1793, (Monthly review).  –  An account of the sugar maple tree, &c. description de l’érable, ou arbre à sucre, tel qu’il se trouve dans les Etats-Unis de l’Amérique, & de la méthode d’en faire le sucre, avec des observations sur les avantages tant publics que privés qu’on pourra recueillir de ce sucre. Dans une lettre adressée à Thomas Jefferson, écuyer, secrétaire d’état au service des Etats-Unis, & un des vice-présidens de la société philosophique de l’Amérique. Lue dans la société Américaine, le 19 août 1791, & extraite du troisième volume de ses Transactions ; actuellement sous presse ; par Benjamin Rush M. D. professeur des instituts de la médecine clinique dans l’université de Pensylvanie. 8vo. Philips. 1792. 22 (III) : 204-210. « C’est aux débats sur l’esclavage des negres ; que nous devons la connoissance de l’érable, comme très-propre à remplacer la canne de sucre. La plupart de nos lecteurs verront avec plaisir quelques détails touchant cet arbre, & ses qua-lités saccharines ; les autres, en très petit nombre, souffriront, au moins, sur ce sujet, ou le verront comme un sujet spéculatif ».

415Mars 1793, (Daubenton). Observations sur les trachées des plantes ; par M. Daubenton. 22 (III) : 362-365.

416Mars 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – A. J. Retzii fasciculus observationum botanicarum sortus, &c. Obbservations botaniques ; par M. Retzius, sixième cahier, avec un supplément contenans la description de l’Epidendrum des Indes-Orientales ; par M. Koenig. Leipzig, 1791, fol. avec figures. 22 (III) : 386-387. « Dans ce cahier, l’auteur observe, d’après le témoignage de M. Vahl, que la Schrebera de l’herbier de Linné est une plante qui n’existe point dans la nature. Linné avoit été trompé. On lui a donné la fleur d’une Cuscuta d’Afrique, & le fruit d’une Myrica, comme appartenant à une même plante. C’est pourquoi M. Retzius transporte le nom de Schrebera, à une plante nouvelle qui trouve sa place dans la même classe & dans le même ordre. ».

417Mars 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Collectio epistolarum quas ad viros illustres & clarissimos scripsit Carolus A. Linné ; accedunt opuscula pro & contra virtum immortalem scripta, extra Sueciam rarissima. Edit Dietericus-Henricus Stoever. –– Recueil de lettres écrites par Charles Linnaeus, avec quelques opuscules, pour ou contre lui, qui sont très-rares hors de la Suède ; mis au jour par Dietrich-Henri Stoever. Hambourg, 1792, in-8vo. 22 (III) : 388-392.  [Longue notice avec commentaires et extraits de lettres de Linné écrites à  Albrech von Haller (1708-1777)].

418Avril 1793, (Anonyme). – Histoire des champignons de France, ou traité élémentaire, renfermant dans un ordre méthodique les descriptions & les figures des champignons, qui croissent naturellement en France ; par M Bulliard. 22 (IV) : 162-198.

419Avril 1793, (Anonyme). – Dissertation sur les parties des mousses qui ont été regardées comme des fleurs mâles ou fleurs femelles ; par M. Ventenat. Extrait de La médecine éclairée. 22 (IV) : 378-379.

420Avril 1793, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Podromo di fisica vegetabile.Esquisse de physique végétale; par A. Comparetti. Padoue, 1791. in-8vo. 22 (IV) : 406-407. « Mr le professeur Comparetti a fondé ses opinions sur l’anatomie de diverses parties des végétaux, qu’il a suivie lui-même avec l’attention la plus scrupuleuse. Quelquefois il se rencontre avec d’autres naturalistes, tels que Saussure, Guettard, Bonnet, &c. Mais le plus souvent il suit de nouvelles routes, tant dans les découvertes que dans les raisonnemens ».

421Avril 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Diagnose der pflanzen-gattungen. L’art de distinguer les genres des plantes, qui se trouvent dans la dernière édition des genera plantarum de Linné, (distribuées d’après les changemens de Thunberg) ; par M. Suckow, conseiller-aulique du duc de Deux-Ponts, &c. Leipzig, chez Weidmann, 1792. 8vo. 22 (IV) : 422.

422Avril 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Abbildungeller oeco-namischen pflanzen ; &c. Figures illuminées de toutes les plantes qui sont de quelque utilité dans l’économie ; par M. Kerner. Stuttgard, 1792. 5 vol. de 100 planches chacun. 22 (IV) : 422. « Il ne manque que 200 planches, & qui paroîtront incessament, pour completter cette collection précieuse ».

423Mai 1793, (Anonyme). – Histoire des champignons de France, ou traité élémentaire, renfermant dans un ordre méthodique les descriptions & les figures des champignons, qui croissent naturellement en France ; par M Bulliard.Second extrait. 22 (V) : 148-166. « voir Vol. d’Avril, pag. 162 & suiv. ».

424Mai 1793, (Michaux F. A.). – Lettre écrite de Philadelphie, le 30 décembre 1792 ; par M. André Michaux, à M. Michaux, son fils. 22 (V) : 292-295.

425Mai 1793, (Journal d’histoire-naturelle). – Sur l’étude des rapports naturels ; par M. Lamarck. 22 (V) : 359-366.

426Mai 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Die Deutsche gift-pflanzen. Plantes vénéneuses de l’Allemagne ; par M. le professeur J. S. Halle, Berlin, chez Oehmigke, 1793, II volumes, gr. in-8vo. avec des figures coloriées. Prix, 3 rixd. 22 (V) : 395-396. « C’étoit sans doute une entreprise des plus utiles, de faire connoître par des gravures fidelles & des descriptions exactes les plantes nuisibles ou suspectes qui se trouvent partout dans nos champs, & dont l’usage imprudent pourroit exposer à des suites funestes ». […] (Oberd. Litt. zeitung).

427Juin 1793, (Gazette salutaire). – Monographie pour servir à l’histoire-naturelle & botanique de la famille des plantes étoilées ; ouvrage couronné dans la séance publique de l’académie royale des sciences, arts & belles-lettres de Lyon, le 7 décembre 1790 ; par M. Willemet, doyen du collège de pharmacie, démonstrateur royal de chimie & de botanique au collège & à la faculté de médecine de l’université de Nancy ; des académies des sciences, arts & belles-lettres de Lyon, Dijon, Rouen, Arras, Orléans, Mayence, Stockholm : de l’académie impériale des curieux de la nature d’Allemagne, membre honoraire des sociétés royales, électorales, patriotiques, botaniques, physiques & économiques de Suède, de Leipsick, de Bâle, Berne, de Bourghouse, de Hesse-Hambourg : des sociétés royale & nationale de médecine, d’agriculture & d’histoire-naturelle de Paris : de la société linnéenne d’Angleterre, & ancien officier municipal de la ville de Nancy. In-8vo. de 103 pag., y compris le préliminaire de l’éditeur, la table des noms françois, celle des noms latins & les errata. A Strasbourg, chez Amand Kœnig, libraire, 1791. 22 (VI) : 124-130.

428Août 1793, (Anonyme). – Beytrag zur geschichte des Ostindischen Brodbaums, &c. Mémoire pour l’histoire de l’arbre-à-pain des Indes orientales, avec une description systématique de cet arbre, formée de toutes les notices & descriptions qui en ont été faites anciennement & en dernier lieu ; par M. le docteur George - Wolfgand -François Panzer, médecin ordinaire de la ville impériale de Nuremberg, & membre de la société économique de Burghausen. A Nuremberg, chez Gabriel - Nicolas Raspe ; & se trouve à Strasbourg, à la librairie académique. Grand in - 8vo. avec une gravure. 22 (VIII) : 174-178.

429Août 1793, (Bibliographie de l’Europe. Italie). –  Discorso preliminare agli atti societa Linneana, &c. Discours préliminaire aux actes de la société Linnéenne de Londres, sur l’origine & les progrès de l’histoire-naturelle, & en particulier de la botanique ; par Jacques-Edouard Smith, fondateur & président de ladite société : traduit fidèlement de l’idiôme anglois (en italien), avec des notes. In-8vo. A Pavie, de l’imprimerie de Comino, 1792. « Cette traduction est due à Grégoire Fontana, célèbre mathématicien, qui l’a dédiée à la comtesse Paolina-Suardo Grismondi, &c. ». 22 (VIII) : 376-377.

430Septembre 1793, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Della china, &c. Du quinquina & de ses différentes espèces nouvellement découvertes ; par D. Hypolite Ruiz, premier botaniste de l’expédition au Pérou, agrégé au collège royal, & membre de l’académie royale de Madrid : ouvrage traduit en italien de l’original espagnol, imprimé à Madrid en 1792. A Rome, aux dépens de Venance Monaldini, 1792 ; grand in-8°. 23 (IX) : 391.

431Septembre 1793, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Josephi Jacobi Plenk, consiliarii Caesarco regii, &c. Icones plantarum medicinalium, &c. Figures des plantes usuelles, arrangées d’après le système de Linné, & coloriées d’après nature, avec des renseignemens sur leur emploi dans la médecine & dans la chirurgie, ou bien comme nourriture. Vienne, chez Rodolphe Graesser & compagnie, 1788 – 1793 : grand in-folio. Prix de chaque cahier, de vingt-cinq plantes, avec le texte, 10 rixd. Ou 15 florins cour. de Vienne.23 (IX) : 394-395.  « De cet ouvrage magnifique, nous avons déjà vu seize cahiers, & il semble qu’il n’en faudra que quatre encore pour le compléter ».

432Octobre 1793, (Anonyme). –  G. W. C. von Wilke über die giftpflanzen unser küchengaerten, &c. Des plantes vénéneuses de nos potagers ; traité pour le jardinage, l’économie & la cuisine ; par George – Guillaume – Constantin de Wilke. A Halle, chez J. J. Gebauer, in-8vo. Le but de l’auteur de cet écrit est de donner aux jardiniers & aux cuisinières des signes certains pour reconnoître deux espèces de plantes qu’ils peuvent aisément confondre avec le persil & le cerfeuil. L’une est la grande ciguë (Conium maculatum L.), & l’autre la petite ciguë (Æthusa cynapium L.) […]. 23 (X) : 91-94. [Cet ouvrage fut publié en 1787].

433Novembre 1793, (Annonces & avis divers). –  Voyages de M. P. S. Pallas, en différentes provinces de l’empire de Russie & dans l’Asie septentrionale, traduits de l’allemand par M. Gauthier de la Peyronie, commis des affaires étrangères. 5 vol. in-4to. & I de planches. A Paris, chez Maradan, libraire, rue du cimetière St.-André-des-Arts, n° 9. 22 (XI) : 44-51.

434Novembre 1793, (Histoire-naturelle.Physique. Chymie. Botanique). – Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 22 (XI) : 359-384. [Début d’une publication originale de André Rozin, qui se poursuivra jusqu’en août 1794. (Beaujean 2009a, p. 22)].

435Décembre 1793, (Annonces & avis divers). –  Voyages de M. P. S. Pallas, en différentes provinces de l’empire de Russie & dans l’Asie septentrionale, traduits de l’allemand par M. Gauthier de la Peyronie, commis des affaires étrangères. 5 vol. in-4to. & I de planches. A Paris, chez Maradan, libraire, rue St.-André-des-Arts, n° 9. Second extrait. 22 (XII) : 41-44.

436Décembre 1793, (Anonyme). – Travels through the Rhaetian Alps, &c. Voyages dans les Alpes rhétiennes durant l’année 1786, de l’Italie en Allemagne par le Tirol ; par Albanis Beaumont, au service du roi de Sardaigne : ouvrage enrichi de dix grandes gravures en aqua-tinta, sur les dessins pittoresques des points de vue les plus intéressans. In-8vo. A Londres, chez Egertons, 1792. 22 (XII) : 45-55.

437Décembre 1793, (Anonyme). – Essais sur divers sujets de physique, de botanique & de minéralogie, ou Traités curieux sur les cataclysmes, les révolutions du globe, le principe sexuel, & la génération des minéraux ; par Charles Pougens, membre de plusieurs académies. A Saint-Germain-en-Laye, de l’imprimerie de Goujon ; & se trouve à Paris, chez Desenne, 1793. 23 (XII) : 74-88.

438Décembre 1793, (Anonyme). – Anmerkungen, &c. Observations sur la manière d’acclimater les arbres & arbrisseaux étrangers ; par M. Fréderic-Casimir Medicus, directeur de la société électorale palatine de Lautern, membre de l’académie de Manheim, & inspecteur du jardin des plantes de S. A. El. 23 (XII) : 109-117.

439Décembre 1793, (Journal encyclopédique). – De la composition des paysages,ou moyens d’embellir la nature autour des habitations champêtres ; suivie de réflexions sur les avantages de la contiguité des possessions rurales, & de la distribution en petites cultures, pour détruire les abus qui dérivent des grosses fermes, & pour transformer les journaliers en cultivateurs ; par René Girardin, résident à Ermenonville. A happy rural seat of different views. Un séjour heureux & champêtre, d’un aspect varié. Milton. Description du paradis terrestre. Nouvelle édition. A Paris, chez Desenne, libraire, 1793. 23 (XII) : 117-124.

440Décembre 1793, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 22 (XII) : 349-366.

441Décembre 1793, (Bibliographie de l’Europe. Italie). – Summa plantarum quaehadenus innotecunt methodo linnaeana per genera, & species digesta, illustrata, descripta à Fulgentio Vitman, abb. Vallumbrog. In R. medio L. Lyc. Publ. Botanices prof. & plur. Academ. Soc. A Milan, du monastère impérial de St.-Ambroise, 1792. In-4to. trois volumes. 23 (XII) : 378. [L’auteur de la notice ajoute : « L’abbé Fulgence Vitman ajoute avec soin tous les nouveaux genres & espèces de plantes inédites dans Linné ; il a été aidé dans ce travail par le savant botaniste Vahl »].

442Janvier 1794, (Annonces & avis divers). –  Voyages de M. P. S. Pallas, en différentes provinces de l’empire de Russie & dans l’Asie septentrionale, traduits de l’allemand par M. Gauthier de la Peyronie, commis des affaires étrangères. 5 vol. in-4to. & I de planches. A Paris, chez Maradan, libraire, rue St.-André-des-Arts, n° 9.

443Troisième extrait. 23 (I) : 80-111.

444Janvier 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (I) : 367-381.

445Janvier 1794, (Bibliographie de l’Europe. Suède). –  Resa uti Europa, Africa, Asien, &c. Voyage du chevalier Thunberg, en Europe, Afrique & Asie : quatrième partie, contenant la suite des remarques de l’auteur pendant son séjour au Japon, à Java, à Ceylan, & son retour en Europe. A Upsal, chez la veuve Edman, 1793. 23 (I) : 398. « Pour juger des services que ce voyageur a rendus à l’histoire-naturelle, il suffira d’observer qu’il a enrichi nos connoissances du règne animal d’environ 400 espèces nouvelles, & la botanique de 75 nouveaux genres, & plus de 1500 espèces, sans compter les richesses que ses cahiers recelent & qu’il n’a pas eu le tems d’examiner. ».

446Février 1794, (Anonyme). –  Resa uti Europa, Africa och Asien, &c. Voyage en Europe, en  Afrique & en Asie, fait dans les années 1770 - 1779 ;  par C. P. Thunberg, chevalier de l’ordre de Wasa, professeur de botanique dans l’université d’Upsal, & membre de l’académie des sciences de Stockholm, &c. A Upsal, chez la veuve Edman, in-8vo. 1793, 4e. vol. 23 (II) : 58-68. « Les observations judicieuses de l’auteur sur l’état politique & naturel de l’isle du Japon, occupent déjà une partie du troisième volume, dont nous avons rendu compte dans le temps de sa publication. (Septembre 1791 : 199). ».

447Février 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (II) : 343-364.

448Mars 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (III) : 309-333.

449Mars 1794, (Bibliographie de l’Europe. Espagne). – Antonii-Josephi Cavanilles icones, &c. Description des plantes spontanées d’Espagne, & de celles qu’on cultive dans les jardins. Troisième partie du second vol. Madrid, de l’imprimerie royale, 1794. « On y traite de presque toutes les plantes naturelles au royaume de Valence, avec 30 planches, qui contiennent la figure de 33 plantes. ». 23 (III) : 359.

450Mars 1794, (Bibliographie de l’Europe. Suède). – Description d’une nouvelle espèce de laiche, trouvée en Suède ; par M. Liljeblad. L’auteur nomme cette herbe Carex obtusata, et en donne le dessein sur une planche. Il en avoit déjà fait mention dans sa nouvelle Flore suédoise ; mais ayant cru de plus grans détails nécessaires pour constater l’existence d’un nouvel individu dans une famille aussi nombreuse, & où les espèces ne sont pas toujours faciles à distinguer, il en donne une description plus étendue. 23 (III) : 361. [= Carex obtusata Lilj.].

451Mars 1794, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Francisci de Paula Schrank, &c. Primitiae Florae Salisburgensis, &c. Prémice de la Flore de Salzbourg, avec une dissertation préliminaire sur la différence des plantes aux animaux ; par François de Paul Schrank, docteur en philosophie & en théologie, conseiller ecclésiastique de l’électeur-palatin de Bavière, & professeur de l’université d’Ingolstad. A Francfort-sur-le-Mein, chez Varrentrapp & Wenner ; & se vend à Strasbourg, chez Amand Koenig, libraire, 1792, in-8vo. de 240 pag. Avec figures en taille-douce. Prix, 3 livres 10 sols en numéraire. 23 (III) : 364-366.

452Mars 1794, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Flora Bohemica : Flore de Bohême, ou plantes indigènes du royaume de Bohême ; par F. W. Schmidt,  premiere centurie, in-folio. A Prague, chez Calve, 1793. 23 (III) : 366.

453Avril 1794, (Anonyme). – Voyage à Madagascar & aux Indes orientales ; par l’abbé Rochon, astronome de la marine, &c. A Paris, chez Prault, in-8vo. Nouvelle édition. 23 (IV) : 57-68.

454Avril 1794, (Anonyme). – Sur les moyens de rendre utiles les voyages des naturalistes ; par M. Besson. 23 (IV) : 292-308.

455Avril 1794, (Histoire-naturelle, Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (IV) : 310-324.

456Avril 1794, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Skeich of a tour on the continent, &c. Esquisse d’un voyage sur le continent de l’Europe, en 1786 & 1787 ; par J. E. Smith, docteur en médecine, & membre de la  société royale de Londres, &c. A Londres, chez Whites, 1793. 3 volumes in-8vo. Prix, 18 sh. br. 23 (IV) : 363-364. « M. Smith parcourt la Hollande, les Pays-Bas, la France, l’Italie, une partie de la Suisse, &c. Le nom d’un botaniste célèbre et possesseur de la collection linnéenne, doit flatter les amateurs de la botanique de l’espoir de trouver dans ce livre de quoi satisfaire leur goût ».  (Analytical review).

457Avril 1794, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Caroli-Godofredi Hagen, medecinae doctoris & profess. &c. Programma primum de plantis in Prussia cultis, &c. Programme premier sur les plantes qui se cultivent en Prusse ; par Charles-Godefroy Hagen, docteur et professeur ordinaire de médecine, pharmacien du roi, assesseur au college royal de santé, de l’académie impériale des curieux de la nature, & membre honoraire de la société des scrutateurs de la nature de Berlin. A Konigsberg, chez Hartung, libraire, In-8vo. de 30 pages. 23 (IV) : 369-370.

458Mai 1794, (Anonyme). – Observations sur l’usage médicinal de la semence de cévadille. (Veratrum sabadilla) tirée du 5e vol. du Journal de Pétersbourg. 23 (V) : 299-302.

459Mai 1794, (Olivier G. A.). – Observations sur l’arbre-à-pain & les épices, à la Guyane françoise ; par G. A. Olivier, D. M. 23 (V) : 294-299.

460Mai 1794, (Histoire-naturelle, Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (V) : 302-330.

461Mai 1794, (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Plantarum icones hactenus ineditae, &c. Figures des plantes jusqu’ici non publiées, la plupart dessinées d’après les plantes seches de l’herbier linnéen, dans la possession de J. E. Smith, M. D. Troisième cahier, in-fol. Londres, chez White. Prix, I liv. I sh. sterl. 23 (V) : 359-360. « Le mérite de cet ouvrage est déjà connu par les cahiers précédents. On sait qu’il se publie sous les yeux de M. Smith, & que le texte est de ce savant botaniste ».

462Mai 1794, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Joh. Simon Kerners obbildung aller oekonomichen pflanzen. Figures des plantes économiques, avec leurs descriptions ; par M. Kerner. Ve. Vol. contenant 100 planches illuminées. Stutgard, de l’imprimerie de l’université. In-4to. 60 fl. 23 (V) : 365-366. «Le mérite de cet ouvrage est déjà assez connu, pour qu’il suffit d’en annoncer la continuation ».

463Mai 1794, (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Plantae lichenosae, &c. Plantes du genre des Lichens, dessinées & décrites par George-François Hoffman. Leipsig, chez Crusius. In-folio. 23 (V) : 366. « De cet ouvrage, qui est du plus grand intérêt pour la science, nous avons déjà les quatre cahiers formant le premier volume, & trois cahiers du second. On en attend avec impatience la continuation ».

464Mai 1794, (Bibliographie de l’Europe. France). – Matière médicinale indigène, ou Traité des plantes nationales, sustituées avec succès à des végétaux exotiques, auxquels on a joint des observations médicinales sur les mêmes objets : ouvrage qui a remporté le premier prix, écoulé le 3 décembre 1776, au jugement de MM. de l’académie des sciences, belles-lettres & arts de Lyon, par M. Coste, premier médecin des armées françoises, &c., & M. Villemet, doyen du collège de pharmacie, démonstrateur de chymie & de botanique à la faculté de médecine en l’université de Nancy, &c. Nouvelle édition, considérablement augmentée. A Nancy, chez la veuve Leclerc, 1793. 23 (V) : 371-372. « Substituer à des plantes exotiques, usitées dans l’exercice journalier de la médecine, des plantes qui croissent d’elles-mêmes dans nos climats, & qu’il soit aisé de se procurer à moindre fraix ; des plantes, dans lesquelles l’analyse démontre les mêmes principes que dans celles qu’elles remplacent ; donner en abrégé l’histoire des unes & des autres ; indiquer le choix, la préparation, l’administration de ces remèdes ; marquer les précautions qu’exige leur usage ; joindre les expériences & les observations : tel est l’objet de ce traité, qui ne peut qu’ajouter infiniment à la réputation de M. Villemet, déjà connu avantageusement dans la république des lettres ».

465Juin 1794, (Anonyme). – Mémoires sur l’administration forestière & sur les qualités individuelles des bois indigènes, ou qui sont acclimatés en France : auxquels on a joint la description des bois exotiques que nous fournit le commerce. Ouvrage utile aux propriétaires qui veulent se ménager de la futaie, juger avec précision de l’âge auquel ils doivent couper leurs forêts, & connoître l’emploi le plus avantageux des différentes espèces d’arbres, d’après leurs qualités déterminées par un grand nombre d’observateurs & d’expériences nouvelles ; par P. C. Varenne-Fenille, associé ordinaire de la société d’agriculture de Paris, Dijon, Lyon & Bourg. A Bourg, de l’imprimerie de C. C. G. Philipon ; & se vend à Paris, au bureau de la Feuille du cultivateur. 2 vol. in-8vo. de 330 & 480 pages, avec tableaux & figures. Prix, 7 liv. 10 s. br. 23 (VI) : 78-89.

466Juin 1794, (Ventenat). –  Rapport sur l’histoire des champignons de Bulliard ; par Etienne-Pierre Ventenat, bibliothécaire de Ste. Genevieve, membre de la société d’histoire-naturelle & du directoire du lycée des arts.23 (VI) : 234-254.

467Juin 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Continuation de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 22 (VI) : 313-339.

468Juillet 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (VII) : 344-348.

469Juillet 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Remede assuré contre les suites de la morsure d’un chien enragé. Article tiré de la bibliotheque physico-économique. 23 (VII) : 348-355. Signé LefebvreVillebrune. [L’auteur donne la préparation et la façon de l’administrer, d’un remède à base de l’Atropa belladonna L., plante pourtant toxique, de la famille des Solanaceae].

470Août 1794, (Histoire-naturelle. Physique. Chymie. Botanique). – Suite de l’Apperçu des plantes usuelles ; par A. Rozin, médecin. 23 (VIII) : 329-372.

471Septembre 1794, (Willemet). –  Plantes dont on ne fait point habituellement usage pour la nourriture des bestiaux, & dont la culture seroit avantageuse ; par Willemet, démonstrateur de botanique à Nancy. 23 (IX) : 306-312.

472Septembre 1794, (Bibliographie de l’Europe). – Annalen der botanik, &c. Annales de la botanique ; par le docteur Usterus. 1-8 parties. Zurich, 1794.  23 (IX) : 346-348. « Dans la 8e partie, se distinguent les Observations botaniques du docteur Roth de Breme, pour mieux caractériser quelques especes de graminées & de chardons ; & l’annonce d’une nouvelle Flora austriaca, en quatre volumes in-8vo. parTratinik, dans laquelle l’auteur a entièrement suivi le plan de réforme du systême de Linné, proposé par Rozin, il y a deux ans (Voy. notre vol. de Février 1793, pag. 323), & déjà exécuté par cet auteur dans sa Flore européenne,(Il a eu le malheur de perdre toute sa collection de plantes décrites dans cet ouvrage, & une partie de ses livres, dans la dévastation barbare que les Autrichiens ont fait subir dernièrement au fauxbourg d’Amercoeur, à Liege, où il avoit une maison qui, quoique sauvée des flammes incendiaires par sa position isolée, n’a pas moins été vouée au pillage, plutôt par le plaisir féroce de détruire, que pour en tirer quelque profit.) manuscrit & son Apperçu des plantes usuelles, dont il a été inséré plusieurs morceaux dans nos volumes précédens. Il est sûr que la réduction à douze classes, toutes fondées sur une base uniforme, savoir le nombre des étamines, ne pourra que simplifier infiniment ce système ingénieux, & d’en augmenter les attraits. Le rédacteur du journal littéraire de Saltzbourg. (Oberdeutsche allgemeine litteratur zeitung) y trouve à redire,que par cet arrangement on retranche plusieurs classes très-bien caractérisées, telle que la Didynamie, la Tétradynamie, la Diadelphie & la Syngénésie ; mais il n’a pas fait attention que ces mêmes familles n’en resteront pas moins ensemble, & que la plupart d’entr’elles se trouveront rapprochées d’autres familles, auxquelles elles tiennent par tant de rapports, qu’il est peu convenable de les en séparer (Voy. Notre vol. de Février 1793, pag. 328 & suiv.). Nous croyons donc que Tratinik a bien fait d’adopter le nouveau retranchement de ces classes, qui, avec ceux déjà faits par Thunberg, Schwartz & Gmelin, résuisent le système de Linné à cette unité de principe qui fait la perfection de tout système, & encourage à l’étude par la facilité des commencemens. Lorsque les premiers pas sont faits, il y a déjà une difficulté vaincue, & les autres s’applanissent à mesure qu’elles se présentent ».

473Septembre 1794, (Bibliographie de l’Europe). – Voyage à l’Isle de Sumatra, où on décrit le gouvernement, le commerce, les arts, les coutumes & mœurs des habitans ; les productions naturelles & l’état politique du pays, par William Marsden : traduis de l’anglois par J. Parraud, sur la deuxième édition, avec des cartes. Deux volumes. A Paris, chez Buisson, libraire, rue Hautefeuille, n° 20, l’an IIe de la république françoise, une & indivisible. 23 (IX) : 348-349.

474Septembre 1794, (Bibliographie de l’Europe. France). – Voyage philosophique & pittoresque sur les rives du Rhin, à Liège, dans la Flandre, le Brabant, la Hollande, &c. fait en 1790, par Georges Forster, l’un des compagnons de Cook : traduit de l’allemand, avec des notes critiques sur la physique, la politique & les arts ; par Charles Pougens. A Paris, chez Fr. Buisson, libraire, rue Hautefeuille, n° 20, 2 volumes in-8vo. de 450 pages chacun, imprimé sur caractères de cicero-Didot. Prix, 10 liv. 10 s. brochés, & 32 liv. 10 s. franc de port par la poste dans les départemens. 23 (IX) : 349-350.  « Georges Forster, né à Dantzig, est mort à Paris, âgé de 39 ans, le 23 ventose dernier. On trouvera une notice historique sur sa vie, à la tête du premier volume ». [Dans sa XIe lettre, Liège, p. 273-334, l’auteur parle du houblon dont la culture était très importante à Liège, à cette époque].

475Vendemiaire an 3 [Octobre 1794], (Anonyme). – Actes de la société d’histoire-naturelle de Paris. Tome Ier. Première partie. Paris, de l’imprimerie de la société, rue des Prêtres St. Paul, 1792. Avec un frontispice représentant le buste de Linnéus, sous le cèdre Liban, au jardin des plantes à Paris. 23 (X) : 111-137.

476Vendemiaire an 3 [Octobre 1794], (Willemet). – Observations botaniques & économiques sur les vesces britannique, blanche, de Sibérie, du Bengale, jaune, sur la gesse blanche & le pois nain ; par Willemet. [Remi].23 (X) : 302-310.

477Vendemiaire an 3 [Octobre 1794], (Belgique). – Sysrème de la nature de Charles Linné ; traduction françoise par Venderstegen de Putte, ancien échevin de la ville de Bruxelles. D’après la 13e édition, mise au jour, augmentée & corrigée par J. F. Gmelin. Bruxelles, chez Lemaire, imprimeur-libraire ; & se trouve à Paris, chez Bossange, Masson & Besson, libraires, rue & cour des Mathurins. Grand in-8vo. 23 (X) : 347-350. « Une traduction de cet ouvrage immortel étoit désirée depuis long-tems. Mais il falloit, pour l’entreprendre, une étude approfondie de la nature, un loisir entiérement voué aux lettres, & une patience qui ne se rebutât ni de la longueur du travail, ni de ses difficultés. […] Il croit [l’auteur] en cela se conformer au goût du public, autant qu’à sa propre inclination ; la science des plantes, qui fait depuis long-tems son objet favorit, semble en ce moment prendre faveur plus que jamais. Pour étendre l’utilité de son entreprise, & pour épargner au lecteur la peine d’avoir recours aux autres ouvrages de Linné, tels que les Species plantarum, Systema plantarum, &c. non encore traduits, il rassemble ici toutes les observations qui se trouvent dans ces ouvrages divers concernant l’économie végétale, le sol natal de chaque plante, son usage, &c. & donne par-là à sa traduction un avantage considérable sur l’original même, dont il indique aussi les fautes qu’on y a remarquées, & qui sont de légres taches dans un ouvrage aussi considérable. ».

478Vendemiaire an 3 [Octobre 1794], (Anonyme). – Manuel du naturaliste, ou Dictionnaire d’histoire-naturelle, contenant l’abrégé de l’histoire des animaux, des végétaux, de minéraux, & des principaux météores & phénomènes de la nature : ouvrage utile aux voyageurs & à ceux qui fréquentent les cabinets d’histoire-naturelle. Nouvelle édition. 3 vol. grand in-8vo. avec un très beau frontispice. Bruxelles, chez Lemaire, imprimeur-libraire ; & se trouve à Paris, chez Bossange, Masson & Besson, libraires, rue & cour des Mathurins. 23 (X) : 350.

479Brumaire an 3 [Novembre 1794], (Anonyme). – Voyage en Afrique & en Asie, principalement du Japon, pendant les années 1770 & 1779, servant de suite au voyage de D. Sparmann ; par Charles-Pierre Thunberg, de l’ordre de Wasa, professeur de botanique à l’université d’Upsal, & membre de plusieurs sociétés savantes. Traduit du suédois, avec des notes du traducteur. In 8vo. De 550 pag. ; broché, 7 livres. Chez Fuchs, libraire, quai des Augustins, n° 28. 23 (XI) : 51-71.

480Brumaire an 3 [Novembre 1794], (Bermond). – Essai tenté pour la naturalisation de plusieurs végétaux ; par Bermond. 23 (XI) : 286-291.

481Brumaire an 3 [Novembre 1794], (Willemet). – Notice sur l’huile du chanvrin,ou Galéope piquant (Galeopsis tetrahit L.) excellente pour brûler & pour le mastic des vitriers, avec la description de la plantes ; par Willemet. 23 (XI) : 291-293.

482Brumaire an 3 [Novembre 1794], (Anonyme). – Essai historique & patriotique sur les arbres de la liberté ; par Grégoire, membre de la Convention nationale. Paris, chez Desenne, libraire, maison Egalité, & chez Bluet & Firmin Didot, rue de Thionville ; papier ordinaire 2 liv., papier fin 5 liv. L’an 2e. de la république françoise. 23 (XI) : 316-318. « Cet écrit est d’un homme qui joint le goût à l’érudition, & dans qui les connoissances historiques étendent les lumières du patriotisme. Grégoire, après avoir retracé, avec autant d’élégance que de précision, les hommages rendus aux arbres par les différents peuples de la terre, nous occupe particulièrement du chêne, la gloire de nos forêts, & qui fut toujours pour l’Europe ce qu’étoit le palmier pour l’Afrique & pour l’Asie. […] L’ouvrage est terminé par des réflexions sur l’arbre de la liberté : Les monumens qu’éleve la tyrannie, dit l’auteur, attestent les calamités de l’espèce humaine ; celui-ci est le gage de notre bonheur ».

483Frimaire an 3 [Décembre 1794], (Willemet). – Observations sur l’herbe-au-lait ou polygale, la coronille panachée ou faucille, l’esparcette ou sainfoin, le sainfoin d’Espagne et le sainfoin en arbrisseau, contenant le détail de leurs propriétés, ou Suite de la phytographie économique rurale ; par le cit. Willemet. De la polygale vulgaire, ou Herbe au lait. (Polygala vulgaris de Linn.). 23 (XII) : 298-304.

484Frimaire an 3 [Décembre 1794], (Bibliographie de l’Europe). – Voyage philo-sophique & pittoresque sur les rives du Rhin, à Liège, dans la Flandre, le Brabant, la Hollande, &c. fait en 1790 ; par G. Forster, l’un des compagnons de Cook ; traduit de l’allemand, avec des notes critiques sur la physique, la politique & les arts ; par Charles Pougens. 2 vol. in-8vo. Paris, chez Buisson, libraire, rue Hautefeuille, n° 20, & se trouve aussi à Bruxelles, chez Lemaire, imprimeur-libraire, rue de l’Impératrice. Prix, 12 liv. 10 s. 23 (XII) : 333-334.«  il est dit dans le texte que le naturaliste y trouvera de quoi se satisfaire dans cette lecture ».

485Nivose & Pluviose an 3 [Janvier & février 1795], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Enumération des plantes (I) qui croissent naturellement dans les Pays Bas, ou que l’on y cultive communément. 1794. 24 (I) : 303-336.

486« (I) Comme une Flore des Pays-Bas est un ouvrage encore à éditer, nous croyons faire plaisir à nos lecteurs d’en insérer ici une esquisse. Elle est d’une main déjà avantageusement connue par la traduction du Système de la nature, de Linné, que nous avons annoncée dans nos volumes d’Octobre et Décembre 1794 ».

487Ventose & Germinal an 3 [Mars & Avril 1795], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Continuation de l’énumération des plantes qui croissent dans les Pays-Bas, ou que l’on y cultive communément. 1794. 24 (II) : 292-318.

488Ventose & Germinal an 3 [Mars & Avril 1795], (Bibliographie de l’Europe. France). – Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, de notes critiques & des observations ; par Philippe Picot-Lapeyrouse, inspecteur des mines de la république. Première décade. 24 (II) : 350-354. « Picot s’est donc appliqué presque exclusivement à l’étude de Pyrénées ; depuis plus de vingt ans il parcourt les montagnes ; il y a trouvé des collections les plus riches qu’aucun naturaliste y ait encore faites de toutes leurs productions naturelles. … Il possède, dans son Herbier, uniquement pyrénéen, plus de trois mille espèces. […] Les descriptions de cet ouvrage sont entièrement systématiques ; Picot est le premier qui ait plié la langue françoise à ce laconisme, que Linnaeus a introduit avec tant de succès en histoire naturelle. […] Il paroit que les épreuves ont été tirées en couleur, mais non pas dans toute leur intégrité ; toujours est-il certain qu’il y a des retouches au pinceau, & qu’elles ont été faites par d’habiles artistes. ».

489Floreal & Prairial an 3 [Mai & Juin 1795], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). Continuation de l’énumération des plantes qui croissent naturellement dans les Pays-Bas, ou que l’on y cultive communément. 1794. 24 (III) : 265-301.

490Floreal & Prairial an 3 [Mai & Juin 1795], (de Poederlé (baron)). – Observations sur le froid rigoureux de 1794 à 1795 ; par l’auteur du Manuel de l’Arboriste & du Forestier Belgique. 24 (III) : 313-319.

491Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1795], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Continuation des plantes qui croissent dans les Pays-Bas. 24 (IV) : 265-288.

492Fructidor & Vendémiaire an 4 [Septembre & Octobre 1795]. (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Continuation de l’énumération des plantes qui croissent naturellement dans les Pays-Bas, ou que l’on y cultive communément. 1794. 24 (V) : 265-290.

493Brumaire & Frimaire an 4 [Novembre & Décembre 1795],  (Anonyme). – Notice sur Charles Bonnet. 24 (VI) : 137-143.

494Brumaire & Frimaire an 4 [Novembre & Décembre 1795], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Suite de l’énumération des plantes des Pays-Bas. 24 (VI) : 289-296.

495Brumaire & Frimaire an 4 [Novembre & Décembre 1795], (Lamarck). –  Sur le Calodendrum ; par M. Lamarck. 24 (VI) : 296-300. « Ce genre de plante, établi par M. Thunberg, dans ses Nova genera plantarum, en 1782, est si voisin du Dictamnus par ses rapports naturels, que peut-être n’y auroit-il pas d’inconvénient bien considérable à le supprimer, pour regarder la plante qui en est l’objet comme une véritable espèce de dictame. Nous avions même pensé d’abord que cette plante pourroit être la même que le Dictamnus capensis du supplément de Linné fils, pag. 232. Mais, dans ce cas, le peu de connoissances que ce dernier auteur nous donne sur sa plante, manqueroit d’exactitude. […] On voit donc que le genre Calodendrum, dont on trouve la description dans les Nova genera de M. Thunberg, dans le Genera plantarum de M. Schreber, &c. a de très grands rapports avec le Dictamnus, & qu’onseroit plus fondé à l’y rapporter, comme étant une espèce, que Linné ne l’a été en rapportant le Moringa au genre Guilandina, & bien d’autres qui offrent des exemples semblables ». [Le nom retenu, actuellement, pour cette plante est Calodendrum capense (L. f.) Thunb., = Dictamnus capense L. f.].

496Nivose & Pluviose an 4 [Janvier - Février 1796], – Coup d’œil botanique sur les environs de Bruxelles. In L’Esprit des journaux, 25(I) : 291-300. [Concernant cette notice, nous renvoyons le lecteur à l’article que lui a consacré Saintenoy-Simon (2000)].

497Nivose & Pluviose an 4 [Janvier - Février 1796], – Coup d’œil botanique sur les environs de Bruxelles. In L’Esprit des journaux, 25 (I) : 291-300. [Concernant cette notice, nous renvoyons le lecteur à l’article que lui a consacré  Saintenoy-Simon (2000)].

498Floreal & Praireal an 4 [Mai & Juin 1796], (Anonyme). –  Règlement pour le jardin national des plantes & du cabinet d’histoire-naturelle, sous le nom de Muséum d’histoire-naturelle. 25 (III) : 241-245.

499Floreal & Prairial an 4 [Mai & Juin 1796], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.).  Enumération des plantes qui viennent spontanément dans la Belgique, ou qui s’y cultivent communément. (Voyez notre volume de Janvier 1795 & suivants). 25 (III) : 270-285.

500Floreal & Praireal an 4 [Mai & Juin 1796], (Rozin A.). – Description d’une plante nouvelle ou moins bien connue ; par A. Rozin. Extrait des actes de la Société d’histoire - naturelle de Bruxelles. 25 (III) : 285-288.

501 « La plante que je soumets à l’attention des botanistes, a beaucoup de ressemblance avec plusieurs autres radiées ; mais pour peuqu’on se donne la peine de l’examiner, l’on est surpris de ne savoir au juste dans quel genre la placer, puisqu’elle ne convient parfaitement à aucun de ceux dont elle porte quelques traits. La fleur ressemble d’abord assez à la paquerette des prés (Bellis perennis L.) ; mais l’aigrette, qui couronne les graines du disque, l’exclut absolument de ce genre. Elle offre quelque chose du port des asteres, mais elle en differe totalement par le calyce. Elle a les fleurons nombreux du rayon des érigerons, mais le calyce est autrement conformé, autrement composé. Elle approche des doronics par le défaut d’aigrette aux mêmes fleurons ; mais le calyce est encore tout différent. Après l’avoir donc comparé en vain à tous les genres analogues par quelque endroit, l’on se voit obligé de la considérer comme une plante nouvelle, & peut-être particulière à ce pays-ci, puisque tous les botanographes étrangers la passent sous silence ; à moins qu’on ne veuille y rapporter de que Morisson & quelques auteurs disent d’une plante qu’ils nomment Aster annuus, ou Bellis montana, mais qui, dans tous les cas, est mal connue & mal caractérisée. La société en jugera par la description ci-dessous, & par l’inspection de la plante même, en état de floraison.  Le calyce est hémisphérique-applati, velu, polyphylle dans une série double, dont les folioles intérieures, lancéolées, à carène relevée & à bord membraneux, dépassent peu le bord du disque, & les extérieures, charnues, filiformes & plus courtes, sont collées sur les divisions des autres. La corolle composée est à cinq et même six divisions, renfermant cinq étamines réunies & un pistil court, avec deux stigmates rapprochés ; les fleurons du rayon ou femelles, blancs, très-nombreux, linéaires, inégalement échancrés, avec leur pistil surmonté de deux stigmates, sortant du tube & repliés. Le réceptacle est nu, relevé en forme hémisphérique & un peu en cône, légèrement alvéolé. Les graines sont courtes, velues & surmontées d’une aigrette simple, excepté celles du disque, qui en sont totalement depourvues. L’inflorescence est terminale, irrégulière. Les branches sont multiflores, quarrées, alternes. La tige est striée, perforée, & remplie d’une moële d’un blanc de lait. Les feuilles alternes, sessiles, les supérieures lancéolées, à bord entier & cilié ; les inférieures spatulées & à dents rares ; les radicales de même, diminuant en un pétiole aîlé à bords relevés. La racine est petite, fibreuse, & presque ligneuse. 

502D’après cette description, aussi exacte que possible, il paroit qu’on doit classer cette plante dans un nouveau  genre  de l’ordre Polygamiesupeflue de la classe syngénésie de Linné, entre l’arnique & le doronic, avec les caractères suivants :

503Genre. Réceptacle nu ; aigrette pileuse & sessile aux semences du disque, nulle à celles du rayon. Calyce polyphylle, à série double, hémisphérique, serré, velu. Rayon ouvert, très-nombreux.

504Espèce. Fleurs terminales ; feuilles alternes ; les supérieures sessiles, lancéolées, entières, ciliées ; les inférieures, spatulées, dentées ; les radicales à périole ailé.

505Elle paroit aimer les hauteurs couvertes de brousailles ; on la trouve en abondance près du village d’Eterbecke, à gauche du grand chemin qui va de la porte de Namur, & au-dehors des anciennes fortifications entre cette porte & celle de Louvain. On pourroit la nommer Bellantheme, si ce nom n’est pas déjà employé pour quelqu’une des nombreuses découvertes qui se font de nos jours en botanique. [= Erigeron annuus (L.) Desf., cf. BEAUJEAN, 2009a : 22-23]. Les Actes de la Société d’histoire naturelle de Bruxelles n’ont jamais été publiés en dehors des extraits repris dans l’Esprit des journaux (Mailly, 1887). [De ce qui précède, et de ce que nous en avons conclu précédemment  à propos de l’Adoxa leodicea (BEAUJEAN, 2009a, p. 16), il apparait que Rozin avait le souci du détail poussé à l’extrème, lui faisant prendre pour des plantes nouvelles, des variations insignifiantes et sans grande importance].

506Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Anonyme). –  Voyages de C. P. Thunberg au Japon, par le cap de Bonne-Espérance, les isles de la Sonde, &c., traduits, rédigés & augmentés de notes considérables, sur la religion, le gouvernement, le commerce, l’industrie & les langues de ces différentes contrées, particulièrement sur le Javan & le Malai ; par Louis Langlès, conservateur des manuscrits orientaux de la bibliothèque nationale, & professeur de Persan, de planches, 2 vol.. in 4to. & 4 vol. in 8to. Paris, chez Deroy, lib. Rue du Cimetière André-des-Arts, n° 15. 25 (IV) : 53-86.

507Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Anonyme). – Démonstrations élémentaires de botanique, contenant les principes généraux de cette science, les fondemens de méthodes & les élémens de la physique des végétaux ; la description des plantes les plus communes, les plus curieuses, les plus utiles, rangées suivant la méthode de Tounefort & celle de Linné ; leurs usages & leurs propriétés dans les arts, l’économie rurale dans la médecine humaine & vétérinaire, ainsi qu’une instruction sur la récolte & la dessication des plantes. Quatrième édition, revue avec soin, augmentée de notices raisonnées sur les principaux auteurs, de la description de près de douze cents espèces, non comprises dans l’édition précédente, & rédigée pour former un cours complet de doctrine, embrassant l’histoire de presque toutes les plantes de l’Europe & de celles qui y ont été naturalisées par la culture. On y a joint les  figures de près de quatre cents plantes alpines, méridionales ou septentrio-nales, dessinées sous la direction de Richier de Belleval, & sous celle de Linné, celles des graminées les plus communes en Europe, des mousses & analogues, accompagnées d’un commentaire & d’une discussion critique. Quatre gros volumes in-8vo. & deux volumes in-4to., contenant les figures gravées en taille-douce. Lyon, chez Bruyset, aîné, & compagnie. 1796. 25 (IV) : 115-121.

508Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août  1796], (Anonyme). – Mémoire sur la Garance ; par M. Pierre Arduino, professeur d’agriculture, dans l’université de Padoue. Traduit de l’italien ; par le cit. Lalauze. 25 (IV) : 129-137.

509Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Académies. Séances de diverses sociétés). − Société d’histoire-naturelle de Bruxelles. 25 (IV) : 264-266. « La séance du 21 juillet étoit destinée à célébrer l’anniversaire de la première assemblée que la société avoit tenue, l’année passée, sous l’agré-ment des autorités constituées. Elle a eu d’autant plus à se féliciter de l’intérêt qu’elle avoit alors inspiré à l’administration centrale & supérieure de la Belgique, que c’est aux soins de plusieurs membres de cette administration, restés à cel-le du département de la Dyle, que sont dûs les avantages que les sciences dont elle s’occupe ont obtenus dans la commune de Bruxelles. Ces avantages consistent dans la conservation de l’école centrale à cette commune ; dans l’emplacement superbe d’une bibliothèque publique, avec une patie destinée à l’établissement d’un Muséum national ; l’ancienne orangerie du prince Charles de Lorraine, avec les bâtimens attenans, convenables pour des serres chaudes, & l’espace entre l’orangerie & la bibliothèque, (la ci-devant cour) avec les terrasses joignantes, pour la formation d’un jardin botanique. Tant d’acquisitions dans le cours d’une seule année, donnent l’espoir le plus flatteur pour l’avenir, & formeront un point de réunion dont les sciences peuvent se promettre les plus heureux progrès dans le pays. Voici la liste des membres qui forment actuellement la société d’histoire-naturelle de Bruxelles, dans l’ordre de leur ancienneté. […] ». [Suit ici la liste des membres de la société, dont : Vanderstegen de Putte, président et Rozin, secrétaire].

510Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Esquisse d’une flore économique  indigène. 25 (IV) : 281-320.

511Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août  1796], (Agriculture). –  Observations sur les effets du fumier, du terreau & des arrosemens réunis pour la végétation des plantes potagères. ; par Daubenton, de la société d’agriculture, &c. 25 (IV) : 321-326.

512Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Bibliographie de l’Europe).  – Dominici Cyrilli, &c. plantarum rariorum regni Neapolitani, &c. Plantes rares du royaume de Naples ; par Dominique Cyrilli, professeur de médecine théorique, au lycée de Naples. Deux fascicules. Naples, in-folio, avec des planches. 25 (IV) : 327-329.

513Messidor & Thermidor an 4 [Juillet & Août 1796], (Anonyme). – Plantae Novae, &c. Plantes nouvelles contenues dans le second volume des descriptions & de figures des plantes, qui croissent spontanément en Espagne, ou qui se trouvent dans les jardins ; par Dominique-Antoine Cavanilles, Madrid, 1793, in-folio. 25 (IV) : 329-330.

514Fructidor & Vendémiaire an 4 & 5 [Septembre & Octobre 1796], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Enumération des plantes qui viennent spontanément dans la Belgique, ou qui s’y cultivent communément. (Voyez nos volumes précédens.). 25 (V) : 287-304.

515Brumaire & Frimaire an 5 [Novembre & Décembre 1796], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Enumération des plantes qui viennent spontanément dans la Belgique, ou qui s’y cultivent communémens. (Voyez nos volumes précédens.). 25 (VI): 319-331.

516Nivose & Pluviose an 5 [Janvier & Février 1797], (Anonyme). – Viaggio per la Toscane, &c. Voyage dans la Toscane ; par George Santi, professeur d’histoire-naturelle à Pise. 1er. Volume. Pise, 1796. grand in-8vo. Avec cartes & figures. 26 (I) : 340-342. [Des plantes nouvelles ou rares sont citées dans cette note].

517Ventose & Germinal an 5 [Mars & Avril 1797], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Discours sur les jardins des plantes (I), traduit du latin par Vanderstegen de Putte. 26 (II) : 281-303. « (I) Ce discours intitulé : Horticultura academica fait partie des aménités académiques de Linné, & a été présenté en thèse sous la présidence de ce célèbre naturaliste, à Upsal le 18 décembre 1754, par Jean Gust. Wollrath ».

518Ventose & Germinal an 5 [Mars & Avril 1797], (Bibliographie de l’Europe. France). – Herborisation des environs de Montpellier, ou Guide botanique à l’usage des élèves de l’école de santé ; ouvrage destiné à servir de supplément à la Flora monspelliaca ; par Antoine Gouan, professeur de botanique, associé de l’institut national. Un vol. in-8vo. A Montpellier, chez  Izar & Ricard, & à Paris, chez Villier, quai des Augustins, N° 41. 26 II) : 327-330.

519Floreal & Prairial an 5 [Mai & Juin 1797], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph). – Les insectes nuisibles (I), discours de Linné ; traduit du latin par Vanderstegen de Putte. (I) Ce discours intitulé Noxa insectorum, a été proposé en thèse académique sous la présidence de Linné, à Upsal, le 18 décembre 1752, par Michel Baeckner. 2 6 (III) : 293-324. [Les noms de plantes hôtes sont fréquemment cités dans cet article].

520Floreal & Prairial an 5 [Mai & Juin 1797], (Ramond L. F. E.). – Des plantes qui vivent plusieurs années sous la neige. Ramond, professeur à l’école centrale des Hautes-Pyrénées 26 (III) : 324-329.

521Floreal & Prairial an 5 [Mai & Juin 1797], (Bibliographie de l’Europe. France). – Élémens d’histoire-naturelle. Ouvrage couronné par le jury des livres élémentaires, & adopté par le Corps législatif, pour les écoles nationales ; par A. L. Millin, conservateur du Muséum des antiques à la bibliothèque nationale. Seconde édition, augmentée et corrigée. Prix, cinq francs pour Paris, & six livres dix sous par la poste ; chez l’auteur, à la bibliothèque nationale, rue Neuve-des-Petits-Champs, n° 11, & à Strasbourg, chez François-George Levrault. L’an cinquième, 1797. 26 (III) : 331-333. « C’est dommage que l’auteur se soit écarté du système de Linné, précisément dans la partie la plus généralement adoptée, savoir la botanique, & qu’il ait préféré la méthode de Jussieu, la plus difficile qui existe, fondée sur des recherches pénibles, & qui ne flattent en rien l’imagination, seul soutien du courage dans une application assidue. ».

522Messidor & Thermidor an 5 [Juillet & Août 1797], (Vanderstegen de Putte J. F. Ph.). – Discours sur les vertus des plantes, faisant partie des Aménités de LINNE. Traduit du latin par Vanderstegen de Putte. 26 (IV) : 261-300.

523Messidor & Thermidor an 5 [Juillet & Août 1797]. (Desfontaines). – Extrait d’un rapport sur la culture des arbres à épiceries à la Guiane française, lu à la séance publique de l’institut national, par le citoyen Desfontaines. 26 (IV) : 300-309.

524Messidor & Thermidor an 5 [Juillet & Août 1797], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  Delineations, &c. Dessins de plantes exotiques cultivées dans le jardin du roi à Kew, coloriées, & dont les caractères botaniques sont développés suivant le système de Linné ;  par François Bacier, peintre du roi pour la botanique. Chez Bicol, deuxième numéro. 26 (III) : 344. (Pour les rédacteurs, A. Rozin).

525Messidor & Thermidor an 5 [Juillet & Août 1797], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Vegetabilia [cryptogama] in Hercyniae subterraneis collecta, iconibus & observationibus illustrata : auctore Georg. Franc. Hoffmann. In-fol. avec 6 planches, première livraison. Il y en aura quatre. Prix 12 liv. chaque livraison. Le même ouvrage, avec figures coloriées, 16 liv. chaque livraison. Le même ouvrage, grand papier & figures coloriées, 20 liv. chaque livraison. 26 (III) : 344. (Pour les rédacteurs, A. Rozin)

526Fructidor & Vendémiaire an 6 [Septembre & Octobre 1797], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – C. H. Persoon tentamen dispositionis methodicae, fungorum in classes, ordines, genera & familias, cum suppl. Lipsiae, Wolf, 1797, in-8vo. fig. 26 (V) : 340.

527Fructidor & Vendémiaire an 6 [Septembre & Octobre 1797], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne).Sam. El. Bridel muscologia recentiorum, seu analysis, historia & descriptio method omnium muscorum hucusque cognitorum ; ad norman Hedwigii, tom. Primus. Gothae, Ettinger, 1797, in-4to. 26 (V) : 340.

528Fructidor & Vendémiaire an 6 [Septembre & Octobre 1797], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Nomenclator botanicus, omnes plantas ab illust. Carolo à Linne descriptas, aliisque botanicis temporis recent. Detectas enumerans. Editio tertia. Curavis. M. E. A. Raeuschel. Hambourg, chez Friedr. Perthes. 8 maj. 26 (V) : 341.

529Brumaire & Frimaire an 6 [Novembre & Décembre 1797], (Vandenstegen de Putte J. F. Ph.). – Utilité de l’histoire naturelle, exposée d’après Linné. par Vanderstegen de Putte, professeur à l’école centrale de Bruxelles. 26 (VI) : 268-280.

530Brumaire & Frimaire an 6 [Novembre & Décembre 1797], (Prospectus). –  Cours d’histoire - naturelle, contenant une distribution méthodique, facile, & en grande partie nouvelle, des trois règnes de la nature, en ordres & genres, avec leurs caractères distinctifs, ainsi que la détermination caractéristique, descriptive, historique, économique, médicinale, &c. des espèces du règne animal & du règne végétal, indigènes au département de la Dyle (ci - devant Brabant), & des espèces étrangères les plus intéressantes ou les plus connues ; enfin, celle de toutes les espèces ou sortes du règne minéral, avec l’explication des termes techniques, & celle du système sexuel de Linné ; par le cit. Vanderstegen de Putte, professeur d’histoire-naturelle en l’école centrale du département de la Dyle, membre de la société d’histoire-naturelle de Bruxelles, & membre correspondant de celle de Paris. 26 (VI) : 308-312.

531Pluviose an 6 [Février 1798], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Caroli a Linné Species plantarum exhibentes plantas rite cognitas ad genera relatas cum differentiis specificis nominibus trivialibus synonymis selectis, locis natalibus secundum systemo sexuale digesta. Edition quarta, post Reichardianam secunda adjectis vegetalibus hucusque cognitis, curante Carolo-Ludovico Willdenow. Berolini impensis G. C. Nauk, 1797, in-8vo. , 1er. vol. 26 (II) : 244-246.  «La grande quantité de plantes découvertes depuis la publication des Species de Linné, & du supplément donné par son fils, en faisoit désirer une. […] Personne n’étoit plus fait pour réparer ce désordre que M. Willdenow, qui a déjà donné tant d’utiles présens à la botanique ; […] il a marqué d’un astérisque toutes les plantes inconnues de Linné. »

532Ventose an 6 [Mars 1798], (Anonyme). – Dominici Vandelli, academiae regalisscientiarum Olisiponensis socii, &c. Viridarium Grisley Lusitanicum, Linnaeanis nominibus illustratum, jussu academiæ in lucem editum. Olisipone, ex typographia regalis academiae scientiarum Olisoponensis. Flore du Portugal, par Dominique Vandelli. Lisbonne, 1789, in-8vo. 27 (III) : 88-91. « Ce petit traité avoit déjà paru en 1661, ainsi que le porte un chronhémistiche, pitoyable comme de coutume, qui se trouve au bas du titre de cette édition. Annosas stirpe panChrestVes Lege MeDetVr. L’auteur se nomme chymiâtre & botaniste : on ne voit pas trop d’où Boehmer, dans sa dissertation de plantis in cultorum memoriam nominatis, peut avoir eu l’anecdote, qu’il étoit chirurgien portugais. Il est même douteux qu’il fut Portugais : son nom a plutôt un air anglais, & celui du comte de Schonberg, auquel il dédie son livre, & qu’il appelle son compatriote, est allemand. […] Un Flora pertuensis specimen très-court, mais formé de plantes presque généralement inconnues en France, remplit les deux dernières pages. Ce que l’on apprend enfin dans la courte préface de M. Vandelli, c’est que Grisley & été le premier botaniste en Portugal, qui s’est efforcé en vain d’établir un jardin de botanique dans ce royaume : & ce que l’on apprendra avec plus de plaisir encore, c’est qu’enfin M. Vandelli est parvenu à en commencer un en 1760, par ordre du roi, auquel il en a dédié le catalogue en 1771, qui cependant n’est pas encore imprimé jusqu’à ce jour  […] ».

533Ventose an 6 [Mars 1798], (Anonyme). – Ant. Josephi Cavanilles ; icones & descriptiones plantarum, quae am sponte in Hispania crescunt aut in hospitantur. Figures & descriptions des plantes qui viennent spontanément en Espagne, ou se cultivent dans les jardins. Madrid, de l’imprimerie royale. 3 volumes in-fol. 27 (III) : 100-120. « L’Espagne est une des contrées de l’Europe la plus fertile en plantes. Il en est même un grand nombre dont elle est exclusivement la patrie, & qu’on chercheroit inutilement dans d’autres états de l’Europe.  […] Dans tous les temps, l’amour de la science a déterminé les plus célèbres botanistes à voyager dans ce royaume pour y observer les richesses de la nature. Nous nous contenterons de citer Clusius,  Barrelier, Tournefort, Antoine de Jussieu, Bernard de Jussieu, & le savant suédois Loëfling, qui fit passer à Linneus, dont il avoit été de disciple, une moisson abondante de végétaux. […] ».

534Ventose an 6 [Mars 1798], (Bibliographie de l’Europe. Hollande). – Inleyding tot de kruidkunde, &c. Introduction à la botanique. Ouvrage destiné à l’usage de ceux qui veulent s’instruire dans cette science, & pour servir d’explication à trente-huit gravures enluminées d’après nature, publiées en anglois par Thomas Martyn, professeur de botanique à l’université de Cambridge, & en français & hollandais par J. Van Noorden, M. D. Rotterdam, chez L. Bennet, libraire, 1798. Volume 1er  gr. in-8vo. beau papier médiane, avec 12  planches. Prix, 9 liv. encartonné. Se trouve aussi au Bureau de ce journal, imprimerie de Tutot, à Bruxelles. 27 (III) : 246-247. [Cet ouvrage est la continuation de l’Essai de J. J. Rousseau sur la botanique.].

535Germinal an 6 [Avril 1798], (Anonyme). –  Olavi Swartz, &c. Flora Indiae occidentalis, &c. Flore des Indes occidentales, augmentée & enrichie, ou Description des plantes indiquées dans le Prodrome ; par Olaus Swartz, docteur en médecine, professeur à l’Institut de Suède, membre de l’académie des curieux de la nature, de celle de Stockholm, &c. Tome I. Erlang, chez Jacques Palm ; & se vend aussi à Londres, chez Benjamin White, fils ; à Strasbourg, chez Amand Koenig, 1797. in-8vo. de 640 pages, & 15 planches gravées en taille douce. Prix, 9 liv. en feuilles. 27 (IV) : 79-83.

536Floreal an 6 [Mai 1798], (Anonyme). – Flora atlantica, sive Historia plantarum quæ in Atlante, agro tunetano & algeriensi crecunt; autore Renato Desfontaines, Instituri nationalis scientiarum Galliæ locio, necnon in Museo historiæ naturalis parisiensis botanices professore. Flore atlantique, ou Histoire des plantes qui croissent sur le mont Atlas & dans les campagnes de Tunis & d’Alger ; par le C. Desfontaine, membre de l’Institut national de France, & professeur de botanique au Muséum d’histoire naturelle de Paris. 27 (V) : 93-94.

537Vendemiaire an 7 [Octobre 1798], (Chapelier). – Extrait d’une lettre du C. Chapelier, botaniste, voyageur de la république française, au C. Thouin, professeur du Muséum d’histoire naturelle. Ile-de-France, 3 Messidor, an V. [= 21 juin 1796, voyage à Madagascar]. 27 (X) : 223-224.

538Pluviose an 7 [février 1799], (Anonyme). – Flora atlantica, sive Historia plantarum quæ in Atlante, agro Tunetano & Algeriensi crescunt ; authore Renatoi Desfontaines, &c. Flore Atlantique, ou Histoire des plantes du mont Atlas & environs de Tunis & Alger ; par Desfontaine, membre de l’Institut national, & professeur au Musée d’histoire-naturelle. Paris, chez La Grange, libraire, rue Haute-Feuille, n° 14. 28 (V) : 28-47.

539Pluviose an 7 [fevrier 1799], (Anonyme). Le guide du promeneur aux Thuilleries, ou Description du palais & du jardin des Thuilleries en l’an 6 de la république française. Prix, 1 fr. 50 c., & 2 fr. de port. Paris, chez Hautbout - Demoulin, libr.ai Palais Egalité, galerie du Théâtre de la république, n° 23 ; & chez Caillot, impr. Libr., rue du Cimetière - André-des-Arts, n° 6. 28 (V) : 242.

540Pluviose an 7 [février 1799], (Bibliographie). – Cours d’histoire-naturelle, contenant une distribution méthodique, facile, & en grande partie nouvelle des trois règnes de la nature, zn ordres et genres, avec leurs caractères distinctifs, ainsi que la détermination caractéristique, historique, économique, médicinale, &c., des espèces animales & végétales, indigènes au département de la Dyle (ci devant Brabant), & des espèces étrangères les plus intéressantes ou le plus connues ; enfin, celle de toutes les productions du règne minéral, avec l’explication des termes techniques, & celle du système sexuel de Linné ; par le C. Van der Stegen, professeur d’histoire-naturelle à l’école centrale du département de la Dyle, membre de la société d’histoire-naturelle & de celle de médecine, chirurgie & pharmacie de Bruxelles, correspondant de la société d’histoire-naturelle de Paris & de celle de Bordeaux. 28 (II) : 242-243.

541Messidor an 7 [juillet 1799], (Anonyme). – Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu ; par E.-P. Ventenat, de l’Institut national de France, l’un des conservateurs de la bibliothèque du Panthéon. Paris, de l’imprimerie de J. Drissonnier, an 7, 4 vol in 8vo. Ornés de planches ; & se vend chez l’auteur, à la bibliothèque du Panthéon ; chez Drissonnier, imprimeur, rue des Maçons-Sorbonne, n° 406 ; et chez Fuchs, libraire, rue des Mathurins, n° 334. Prix, 21 francs, & 24 par la poste. 28 (X) : 58-72.

542Messidor an 7 [juillet 1799], (Bibliographie). – Cours d’histoire-naturelle, contenant une distribution méthodique, facile, & en grande partie nouvelle des trois règnes de la nature, zn ordres et genres, avec leurs caractères distinctifs, ainsi que la détermination caractéristique, historique, économique, médicinale, &c., des espèces animales & végétales, indigènes au département de la Dyle (ci devant Brabant), & des espèces étrangères les plus intéressantes ou le plus connues ; enfin, celle de toutes les productions du règne minéral, avec l’explication des termes techniques, & celle du système sexuel de Linné ; par le C. Van der Stegen, professeur d’histoire-naturelle à l’école centrale du département de la Dyle, membre de la société d’histoire-naturelle & de celle de médecine, chirurgie & pharmacie de Bruxelles, correspondant de la société d’histoire-naturelle de Paris & de celle de Bordeaux.Bruxelles, chez Emmanuel Flon, imprimeur libraire, rue de la Putterie. 28 (X) : 241-243. « Le C. Vanderstegen a succombé à une fluxion de poitrine, aggravée par son assiduité au travail : outre son mérite littéraire, ses qualités personnelles le feront longtemps regretter de tous ceux qui ont eu l’avantage de le connoître ».

543Thermidor an 7 [août 1799], Expériences sur les sèves des végétaux, par le C. Vauquelin, membre de l’Institut national de France. Paris, chez Quillau, rue du Fouarre, n° 2, division du Panthéon français. Se vend chez l’auteur, à l’école des mines ; chez l’imprimeur, & à l’école de Santé. Prix 75 centimes. 28 (X) : 59-65.

544Thermidor an 7 [août 1799], (Histoire-naturelle). – Faits nouveaux observés dans le muséum national d’histoire-naturelle. Floraison de plantes nouvelles. 28 (X) : 203-207. [Longue liste de plantes nouvelles fleuries au Muséum, dont certaines peintes par P.J. Redouté].

545Thermidor an 7 [août 1799], Moyen de hâter la végétation. 28 (X) : 209. « Le C. Bonnemain a imaginé un nouveau procédé pour hâter le progrès de la végétation : c’est l’eau qui sert de conducteur au calorique ; elle est échauffée par un poële, & coule dans des tuyaux qui circulent autour de la couche de terre. On a fait l’expérience de ce procédé au jardin des plantes. Des pattes d’asperges très-vieilles & très sèches ont été plantées dans une couche de terre qu’on a ainsi échauffée ; au bour de trois jours les asperges sont sorties de terre, & le huitième jour on les a mangées. On les a trouvées très-saines, très tendres, de très-bon goût, & en tout semblables à celles qui viennent en plein air & dans leur saison naturelle ».

546Thermidor an 7 [août 1799], (Bibliographie). – Flore des environs de Paris, ou Distribution méthodique des plantes qui y croissent naturellement, faite d’après le système de Linné, avec le nom et la description de chacune en latin & en français, l’indication de leur lieu natal, de leur durée, du temps de leur floraison, de la couleur de leurs fleurs, & la citation des auteurs qui les ont le mieux décrites, ou en ont donné les meilleures figures ; par J. L. Thuillier, botaniste , nouvelle édition, revue & corrigée, & considérablement augmentée. Paris, chez l’auteur, rue de Chèvre, au coin de celle St-Victor, n° 42, & H. L. Perroneau, imprimeur, rue des grands Augustins, n° 14. Prix, 6 francs & 7 francs 50 c. fr. de port, in-8vo. de 550 pages. 28 (VIII) : 231-233.

547Nivose an 8 [janvier 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs A. Rozin). – Botanique pour les femmes & les amateurs des plantes, par le professeur Batsch, avec 101 figures coloriées ; ouvrage traduit de l’allemand sur la seconde édition, par Bourgoing ; col. In-8vo. Prix, 5 francs, pour 6 francs broché ; & le treizième gratis. 29 (I) : 244-245.

548Pluviose an 8 [février 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs A. Rozin). – Fleurs dessinées d’après nature, par G. Van Spaendonck, de l’Institut national, professeur-administrateur du Muséum d’histoire naturelle ; gravées par G. F. Legrand ; recueil utile aux amateurs, aux jeunes artistes, aux élèves des écoles centrales, & aux dessinateurs des manufactures. Il en paroîtra un cahier tous les trois mois. 1er cahier. Prix, 6 fr. Paris, chez l’auteur, au jardin des plantes, & chez Bance, marchand d’estampes, rue du Petit-Pont, au grand balcon, quai Jacques. 29 (II) : 240-241.

549Floreal an 8 [mai 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs A. Rozin). – Introduction à l’étude de la botanique, ouvrage orné de dix planches coloriées, contenant un discours sur l’accord des sciences naturelles ; un traité complet & comparé des organes des plantes & des fonctions de ces organes à toutes les époques de leur vie, dans lequel les termes d’usage en botanique sont appliqués & expliqués ; une exposition particulière des organes des plantes connues sous le nom de Cryptogames ; les principes de l’art de décrire d’après Linné ; des détails sur l’habitation des plantes, leurs vertus, leurs usages, leur culture, & la manière de les arranger & de les conserver en herbier ; l’exposition des méthodes générales de Tournefort, Linné, Jussieu, & des méthodes particulières des fougères de Smith, des mousses d’Hedwig & de Bridel, des champignons de Bulliard, &c., avec des tables qui donnent à cet ouvrage la commodité d’un dictionnaire, par J. C. Philibert, 3 vol. in-8vo. Paris, chez Debure, rue Serpente, n° 6 ; Plassan, rue du Cimetière-André-des-Arts, n° 10 ; Déterville, rue du Battoir ; Fuchs, hôtel de Cluny, Bossange, Masson & Besson, maison & rue des Mathurins ; Treuttel & Wurtz, quai Voltaire ; Villier, rue des Mathurins, n° 396 ; Desenne, Palais-Egalité, n° 2. 29 (V) : 241-242.

550Prairial an 8 [juin 1800], (Anonyme). – Ant. Josephi Cavanilles, icones & descriptiones plantarum quæ aut sponte in Hispania crescunt, aut in hortis hospirantur, &c. Descriptions & figures des plantes qui croissent naturellement en Espagne, ou qui sont cultivées dans les jardins ; par Ant. Joseph Cavanilles. Madrid, de l’imprimerie royale, 1799. 29 (VI) : 104-111.

551Prairial an 8 [juin 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs A. Rozin). – Dictionnaire raisonné universel d’histoire-naturelle, contenant l’histoire des animaux, des végétaux & des minéraux, celle des corps célestes, des météores & des autres principaux phénomènes de la nature ; avec l’histoire des drogues simples & celles de leurs usages dans la médecine, dans l’économie domestique & champêtre, & dans les arts & métiers ; par Valmont-Bomare,  professeur d’histoire-naturelle à l’école centrale de Paris. 15 vol. in-8vo.de 7 à 800 pag. Prix, 63 fr. broché. Souscription pour 500 exemplaires seule-ment, au prix de 51 fr. br. 29 (VI) : 241-243.

552Prairial an 8 [juin 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs A. Rozin). – Traité des arbres & arbustes que l’on cultive en France en pleine terre ; par Duhamel.  Nouvelle édition, augmentée de plus de moitié pour le nombre des espèces ; distribuée d’après un ordre plus méthodique, suivant l’état actuel de la botanique & de l’agriculture ; où l’on trouve l’exposé des caractères du genre, de l’espèce ; les diverses variétés ; les synonymes ; la description ; le temps de la floraison & de la maturité des fruits ; le lieu natal ; les usages économiques & médicinaux ; leur culture ; les moyens à prendre pour le naturaliser ; l’époque où ils ont été apportés en Europe, & les remarques historiques sur leurs noms anciens & modernes. Avec des figures peintes par  P. J. Redouté, peintre du Muséum d’histoire naturelle, & de la classe des sciences physiques & mathématiques de l’Institut, membre de la société d’histoire-naturelle de Paris. Paris, chez Etienne Michel, rue des Francs Bourgeois, au Marais, n° 699 ; Didot l’ainé, au Louvre ; Lamy, quai des Augustins ; Vilmorin-Andrieux, quai de la Féraille, n° 29 ; & les principaux libraires de l’Europe. «  Duhamel avoit exprimé le désir que quelqu’un continuât son ouvrage ; son vœu va s’accomplir. Depuis la publication de son traité en 1755, les voyageurs nous ont enrichis en arbres & arbustes, de tout ce qu’il y a de plus beau & de plus utile dans les quatre parties du monde ; & ces nouvelles richesses paroîtront successivement dans la précieuse collection que nous annonçons ». 29 (VI) : 243-245.

553Messidor an 8 [juillet 1800], Fleurs dessinées d’après nature, par G. Van Spaendonck, de l’Institut national, professeur-administrateur du Muséum national d’histoire naturelle. 1er. & 2e. cahiers. Prix 12 francs. Paris, chez l’auteur, au Jardin des plantes ; & Bance, marchand d’estampes, rue du Petit-Pont. 29 (VII) : 244-245.

554Fructidor an 8 [août 1800], (Anonyme). – Floraison d’un Agave d’Amérique. 29 (IX) : 219-221.  [= Furcraea gigantea Vent.;  Furcraea foetida  (L.) Haw. ;Agave foetida L.; Aloe foetida (L.) Crantz ; Aloès pitte, cultivé en Afrique et en Asie, pour les fibres contenues dans ses feuilles].

555Brumaire an 9 [novembre 1800], (Anonyme). – Physiologie végétale, contenant une description des organes des plantes, & une exposition des phénomènes produits par leur organisation ; par J. Senebier. Genève, chez Paschoud, an 8, 5 vol. in-8vo. 29 (XI) : 67-76.

556Brumaire an 9 [novembre 1800], (Bibliographie, pour les rédacteurs, A. Rozin). − Plantes grasses de P. J. Redouté, peintre du Muséum national d’histoire naturelle, décrites par A. P. de Candolle, membre de la société des sciences naturelles de Genève, &c.; six livraisons. Chaque livraison de cet ouvrage est composée de six planches imprimées en couleur sur papier vélin, avec toute la perfection possible, & de six feuilles de texte imprimé sur le même papier. Les exemplaires petit in-folio sont du même format que l’Herbier de France, par Bulliard. Le prix de chaque cahier est de 12 fr., & 30 fr. le grand in-folio sur nom-de-jésus, dont il n’a été tiré que cent exemplaires. Paris, chez Garnery, libraire, rue Serpente, n° 17. 29 (XI) : 226-228. « Il suffit de dire que les dessins sont exécutés par le C. Redouté, pour prouver que cet ouvrage pourra être placé parmi les plus beaux livres de botanique ».

557Frimaire an 9 [décembre 1800], (Anonyme). – Description des plantes nouvelles & peu connues, cultivées dans le jardin de J. M. Cels, avec figures ; par L. P. Ventenat, de l’Institut national de France, l’un des conservateurs de la bibliothèque du Panthéon. Paris, de l’imprimerie de Crapelet. An 8. 29 (12) : 71-79.

558Nivose an 9 [janvier 1801], (Bouillon-Lagrange). – Extrait d’un mémoire du C. Van Mons, sur le rhus radicans ; par le C. Bouillon-Lagrange. 30 (I) : 229-235.

559Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe. France). – Fleurs de Van Spaendonck. 30 (IV) : 239-240. « Ce grand artiste continue sa précieuses collection de fleurs. Le quatrième cahier vient de paroître. Il contient le souci des jardins, la pivoine double, la rose-tremière & le pavot cultivé. [...]  Le prix de ces cahiers est de six fr. chacun. On les trouve chez l’auteur, au Jardin des plantes, & chez Bance, marchand d’estampes, rue du Petit-Pont, quartier St.-Jacques. ».

560Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Plants of the coast of Coromandel. Plantes de la côte de Coromandel, d’après les dessins & les descriptions présentés aux directeurs de la compagnie des Indes orientales ; par W. Roxburgh, & publiés par ses ordres, & sous la direction de sir Joseph Banks. Ive. Cahier, & Ier. cahier du second volume in-folio.Planches coloriées, 3 liv. sterl. 10 s.; planches noires, 1 liv. sterl. I s. chaque cahier. Londres, Nicol. 30 (IV) : 242.

561Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – The british flora. Flore britanique, arrangée d’après le système de Linné ; par John Hull.  Vol. in-12. de 450 pag. Londres, Bikerstaff. 8 s. 6 d. 30 (IV) : 242-243. « L’ouvrage du docteur Hull mérite un rang distingué parmi les nouveaux ouvrages qui ont paru sur les plantes de la Grande-Bretagne.».

562Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  Plantarum rariorum Hungariae fasciculi. Plantes rares de la Hongrie. Grand in-folio. 30 (IV) : 244. « Il a déjà paru 4 cahiers de cet ouvrage, aussi intéressant pour la botanique que recommandable par la beauté de l’exécution des planches ».

563Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Theoria generationis & fructisicationis plantarum cryptogamicum Linnaei, retracta & aucta, auctore J. Hedwig. Volume grand in-4to., de 268 pages de texte, et 12 pages de préface, accompagné de 42 planches coloriées. Leipsig. Brenkopf ; & Paris, chez Treuttel & Wurtz. 1798. 75 fr.30 (IV) : 244-245. « L’ouvrage même est divisé en six chapitres, qui traitent : I°. de l’histoire de la génération des plantes ; 2°. des principes de la théorie de la génération ; 3°. des sentimens des botanistes sur le sexe des plantes cryptogammiques ; 4°. Des fougères (filices), 5°. Des mousses, 6° des fungus. Les planches sont gravées avec beaucoup d’exactitude, & très-bien coloriées. ».

564Germinal an 9 [Avril 1801], (Bibliographie de l’Europe). – Icones fucorum cum characteribus systematicis, synonymis auctorum & descriptionibus novarumspecierum, ed. E. J. C. Esper. Grand in-4to., avec planches coloriées. Nuremberg, Raspe. 1800. 4 rxd. 30 (IV) : 245. « Les descriptions des caractères sont en allemand, d’après Linné, Gmelin, Houttuyn, Murray & autres célèbres botanistes. Les planches sont exécutées avec beaucoup de soin & très-bien coloriées ».

565Prairial an 9 [Juin 1801], (Bibliographie de l’Europe. France). – Description des plantes nouvelles & peu connues, cultivées dans le jardin de J. M. Cels, avec figures ; par E. P. Ventenat, de l’Institut national de France ; l’un des conservateurs de la bibliothèque nationale du Panthéon. Troisième livraison. Paris, de l’imprimerie de Crapelet, Et se vend chez l’auteur, à la bibliothèque du Panthéon, Barrois, l’ainé, libraire, rue de Savoie ; Garnery, libraire, rue de Deine, vis-à-vis la rue Mazarine ; Fuchs, libraire, rue des Mathurins, hôtel de Cluny ; Mad. Huzard, rue de l’Eperon. 30 (VI) : 231-232. « Le citoyen Ventenat continue avec un zèle infatiguable cet ouvrage que nous avons déjà annoncé dans ce journal, & qui  devient d’une si grande importance pour les progrès de la botanique & de l’agriculture. […] Les CC. Redoutés & Sellier secondent toujours l’auteur dans son travail avec un talent qui doit concilier tous les suffrages. ».

566Prairial an 9 [Juin 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). –  The british Garden, &c. Le Jardin anglais, ou Catalogue descriptif des plantes indigènes ou cultivées en Angleterre, avec leur caractère générique & spécifique, en latin & en anglais, l’indication de leur demeure, du temps de leur floraison, &c. 2 vol. in-8vo. A Bath & à Londres, chez Cadell jun., & Davies. 16 s. 30 (VI) : 245. « Cet ouvrage peut servir de guide & de manuel aux élèves & aux amateurs qui fréquentent les jardins botaniques. L’auteur a mis tous ses soins à le rendre utile ; les caractères sont détaillés avec clarté & précision, les époques de la culture, les noms des personnes qui ont introduit ces plantes en Angleterre, le temps de leur floraison, tout est indiqué à l’imitation de l’ Hortus Kewensis d’Ayton. ».

567Prairial an 9 [Juin 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Description of the genus cinchona, &c. Description du genre cinchona (quinquina ou kina) & de différentes espèces de végétaux, qui ressemblent à cette écorce par leurs effets. 54 pag. In 4to. avec 10 planches. Londres, White. 30 (VI) : 245-246. «  Dans la dédicace à sir Joseph Banks, l’auteur se nomme Lambert, vice-président de la société linnéenne à Londres. ».

568Messidor an 9 [Juillet 1801], (Bibliographie de l’Europe. Bruxelles). – Pharmacopée manuelle, par J. B. van Mons, docteur en médecine & apothicaire. […] 30 (VII) : 240-241. « Cette pharmacopée, promise depuis plusieurs années, remplit du moins en paroissant l’attente de ceux qui sont en état d’en juger. […] Les botanophiles verront avec plaisir la nomenclature linnéenne remplacer celle des herboristes ».

569Messidor an 9 [Juillet 1801], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Handbuch de Botanik ; Manuel de Botanique à l’usage des médecins & des amateurs, par Ch. F. Ludwig. 584 pag. Gr. in-8vo. avec 4 planch. Leipsic. Fritfch. 1801. 2rxd. 30 (VII) : 245-246.

570Thermidor an 9 [Août 1801], (Anonyme). –  Voyages au Mont-Perdu & dans la partie adjacente des Hautes-Pyrénées ; par L. Ramond, du corps législatif & de l’institus national, membre de plusieurs sociétés savantes. Un volume in-8vo. Avec fig. Prix, 5 fr., & 6 fr. 50 cent. Franc de port par la poste. Paris, chez Belin, imprimeur - libraire, rue Jacques, n° 23. An 9. 30 (VIII) : 31-44.

571Thermidor an 9 [Août 1801], (Bibliographie de l’Europe). – Flore des jeunes personnes ou lettres élémentaires sur la botanique, écrites par une Anglaise à son amie, & traduite de l’anglais par Octave Ségur, élève de l’école polytechnique. Un vol. in-12 de 250 pages, imprimé sur carré fin d’Angoulème, & caractère neuf ; avec douze planches gravées en taille-douce par Sellier. Prix 3 fr. 60 cent. Broché avec les planches en noir ; avec les planches très-bien enluminées, 7 fr. 50 cent. En papier velin, 7 fr. ; idem avec les planches enluminées, 10 fr. Pour recevoir ce volume franc par la poste, on ajoutera 50 cent. Paris, chez F. Buisson, imprimeur-libraire, rue Hautefeuille, n° 20 ; Villiers, libraire, rue des Mathurins ; chez Donnier, au Jardin des plantes. 30 (VIII) : 242.

572Fructidor an 9 [Septembre 1801], (Palisot de Beauvois). – Extrait d’un Voyage chez les Creecks & chez les Chérokées. Lu à l’Institut national dans la séance publique du 15 Messidor, par le C. Palisot-Bauvais. [sic, de-Beauvois]. 30 (IX) : 12-27. [De nombreuses plantes employées comme remèdes sont citées dans l’ouvrage].

573Fructidor an 9 [Septembre 1801], (Anonyme). – Faits nouveaux observés dans le Muséum d’histoire-naturelle. Floraison de plantes nouvelles. 30 (IX) : 205-212.

574Fructidor an 9 [Septembre 1801], (Anonyme). – Suite des faits nouveaux observés au Muséum d’histoire naturelle. Floraison de plantes nouvelles. 30 (IX) : 229-236.

575Fructidor an 9 [Septembre 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Plants of the coast of Coromandel ; Plantes de la côte de Coromandel, par W. Roxburgh. Tome IIe. Second cahier in - folio. Londres. Nicol. 1800. Planches coloriées 3 liv. st. 10 s. Planches noires 1 liv. st. 1 s. chaque cahier. 30 (IX) : 244-245. « Nous annonçons avec plaisir la continuation de cette superbe collection de plantes, qui se distingue autant par la beauté des gravures & du coloris, que par les descriptions instructives qui les accompagnent. ».

576Vendemiaire an 10 [Octobre 1801], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Flora Britannica ; Flore de la Grande Bretagne, par Jac. E. Smith, président de la société Linnéenne.2 vol. in-8vo. Londres. White, 1800. 16 s. 30 (X) : 243-244. « Le travail du docteur Smith offre le plus grand intérêt aux botanistes, en ce qu’il ne contient rien qu’il n’ait pu vérifier par lui-même. […] Dans la préface, il rend hommage au mérite de Ray, qu’il nomme le père de la Flore britannique, & après avoir tracé les progrès de la botanique en Angleterre, il exploite la marche qu’il a suivie.».

577Brumaire an 10 [Novembre 1801], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). –  A. G. Roth, Tentamen florae germanicae tomus III, continens synonyma & adversaria ad illustrationem florae germanicae. Pars I, 382 p. in-8vo. Leipsick, Gledirsch. 2 rxd. 30 (XI) : 246-247. « L’auteur a publié en 1788 le premier volume de cette description des plantes qui croissent spontanément en Allemagne. Le second volume parut successivement en deux parties de 1789 à 1793, & tous les deux volumes offroient en grand nombre d’augmentations, de rectifications & de descriptions de plantes des 23 premières classes du système de Linné. La première partie de ce troisième volume contient la synonymie & les descriptions des plantes de la vingt-quatrième classe, à l’exception des lichens, & des champignons, qui paroîtront dans la seconde livraison. ».

578Brumaire an 10 [Novembre 1801], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – Filicum genera & species recentiori methodo accommodatae analyce descripteae à J. Hedwig ; iconibus ad naturam pictis illustratae à Romano Adolpho filio. Fasc. I & II, 22, & 16 p. de texte in folio, & chacun avec six planches coloriées. Leipsick. Schaeffer. 6 rxd. 30 (XI) : 247. « Dans le premier cahier de cet ouvrage, le savant Hedwig avoit commencé une monographie des fougères. La préface est destinée à l’explication de quelques termes de l’art auxquels l’auteur donne une signification nouvelle. Les figures de ces plantes sont très bien dessinées, & de grandeur naturelle ; les semences & quelques parties séparées des plantes ont été représentées grossies par le microscope. Le second cahier est publié par le docteur Romanus Hedwig fils. ».

579Frimaire an 10 [Décembre 1801], (Anonyme). – Suite des faits nouveaux observésau Muséum d’histoire-naturelle. Floraison de plantes nouvelles. 30 (XII) : 235-238.

580Nivose an 10 [Janvier 1802], (Anonyme). – Jo. Hedwig, Species muscorum frondosorum descripta & tabulis aneis 77 coloratis illustratae ; opus posthumum editum à Fr. Schwœgrichen. 352 pag. In-4to. Lipsiae. Berth. 18 rxd. 31 (I) : 114-116.

581Nivose an 10 [Janvier 1802], (Bibliographie de l’Europe, France). – Botanique, ou Histoire-naturelle de tous les végétaux, avec leurs caractères, ordres & genres, leurs propriétés, usages, &c. &c.; par J. B. Lamarck, de l’institut national de France, professeur administrateur du museum d’histoire-naturelle, & par C. F. B. Mirbel, naturaliste. 31(I) : 242-243.

582Ventose an 10 [Mars 1802], (Anonyme). – Muséum d’Histoire-naturelle. (Correspondance.) 31 (III) : 234-238. « Il y a environ un an que le gouvernement fit transporter en Corse une collection de végétaux étrangers, qui furent fournis par le Muséum, & choisis parmi ceux qui paroissent devoir le mieux s’accoutumer au climat de cette île, & être en même temps le plus utile aux arts & au commerce des habitans. Le Cit. Noisette, jardinier, fut chargé de les accompagner & d’en diriger la culture. Dans une lettre adressée au C. Thouin, & datée d’Ajaccio le 10 Brumaire [= 1er novembre1801] dernier, il lui fait part de ses premiers succès. […] ».

583Floreal an 10 [Mai 1802], (Bibliographie de l’Europe. France). – Le Buffon de la jeunesse, ou Abrégé de l’histoire des trois règnes de la nature, ouvrage élémentaire à l’usage des jeunes gens de l’un & l’autre sexe, & des personnes qui veulent prendre des notions d’histoire naturelle, orné de 57 planches ; rédigé par Pierre Blanchard. Seconde édition corrigée & augmentée. Prix de l’ouvrage complet, 13 francs, & par la poste, 17 fr. 50 cent. Prix du 5e volume séparément, 3 fr. & par la poste 4 fr. Paris, chez Leprieur, libraire, rue St.-Jacques, n° 278, à côté de l’hôtel de Lyon. 31 (V) : 242-243. « Comme les quatre volumes que l’on a donné d’abord, ne contiennent que la zoologie, c'est-à-dire l’histoire naturelle des êtres vivans, on a complété l’ouvrage, en y ajoutant un cinquième volume, où l’on traite des végétaux & minéraux ».

584Messidor an 10 [Juillet 1802], (Bibliographie de l’Europe. France). – Flore des jeunes Personnes, ou Lettres élémentaires sur la botanique, écrites par une Anglaise à son amie, & traduite de l’anglais, par Octave Ségur, élève de l’école politechnique. Un vol. in-12. de 250 pages, seconde édition, imprimée sur carré fin de Buges, & caractère neuf ; avec 12 planches gravées en taille-douce par Sellier ; prix, 3 fr. 60 c. broché, avec les planches en noir ; avec les planches très-bien enluminées, 7 fr. 50 c. En papier vélin, 7 francs ; idem avec les planches enluminées, 10 fr. Pour recevoir ce volume franc par la poste, on ajoutera 50 cent. Paris, chez F. Buisson, imprimeur-libraire, rue Haute-Feuille, n°. 20 ; & chez Donnier, au Jardin des Plantes. 31 (VII) : 241-242. « Cet ouvrage, joint au mérite de la simplicité, celui de faire naître le goût de l’étude de la botanique. Les jeunes personnes, pour qui ce livre est destiné, ne seront point rebutées par des dissertations arbitraires. L’auteur paroît avoir consulté le goût & le plaisir de son élève. Tous les ouvrages publiés sur la botanique, sont trop coûteux, trop étendus & trop scientifiques pour apprendre de simples élémens à de jeunes personnes ou à des enfans. C’est d’après ces réflexions que l’auteur a entrepris son travail ; il a pensé qu’un livre d’un prix modéré, dégagé autant que possible des termes techniques, & offert sous une forme simple, pourroit obtenir les suffrages des lecteurs. Son ouvrage est intéressant, varié ; il est présenté sous forme de lettres ; elles sont écrites par une jeune Anglaise qui communique à une de ses amies les observations que sa mère lui fait faire sur les fleurs, en lui expliquant l’ingénieux système de Linnée. Les leçons présentées comme des amusemens sont plus efficaces & plus utiles que celles, qu’on apprend avec peine, & qui sont regardées comme une tâche fatigante. On doit des remercimens au jeune traducteur qui a fait passer cet ouvrage dans notre langue ; il remplacera chez nos jeunes femmes à la mode ces objets frivoles (pour ne pas dire pernicieux) qui occupent trop fréquemment leurs momens de loisirs, & deviendra un antidote contre leur légèreté, en employant leurs facultés morales d’une manière raisonnable. ». 

585Fructidor an 10 [Septembre 1802], (Anonyme). – Histoire-naturelle générale & particulière des Plantes, ouvrage faisant suite aux Œuvres de Leclerc de Buffon, & partie du Cours complet d’Histoire-naturelle rédigé par C. S. Sonnini ; par C. F. Brisseau-Mirbel. Paris, an I0. [1801-02] 2 vol. in-8vo. avec figures. Chez Dusart, imprimeur libraire, rue des Noyers, n° 22. Le même ouvrage se vend séparément. Prix, 15 francs les 2 volumes, & franc de port par la poste 18 fr. & 24 fr. fig. coloriées.  31 (IX) : 78-83. «  C’est au sein d’une révolution féconde en désastres, & mémorables en actions éclatantes, que fut formée l’entreprise d’une édition complète des Œuvres du Pline français, de ce grand & immortel génie, qui fut élever à la nature un monument digne d’elle. […] ».

586Fructidor an 10 [Septembre 1802], (Bibliographie de l’Europe. France). – Les Liliacées, par P. J. Redouté, peintre du Muséum national d’histoire-naturelle. Lilia Patricii, lucares, bulbasi triarii, superbientes vestimentis fulgentibus festivis. Linné. « Les lys patriciens du règne végétal, habitans des bois, munis de bulbes durables, s’enorgueillissent des vêtemens éclatans dont ils sont parés comme en un jour de fête. ». Première livraison. Prix 36 fr. la livraison. Paris, chez l’auteur, au palais national des sciences & des arts ; Fuchs, libraire, rue des Mathurins ; Garnery, rue de Seine ; Treuttel & Wütz, quai Voltaire, n°. 2 ; à Strasbourg et pour l’Allemagne, chez Treuttel & Würtz, grande-Rue. 31 (IX) : 241-243.

587Fructidor an 10 [Septembre 1802], (Bibliographie de l’Europe. Gand). – Hortus Gandavensis centrali academiae annexus, juxta Linnaei methodum dispositus. Description de toutes les plantes qui se cultivent dans le jardin botanique de l’école centrale du département de l’Escaut, à Gand, pour l’utilité des élèves & de ceux qui, par goût, se livrent à l’étude de cette science ; ouvrage dans lequel chacune des plantes est décrite par la traduction des phrases du Species plantarum, de Linné, & des plus savans botanistes, publié par L. Willdenow, & rangée suivant le système du célèbre botaniste du Nord, dédiée au Préfet par L. P. Couret-Villeneuve, professeur de grammaire générale à l’école centrale du département de l’Escaut, auteur de plusieurs ouvrages sur l’éducation, de la société libre des sciences, lettres & arts de Paris, de celle de littérature de Bruxelles, &c. &c. Le prix est de 3 fr. 75 cent. Port affranchi par la poste. Paris, chez les frères Levrault, imprimeurs-libraires, quai Malaquai, au coin de la rue des Petits-Augustins. A Gand, chez l’auteur, à l’école centrale. (Pour les rédacteurs, A. Rozin). 31 (IX) : 247-248.

588Vendémiaire an 11 [Octobre 1802], (Anonyme). – Recherches chimiques & microscopiques sur les Conferves, Bisses, Tremelles, &c. in-4to. avec trente-six planches enluminées ; par Girod-Chantrans, membre du corps législatif, ancien officier du génie, & membre de plusieurs sociétés savantes. Prix, 14 fr. pour Paris ; les exemplaires de figures sur du papier de Hollande sont de 25 fr. Paris, chez Bernard, libr., quai des Augustins, n° 31. 31 (X) : 51-54. « La plupart des plantes appelées Cryptogames appartiennent elles au règne animal ? Doivent lles être classées parmi les végétaux ? Tel est le problème dont les naturalistes cherchent depuis long-temps la solution. Le C. Girod-Chantrans s’est occupé spécialement depuis plusieurs années de cette question importante. Il a suivi, pour ainsi dire, pas à pas, la production & l’accroissement d’un grand nombre de Conferves, Bisses, Tremelles, dont la plupart sont inédites, & les autres mal connues. L’œil armé du microscope, il a observé, dessiné & décrit tous les phénomènes dont il a été témoin. Il ne s’est pas borné aux recherches microscopiques ; il a comparé l’anlyse chimique de ces petits êtres organisés à celle des végétaux phanérogames. Il résulte des observations microscopiques que les Conferva, Fluviatilis, Glomerata, Gelatinosa,& c. ; que les Byssus Velutina, flos aquae, &c. ; que plusieurs Tremelles sont de véritables Polypiers. Ces Polypiers n’ont pas tous la même configuration. […] Le C. Girod-Chantrans a joint à ses descriptions de très-bonnes figures qui représentent les substances qu’il a examinées, d’abord telles qu’elles se montrent à la vue simple, & ensuite dans leurs détails microscopiques les plus remarquables. L’ouvrage sur les Conferves, &c. ne doit pas être comparé à cette multitude d’écrits qui paroissent chaque jour sur différentes branches de l’histoire-naturelle, que l’on annonce avec tant d’emphase, & qui ne sont la plupart que des compilations rédigées avec plus ou moins de soin. L’ouvrage du C. Girod-Chantrans est un ouvrage original. […] ».

589Pluviose an 11 [Février 1803], (Histoire naturelle). – Du baobab. 32 (II) : 216-222. « Le boabab, que quelques naturalistes ont appelé, on ne sait pourquoi, Calebassier, est le plus étonnant des végétaux, par sa durée & sa grosseur colossale ; il croît principalement sur les côtes occidentales d’Afrique, au gouvernement du Sénégal, dans cet espace que l’on peut fixer de l’embouchure du fleuve à celle de la rivière de Gambra. La description qu’en a donnée M. Golberry, dans ses Fragmens d’un Voyage en Afrique, nous a paru si intéressante & digne de fixer l’attention de ceux qui étudient la nature, que nous avons cru devoir en rapporter ici les principaux détails. […] ».

590Pluviose an 11 [Février 1803], (Bibliographie de l’Europe. France). – Les Liliacées, par P. J. Redouté, peintre du Muséum. Deuxième, troisième & quatrième livraison ; 6 fr. la livraison. Paris, chez l’auteur, au Palais national des Sciences & des Arts ; Fuchs, libraire, rue des Mathurins, Garnery, rue de Seine ; Yteuttel & Wurtz, quai Voltaire, n° 2 A Strasbourg, & pour l’Allemagne, chez Treuttel & Wurtz, Grand’Rue, n° 15 De l’imprimerie de Didot jeune. 32 (II) : 231-232.

591Pluviose an 11 [Février 1803], (Bibliographie de l’Europe. Russie). – Pharmaceutische Botanik. Botanique pharmaceutique pour l’instruction des jeunes pharmaciens par le Dr. H. Grindel. 316 pag. In-8vo. Riga. Hartmann. 32(II) : 245.

592Pluviose an 11 [Février 1803], (Bibliographie de l’Europe. Allemagne). – G. L. Koeleri descriptio graminum in Gallia & Germania tam sponte nascentium quam humana industria copiosius provennientium. 384 pag. In-12. Francfort. Varrentrapp, 3 flor. 15 rad. 32 (II) : 245-246.

593Pluviose an 11 [Février 1803], (Bibliographie de l’Europe. Suisse). Flora helvetiaeexhibens  plantas Helvetia indigenas Halleriana & omnes, quae nuper delectae sunt ordine Lineano curavit J. F. Suter. Vol I & II. 345 & 416 pag. in-12. Zurich, Orelli, Fuesli et Socc.[1802]. 32 (II) : 248. « Cet ouvrage sera principalement utile aux amateurs de la botanique qui voyagent en Suisse ; il a été rédigé à cet effet, dans les deux langues française & allemande, & l’auteur a consulté les ouvrages d’Haller, d’Allioni, Barrelier, Jacquin, Oeder, Bulliard, Tribolet et Schleicher. […] ». (Pour les rédacteurs, A. Rozin).

594Ventose an 11 [Mars 1803], (Bibliographie de l’Europe. France). – Jardin de la Malmaison, par E. P. Ventenat, de l’Institut national de France, l’un des con-servateurs de la Bibliothèque du Panthéon. 32 (III) : 236-236. « L’ouvrage qui contiendra la description des plantes du jardin de la Malmaison (I), paroîtra par livraisons. Chaque livraison sera composée de six planches coloriées. […] Les planches sont peintes par Redouté, auteur des Liliacées. Les artistes les plus habiles concourent à la perfection des figures & à l’impression du texte. A Paris, chez l’auteur, à la bibliothèque du Panthéon ; & chez Fuchs, libraire, rue des Mathurins. A Strasbourg, & pour l’Allemagne & le Nord, chez  Treuttel & Wurtz, libraires, Grand’rue, n° 15. - (I) Ce jardin est devenu un des plus beaux & des plus intéressant de la république. […] Madame Bonaparte, qui seconde avec un zèle constant les progrès des sciences & des arts, a surtout contribubé à l’enrichir. Sa collection de plantes, par la beauté & la rareté des objets qu’elle comprend, mérite d’être citée comme une des plus précieuses de l’Europe. Des ordres ont été donnés pour se procurer, dans toutes les parties du globe : les végétaux qui y croissent spontanément. ».

595Ventose an 11 [Mars 1803], (Bibliographie de l’Europe. Angleterre). – Transactions of the Linnean Society. Vol. VI. 400 pag. in-4to. Londres. White. 2 liv. st. 2 s.32 (III) : 245-247. « Le Ve. volume de cette collection a été annoncé dernièrement. De pareils ouvrages n’étant pas susceptibles d’extraits, nous sommes obligés de nous borner à en indiquer le contenu. [Nous ne retiendrons ici que les titres ayant un rapport avec la botanique]. 2°. Histoire botanique du genre Ehrharta, par Olof Swartz. ; 3°. Recherches microscopiques sur différentes espèces de Pollen avec des remarques & des questions sur la structure & l’usage de ces végétaux, par Luke Howard. Les plantes dont le Pollen ont été examinés sont : corylus avellana, erica carnea, reseda odorata, cactus flagelliformis, & carex acuta. ; 5°. Remarques sur les genres Poederota, wulfenia & hemimermis, par J. E. Smith. ; 6°. Observations sur le genre Solandra, par R. A. Salisbury. ; 8°. Remarques sur quelques espèces de Salix de la Grande-Bretagne, par J. E. Smith. ; 9°. Description de quatre nouvelles espèces de fucus, par Dauwson Turner. Ces espèces sont : ruscifolius - trenumatus - clavelosis & Wigghü. ; 13°. Description de la Brotera Persica & la Mustelia Eupatoria, deux nouvelles plantes cultivées dans le jardin botanique de Halle, en Saxe, par K. Sprengel. ;  14°. Catalogue des plantes rares trouvées dans les environs de Douvres, par L. W. Dilwyn. ; 17°. Sur Le doryanthes, nouveau genre de plantes de la Nouvelle-Hollande, par Josef Coorea de Serra. ; 19°. Caractères botaniques de quatre plantes de la Nouvelle-Hollande, de l’ordre des Myrti, par J.E. Smith. Ces plantes sont : Leptospermum grandifolium, imbricatum, melaleuca squarrosa & eucalyptus marginata. ; 20°. Description d’une nouvelle espèce de viola, par Th. F. Forster. C’est la viola concolor americana. ; 21°. Description du fruit de la Cycas revoluta, par J. E. Smith. ; 22°. Espèces d’Erica, par R. A. Salisbury. L’auteur en décrit près de 250 espèces ».

596Vendemiaire an 12 [Septembre 1803],  (Anonyme). – Les Liliacées ; par P. J. Redouté, peintre du Muséum national d’histoire naturelle. A Paris, chez l’auteur. In-folio. Sixième livraison. Prix, 40 fr. 32 (IX) : 17.

597« Les plantes contenues dans cette livraison, sont l’Amaryllis de Virginie ; Amaryllis atamasco. – l’Amaryllis équestre ; Amaryllis equestris. – l’Amaryllis guernesienne ; Amaryllis serniensis. – l’Ixia à longue fleur ; Ixia longiflora.  – le Glayeul triste ; Gladiolus tristis. – le Glayeul en pointe ; Gladiolus cuspidatus.L’exécution est toujours aussi admirable que dans les livraisons précédentes. Le texte rédigé par M. Decandolle est excellent ; la beauté de la typographie répond à celle des planches. Ce magnifique ouvrage ne laisse rien à désirer ».

598Vendemiaire an 12 [Septembre 1803], (Anonyme). – Histoire des Conserves d’eau douce, contenant leurs différens modes de reproduction, et la description de leurs principales espèces, suivie de l’histoire des Trémelles et des Ulvesd’eau douce ; par Jean-Pierre Vaucher, ministre du saint Evangile, à Genève, professeur de botanique, membre de la société d’histoire-naturelle et de la société des arts de la même ville. A Genève, chez Paschoud, libraire. A Paris, chez Fuchs. An II, 1803, in-4° de 285 pages, avec 17 planches. Prix, 15 fr. et 17 fr. 20 cent. Franc de port. 32 (IX) : 18-20.

599Vendemiaire an 12 [Septembre 1803],  (Anonyme). – Agriculture pratique des différentes parties de l’Angleterre, par Marschal. Cinq vol. in-8° avec atlas in-4°. Prix, 36 fr. brochés. A Paris, chez Gide, libraire, quai Malaquais ; et Levrault, frères, même quai, au coin de la rue des Petits-Augustins. «  M. Marshal est un des agronomes anglais qui a le plus de réputation. Comme Arthur Young, il a visité les différentes contées de l’Angleterre pour en observer les cultures et les méthodes diverses, et comme celui-ci encore, il a pratiqué lui-même […] ».

600Vendemiaire an 12 [Septembre 1803], (Anonyme). – Traité des arbres et des arbustes que l’on cultive en France en pleine terre, par Duhamel. Nouvelle édition considérablement augmentée, etc. avec cette épigraphe : Utile dulci. 32 (IX) : 31-34.

601Brumaire an 12 [Octobre 1803], (Anonyme). – Culture de plantes coloniales en Europe. 32 (X) : 267-269.

602« L’administrateur général de la 27me division militaire, accompagné du général commandant la même division, et de plusieurs savans et autres personnes, a pris le 6 complémentaire dernier [= 23 septembre 1803] inspection de l’établissement en culture coloniale, à la vénérie, près de Turin. Le C. [Augustin Jean] Brulley, directeur de cet établissement, lui a entre autres plantes fait voir […] ».  [Suit une liste des plantes vues, avec commentaires].

603Frimaire an 12 [Novembre 1803], (Anonyme). – Note sur le jalap, par le C. Michaux. 32 (XI) : 129-132. [Ipomoea macrorhiza A. Mich. Michaux avait trouvé cette plante en Caroline en 1788, l’avait cultivée dans le jardin de Charlestown, d’où des graines avaient été envoyées au Jardin des plantes de Paris, par son fil François André].

604Frimaire an 12 [Novembre 1803], (Anonyme). – Notice historique sur la vie littéraire du docteur Guettard. 32 (XI) : 147-157. « Le docteur Guettard est né à Estampes le 22 septembre 1715, il a été reçu docteur régent de la faculté de médecine de Paris en 1739, il a été nommé adjoint botaniste à l’académie des sciences le 3 juillet 1743, associé le 24 juillet 1758, et pensionnaire la même année. Il est mort le 7 janvier 1786, il était membre de l’académie de Stockholm, des sociétés de botanique de Florence et de Bâle, et de la société physiologique de Londres ».

605Nivose an 12 [Décembre 1803], (Anonyme). – Découverte du Lichen d’Islande, en Espagne. 32(XII) : 106-107. [= Lichen islandicus L., = Cetraria islandica (L.) Acharius].

606Nivose an 12 [Décembre 1803], (Anonyme). – Du lin de Sibérie. 32 (XII) : 141-145. [= Linum perenne L.].

607Ventose an 12 [Février 1804], (Anonyme). – Flore des Pyrénées, par PhilippePicot-Lapeyrouse, de l’Institut national de France, de l’académie des sciences de Stockholm, de la société d’agriculture de la Seine, Toulouse, Caen, Auch ; de celles des arts et sciences de Grenoble, Montpellier, Nîmes, Montauban, etc. etc. : grand in-folio, figures coloriées 1re, 2e, 3e, 4e livraisons, contenant la monographie des saxifrages. A Paris, chez An. Bertrand, libraire, quai des Augustins, n° 35. 33 (II) : 24-34.

608Ventose an 12 [Février 1804], (de Jussieu, de l’Institut). – Flore d’Oware et de Benin.33 (II) : 63-73.  [Cf. le voyage de Palisot-de-Beauvois en Afrique].

609Ventose an 12 [Février 1804], (Anonyme). – Nouvelles intéressantes de M. Von Humboldt. 33 (II) :146-147.

610« Le savant et intrépide voyageur, baron de Humbolt, qui vient de parcourir les parties inconnues de l’Amérique méridionale, annonce par une lettre datée de Mexico, le 29 juillet 1803,  à M. Delambre, de l’institut, qu’il a rassemblé plus de six mille plantes, et s’est approvisioné en proportion dans toutes les parties d’histoire naturelle. […] ».

611Germinal an 12 [Mars 1804], (Anonyme). – Voyages de M. Alexandre de Humboldt. 33 (III) : 176-178. [Lettres de Humboldt, datées de Quito et de Cuença, dans le cours de l’année 1802, et adressées à monsieur son frère à Rome].

612Floréal an 12 [Avril 1804], (Anonyme). – Hortus gandavensis. Description de toutes les plantes qui se cultivent dans le jardin botanique de l’école centrale du département de l’Escaut, à Gand ; par L. P. Couret-de-Villeneuve, professeur de grammaire générale, et directeur du jardin des plantes ; de la société libre des sciences, lettres et arts de Paris ; de celle d’institution de la même ville ; des sociétés littéraires de Montauban, de Bruxelles, d’Orléans, du Cap français ; et de celle d’émulation d’Anvers : pour l’utilité des élèves, et de ceux qui, par goût, se livrent à l’étude de cette science : ouvrage dans lequel chacune des plantes est décrite par la traduction des phrases du Species plantarum, de Linné, et des plus savans botanistes, publié par L. Willdenow, et rangées suivant le système du célèbre botaniste du nord. Un vol. in-12., de 400 pag. 3 fr. 75 cent., port franc par la poste. A Paris, chez les frères Levrault, imprimeur-libraire, quai Malaquai ; à Gand, chez l’auteur, à l’école centrale. 33 (IV) : 112-114.

613Floréal an 12 [Avril 1804], (Anonyme). – Sur La Peyrouse. 33 (IV) : 149-152. [Renseignements sur le naufrage de La Pérouse].

614Messidor an 12 [Juin 1804], (Anonyme). – Traité des arbres et arbustes que l’on cultive en France en pleine terre ; par Duhamel. Nouvelle édition, augmentée de plus de moitié pour le nombre des espèces ; distribuées d’après un ordre plus méthodique, suivant l’état actuel de la botanique et de l’agriculture, contenant l’exposé des caractères, du genre, de l’espèce ; les diverses variétés ; les synonymes ; la description ; le temps de la floraison et de la maturité des fruits ; le lieu natal ; les usages économiques et médicinaux ; leur culture ; les moyens à prendre pour les naturaliser ; l’époque où ils ont été apportés en Europe, et des remarques historiques sur leurs noms anciens et modernes, avec des figures imprimées en couleur, et terminées au pinceau, d’après les dessins peints sur la nature vivante ; par P. J. Redouté, peintre du Muséum d’histoire-naturelle, et de la classe des sciences physiques et mathématiques de l’institut, membre de la société d’histoire-naturelle de Paris. Utile dulci. Livraison 15 à 18. Publiées par cahiers de six planches, en noir ou en couleur, et le texte de format in-fol. 33 (VI) : 42-46.

615Messidor an 12 [Juin 1804], (Caligaris J. F.). – Observations sur les œillets, avec la description de trois nouvelles espèces de dianthus, par M. J. B. Balbis. (Mémoires de l’académie des sciences de Turin.) Extrait par le médecin J. F. Caligaris. 33 (VI) : 124-127.  [Les trois espèces nouvelles citées de Balbis sont : Dianthus alpestris [sic, alpester ; = D. furcatus Balbis]; Dianthus furcatus Balbis subsp. furcatus ; Dianthus tener [= D. furcatus subsp. tener (Balbis) Tutin].

616Thermidor an 12 [Juillet 1804], (Anonyme). – Importation en France du Mûrier et du Fraisier. 33 (VII) : 198-204. « […] mais presque personne ne sait que le premier mûrier planté en France fut apporté de la dernière croisade par un Gui-Pape de S.-Auban, seigneur d’Allan, à une lieue de Montelimar. Cet antique mûrier existe encore. M. de Latour du Puy-la-Chaux, fit respecter ce monument d’agriculture, en l’entourant d’un mur et en défendant qu’on en recueillit la feuille. Les descendants de ce viel arbre couvrent le sol de la France. […] Cette anecdote est tirée d’une lettre de M. de Faujas, professeur au Muséum d’histoire naturelle, qui promet d’autres détails sur ce premier mûrier. […] C’est à feu Frézier que l’on doit en France la fraise du Chili (fragasia [= Fragaria] Chiloensis). Il l’apporta du Chili, en 1771. On la cultiva d’abord à Brest avec succès ; de là elle se répandit en Bretagne, à Paris, et successivement dans toutes les provinces. De toutes les variétés de fraises, c’est la plus grosse. Malheureusement Frézier n’apporta que l’espèce femelle ; il a falu avoir recours à l’art pour la féconder. « On y a réussi en plantant à côté de chaque pied d’autres espèces de fraisiers mâles, tels que le capron (fragasia scabra, flore masculo sterili) le fraisier de Bath, de la Caroline, le fraisier framboise ananas, etc.[…] ».

617Thermidor an 12 [Juillet 1804], (Littérature). – Lettre du professeur Prévost, de Genève, membre de l’académie royale des sciences et belles-lettres de Prusse, sur J. J. Rousseau, aux rédacteurs. 33 (VII) : 245-253.  [Ayant connu J. J. Rousseau  dans sa vieillesse, l’auteur de cette lettre, Pierre Prévost, explique la période « botanique » et les herborisations du philosophe].

618Fructidor an 12 [Août 1804], (Anonyme) – De la végétation sur les montagnes. 33 (VIII) : 127-140.

619Fructidor an 12 [Août 1804], (Parmentier). – Observations sur les graines d’arbres ; par M. Parmentier, membre de l’institut national. 33 (VIII) : 170-176.

620Frimaire an 13 [Novembre 1804], (Anonyme). – Nouvel ordre intermédiaire de plante. 33 (XI) : 68-69.

621[Présentation par Palisot de Beauvois, d’une plante remarquable qu’il a recueillie dans son voyage à Owari et à Benin, en Afrique, Napoleonia imperialisP. Beauv.].

622Frimaire an 13 [Novembre 1804], (Anonyme). – Voyage de M. Von Humboldt.33 (XI) : 116-118.

623Nivose an 13 [Décembre 1804], (Anonyme). – Annales du Muséum d’Histoire-naturelle ; par les professeurs de cet établissement. Quatre vol. in-4°. De 2000 pag., avec 136 planches, dont plusieurs imprimées en couleur. Prix des 4 vol., 120 fr., et 240 fr. en grand papier vélin. A Paris, chez Levrault, rue de Seine, hôtel de Larochefoucault. – On souscrit pour les vol. 5 et 6, à raison de 60 fr., ou 120 fr. sur grand papier vélin. Pour recevoir franc de port par la poste, on ajoute 3 fr. par volume. 33 (XII) : 23-45. [cf. p. 32-36, Desfontaines, Jussieu et Thouin].

624Nivose an 13 [Décembre 1804], (Anonyme). – Plante fournissant un coton soyeux.33 (XII) : 150-153. « M. Andriveau, notaire à Saint-Pourcain (département de l’Allier), vient de faire une découverte qui parait offrir des avantages assez précieux pour l’agriculture et l’industrie française ». [= Apocin, herbe de la houette,  herbe à la ouate, = Asclepias syriaca L.].

625Pluviose an 13 [Janvier 1805], (Anonyme). –  Jardin de la Malmaison, avec figures coloriées ; par E. P. Ventenat, de l’institut de France, l’un des conservateurs de la bibliothèque du Panthéon. 12e  livraison. (I). A Bruxelles, au bureau de ce journal, chez Weissenbruch. 34 (I) : 43-49. « (I) Les plantes sont peintes par Redouté, qui dirige et surveille l’exécution des figures de cet ouvrage. Le texte est imprimé par Herhan ».

626Ventose an 13 [Février 1805], (Anonyme). – Mémoires de l’académie des sciences, littérature et beaux-arts de Turin, pour les années 10 et 11. Deux volumes in-4°. Le premier contient les sciences physiques et mathématiques ; le second, la littérature et les beaux-arts. Turin. De l’imprimerie des sciences et des arts. An 12. 34 (II) 18-32. [cf. p 22-23 ; botanique].

627Germinal an 13 [Mars 1805], (Anonyme). – Erable à feuille de frêne. 34 (III) : 115-117. « Un mémoire de M. de Cubières sur l’érable à feuilles de frêne (acer negundo) détaille tous les avantages qu’il y aurait à cultiver cette espèce en France, où elle réussit parfaitement ».

628Floréal an 13 [Avril 1805], (Anonyme). – Compte rendu des succès qu’ont eus en France différentes graines et plantes, envoyées, l’année dernière, de l’île de la Réunion ; par M. de Villèle. Lu en séance publique de la Société d’Agriculture de Haute-Garonne ; par M. Forest, l’un de ses membres. 34 (IV) : 117-123.

629Prairial an 13 [Mai 1805], (Anonyme). – Sur l’Aya - Pana. 34 (V) : 114-118. [= Eupatorium ayapana Ventenat]. « Ces longs et pénibles voyages qu’entreprennent les savans n’ont pas seulement pour but de satisfaire la curiosité, de trouver quelques nouveaux insectes, des minéraux ignorés, des animaux inconnus ou perdus ; ils en ont encore un autre qui n’est pas moins important, c’est d’agrandir le domaine de Flore et d’Esculape, en cherchant dans des plantes exotiques des remèdes propres à combattre les altérations funestes contre lesquelles nos plantes indigènes n’offrent jusqu’ici que des ressources imparfaites. […] La botanique s’est enrichie d’une foule de plantes, et la matière médicale s’en est appropriée quelques-unes ; la polypodium, le krameria, l’aya-pana seront désormais dans la classe des médicamens dont le médecin peut faire un heureux emploi. […] Toutes les boutures qu’on met en terre sont au bout de dix à douze jours, assez pourvues de racines pour être transplantée, et c’est de cette manière qu’elle s’est propagée aux Isles de France et de la Réunion, où elle avait été apportée par le capitaine Augustin Baudin, frère de celui qui a commandé l’escadre destinée à faire le voyage de la Nouvelle-Hollande. Ce marin avait relaché à San-Salvador, côte du Brésil, et il avait fait connaissance avec le Dr. Camara, entretenu dans cette colonie par la cour de Portugal. Le Dr. Camara ne voulut pas le laisser partir, sans lui donner quelques plantes rares du pays ; parmi plusieurs autres, il lui donna l’aya-pana. Le capitaine Baudin, chargé de ces précieux végétaux, et jouissant par avance de tout le bien qu’il devait faire, allait faire voile pour l’Isle de France, et l’ordre du départ avait été donné pour le lendemain matin ; mais hélas ! en botanique comme en toute autre chose, tout est fragile ici bas, et les projets les mieux conçus sont souvent reversés au moment où l’on s’y attend le moins. Des poules échappées de leur cage, qu’on avit laissée ouverte par mégarde, se jettent avec avidité sur l’aya-pana, et l’ont bientôt détruite entièrement. Jugez quelle dut être la douleur du capitaine, en voyant la destruction de son précieux végétal. De quel front retourner auprès du Dr. Camara ? D’ailleurs comment aurait-il pu le faire ? L’ordre du départ  était donné pour le lendemain ; mais est-il aucun obstacle qui puisse arrêter le zèle d’un Français, lorsque l’intérêt de l’humanité est le motif qui l’anime ? Le capitaine Baudin se rappelle qu’il a vu sur la fenêtre d’un particulier un vase contenant ce végétal miraculeux. Il s’adresse aux habitans de cette maison pour se la procurer, et propose de le payer au poids de l’or ; mais on refuse ses offres, on rejette ses prières ; il projette alors de l’enlever, et pour venir à bout de son entreprise, il arrive à terre, accompagné d’un seul domestique, et la la faveur des ombres de la nuit, qui semble augmenter la profondeur de ses ténèbres pour favoriser ses projets, il parvient, à l’aide d’une perche, à arracher le vase, et à le faire tomber dans la rue ; il s’empare de la plantes, et plus content que s’il eût enlevé la toison d’or ou une nouvelle Hélène, il regagne avec précipitation son navire, et met à la voile dès qu’il fait jour ».

630Prairial an 13 [Mai 1805], (Anonyme). – Sur le Platane. 34 (V) : 118-120. « […] Cet arbre a été long-temps oublié en Europe. Le célèbre chancelier Bacon est le premier qui l’ait fait transporter en Angleterre dans les jardins de Verulam. Il n’est guères connu en France que depuis 1754, que Louis XV fit venir d’Angleterre une certaine quantité de jeunes platanes qui furent plantés aux environs de Trianon, où ils ont parfaitement réussi. Le plus ancien que l’on connusse en France est au Jardin des Plantes. Il y a 80 ans qu’il y fut mis. M. de Buffon, ainsi que lord Bacon, est le premier qui ait planté cet arbre dans ses jardins. […] ».

631Prairial an 13 [Mai 1805], (Anonyme). – Sur le Gyro-carpus volator. 34 (V) : 120-121. « Les célèbre voyageurs de l’Amérique méridionale ont trouvé dans le Sud de la Nouvelle-Espagne le gyro-carpus volator, dont la hauteur égale celle des chênes de nos forêts. Cet arbre forme un genre nouveau, qui a déjà été découvert par M. Jacquin. Mais, dans ces savantes recherches, ce botaniste n’avait encore pu venir à bout d’en apercevoir la fleur. Il paraît qu’elle est extrêmement fugace et semble vouloir dérober aux regards des curieux le spectacle de ses innocentes amours. Les nouveaux voyageurs ont été plus heureux, et sont parvenus, à force de constance, à saisir le moment où la fleur se développe. Le nom de gyro-carpus (fruit tournant), que l’on donne à cet arbre, lui vient de la disposition particulière que présente sa graine. […] ». [= Gyrocarpus americanus Jacq., volador étant le nom espagnol de cet arbre].

632Messidor an 13 [Juin 1805], (Anonyme). – Lichen sur la plante du grain. 34  (VI) : 108-109.

633Nous pensons plutôt à une maladie, la rouille, l’auteur du texte écrit : « Cette maladie de la plante est une variété de celle connue sous le nom de rouille (rubigo) ».

634Messidor an 13 [Juin 1805], (Anonyme). – Fécondation par greffe par approche et chaleur exitée par la fécondation. 34 (VI) : 109-111.  [L’auteur de la notice parle de Myristica officinalis L. (= Myristica fragrans Houtt.) et de Arum cordifolium Bory (= Alocasia macrorrhizos (L.) G. Don)].

635Thermidor an 13[Juillet 1805], (Anonyme). – Culture de la patate rouge de Philadelphie par M. Faujas de Saint-Fonds. 34 (VII) : 104-109.

636Thermidor an 13 [Juillet 1805], (Anonyme). – Vertu anti-venimeuse de l’Ayapana par M. Sieber.34 (VII) : 110-112. [Eupatorium ayapana Vent. (= Eupatorium triplinervis (Vahl) R. M King & H. Rob.].

637Thermidor an 13 [Juillet 1805], (Anonyme). – Sur les Rhus aromatique et odorant.34 (VII) : 112-115.

638[Cette notice est la reproduction de : Observations Sur les Rhus aromaticum et suaveolens. Par Turpin. Ann. Mus. Nat. Hist.Nat. 5 (1804, 502 p.] [=Rhus aromaticum Ait. et Rhus suaveolens Ait].

639Vendémiaire an 14 [Septembre 1805], (Anonyme). – Observations sur le sorbier sauvage, ou sorbier des oiseleurs, et description d’un procédé pour retirer de ses fruits une bonne eau-de-vie ; par M. Hermbstaedt. 34 (IX) : 132-135.

640Nivose an 14 [Décembre 1805], (Bibliographie) – Traité complet sur les pépinières, avec des instructions sur les terrains, pour les préparer, faire les semis de toutes les espèces, les marcottes, les boutures, mettre le plant en pépinière, le conduire, le greffer, élever les arbres, les diriger, les déplanter et les transplanter, de la manière la plus utile et la plus économique. Seconde édition, considérablement augmentée d’un catalogue d’arbres, arbrisseaux et arbustes, tant indigènes qu’exotiques, de leurs variétés et de leur culture, et de la nomenclature de tous les arbres fruitiers, de leurs espèces, de leurs variétés, même les plus nouvelles, et des caractères les plus apparens qui les distinguent sous différens rapports ; par Etienne Calvel. Avec cette épigraphe : Per varios usus, artem experianta focis, Exemplo monstrante viam…..Trois gros vol. in-12., petit-romain, avec plusieurs figures et un grand  tableau. Prix, 9 fr. franc de port, 12 fr. A Paris, chez l’auteur, rue Mâcon, près celle de St.-André-des-Arcs ; n° 6. 34 (12) : 3-6.

641Nivose an 14 [Décembre 1805], (Anonyme). – Calendrier du Jardinier, ou Journal de son travail, distribué par chaque mois de l’année, avec la manière de semer et élever les plantes potagères, d’en récolter les graines, de les conserver, et le temps de leur durée ; --- de planter les arbres à fruit, de les soigner, greffer, tailler, mettre à fruit et de les récolter ; --- de planter les fleurs et de les perpétuer ; --- de faire une pépinière, de multiplier les arbres utiles et d’agrément, de conduire les serres, etc., etc. ; avec quelques moyens sûrs de préserver toutes les plantes des différens insectes qui leur nuisent : suivi du catalogue général, par ordre alphabétique, des plantes potagères ; --- des meilleurs arbres et arbrisseaux à fruit de toutes les différentes espèces, --- de toutes les fleurs et plantes qui peuvent orner un parterre ; --- des arbres, arbrisseaux et plantes d’orangerie et de serre chaude ; enfin du catalogue des arnres et arbustes, etc., qui peuvent orner un parc ou un jardin anglais. Ouvrage utile à toutes les personnes qui veulent cultiver elles-mêmes leurs jardins, ou curieuses de pouvoir raisonner avec leurs jardiniers, suivre leurs opérations, les conseiller, etc., etc. ; publié par J. F. Bastien, auteur de la Nouvelle Maison Rustique., in-4°. Un vol. in-18 de plus de 700 pages. Paris, 1805. Prix, broché et rogné 3 fr. Franc de port, 4 fr. Chez Arthus Bertrand, libraire, quai des Augustins, n° 69. -- 1806. 34 (12) : 34-37.

642Mai 1806, (docteur Barton). – Note sur une nouvelle muscipula (Gobe-mouche; par le docteur Barton. 35 (V) : 100-104.  [= Dionaea muscipula Solander ex Ellis, 1768].

643Septembre 1806, (Anonyme). – Du ginseng d’Amérique. Extrait du voyage à l’Ouest des Monts Alléghanys ; par M. Michaux. 35 (IX) : 126-130.  « Le ginseng, nisi ou cuisses d’hommes (panax quinquefolia Lin.), se trouve en Amérique, depuis le Bas-Canada, jusque dans l’état de Géorgie, ce qui comprend une étendue de plus de cinq cents lieues ».

644Octobre 1806, (Extrait de la Gazette de la cour de Madrid). – Botanique. 35 (X) : 156-158.  [Extrait d’une lettre du 14/11/1805 de Juan Trafalla aux botanistes Ruiz et Pavon, dont il était l’élève, à Cuença en Amérique du Sud, à propos de plantes découvertes dans les montagnes de Loxa et de Jaen de Bracomoros].

645Janvier 1807, (Willemet). – Flore de Bade et d’Alsace, etc., rangée suivant le système de Linnéus, avec des figures dessinées d’après nature ; par M. Charles-Christian Gmelin, docteur en médecine, conseiller aulique du sérénissime et très-puissant électeur de Bade ; professeur public ordinaire de botanique et d’histoire-naturelle ; directeur du cabinet d’histoire-naturelle et du collège de médecine de Bade ; membre ordinaire de l’académie impériale des curieux de la nature, de celle des scrutateurs de la nature de Halle et de Suède ; de la société phytographique de Gœttingue ; de celle d’agriculture, sciences et arts du Rhin ; de l’institut botanique de Ratisbonne, et de la société minéralogique d’Iéna. Tome Ier. A Calsruhe, chez Muller. 1785. In-8° de 768 pages. 36 (I) : 95-97.

646Mars 1807, (signé J. D…….y.). – La Perce-Neige, ou le Galant d’hiver. Paris, chez Mme. Cavanach, libraire, passage du Panorama, n°5. 36 (III) : 66-69.  [Bien que cette notice bibliographique fasse référence à un recueil de poésie (signé J. D.), nous ne pouvons résister au plaisir de reprendre ce que dit l’auteur (qui n’avait certainement pas de grandes notions en botanique) à propos du Perce-neige] : « Ce titre paraîtra sans doute un peu bizarre à ceux qui ne savent pas que la Perce-Neige est une espèce de violette qui fleurit en février, et fait l’ornement des parterres dans la saison la plus triste de l’année.». [Le Perce-neige (Galanthus nivalis L.) est une monocotylédone, de la famille des Amaryllidaceae].

647Juin 1807, (C L Cadet). – Observations sur le thé ; par C. L. Cadet, pharmacien de l’empereur. 36 (VI) : 152-171.

648Juillet 1807, (Anonyme). – Sur la conservation des propriétés diverses dans les végétaux, et leur analyse chimique, article communiqué par M. Jolyclerc. 36(VII) : 91-101.

649Août 1807, (Sonnini). – Des usages économiques de l’épi d’eau ou potamot marin en particulier, et des potamots en général ; par Sonnini. 36 (VIII) : 138-140. « L’épi d’eau, ou potamot marin (potamogeton getan marinum Linn.), est une plante herbacée et bisannuelle, qui fait partie des quatorze espèces connues dont est formé le genre desépis d’eau ou potamots, en latin tiré du grec, potamogeton, mot qui signifie voisin des eaux ». [= Potamogeton filiformis Persoon].

650Septembre 1807, (Sciences et Arts). –  Essai sur la question de savoir quelles sont les meilleures et les plus mauvaises plantes qui poussent d’elles-mêmes dans les prés, soit des plaines, soit des montagnes et particulièrement dans celles du Piémont ; par M. le docteur Charles Giulio, membre du collège de médecine, de la société d’agriculture de Turin. 36(IX) : 89-108.

651Octobre 1807, (Sciences et Arts). – Sur la conservation des propriétés diverses dans les végétaux, et sur leur analyse chimique, article communiqué par M. Jolyclerc. 36 (X) : 121-129.

652Octobre 1807, (Nécrologie). –  M. Wilmet [lire Willemet]. 36 (X) : 184-185.

653« M. Wilmet, est mort le 10 juillet dernier [lire le 21], était né à Hornoy [lire Norroy], en 1736 [lire 1735]. Il vint de bonne heure se fixer à Nancy, ville où les savans et les gens de lettres ont toujours trouvé des ressources utiles. Ce fut là qu’il prit le goût de la botanique, qu’il a cultivée depuis avec tant de succès. […]. Ces ouvrages firent à M. Wilmet une réputation distinguée en France et dans l’étranger. Cette réputation lui valut l’honneur d’être admis dans presque toutes les sociétés savantes de l’Europe ; et celui de donner son nom aux plantes nouvelles que les savans ont découvertes de son temps, hommage qu’on n’a jamais rendu qu’aux hommes illustres dans toutes les classes ».

654Novembre 1807, (Biot, de l’institut national). – Voyage de Humboldt et Bonpland ; 1er volume, contenant un essai sur la géographie des plantes, et le tableau physique des régions équinoxiales ; avec une planche. 36(XI) : 3-12.

655Novembre 1807, (Anonyme). –  Essai sur la question de savoir quelles sont les meilleures et les plus mauvaises plantes qui poussent d’elles-mêmes dans les prés, etc. ; par M. le docteur Charles Giulio. (Fin). 36 (XI) : 69-90.

656Suite et fin de Septembre, p. 89-108.

657Novembre 1807, (Anonyme). – Belle collection de morceaux d’histoire naturelle formée par M. Wolff. 36 (XI) : 96-99.  [Cet article fait référence aux pertes subies par J. L. Wolff, naturaliste et marchand de minéraux, lors de l’incendie de la ville de Spa du 21 août 1807, et à son désir de publier, par souscription, sa carte géologique et synoptique du département de l’Ourte et pays circonvoisins (gravée par Jehotte)].

658Mars 1808, (Anonyme). – Voyage aux Indes-Occidentales et à la Chine, fait par ordre de Louis XVI, depuis 1774 jusqu’en 1781 ; dans lequel on traite de mœurs, de la religion, des sciences et des arts des Indiens, des Chinois, des Pégouins et des Madégasses ; suivi d’observations sur le Cap-de-Bonne-Espérance, les Isles-de-France et de Bourbon, les Maldives, Ceylan, Malacca, les Philippines et les Moluques, et de recherches sur l’histoire naturelle de ce pays, etc. ; par M. Sonnerat, correspondant de l’institut de France. Edition faite sur le manuscrit autographe de l’auteur, augmentée d’un précis historique sur l’Inde, depuis 1778 jusqu’à nos jours, de notes et de plusieurs mémoires inédits ; par M. Sonnini. Premier extrait. 37 (III) : 101-114.

659Juin 1808, (C. L. Cadet). – Le Thé est-il plus nuisible qu’utile ? ou Histoire analytique de cette plante, et moyens de la remplacer avec avantage ; par C. L. Cadet, pharm. ord. de l’empereur et roi, etc., etc., etc., etc. 37 (VI) : 112-119.

660Juin 1808, (Anonyme). – Vues générales sur quelques végétaux exotiques dont la culture, introduite en France, offrira de nouvelles branches de commerce ; lues en 1789 dans une des séances de la société d’agriculture de Paris, et présentée de nouveau à cette compagnie, le 6 avril 1808 ; par M. Parmentier, membre de l’institut et de la légion d’honneur. 37 (VI) : 120-137.

661Juillet 1808, (C. L. Cadet). – Le Thé est-il plus nuisible qu’utile, ou Histoire analytique de cette plantes, et moyens de la remplacer avec avantage. Par C.-L. Cadet, Pharm. Ord. de l’empereur et roi, etc. (Suite). 37 (VII) : 121-133.

662Octobre 1808, (C. S. Sonnini). – Traité de l’Arachide, ou Pistache de terre, contenant la description, la culture, les usages de cette plante, avec des observations générales sur divers sujets. Par M. C. S. Sonnini. Brochure in-8° de 87 pages. Paris, chez Colas, rue du Vieux Colombier, n° 26. 37 (X) : 27-32.

663Décembre 1808, (Duchanoy). – Traitement proposé contre les terribles effets des champignons. 37 (XII) : 122-128.  [Lettre signée Duchanoy, D. M., membre de la Commission administrative des hospices de Paris].

664Janvier 1809, (de Neufchateau François). –  Découverte d’une nouvelle propriété du Robinier (Pseudo-Acacia). 38 (I) : 142-149.

665Juillet 1809, (Bibliographie). – Introduction à la connaissance de l’agriculture belge ; par J. N. Schwerz, Halle, 1807. 38 (VII) : 3-29.

666Juillet 1809, (Marcartan D. M.). –  Réflexions sur les propriétés de la valériane sauvage. 38 (VII) : 110-113.

667Juillet 1809, (Conseil de salubrité). – Instruction sur les champignons. 38 (VII) : 113-123. [Cet article est signé par : Permentier, Deyeux, Thouret, Huzard, Leroux, Dupuytran, C. L. Cadet, membres composant le conseil de salubrité, donne une liste de : ] « Bons champignons et Mauvais champignons, ainsi que les Accidens causés par les champignons et les symptômes qui apparaissent après l’injestion de champignons toxiques et des remèdes à prendre en cas d’intoxication ».

668Juillet 1809, (de Burtin Fr.-Xav.). – L’inutilité des jachères, démontrée par l’expérience, et sur-tout par la culture des pays de Waes et de Termonde (I). 38 (VII) : 204-219. « (I) Ce mémoire fut lu et généralement applaudi le 2 avril 1792, à l’Académie I. et R. de Bruxelles, et l’impression en fut résolue pour le 6me. Volume de ses actes, qui n’a pas été imprimé ».

669Août 1809, (Roxburg W.). – Description botanique et économique de l’arbre appelé Bassia butyracea, ou l’arbre à beurre des Indes orientales, et comparaison avec d’autres arbres du même genre ; par W. Roxburgh. 38 (VIII) : 115-124.

670Septembre 1809, (Schwerz J. N.). – Introduction à la connaissance de l’agriculture belge ; par J. N. Schwerz. Suite. 38 (IX) : 86-112.

671Décembre 1809, (de Serres M.). – Notice sur les jardins de botanique de Vienne,par Marcel de Serres, inspecteur des arts, sciences et manufactures de Paris. 38 (XII) : 170-178.

672Janvier 1810, (Jondot). – Sur l’étude de la botanique. 39 (I) : 142-158. [Long article, signé par Etienne Jondot, journaliste].

673Avril 1810, (Malte-Brun C.). – Sur le platane d’Orient. 39 (IV) : 187-194.  Histoire du platane d’Orient, objet de la vénération des Orientaux depuis des temps immémoriaux.

674Mai 1810, (Sciences et Arts). – Coup-d’œil sur l’état présent de l’anatomie et de la physiologie végétales ; lu dans la séance publique de la classe des sciences physiques et mathématiques de l’institut, le 2 Janvier 1810, par M. Mirbel, membre de la classe. 39 (V) : 145-159. « Avant d’exposer l’état actuel d’une science, il faut porter ses regards en arrière, et considérer quels furent son origine, sa marche, ses écarts et ses progrès. Les monumens littéraires de l’antiquité prouvent que Théophraste est le premier qui ait parlé du règne végétal en philosophe et en naturaliste. L’étude des plantes, dit-il, embrasse leurs formes extérieures, leur organisation interne, et les phénomènes de leur végétation. Sans doute il est impossible d’indiquer avec plus de justesse le but qu’on doit se proposer dans cette étude ; mais Théophraste manquait de faits pour appuyer sa doctrine, et le génie ne peut suppléer à l’observation. […] ».

675Mai 1810, (Anonyme). – Extrait d’un mémoire sur l’analyse végétale et animale, par MM Gay-Lussac et Thénard, lu à la séance de la première classe, le 15 Janvier 1810. 39 (V) : 160-175.

676Juin 1810, (Anonyme). – Apperçu sur l’origine des plantes céréales, et leur introduction dans le continent Européen ; par M. A. Dureau de la Malle. 39 (VI) : 170-176. « Si l’origine des plantes alimentaires répandues aujourd’hui dans les cinq parties du monde, est enveloppée de profondes ténèbres ; si , à travers la nuit des temps, il est difficile de découvrir l’aurore de la civilisation européennne qui tient essentiellement à l’introduction et à la culture des plantes céréales, cette époque cependant présente un si grand intérêt, et a eu une si grande influence sur le bonheur de la société, que cet apperçu ne sera peut-être pas jugé tout à fait inutile. Quant à moi, je m’estimerai trop heureux s’il réussit à appeler sur ce sujet l’attention des savans botanistes dont la France s’honore, et s’il peut jetter quelques faibles lumières sur cette partie de l’histoire des plantes, de l’agriculture et de la civilisation ».

677Août 1810, (signé Y.). – La Botanique historique et littéraire, contenant tous les traits, toutes les anecdotes, et les superstitions relatives aux fleurs, dont il est fait mention dans l’histoire sainte et profane, et des détails sur quelques plantes singulières, ou qui portent les noms de personnages célèbres, et sur celles qui servent aux cultes religieux et dans les cérémonies civiles des divers peuples, et des sauvages ; avec les devises, les proverbes, etc. auxquels les végétaux ont donné lieu ; suivie d’une nouvelle intitulée : les Fleurs ou les Artistes ; par madame de Genlis. Un vol. in-8o. Prix, 5 fr., et 6 fr. 50 c. par la poste. A Paris, chez Maradan, libraire, rue des Grands – Augustins, n° 9, vis-à-vis celle du Pont-de-Lodi. 38 (VIII) : 73-81.

678Mars 1811, (Anonyme). – Résumé des découvertes les plus récentes sur la germination ; lu dans la séance publique du 7 janvier 1811, par M. Mirbel, membre de la classe des sciences de l’institut. 40 (III) : 187-199.

679Mai 1811, (Bibliographie). – Analyse du rapport historique sur les progrès des sciences naturelles, depuis 1789, et sur leur état actuel ; présenté à S. M. l’Empereur et Roi, en son Conseil-d’état, le 6 Février 1808, par la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, conformément à l’arrêté du gouvernement de 13 Ventôse an I0 ; rédigé par M. Cuvier, secrétaire perpétuel de la classe pour les sciences physiques. –– Imprimé par ordre de S. M. –– Paris, de l’imprimerie impériale. – 1810. 40 (III) : 3-74.

680Juin 1811, (Palisot de Beauvois A. M. F. J.). – Flore d’Oware et Benin en Afrique ; par A. M.F. J. Palisot de Beauvois, membre de l’institut, etc. Premier volume in-folio, avec 60 planches, et les deux premières livraisons du second volume (de 1804 à 1810). A Paris, de l’imprimerie de Fain jeune et compagnie. 40 (VI) : 21-33.

681Juin 1811, (Decandolle A. P.). – Le Botaniste Cultivateur, ou Description, culture et usage de la plus grande partie des plantes étrangères, naturalisées, et indigènes, cultivées en France, en Autriche, en Italie et en Angleterre, rangées suivant la méthode de Jussieu ; par G. L. M. Du Mont de Courset, ancien capitaine de cavalerie, membre correspondant de l’institut de France, des académies des sciences de Rouen et d’Amiens, des sociétés d’agriculture de Paris, d’Evreux, des sociétés des sciences et des arts de Lille et d’Abbeville.Seconde édition, entièrement refondue et considérablement augmentée. Six volumes in-8°, de plus de 600 pages chacun, imprimés sur carré fin d’Auvergne, et ornés du plan des jardins de l’auteur. Les 6 vol. brochés, 42 fr., et 54 fr. franc de port. –– A Paris, chez Déterville, libraire, rue Hautefeuille, n° 8. 40 (VI) : 52-58.

682Juillet 1811, (Desvaux N. A.) – Plantes de la France décrites et peintes d’après nature par M. Jaume Saint-Hilaire. Quatre vol. grand in-8°. Ornés de 400 planches imprimées en couleur et terminées au pinceau. Prix, 425 fr. A Paris, chez l’auteur, rue des Fossés Saint-Victor, n° 19. 40 (VII) : 77-81.

683Août 1811, (C. P. de Lasteyrie). – Sur la culture du riz en France ; par C. P. de Lasteyrie. 40 (VIII) : 135-156.

684Août 1811, (Anonyme). – Remarques sur l’histoire et l’usage du tabac, tirées du Medical and physical journal de Londres. 40 (VIII) : 157-185.

685Septembre 1811, (Anonyme). – Remarques sur l’histoire et l’usage du tabac,etc. (suite). 40 (IX) : 126-158.

686Février 1812, (Anonyme) – Analyse des travaux de la classe des sciences mathématiques et physiques de l’institut impérial, pendant l’année 1811. Physiologie végétale et botanique. 40 (II) : 191-204. « Notre confrère, M. Palisot de Beauvois, a communiqué à la classe le résultat d’une expérience propre à étendre les idées que l’on se fait de la marche de la sève. […] ».

687Mars 1812, (Malte-Brun). – Extrait d’un voyage inédit, agricole, botanique et pittoresque dans les Landes, par M. de Saint-Amans. 40 (III) : 207-215.

688Avril 1812, (Calvel). – Second Voyage de Pallas, ou Voyages entrepris dans les gouvernemens méridionaux de l’empire de Russie, pendants les années 1793 et 1794 ; par M. le professeur Pallas ; traduit de l’allemand par MM. De la Boullaye, docteur en médecine de la faculté de Gœttingue, et Tonnelier, membre de la société d’histoire naturelle et philomanique de Paris, conservateur du cabinet de minéralogie de l’école des mines. Quatre vol. in-8°, avec vingt-huit vignettes, et un atlas in-folio de cinquante-deux planches. Prix, 50 fr. et 60 fr. franc de port par la poste. A Paris, chez Guillaume, imprimeur-libraire, place Saint-Germain-l’Auxerrois, n°. 41. 41 (IV) : 3-23.

689Août 1812, (Anonyme). – Notice sur un arbre à sucre découvert en Espagne. 41 (VIII) : 124-30.  [Il s’agit ici de l’arbousier, Arbutus unedo L.].

690Août 1812, (Lettre signée T. Barety D. M.). – Lettre sur un moyen de remplacer le café par le buis. 41 (VIII) : 130-133.

691Octobre 1812, (A. Thiébaut-de-Bernaud). – Eloge historique de C. S. Sonnini-de-Manoncourt, célèbre naturaliste et voyageur ; par Arsenne Thiébaut-de-Bernaud, de plusieurs académies. Avec cette épigraphe : La familiarité que j’eus avec Lui et l’assistance qu’il fit à ma jeunesse, m’obligent à épouser son honneur. Montaigne, Essais, liv. II, chap. 33. 41 (X) : 69-83. [Nous pouvons lire, p. 83 : « Quelques amis suivirent sa dépouille mortelle. Elle allait être jetée dans la tombe commune, lorsqu’un d’eux proposa d’en élever à Sonnini une à leurs frais. Cette proposition est acceptée et Sonnini repose dans le cimetière de l’est, vulgairement appelé la maison du Père la Chaise. Un saule pleureur ombrage son tombeau environné des végétaux qu’il aimait ou qu’il cultiva. A la suite de ses noms, de la date de sa naissance, de celle de sa mort, se lit cette inscription. Ses découvertes en histoire naturelle le rendirent l’ami, le collaborateur et le continuateur de Buffon. Voyageur intrépide, il visita l’Amérique méridionale, l’Egypte, la Grèce, la Moldavie et la Valachie. Il signala son séjour à Cayenne par l’ouverture d’un grand canal qui porte son nom. Il introduisit en France la culture de plusieurs végétaux utiles. Né riche, il fut constamment homme de bien, toujours utile aux lettres et aux sciences. Bon ami, bon époux, bon père, et mourut pauvre ».

692Mai 1813, (Anonyme). –  Sur J. J. Rousseau. 42 (V) : 173-179.  [Détails sur la vie de Jean Jacques Rousseau, depuis son entrée à Paris le 17 décembre 1765, avec des extraits de son journal du 9 au 18 novembre 1765].

693Février 1814, (Anonyme) – Physiologie végétale et botanique. 44 (II) : 198-208. [Article concernant le phénomène de la chute des feuilles en automne].

694Février 1814, (Anonyme). – Botanique. 44 (II) : 208-213.  [Dans cette notice, il est question des champignons parasites des racines des plantes. Il y est fait allusion aux botanistes De Candolle, Persoon, Hedwig, etc.].

695Juin 1814, (Fournier). – Flore médicale, décrite par F P Chaumeton, D. M., peinte par Mme. E. P…. [Panckoucke] et par P. J. Turpin ; ouvrage entièrement neuf, 1re. et 2e. livraison. A Paris, chez Panckoucke, éditeur. 44 (VI) : 3-10.

696Août 1814, (Anonyme). – Relation d’une visite à J. J. Rousseau, tirée des manuscrits du prince de Croy. Année 1772. 44 (VIII) : 229-235.  [L’auteur relate les détails de sa visite et la conversation sur un futur ouvrage de botanique, qu’il entretint avec Jean-Jacques Rousseau, à Paris, le 28 mars 1772].

697Septembre 1814, (Sainte-Marie E.). – Notice historique sur M. Jean-Emmanuel Gilibert, médecin à Lyon ; par E. Sainte-Marie, docteur en médecine, membre de l’académie de Lyon et de plusieurs autres sociétés savantes et littéraires.44 (IX) : 183-207.

698Novembre 1814, (Fournier). – Flore du dictionnaire des sciences médicales, 3e et 4elivraisons. In-8o. A Paris, chez Panckoucke, rue Serpente, n° 16. 44 (XI) : 45-47.

699Novembre 1814, (Nécrologie). – Adrien de Lezay-Marnésia, préfet du Bas-Rhin. 44 (XI) : 243-245.

700Juin 1817, (Ourry). – Herbier général de l’amateur, contenant les figures faites et coloriées d’après nature de tous les végétaux utiles ou agréables, avec l’histoire et la description de chaque plantes, etc., par feu M. Mordant de Launay, auteur du Bon Jardinier, continué par M. Loiseleur-Deslongchamps, D. M. et membre de plusieurs sociétés savantes et étrangères. 47(VI) : 69-73.

701Août 1817, (Tessier). –  Élémens de Physiologie végétale et de Botanique ; parC. F. de Mirbel, de l’Institut. Deux vol. in-8°, ensemble de 624 p., sans l’explication des planches et la table des mots techniques. A Paris, chez Magimel, libraire, rue de Thionville, n° 9, imprimerie de Firmin Didot. 47 (VIII) : 55-66.

702Août 1817, (Analyse et extraits. Botanique). – Dictionnaire des sciences naturelles, dans lequel on traite méthodiquement des différens êtres de la nature, considérés soit en eux-mêmes d’après l’état actuel de nos connaissances, soit relativement à l’utilité qu’en peuvent retirer la médecine, l’agriculture, le commerce et les arts ; suivi d’une biographie des plus célèbres naturalistes, par plusieurs professeurs du jardin du roi, et des principales écoles de Paris. Vol. in-8o. (7ème), Paris et Strasbourg, F. G. Levrault, éditeur. 47 (VIII) : 67-73.

703« Ce grand ouvrage, qui se recommande par les noms de ses collaborateurs, parmi lesquels on remarque ceux de MM. Cuvier, Brogniart, Lacepède, Mirbel, Deslongchamps, Duméril, de Lamarck, de Jussieu, Coquebert-Mombret, Tessier, etc., a été commencé en 1806. Poussé jusqu’au sixième volume, le travail s’était tou-à-coup ralenti ; l’ouvrage paraissait suspendu ou ajourné indéfiniment. […] ».

704Septembre 1817, (Jouy). –  Les Roses ; Par P. J. Redouté, 1re et 2e(Paris 1817, I vol. in-8o.) 47 (IX) : 39-43.

705Septembre 1817, (M. M.). Nouveau Voyage dans l’Empire de Flore, ou Principes élémentaires de botanique, suivant la méthode du Jardin du Roi ; par J. L. A. Loiseleur Deslongchamps, docteur en médecine de la Faculté de Paris, membre de plusieurs Sociétés savantes, nationales et étrangères. Paris, 1817, 2 parties en 1 vol. in-8°. 47 (IX) : 44-47.

706Octobre 1817, (Stackhouse). – Moyen de conserver des plantes dans les herbiers.47(X) : 42-43. [L’auteur, John Stackhouse, membre de la société linnéenne, donne ici, des préparations à base d’alun et de sel marin pour préserver la couleur des plantes lors de leur mise en herbier].

707Octobre 1817, (Economie domestique). – Solanum papa. 47 (X) : 58-59.  [Annonce de la découverte, en 1809, de Solanum papa [= Solanum valenzuela DC.], par Dom Eloy Valenzuela, de Bucamara (près de Bogota, Colombie) sur les rives du Malavé, et nommé Solanum valenzuela par A. P. de Candolle. (voir Palacio, 1816, p. 343 ; Cadet C. L., 1816, pp. 513-514)].

708Octobre 1817, (Anonyme). – Moutarde en usage chez les Indiens pour manger les champignons. 47 (X) : 93-96. « Tous les écrivains géoponiques ont dit que les champignons préjudicient essetiellement à la santé, autant par l’abus que l’on en fait, que par les qualités nuisibles qui leur sont inhérentes. Chaque jour la liste effrayante des nouveaux exemples d’empoisonnement confirme cette vérité, et cependant le goût de la bonne chère, ou pour mieux dire l’habitude de la sensualité, recherche toujours ce végétal dangereux, avec une sorte d’avidité qui tient de la frénésie : il entre dans presque tous les ragoûts ; c’est l’aliment le plus délicat des gastronomes de Paris et même des départemens. […] Les Italiens, principalement les Toscans et les Apuliens, en font un fréquent usage ; et, chose remarquable, il est très-rare qu’ils en soient incommodés. Ils ont une manière particulière de les apprêter qui leur fait perdre la majeure partie de leurs qualités nuisibles, et les rend moins indigestes : ils font d’abord macérer les champignons à l’eau fraîche, dans laquelle on jette une poignée de muriate de soude (gros sel), puis ils leur donnent une légère cuisson ; ils les mangent ensuite avec une sauce blanche qu’ils appellent mostardabianca. Cette sauce se fait avec des amandes pelées et des gousses d’ail qu’on pile dans un mortier avec un peu d’eau : l’on y jette de l’huile d’olive en petite quantité, du poivre concassé, du jus de citron, et l’on donne au tout la consistance de la moutarde. Les pauvres gens ont une sauce plus simple, moins chère, et tout aussi bonne. Ils préparent tous leurs ragoûts de champignons avec des gousses d’ail qu’ils écrasent soigneusement, et mêlent avec du gros sel, de l’huile d’olive, et quelques gouttes de vinaigre blanc : cette méthode est la plus générale. Dans plusieurs cantons, on fait simplement cette sauce avec un verre de vin, de l’oignon et du poivre. ».

709[Nous savons maintenant combien il peut être dangereux de se fier aux « trucs » pour soi-disant reconnaître les bons et les mauvais champignons : la seule façon efficace de ne pas s’empoisonner est de bien apprendre à déterminer les bons et les mauvais champignons, soit de faire confiance à des mycologues avertis !].

710Novembre 1817, (Thiébaut de Berneaud A.). – Dictionnaire raisonné de botanique ; par Sébastien Gérardin et N. A. Desvaux ; un gros vol. in-8°. 47 (XI) : 17-26.

711Décembre 1817, (Thiébaut de Berneaud A.). – Atlas botanique, ou Clef du jardin de l’univers, d’après les principes de Tournefort et de Linnée réunis ; par M. Lefébure. Un vol. in-8°. 47 (XII) : 20-24.

712Décembre 1817, (Thiébaut de Berneaud A). – Herbier général de l’amateur ; par feu Mordant de Launay, continué par M. Loiseleur-Deslongchamps, avec figures peintes d’après nature par M. P. Bessa. 47 (XII) : 26-28.

713Janvier 1818, (Thiébaut de Berneaud A.). –  Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des Pyrénées, et des pays adjacens ; par M. Palassou, correspondant de l’Institut national. –– I vol. in-8°, XVJ et 488 pages. Pau, 1815 ; Paris, chez Barrois, aîné, libraire, rue de Savoie ; n° 13. 48 (I) : 36-43.

714Janvier 1818, (Tellier - Ext. du Journ. des savans.).  – Discours sur l’état ancien et moderne de l’agriculture et de la botanique dans les Pays-Bas, prononcé par M. Ch. Van Hultem, président de la société royale d’agriculture et de botanique, et un des directeurs du jardin botanique de la ville de Gand, lors de la distribution des prix, à la salle ordinaire des séances de la société, à l’époque du salon d’exposition de fleurs, le dimanche 29 juin 1817 ; avec cette légende : Cereri, Pomonae Floraeque sacr. In-8°. De 70 pages. A Gand, chez P. Fr. de Goesin – Verhaege, imprimeur de la société, rue Haute- Porte, n° 37, année 1817. 48 (I) : 44-46. « L’auteur, voulant justifier l’établissement d’une société d’agriculture à Gand, où il assure qu’il y a autant d’amateurs de plantes que d’habitans, […] Ne connaissant rien de positif antérieurement à la conquête de la Belgique par Jules César, M. van Hultem part de cette époque pour faire l’histoire de l’agriculture et de la botanique dans ce pays. […] Parmi les botanistes célèbres qu’a produits cette partie de l’Europe, M. van Hultem cite De l’Obel, Dodonée, Langius, de l’Ecluse, connu sous le nom de Clusius ; Rumphius, Burman ; Jacquin, qui fut appelé en Autriche pour diriger les jardins de Scoenbrun ; Herman ; Sterbech, Poëderlé, plutôt agriculteur que botaniste, etc. ».

715Février 1818, (Thiébaut-de-Bernaud, Rédact. De la Biblioth. Physico-Economique).Des Forêts de la France ; leurs rapports avec les climats, la température et l’ordre des saisons ; avec la prospérité de l’agriculture et de l’industrie ; suivis de quelques considérations sur leur aliénation ; par le baron Rougier de la Bergerie, ancien préfet, etc. – 1 vol. in-8°. De 372 pages. Paris, 1817, chez Arthus Bertrand, lib. – Prix, 5 fr., et 6 fr. 50 c. par la poste. 48 (II) : 34-39.

716Avril 1818, (Anonyme). – Regni vegetabiles Systema naturale ; sive Ordines, Genera et Species plantarum secundum methodi naturalis normas disgistarum et descriptarum. Auctore Aug. Pyram. Decandolle. Volumen primum : sistens prolegomena et ordines quinque nempe Ranunculaceas, Dilleniaceas, Magnoliaceas, Annonaceas et Menispermeas. Parisiis sumptibus sociorum  Treuttel et Wurtz, rue de Bourbon, n° 17. Venitque in corumdem bibliopolis Argentorati et Londini 1818. 48 (IV) : 41-43.

717Avril 1818, (Thiébaut de Berneaud A.). – Nomenclature raisonnée des espèces, variétés et sous-variétés du genre rosier, observées au jardin des plantes, dans ceux de Trianon, de Malmaison, et dans les pépinières des environs de Paris ; par M. Aug. De Pronville, in-8°. De 120 pag. Paris, 1818, chez Mad. Huzars. Prix 2 fr. 50 cent. ; et 3 fr. par la poste. 48 (IV) : 43-46.

718Liste des personnes citées dans le texte pour lesquelles nous avons pu trouver quelques renseignements biographiques

719Abercrombie John. Prestonpans (Ecosse) 8/5/1726 - Londres 30/4/1806.

720Horticulteur et agronome. Fils d’un jardinier des environs d’Edimbourg, ayant des connaissances étendues en botanique. Professeur de botanique à l’université de Cambridge. Il a également travaillé au Jardin royal de Kew. L’art des jardins doit beaucoup à ses travaux et ses écrits. Il est notamment l’auteur de : Que chacun soit sonpropre jardinier, ou Almanach du jardinier, auquel Thomas Mawe associa son nom afin de la recommander au public. Tout laisse à penser que Thomas Mawe ne soit que le pseudonyme de John  Abercrombie !

721Adanson Michel. Aix-en-Provence 7/4/1727 - Paris 3/8/1806.

722Botaniste, naturaliste et philosophe français.

723Aiton William Towsend. Près de Hamilton, en Ecosse en 1731 - Londres 2/2/1793.

724D’abord simple jardinier, il s’éleva bientôt au dessus de son état par les con-naissances qu’il acquit en botanique, et fut nommé directeur des jardins du roi d’Angleterre à Kew, près de Londres. Il est l’auteur de la première édition du célèbre Hortus Kewensis.

725Albanis de Beaumont Jean-François. Bissy (près de Chambéry) 1755 - Sixt 27/11/1811.

726Naturaliste, géographe, ingénieur, antiquaire, artiste peintre et agronome savoyard. Membre de la Société royale de Londres.

727Amoreux Pierre Joseph. Beaucaire (Gard) 26/2/1741 - Montpellier fin décembre 1824.

728Médecin et naturaliste français, ancien élève de Gouan.  Bibliothécaire de la Faculté de médecine et professeur d’histoire naturelle à l’école centrale de Montpellier. Auteur de nombreux ouvrages sur la médecine, l’agriculture, l’entomologie, la botanique (lichens, champignons), et autres sujets d’histoire naturelle.

729Andriveau Léonard. La Charité (Nièvre) vers 1778 - Paris 7ème  8/4/1862.

730Notaire à Saint-Pourçin-sur-Sioule (Allier), puis en 1820, il est nommé chef de service de l’Intérieur au Ministère des Affaires étrangères.

731Ansiaux Emmanuel Antoine Joseph. Liège 1/1/1761 - Munster (Allemagne) 27/2/1800.

732Jurisconsulte, littérateur et conseiller du prince-évêque de Liège, Constantin de Hoensbroech, il collabora activement à la publication de l’Esprit des Journaux, de 1781 à 1789. Forcé de s’expatrier en 1794, il se retira en Allemagne ou il obtint, durant son exil, le titre d’historiographe de l’Ordre noble de Saint-Hubert et fut Conseiller ordinaire de S. A. la princesse de Wurtemberg.

733Arduino Pietro. Caprino (près Vérone) 18/7/1728 - Padoue 13/4/1805.

734Botaniste italien. Professeur d’agriculture et directeur du jardin agricole à Padoue.

735Atwood Thomas. Lieu et date de naissance inconnus - Prison de King’s Bench (Londres) 27/5/1793 (a un âge avancé). Chef juge de l’île de la Dominique et ensuite aux Bahamas. Ecrivain sur l’économie et l’histoire, dont : History of the Island of Dominica (1791).

736Bäck  (ou Baeck) Abraham. Hudwichwald (Suède) 14/10/1713 - Stockholm 15/3/1795.

737Il étudia les belles-lettres, la physique, la botanique et les sciences médicales à Upsala (1739).Désirant parfaire ses connaissances, il parcourut successivement les Pays-Bas, l’Angleterre, l’Allemagne et la France ou il résida deux ans à Paris. De retour en son pays, il devint professeur d’anatomie (1747) à Stockholm et médecin du roi de Suède (1749). Membre de l’Académie des sciences de Stockholm et de la plupart des Académies de l’Europe. Fidèle ami de Linné, ce dernier lui dédia le genre Baeckea de la famille des Myrtaceae.

738Bacon Nicholas. Chislehurst 28/12/1509 - Gorhamburg 20/2/1579.

739C’est à lui que l’on attribue la première introduction (1561) du Platane en Angleterre. Le premier, il fit planter cette essence dans ses jardins de Vérulam.

740Balbis Jean-Baptiste. Moretta (prov. de Cueno, Italie) 17/11/1765 - Turin 12/2/1831.

741Botaniste piémontais. Professeur de botanique et directeur du Jardin botanique de l’Université de Turin.

742Banks Joseph (Sir). Londres 13/3/1743 - Londres 19/6/1820.

743Naturaliste et botaniste anglais, il participa au premier voyage (1768-1771) de James Cook autour du monde.

744Barety Toussaint. La Piarre (Basses-Alpes) 1/11/1752 - La Piarre 25/1/1813.

745Médecin et maire (1805-1808) de La Piarre. Le décès de son frère l’ayant fait hériter d’un petit domaine à La Piarre, il abandonna la médecine pour se consacrer entièrement à l’agriculture, avec comme distraction à ses travaux champêtres, la rédaction de mémoires sur des questions agricoles, qu’il adressa à la Société d’émulation des Hautes-Alpes, dont il était membre.

746Barrelier Jacques. Paris en 1606 - Paris 17/9/1673.

747Moine dominicain, naturaliste, botaniste. Il a consacré ses loisirs à l’étude de la botanique ; il a visité le Languedoc, la Provence, l’Espagne et l’Italie, y séjournant, à Rome durant 23 ans et y créant le Jardin des plantes du couvent de Saint-Xyste. Il avait préparé un manuscrit, que la mort ne lui a pas permis d’éditer, sur les plantes du midi de l’Europe, de plus, ses archives furent détruites dans un incendie. Toutefois les planches gravées sur cuivre furent sauvées et publiée par Antoine de Jussieu, le frère de Bernard.

748Barton Benjamin Smith. Lancaster (Pennsylvanie) 10/2/1766 - New York 19/12/1815.

749Médecin, botaniste et zoologiste américain. Professeur de botanique et d’histoire naturelle à l’Université de Philadelphie. Fondateur et premier président de la Philadelphia Linnean Society. Il a publié, en 1803, le premier manuel de botanique américain, Elements of Botany.

750Bartram William. Kingsessing (Pennsylvanie) 20/4/1739 - Kingsessing 22/7/1823.

751Naturaliste américain, fils de John Bartram (1699-1777) il explora la Floride, la Géorgie la Caroline du Nord et du Sud.

752Bastien Jean-François. Paris 14/6/1747 - Paris en 1824.

753Homme de lettres, libraire-éditeur et polygraphe français. Agronome. Auteur d’oùvrages et de compilations botaniques et agronomiques, dont la « Nouvelle Maison Rustique ».

754Batsch August-Johann-Georg Karl. Iéna 28/10/1761 - Iéna 29/9/1802.

755Docteur en médecine, professeur d’histoire naturelle à Iéna, écrivain et botaniste allemand. Il fonde, en 1790, un Jardin botanique à Iéna. Il a acquis une grande notoriété en mycologie et est l’auteur de nombreux ouvrages d’histoire naturelle (botanique, mycologie, zoologie, minéralogie, géologie).

756Baudin Augustin. Saint-Martin de Ré en 1758 - Saint-Martin de Ré 14/1/1821.

757Capitaine de marine, négociant et botaniste amateur, qui transporta l’Ayapana, obtenu par Câmara, du Brésil à l’Ile de France et à la Réunion en 1797. Auteur d’un mémoire de 6 feuillets (Mn n° 192, de A.-L. de Jussieu). Il était le frère du Capitaine de marine Nicolas Baudin (1754-1803), chargé d’un voyage autour du monde.

758Beauharnais Joséphine de. Trois-Ilets (Martinique) 23/6/1763 - Rueil-Malmaison 29/5/1814.

759Née Marie-Joseph-Rose de Tascher de la Pagerie, veuve de Alexandre de Beauharnais (guillotiné en 1794), épouse divorcée de Napoléon Bonaparte. Impératrice des Français, de 1804 à 1809, passionnée de botanique, elle a contribué à introduire de nombreuses espèces de plantes exotiques en France.

760Bellardi Carlo-Antonio-Ludovico. Cigliano (Piemont, Italie) 30/7/1741 - Turin 4/5/1826.

761Docteur en médecine et botaniste italien. Professeur de botanique à Turin. Elève de Carlo Allioni (1728-1804) et son assistant au Jardin botanique de Turin, ou son herbier est conservé. Il fut un explorateur passionné de la flore du Piémont et de la Savoie.

762Bergius Bengt. Lifvered 2/9/1723 - Stockholm 28/10/1784.

763Historien, antiquaire, botaniste, mycologue et ptéridologue suédois. Etudiant et correspondant de Linné. Fondateur (1791) avec son frère Peter Jonas d’un Jardin botanique privé. Membre (1766) et ensuite président (1780) de l’Académie royale des sciences de Suède.

764Bergius Peter-Jonas. Erikstad 6/7/1730 - Stockholm 10/7/1790.

765Botaniste et ptéridologue suédois. Elève, mais ex disciple de Linné (les deux hommes étaient en froid et, selon les déclarations du maître, « il ne pouvait y avoir deux soleils dans un même ciel »). Professeur (contre l’avis de Linné) d’histoire naturelle et de pharmacie à Stockholm et auteur de plusieurs publications botaniques). Membre de la Royal Society en 1770.

766Berkenhout John. Leeds 8/7/1726 - Besselsleigh (près d’Oxford) 3/4/1791.

767Médecin, naturaliste et écrivain anglais. De ses nombreuses publications, nous retiendrons principalement un ouvrage intitulé : Clavis anglica linguae botanicae Linnaei. Premier vocabulaire botanique qui ait parut (1764) en Angleterre.

768Bernard Pons-Joseph. Trans (près de Draguignan) 10/7/1748 - Trans 29/7/1816.

769Astronome, mathématicien, hydraulicien, naturaliste et agronome provençal. Disciple de Guettard.

770Directeur-adjoint de l’Observatoire royal de la Marine (1778) de Marseille, membre des Académies de Marseille (1788) et de Lyon. Correspondant de l’Académie des Sciences (1786), membre de l’Institut de France (classe des sciences, astronomie, 1804), membre correspondant (1787) de la Société royale d’Agriculture de Paris. Il entretint de nombreux contacts avec des botanistes et des astronomes de son époque. Il a contribué à la canalisation du Rhône.

771Bernardin de Saint-Pierre Jacques-Henri. Le Havre 19/1/1737 - Eragny-sur-Oise 21/1/1814.

772Ecrivain français. Ami de J. J. Rousseau, ils se promènent à la campagne et s’entretiennent sur la nature et l’âme humaine.

773Bertholon de Saint-Lazare Pierre-Nicolas (abbé). Lyon 27/10/1741 - Lyon 21/4/1800.

774Physicien français qui s’intéressa aussi à l’agronomie et à la salubrité publique. Professeur de théologie à Marseille puis à Béziers, de physique expérimentale des états généraux de la province de Languedoc. Auteur de divers ouvrages sur l’électricité, le paratonnerre, etc. Grand ami de Benjamin Franklin. Membre des Académies royales des sciences de Montpellier, Béziers, Lyon, Marseille, Nîmes, Dijon, Rouen, Toulouse, Bordeaux, etc.

775Berwald Johann-Gottfried. Copenhague 6/9/1737 - Saint-Petersbourg 1/1/ 1814.

776Violoniste, compositeur et naturaliste.

777Biot Jean-Baptiste. Paris 21/5/1774 - Paris 3/2/1862.

778Astronome, mathématicien, chimiste, physicien, littérateur et historien. Professeur à l’école centrale de Beauvais en 1797. Directeur du Journal des Savans et col-laborateur à la Biographie universelle. Membre de l’Académie des sciences (1808) et de l’Académie française (1856).

779Blanchard Pierre. Dammartin (Seine-et-Marne 19/12/1772 - Anger (Maine-et-Loire) 20/12/1856.

780Pédagogue, écrivain pour la jeunesse. Imprimeur-libraire-éditeur de 1810 à 1830. Directeur d’une institution, L’Elysée des enfants, en 1832.

781Bligh William. Saint-Trudy (Cornouailles) 7/12/1754 - Londres 7/12/1817.

782Marin, botaniste, cartographe, ingénieur portuaire. Officier de la Royal Navy. Il fut notamment le capitaine commandant le navire La Bounty, chargé par ordre du Roi, de transporter des plants de l’arbre à pain (Artocarpus altilis) vers les Antilles (Jamaïque et la Barbade)  afin de nourrir les esclaves noirs ramenés d’Afrique. Une mutinerie éclata à bord du vaisseau en avril 1789 et le capitaine Bligh fut débarqué dans une chaloupe avec quelques hommes fidèles. Ils réussirent à rejoindre Timor et Bligh revint en Angleterre et passa en cour martiale pour … avoir perdu son navire, mais il fut finalement blanchi et pu reprendre une brillante carrière. Cet épisode l’histoire de la marine anglaise a été retracé dans plusieurs films, biens romancés il est vrai.

783Boehmer Georg-Rudolf. Leipzig 1/10/1723 - Wittenberg 4/4/1803.

784Professeur d’anatomie et de botanique à l’Université de Wittenberg.

785Boissieu de La Martinière Joseph-Hugues. Saint-Marcellin (Isère en 1758 - disparut dans le Pacifique en 1788.

786Aussi appelé Joseph La Martinière.

787Biologiste, docteur en médecine et botaniste du roi, formé et diplômé de la Faculté de Montpellier, il se spécialise dans l’étude de la botanique. Il a participé à l’expédition de Jean-François de La Pérouse (1741-1788) en 1785 et disparu en mer avec lui.

788Bonnemain Jean-Simon. Lieu de naissance inconnu, 1743 - Nanterre 15/1/1830.

789Physicien, mécanicien. Membre du Lycée des Arts et de la Société des Inventions et découvertes. Il est connu comme étant le pionnier du chauffage central à eau chaude (1777), utilisé pour l’incubation des œufs de poules.

790Bonnet Charles. Genève 13/3/1720 - Genève 19/5/1793.

791Philosophe et naturaliste suisse. Membre de la Société Royale de Londres (1743), de l’Académie de l’Institut de Bologne, Correspondant des Académies Royales des Sciences de Paris et Montpellier, etc. Auteur de nombreux ouvrages de sciences naturelles (insectes, plantes, etc.), dont ses « Recherches sur l’usage des feuilles, … », en 1754, qui fit l’admiration de Cuvier. C. Bonnet n’eut pas d’enfant, mais instruisit et éleva  Horace-Bénédict de Saussure comme s’il eut été son propre fils.

792Bonpland Aimé. La Rochelle 29/8/1773 - Santa-Anna (Argentine) 11/5/1858.

793Officiellement son nom de famille est Goujaud Aimé-Jacques-Alexandre, mais est connu sous le nom de Bonpland : son père le voyant souvent occupé à cultiver les plantes de son jardin, lui donna le sobriquet de Bon - Plant, qui remplaça définitivement son nom. Médecin, voyageur-naturaliste et biogéographe, explorateur de l’Amérique du Sud avec Alexander von Humboldt (1769-1859).

794Bouillon-Lagrange Edme-Jean-Baptiste. Paris 12/7/1764 - Paris 23/8/1844.

795Médecin, chimiste et pharmacien. Professeur de chimie puis directeur de l’Ecole de pharmacie de Paris. Pharmacien militaire de l’Empereur Napoléon et médecin de l’Impératrice Joséphine. Membre de l’Académie de Médecine. Auteur de nombreux ouvrages scientifiques. Il fut le premier à préconiser l’essai chimique des médicaments.

796Bourignon François-Marie. Saintes (Charente-Maritime) en 1753 - Saintes 19/8/1793.

797Son nom véritable était Bourguignon.

798Médecin, chirurgien, professeur de rhétorique, archéologue, poète, journaliste et botaniste. Lieutenant-colonel de la Garde nationale. Fondateur, directeur et rédacteur du Journal de Saintonge. Correspondant de la Société royale de médecine de Paris. [cf. Michaud 1843 : 324-325].

799Boswell James. Edinbourg 29/10/1740 - Londres 19/5/1795.

800Ecrivain, chroniqueur et avocat écossais connu pour son engagement en faveur des corses. Après avoir voyagé sur le continent à Utrecht et Berlin, puis en Suisse où il rencontre J. J. Rousseau et Voltaire, il se rend en Corse à l’automne 1765.

801Braeckner Michaël. Né en 1728 - lieu et date du décès inconnus.

802Entomologiste, élève de Linné.

803Brez Jacques. Middelbourg (Pays-Bas) en 1771 - Middelbourg 26/7/1798.

804Pasteur protestant. Entomologiste. Membre de la Société d’Histoire naturelle de Paris.

805Il résida quelques années à Utrecht, ou il publia, à l’âge de 19 ans, en 1791, La Flore des insectophiles précédée d’un discours sur l’utilité des insectes et de l’étude de l’insectologie, et qu’il dédie « au respectable auteur de la contemplation de la nature ». Il y indique les différentes plantes dont les insectes se nourrissent et sur lesquelles ils habitent.

806Bridel-Brideri Samuel-Elisée de (baron). Crassier (Vaud, Suisse) 28/11/1761 - près de Gotha (Allemagne) 7/1/1828.

807Poète et naturaliste suisse, surtout connu comme bryologiste.

808Brisseau-Mirbel  Charles-François. Paris 27/3/1776 - Champerret 12/9/1854. (plus connu sous le nom de Mirbel).

809Botaniste et homme politique français. Aide-naturaliste au Muséum national d’Histoire naturelle. En 1803, intendant des jardins du château de Malmaison.

810Bruce James. Kinnaird (Stirling, Ecosse) 14/12/1730 - Kinnaird 27/4/1794.

811Voyageur-explorateur, géographe et botaniste écossais qui rapporta à Florence de nombreuses plantes et graines récoltées lors d’un voyage en Abyssinie (1769-1771), notamment l’Eragrostis tef (Zucc.) Tr.

812Brugmans Sebald-Justin. Franeker (Frise, Hollande) 24/3/1763 - Leiden 22/7/1819.

813Médecin et botaniste. Professeur de botanique à l’Université et directeur du Jardin botanique de Leiden.

814Brulley Augustin-Jean. Dates de naissance et de mort inconnues.

815Avocat au Parlement, ancien substitut du Procureur Général du Conseil Supérieur du Cap, colon-propriétaire à Saint-Domingue, habitant de La Marmelade et commissaire de cette colonie en 1792, ensuite directeur de l’établissement en culture coloniale, à la Vénérie (1803), près de Turin, où il s’occupait de l’acclimatation de plantes étrangères.

816Bryant Charles. Lieu et date de naissance inconnus  - Norwich septembre 1799 (à un âge avancé).

817Maître d’école à Norwich.  

818Auteur de : 1782 – An historical account of two species of Lycoperdon.; 1783 − Flora dietetica ; or the history of esculent plants, domestic and foreign, in which they are accuratelg described and reduced to their Linnaean generic and specific names.; 1790 – A dictionary of ornemantal trees, shrubs and plants most commonly cultivated in Great Britain.

819Buchoz Pierre-Joseph. Metz 27/1/1731 - Paris 30/1/1807.

820Médecin honoraire de Monsieur, frère du roi, botaniste. Médecin ordinaire de Stanislas, roi de Pologne, emploi qu’il quitta pour se livrer entièrement à la botanique. Associé honoraire de la Société libre d’Emulation de Liège (1786). Ecrivain infatigable, mais surtout compilateur, il a publié plus de 300 volumes, mais selon Jourdan,

821(1821, p. 37) à la fin de la biographie qu’il consacre à Buchoz, nous pouvons lire : « Ceux qui ont eu le courage de lire les ouvrages de Buchoz me pardonneront de ne pas en avoir fait l’analyse ; il n’en est aucun qui ne soit au dessous du médiocre. (Monfalcon) ».

822Buffon Georges-Louis  Leclerc comte de. Montbard 7/9/1707 - Paris 16/4/1788.

823Naturaliste, biologiste, mathématicien et écrivain français. C’est à lui que l’on doit la transformation d’un jardin d’apothicaire, en ce qui devint le Jardin des Plantes. Il y fit entrer des arbres de toutes origines, qu’il recevait du monde entier, de ses nombreux correspondants.

824Bulliard Jean-Baptiste-François dit Pierre. Aubepierre (en Barrois) en 1742 - Paris 26/9/1793.

825Botaniste, mycologue (l’un des fondateurs de la mycologie), dessinateur et graveur.

826Son Histoire des champignons de la France(1791), achevé par E. P. Ventenat, dont les planches dessinées par lui-même, sont imprimées en couleur par un procédé que Bulliard employa le premier en France.

827Buniva Michele-Francesco. Pinerolo 15/5/1761 - Piscina 26/10/1834.

828Médecin, vétérinaire, botaniste et patriote piémontais, très intéressé par l’a-griculture. Professeur de médecine à l’Université de Turin. Membre correspondant de l’Académie des Sciences de l’Institut de France, à Paris (1819). Il a contribué à l’histoire de la botanique en publiant notamment : Nomenclator linnaeanus florae pedemontana (1790) ; Réflexions sur les ouvrages de C. Allioni (1817).

829Burman Nicolaas-Laurens. Amsterdam 27/12/1734 - Amsterdam 11/9/1793.

830Médecin et professeur de botanique à l’Université d’Amsterdam, ou il succéda à son père. Elève et disciple de ce dernier, il passa quelques mois à Upsala pour y travailler sous la conduite du maître, avant de s’établir comme médecin, en 1760. Il engagea Thunberg à s’embarquer sur les vaisseaux de la Compagnie des Indes, pour aller chercher de nouvelles espèces au cap de Bonne-Espérance et au Japon. Il nous a laissé un Flora indica (1768).

831Burtin François-Xavier de (chevalier). Maastricht 15/10/1744 - Bruxelles 9/8/1818.

832Naturaliste, géologue, minéralogiste, physicien et médecin. Associé honoraire de la Société libre d’Emulation de Liége (1784), Ingénieur-Général des Hôpitaux et Conseiller référendaire de l’ancien gouvernement général des Pays-Bas autrichiens, membre de différentes académies et sociétés savantes, premier membre pensionnaire de l’Académie Impériale et Royale de Bruxelles (classe des sciences), etc. Auteur de nombreux ouvrages.

833Cadet de Gassicourt Charles - Louis. Paris 23/1/1769 - Paris 21/11/1821.

834Pharmacien ordinaire de la maison de l’empereur Napoléon Ier. , publiciste. Associé correspondant de la Société libre d’Emulation de Liège (1809).

835Cadet de Vaux Antoine-Alexis. Paris 13/9/1743 - Nogent-les-Vierges (Oise) 29/6/1828 (à la suite d’une attaque d’apoplexie).

836Pharmacien et chimiste français. Administrateur du département de Seine-et-Oise, membre de la commission des dépêches. Fondateur du Journal de Paris, en 1775 et un des rédacteurs du Bulletin universelde M. Férussac. Membre des Sociétés d’Agriculture de la Seine, Seine-et-Oise, des Académies des Sciences du Haut-Rhin, des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon, des Curieux de la Nature, etc.

837Calonne Louis-François de. Abbeville en 1714 - Vitry-sur-Seine 21/8/1793.

838Avocat au parlement de Paris. Grand Bailly de Vitry. Propriétaire à Vitry-sur-Seine. Membre de la Société royale de Londres, des Académies de Dijon et de Châlons-sur-Marne.

839Calvel Etienne. Toulouse vers 1749 - Paris (?) vers 1830.

840Prêtre. Littérateur, arboriculteur, botaniste et agronome français. Directeur de la pépinière du Luxembourg (Paris). Auteur de nombreux ouvrages sur l’arboriculture et l’agriculture. Il milita pour le développement de la culture de la betterave sucrière en France. Membre de plusieurs académies, sociétés littéraires et d’agriculture. Rédacteur principal de la Feuille du cultivateurainsi qu’à d’autres journaux. Il fut détenu comme suspect pendant la terreur.

841Calvi Giovanni. Cremone 1715 - Pise1780.

842Professeur de médecine à l’Université de Pise. Il a écrit l’histoire du Jardin botanique de cette ville, l’un parmi les plus anciens au monde.

843Câmara Manoel Arruda da. Pombal (état de Paraiba, Brésil) en 1752 - Goiana (Itamarca, Brésil) 2/10/1810.

844Prêtre, médecin, homme politique et botaniste, il a décrit la flore de l’état de Paraiba, et a produit de nombreux articles sur la botanique, la zoologie et la minéralogie. Il avait fait ses études, d’abord à l’Université de Coimbra (Philosophie naturelle), ensuite à Montpellier ou il obtint son doctorat en médecine. C’est lui qui donna des boutures d’Aya-pana au capitaine Aug. Baudin (voir mai 1805).  

845Caritat Marie-Jean-Antoine-Nicolas, marquis de Condorcet. Ribemont 17/9/1743 - Bourg-la-Reine 29/3/1794.

846Philosophe, mathématicien et politologue français.

847Caspari Philipp-Heinrich. Deckbergen 13/2/1762 - Braunschweig 17/1/1812.

848Docteur en médecine à Goettingue.

849Cavanilles Antonio-José [et non pas Dominique Antoine]. Valencia (Esp.) 16/1/1745 - Madrid 4/5/1804.

850Botaniste espagnol, docteur en théologie, ordonné prêtre en 1772. D’abord précepteur (1777) des enfants du duc de l’Infantino, ambassadeur d’Espagne à Paris, c’est dans cette ville que, pendant dix ans, il se livra à l’étude de la botanique et y publia son premier ouvrage. Rentré à Madrid, il entreprit  d’autres publications importantes et fut chargé d’explorer l’Espagne au point de vue botanique. En 1801, il fut nommé directeur du Real Jardin Botanico. Professeur de botanique à Madrid. Il a décrit un nombre important de plantes nouvelles, sur des spécimens rapportés de l’étranger, notamment par Ruiz et Pavon (Pérou, Chili), ainsi que du Mexique. Des plantes de ce dernier pays, il  créa, en 1791, le genre Dahlia (= Georgina DC.).

851Cels Jacques-Martin. Versailles 6/6/1743 - Montrouge près de Paris 15/5/1806. (mort d’une pleurésie).

852Horticulteur et botaniste. Il s’est distingué dans le domaine de l’horticulture. Ayant fait son apprentissage sous la direction de Bernard de Jussieu, il créa une pépinière de plantes rares à Montrouge, « hors la barrière du Maine ». A la Révolution, il protégea les parcs et jardins, tant ceux du roi que les privés. Ami, entre autres, de J. J. Rousseau  et de L’Héritier (qu’il sauva de l’échafaud). Membre de l’Institut et de la société d’agriculture du département de la Seine. P. J. Redouté a immortalisé une de ses roses, Rosa damascena ‘Celsiana’.

853Céré Jean -Nicolas de. Pamplemousses (Ile Maurice) 22/8/1737 - Pamplemousses 2/5/1810.

854Botaniste et agronome, Officier d’Infanterie, commandant du quartier des Pamplemousses. Ami, collaborateur puis successeur de Pierre Poivre comme directeur des jardins des Pamplemousses à Port-Louis (1775-1810). Correspondant de la Société royale d’Agriculture de l’Île de France (= Ile Maurice). Il s’occupa de la naturalisation et de la dissémination des arbres à épices fines (giro-flier, muscadier, etc.) dans les colonies françaises.

855Chaumeton  François-Pierre. Chaizé-sur-Loire 20/9/1775 - Paris 10/8/1819.

856Docteur en médecine, ancien médecin des armées. Botaniste. Associé correspondant de la Société libre d’Emulation de Liège (1818). Auteur avec Chamberet et Poiret, d’une Flore médicale, 1814 -1818, 5 vol. peinte par Mme E. Panckoucke et P. J. T. Turpin.  

857Chapelier Louis-Armand. Né en 1778 - Amboudiataffan (Madagascar)  6/12/1806.

858Naturaliste-voyageur pour le compte  de la République, botaniste. Entré au Jardin du Roi en 1791, il devint ami de André Thouin et fut envoyé à Madagascar en 1794, ou il vécut dans la région de Tamatave.

859Collinson Peter. Londres 14/1/1694 - Londres 11/8/1768.

860Amateur de botanique et d’horticulture londonien. Membre de la Royal Society de Londres. Ami de John Ellis, ils furent les premiers correspondants anglais de Linné. Il fut le premier à préconiser la culture de la vigne outre-Atlantique.

861Comparetti Andrea. Frioul 3/8/1746 - Padoue 22/12/1801.

862Médecin et botaniste italien. Professeur de médecine et de physiologie végétale à l’Université de Padoue.

863Condorcet marquis de. Voir à Caritat Marie Jean Antoine Nicolas.

864Corniani Giambatista (comte). Ozzinovi (prov. de Brescia) 28/2/1742 - Brescia 7/11/1813.

865Economiste et homme de lettres italien. Président de l’Académie publique des sciences et d’agriculture de Brescia.

866Corti Bonaventure (abbé). Viano (Italie) en 1729 - Reggio nell’Emilia en 1813.

867Professeur de métaphysique, de mathématique et de physique à Reggio Emilia. Botaniste et directeur du Jardin botanique de Modène.

868Coste Jean-François. Ville (Ain) 14/6/1741 - Paris 8/11/1819. (mort à l’hôtel des Invalides).

869Premier médecin de la grande armée, médecin en chef du Conseil de santé militaire. Médecin en chef de l’hôpital de Nancy. Premier maire de Versailles (1790-1792). Fondateur de l’hôpital du Val de Grâce. Médecin, chef du corps expéditionnaire pour la guerre d’Indépendance américaine (1780-1783). Il a traduit des ouvrages d’histoire naturelle et de physique du botaniste Necker. En 1776, il publia, à Nancy, avec P. R. Willemet un Essai botanique, chimique et pharmaceutique sur la substitution des substances indigènes aux exotiques, ouvrage qui fut couronné par l’Académie de Lyon.

870Coster  Jean-Louis  (abbé). Nancy 15/6/1728 - Il serait mort subitement à Liège en 1780 (en se promenant le long de la Meuse).

871Ancien jésuite, bibliothécaire de l’évêque il est le fondateur de l’Esprit des journaux, en 1772. Il s’en occupa jusqu’en 1775 où, chaque mois, il compilait les meilleurs articles des autres publications.

872Cotte Louis. Laon (Aisne) 20/10/1740 - Montmorency 4/10/1815.

873Météorologiste français, inventeur de la météorologie moderne, agronome.  Curé de Montmorency jusqu’en 1794, date à laquelle il quitte son sacerdoce et se marie. Scientifique du siècle des Lumières, il est le découvreur des vertus sulfureuses des eaux minérales d’Enghien-les-Bains. Correspondant de l’Institut de France, membre de plusieurs académies. Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire naturelle, la physique, l’astronomie, l’agriculture et les arts économiques.

874Couret - Villeneuve Louis-Pierre. Orléans 29/6/1749 - Gand 20/1/1806.

875Célèbre Libraire-imprimeur et éditeur à Orléans qui avait, à la révolution, émigré à Paris ou il occupa divers emplois dans les ministères. A la fondation des écoles centrales il fut envoyé à celle du département de l’Escaut, à Gand, où il enseigna la grammaire générale. Il est mort noyé dans la Lys, sans que l’on pu retrouver son corps.

876Membre de la Société royale de physique d’Orléans, de la Société libre des sciences, lettres et arts de Paris et de celle de littérature de Bruxelles.

877Coxe William. Londres 7/3/1747 - Londres 8/6/1828.

878Historien anglais.

879Ses « Lettres de William Coxe sur la Suisse » furent traduites, en 1781, par L. Ramond de Carbonnières et insérées par celui-ci dans ses Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes, insérées dans une Traduction des Lettres de W. Coxe sur la Suisse, en 1789.

880Croÿ Emmanuel.  Prince puis duc de. Condé-sur-Escaut 23/6/1718 - Paris 14/6/1784.

881Passionné de botanique et d’histoire naturelle, il avait suivi les cours du naturaliste Jacques Christophe Valmont de Bomare (1731-1807) et fréquent plusieurs botanistes dont J. J. Rousseau, dont il fit la connaissance, à Paris, le 28 mars 1772.

882Cubières Simon-Louis-Pierre de (marquis). Roquemaux (Gard) 12/10/1747 - Paris 10/8/1821.

883Naturaliste, agronome et littérateur. Ecuyer de Louis XVI. Associé libre de l’Académie des sciences (1816), membre des Académies de Florence, Turin, etc. Il a consacré ses loisirs à l’étude des sciences et aux lettres ainsi qu’à la culture des jardins. Auteur de plusieurs mémoires sur différentes essences d’arbres (Cèdre rouge de Virginie, Tulipier, Cyprès de la Louisiane, Celtis, Magnolia. Il est mort d’une attaque d’apoplexie en se rendant au Collège Bourbon.

884Cuming William. Edimbourg 30/9/1714 - Dorchester 25/3/1788.

885Médecin, botaniste, ami de Fothergill.

886Curtis William. Alton (Hampshire) 11/1/1746 - Brampton 7/7/1799 (mort d’une maladie de poitrine).

887Pharmacien, médecin, botaniste et entomologiste (il s’intéressa aussi aux insectes et à leurs relations avec les plantes. Membre fondateur de la Société linnéenne de Londres, membre de la de la Royal Society. Fondateur des Jardins botaniques de Lambeth et de Brampton. Créateur de la revue : The Botanical Magazine, en 1787, dont le but était d’initier les gens du monde et les jardiniers à la connaissance des plantes qu’ils cultivaient.

888Cuvier Georges-Jean-Léopold-Nicolas-Dagobert. Montbéliard 23/8/1769 - Paris 13/5/1832.

889Zoologiste et paléontologue français. Fondateur de la paléontologie. Ses talents ayant été reconnus par H. A. Tessier, agronome, il est appelé à Paris en 1795. Professeur d’histoire naturelle aux écoles centrales. Membre étranger de la Royal Society (1806), associé correspondant de la Société libre d’Emulation de Liège, Membre de l’Académie française (1818). Secrétaire perpétuel de la classe des sciences pour les sciences physiques de l’Académie des sciences. Conseiller titulaire de l’Université. Chevalier de l’Empire

890Cyrillo (ou Cirillo)Dominico-Maria-Leone. Grumo Nevano 10/4/1739 - Naples 29/8/1799.

891Médecin, physicien et botaniste italien. Professeur à Naples.

892Danthoine Etienne. Manosque 2/10/1739 - Grasse 5/3/1794.

893Botaniste français, docteur en médecine et pharmacien à l’hôpital de Grasse. Employé dans l’armée d’Italie en 1793. Membre de l’Académie des Sciences, Lettres et Beaux-arts de Marseille. A. P. De Candolle lui a dédié un genre de Poaceae, Danthonia, Fl. Franç., 1805, : 32-33. « Ce genre est dédié à Etienne Danthoine, botaniste marseillois, auquel on doit une excellente monographie, encore inédite, des graminées de Provence ». Cette monographie n’a certainement jamais paru, nous n’en avons pas trouvé trace. Il est l’auteur d’un mémoire couronné par l’Académie de Lyon sur la famille des Etoilées ou Rubiacées.

894Darwin Robert.-Waring. Newark 12/10/1724 - Elston 4/11/1816.

895Médecin et botaniste anglais.

896Daubenton Louis-Jean-Marie. Montbard 29/5/1716 - Paris 1/1/1800.

897Naturaliste français. Premier directeur du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

898Defay-Boutheroue François-Simon. Orléans 13/7/1736 - Orléans 15/9/1820.

899Naturaliste et professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du département du Loiret à Orléans. Membre de l’Académie d’Orléans, de la Société d’Histoire naturelle de Paris, de celles de Montpellier, d’Harlem, etc. Elu, le 27 mars 1789, député du tiers-état aux Etats-Généraux par le baillage d’Orléans.

900Dekin Adrien. Bruxelles 12/6/1768 - Bruxelles 8/8/1823.

901Botaniste. Directeur du Jardin botanique de Bruxelles, membre de la commission d’agriculture du Brabant méridional. Il publia en collaboration avec A.-F. Passy (1814), la Flora Bruxellensis, seu catalogus plantarumcirca Bruxellas sponte nascentium. In-18°, Bruxelles. La lecture du Coup-d’œil botanique sur les environs deBruxelles (Rozin, 1796), laisse apparaître que Dekin et Rozin se connaissaient, puisque ce dernier indique (p. 293) à propos de Callitriche verna : « plante rare, dans les environs de Bruxelles, mais que le citoyen Dekin, cadet, a recueillie à cet endroit aussi-bien que moi. ».

902Delambre Jean-Baptiste-Joseph. Amiens 19/9/1749 - Paris 19/8/1822.

903Astronome et géodésien (qui étudie la forme de la Terre) français. Membre correspondant de la Royal Society (1791), associé de l’Académie des sciences (1792), secrétaire perpétuel de L’Institut (1803). Correspondant d’A. von Humboldt.

904Della Torre Giovanni-Maria. Rome en 1712 - Naples 7/3/1782.

905Médecin et naturaliste italien, bibliothécaire du roi de Sicile. Professeur à l’Académie de Naples. Correspondant de Linné.

906Demidof  (ou Demidov) Procope-Akinfiévitch. Moscou vers 1730 - mort à la fin du 18ème siècle.

907Industriel. Conseiller d’état, sénateur à Moscou. Il exploita avec un grand profit (il ne connaissait pas lui-même l’étendue de sa fortune) les mines de fer, de cuivre et d’or de l’Oural. Il est aussi connu par ses bizarreries que par sa bienfaisance, en fondant des écoles, et contribua aux progrès de l’Instruction publique. Il avait un goût prononcé pour les sciences naturelles.

908Desaive Lambert-François. Liège 1750 - lieu et date du décès inconnus, 1819 ?

909Maître apothicaire (apothicaire de Son Altesse le prince-évêque) et chimiste à Liège. Membre fondateur de la Société libre d’Emulation de Liége (1779).

910Desfontaines René-Louiche. Tremblay (Ille-et-Vilaine) 14/2/1750 - Paris 16/11/1833.

911Botaniste français. Docteur en médecine de la faculté de Paris (1782), de l’Académie Royale des Sciences (1783), professeur de botanique au jardin du Roi (1786) et à la faculté des sciences (1809). Fondateur de l’herbier du Muséum d’histoire naturelle de Paris. Auteur de la Flora Atlantica(1798-1800).

912Correspondant du docteur Lejeune de Verviers.

913Desvaux Nicaise-Auguste. Poitiers 28/8/1784 - Bellevue près Angers 12/7/1856.

914Botaniste français. Professeur de botanique à Angers. Membre de la Société d’Émulation d’Angers. Directeur du Jardin botanique d’Angers et de la pépinière départementale à Poitiers.

915Dethier Laurent-François. Theux (Spixhe) 14/9/1757 - Theux 1/7/1843.

916Avocat, publiciste et homme politique. Bourgmestre de Theux. Naturaliste, minéralogiste, géologue et toponymiste. Meneur de la révolution franchimontoise, animateur du Congrès de Polleur. Il fut, à Paris, élève du géologue B. Faujas de Saint-Fonds, auquel il dédiera, en 1819, ces quelques vers restés inédits : « Elève de Buffon, rival des Dolomieu Faujas de la Nature éloquent interprète Vas, monte au Panthéon que pour nos demi-dieux La Raison triomphante en ces grands jours apprête ».  Ami de longue date du docteur A.L.S. Lejeune, et tout comme ce dernier le fut à la chaire de botanique, Dethier sera candidat malheureux à la chaire de minéralogie de l’Université de Liège en 1817.

917Dickson James. Kirke House (Ecosse) en 1738 - Broad Green, Croydon (Surrey) 14/8/1822.

918Horticulteur, botaniste et cryptogamiste. D’abord jardinier dans les environs de Hamersmith, il devint grainetier à Londres et voua une véritable passion pour la botanique. Membre fondateur de la Linnean Society de Londres et vice-président de l’ Horticultural Society of London. Il est surtout connu pour son ouvrage, publié à Londres de 1785 à 1801 : Plantarum cryptogamicarum Britanniae (3 vol). Le botaniste L’Héritier lui a dédié le genre Dicksonia (Fougère).

919Dillenius (ou Dillen) Johann-Jacob. Darmstadt 22/12/1687 - Oxford 2/4/1747.

920Botaniste d’origine allemande, professeur (1734) de botanique à Oxford.

921Dombey Joseph. Macon 22/2/1742 - Montserrat (Guadeloupe) en mai 1793 (son décès ne fut connu en France qu’en 1794).

922Médecin mâconnais, naturaliste, explorateur du Pérou, du Chili et du Brésil.

923Dorthès Jacques-Anselme. Nîmes 19/7/1759 - ? Montpellier fin 1793 ou début 1794.

924Naturaliste et médecin des hôpitaux à l’armée des Pyrénées orientales, ou il est mort de la maladie épidémique des camps, victime de son dévouement. Membres de la Société royale des sciences de Montpellier et de la Société linnéenne de Londres. Correspondant de la Société royale d’agriculture de Paris.

925Dryander Jonas. Göteborg 5/3/1748 - Londres 19/10/1810.

926Elève de Linné à l’Université d’Upsala, arrivé à Londres en 1777. Il fait office de bibliothécaire de Sir Joseph Banks. Bibliothécaire de la Royal Society, Vice-président de la Linnean Society.

927Duchanoy Claude-François. Vauvilliers en 1742 - Paris 24/11/1827.

928Médecin, docteur-régent de la faculté de Paris.

929Dufresnoy André-Ignace-Joseph. Valenciennes 16/6/1733 - Paris 14/4/1801.

930Médecin de l’hôpital militaire de Valenciennes, médecin en chef de l’armée du Nord. Botaniste. Il avait des connaissances étendues en botanique et professa cette science au Jardin des plantes de Valenciennes. Il fut le premier en France à acclimater le Rhus radicans L. [= Toxicodendron radicans (L.) Kuntze], plante qui par un vilain jeu de mots révolutionnaire faillit le con-duire à l’échafaud ; car ayant écrit à un médecin et pharmacien de Cambrai, le docteur Raparlier, pour lui demander des nouvelles de plants de Rhus qu’il lui avait envoyés, et cette lettre ayant été interceptée, Dufresnoy fut accusé d’avoir des intelligences avec les Russes, et conduit au Tribunal révolution-naire d’Arras. Il fut sauvé par les événements du 9 thermidor

931Duhamel du Monceau Henri-Louis. Paris (baptisé à) 20/7/1700 - Paris 12/8/1782.

932Physicien, chimiste, physiologiste et agronome français. Ecrivain scientifique. Membre fondateur de l’Académie de la Marine. Inspecteur général de la Marine. Membre de l’Académie des sciences dès 1728. Il est considéré comme le plus grand agronome du 18ème siècle et l’un des fondateurs de la pomologie moderne.

933Dumont de Courset Georges-Louis-Marie (baron). Boulogne-sur-Mer 16/9/1746 - Paris 15/6/1824.

934Botaniste et agronome français.

935Durande Jean-François. Dijon en 1730 - Dijon 23/1/1794.

936Médecin et botaniste français. Professeur de chimie et de botanique à Dijon. Membre de l’Académie de Dijon. Associé régnicole de la Société royale de médecine de Paris. Il est l’auteur, en 1782, d’une Flore de Bourgogne,ou propriétés des Plantes de cette province, relativement à la Médecine, à l’Agriculture & aux Arts.Ouvrage rédigé pour servir aux Cours publics de l’Académie de Dijon. Dijon, L. N. Frantin, 2 vol., I, 520 p., II, 290 p.

937Dureau de la Malle Adolphe-Jules-César-Auguste. Paris 3/3/1777 - Mauves-sur-Huisne (Orne) 17/5/1857.

938Naturaliste, historien, géographe et artiste. Membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

939Ellis John. Né en Irlande 18/2/1711 - Londres 15/10/1776.

940Naturaliste et botaniste, amateur d’horticulture et ami de Peter Collinson. Membre de la Royal Society (1764) de Londres. Correspondant de Linné. Il a voyagé en Floride (1764) et sur l’île de la Dominique (1770). De ses voyages, il a ramené en Angleterre, beaucoup de graines et de plantes.

941Etienne Victor-Joseph. Versailles 19/10/1764 - Saint-Germain-en-Laye 4/9/1846. (= Etienne Jouy)

942Dramaturge, librettiste et journaliste. Elu à l’Académie française le 11/1/1815. Il a repris intégralement son texte sur P. J. Redouté (E. J. de septembre 1817) dans ses Œuvres complètes d’Etienne Jouy  (1823) p. 167-171.

943Fahlberg Samuel. Dans le Norrland (Suède) 9/9/1758 - Hälsingland 28/11/1834.

944Médecin, explorateur, géomètre, cartographe, ethnologue et botaniste. Il a séjourné à Saint-Barthélemi (Antilles) de 1785 à 1811 où il fut secrétaire du gouvernement et capitaine de la milice.

945Fairchild Thomas. Aldbourne en 1667 - Hoxton 10/10/1729.

946Jardinier, pépiniériste et fleuriste qui s’installa à Hoxton en 1690, et fut l’un des derniers cultivateurs de vignes en Angleterre. Correspondant de Linné. Il publia plusieurs ouvrages d’horticulture. Il fut l’un des premiers, en 1717, à créer un hybride artificiel d’œillet, entre Dianthus caryophyllus L. x Dianthus barbatus L. Par testament, il légua une somme de 25 £ de dotation pour un sermon annuel à la Pentecôte.

947Faujas de Saint-Fond Barthélemy. Montélimar 17/5/1741 - Loriol-sur-Drôme 18/7/1819.

948Géologue, vulcanologue agronome et naturaliste français.

949Premier professeur (1793) de géologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, et un des fondateurs de la géologie française. Commissaire des sciences accompagnant l’armée française aux Pays-Bas, il s’intéresse au célèbre Mosasaurus découvert dans les entrailles de la Montagne Saint-Pierre. Auteur de nombreuses publications concernant la géologie. A la fin de sa vie, il s’était retiré dans le Dauphiné, où il est mort. Il y avait créé un beau parc où l’on a pu recenser 1345 arbres (If, Noyer de Chine, Platane, etc.).

950Filassier Jean -Jacques. Wervicq-Sud (Nord) vers 1736 - Clamart-sous-Meudon 22/7/1799.

951Agronome, cultivateur et homme politique français (membre de la première Assemblée législative). Directeur de la pépinière de Clamart-sous-Meudon.

952Forster Georg. Nassenhuben (Pologne) 27/11/1754 - Paris 10/1/1794. (mort d’une pneumonie).

953Naturaliste allemand, ethnologue, voyageur, journaliste et révolutionnaire. Maître et ami d’Alexander Humboldt). « George Forster décrivit le premier avec charme la gradation des végétaux, suivant la latitude ou l’élévation du sol qui les produit, la variété des climats ». (Humboldt, 1855 p. 80.). Il avait accompagné son père, Joseph Reinhold Forster (1729-1798), dans le deuxième voyage (1772-1775) du capitaine Cook aux îles australes.

954Forster Johan-Reinhold. Dirschau 22/10/1729 - Halle 9/12/1798.

955Père du précédent, il accompagna lui aussi James Cooks lors de son deuxième voyage. En novembre 1779, il devint professeur d’histoire naturelle et de minéralogie et directeur du Jardin botanique de l’université de Halle.

956Forskål Pehr (ouPeter). Helsinki 11/1/1732 - au Yémen 11/7/1763.

957Explorateur, orientaliste et naturaliste suédois, élève de Linné.

958Au cours d’une expédition au Yémen (fin 1762) où il meurt de la malaria, il constitue une importante collection d’animaux et de plantes qui sera presque entièrement perdue ou détériorée par le transport jusqu’à Copenhague. Les reliquats de son  herbier seront cependant restaurés par le botaniste C. F. A. Christensen (1872-1942), quelque 150 ans plus tard !

959Fothergill John. Carr End (Yorkshire) 8/3/1712 - Londres 26/12/1780.

960Médecin, botaniste, collectionneur de plantes. Membre de la Royal Society (1763).

961Fournier de Pescay François. Naissance déclarée à Bordeaux le 7/9/1771, mais né sur un bateau parti d’Haïti en direction de Bordeaux - Pau 8/7/1833.

962Ancien chirurgien-Major des armées et secrétaire du conseil de santé au ministère de la guerre. Professeur de pathologie générale à l’Ecole de médecine de Bruxelles. Membre de la Société des Sciences, Arts, Agriculture et commerce de Bruxelles. L’un des fondateurs de la Société de Médecine de Bruxelles, dont il a été durant plusieurs années le secrétaire-général. Il rédigea l’Esprit des journauxde 1803 à 1808. Probablement le premier médecin et homme de science « de couleur ».

963François de Neufchâteau Nicolas-Louis (comte). Saffais (Lorraine) 17/4/1750 - Paris 10/1/1828.

964Administrateur du département des Vosges (1790), membre associé non résident de l’Institut (1796), ministre de l’Intérieur (1797), ministre plénipotentiaire à Vienne, Sénateur (1799), membre de l’Académie française (1803), président du Sénat (1804-1806), titulaire de la Sénatorerie de Bruxelles (1806), comte d’Empire (1808), membre fondateur de la Société centrale d’Agriculture (1798) dont il fut le président.

965Atteint de la goutte, il se retira de la vie publique en 1814 et s’occupa princi-palement d’agronomie.

966Fréon Laurent-Lambert. Marche (Theux, prov. de Liège) 15/9/1731 - Sainte-Suzanne (La Réunion) 4/12/1805.

967Naturaliste, agronome, publiciste. Parent de l’avocat Laurent-François Dethier (1757-1843) de Theux. Avocat au parlement de Paris, Inspecteur-général à l’école militaire de Paris. Premier conseiller (1767) au conseil souverain de l’Île de Bourbon, où il possédait une grande propriété.

968Frézier Amédée-François. Chambéry (Savoie) 4/7/1682 - Brest 26/10/1773.

969Ingénieur militaire, explorateur, navigateur, cartographe et botaniste. Envoyé au Chili, surtout comme espion de Louis XIV, il préleva à Concepción et rapporta en France (août 1714), cinq pieds d’une nouvelle espèce de fraisier (Fragaria chiloensis (L.) Mill.). C’est à partir de croisements successifs de ces plants que fut obtenue la fraise que nous connaissons actuellement.

970Gaertner Joseph. Calw (Wüttemberg) 12/3/1732 - Tübingen 14/7/1791.

971Docteur en médecine et botaniste allemand. Professeur de botanique et d’histoire naturelle à Saint-Pétersbourg. Directeur du Jardin botanique de Calw. Membre de l’Académie impériale des sciences de Pétersbourg et de la Société royale de Londres. Il est considéré comme le fondateur de la carpologie.

972Gauthier de la Peyronie (on ignore son prénom) vers 1740 - Paris 1804.

973Littérateur, ancien commis des affaires étrangères, ensuite correcteur à l’imprimerie nationale. Il a traduit, de l’allemand, les « Voyages de M. P. S.Pallas en différentes provinces de l’empire de Russie … ».

974Gautier (dit Gautier-D’agoty)Jacques-Fabien. Marseille 6/9/1711 - Paris en 1785.

975Selon les sources, les dates de sa naissance varient (1710, 1716, 1717). Une vérification s’imposait donc dans les registres paroissiaux (en ligne) du département des Bouches-du-Rhône. Son acte de baptême, daté du sixième de septembre 1711, dans la paroisse Notre-Dame des Accoules à Marseille stipule : Jacques Gautier fils du sieur Gaspard et de dame Marie Madeleine Dagotty.

976Gay-Lussac Louis-Joseph. Saint-Léonard-de-Noblat 6/12/1778 - Paris 9/5/1850.

977Chimiste et physicien français.

978Genlis Stéphanie-Félicité de (comtesse), née du Crest de Saint-Aubin. Issy-L’évêque 24/1/1746 - Paris 31/12/1830.

979Femme de lettres française.

980Gérardin Sébastien (chanoine). Mirecourt (Vosges) 9/3/1751 - Paris 17/7/1816.

981Botaniste et zoologiste français. Ancien professeur (1776) d’histoire naturelle à l’école centrale du département des Vosges, à Epinal, où il fut à l’origine d’un jardin botanique. Attaché (1803) au Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

982Gerstenberg Friedrich-Heinrich von. Erfurt 10/1/1710 - Erfurt 28/4/1778.

983Directeur de l’Académie d’Erfurt. Il occupait ses loisirs à l’étude des sciences naturelles, surtout la botanique. Il maniait aussi le pinceau et a laissé plusieurs plantes peintes de sa main.

984Gilibert Jean-Emmanuel. Lyon 21/6/1741 - Lyon 2/9/1814.

985Médecin de l’hôpital de Lyon. Maire de Lyon en 1793. Professeur de botanique au collège de Lyon, d’histoire naturelle à l’Université de Vilna (Pologne) et à l’Ecole centrale de Lyon. Membre titulaire de l’Académie royale des belles-lettres et arts de Lyon. Il fut le fondateur, en 1775, d’un jardin botanique à Grodna et quitta la Pologne en 1783 et revint à Lyon.

986Gilii Filippo-Salvatore. Norcia (Italie) en 1721 - Rome en 1789.

987Prêtre jésuite italien envoyé et ayant vécu de nombreuses année au Venezuela, sur les rives de l’Orénoque. Il est surtout connu pour ses études sur les langues des tribus amérindiennes.

988Gilj Philippe-Louis. (abbé) Corneto 14/3/1756 - Rome 15/5/1821.

989Astronome et botaniste italien. Chanoine de la basilique du Vatican et directeur de l’observatoire fondé par Grégoire XIII. Il employait tous ses loisirs à l’étude de l’histoire naturelle.

990Girardin Louis-René, marquis de. Paris 25/2/1735 - Vernouillet-sur-Seine 20/9/1808.

991Colonel de dragons. Propriétaire du château d’Ermenonville, ou il créa de célèbres jardins, en 1775. Il fut un des premiers qui aient su embellir les jardins. Grand admirateur, disciple et dernier ami de Jean-Jacques Rousseau qui décéda dans ce château.

992Girot-Chantrans Justin. Besançon 26/9/1750 - Besançon 1/4/1841.

993Militaire (officier au Corps du Génie), homme politique et naturaliste français, passionné par la botanique et la minéralogie. Fondateur et président de la Société d’agriculture, commerce et arts du Doubs. Membre de plusieurs sociétés savantes. A partir de 1810, il se consacre exclusivement à l’étude des sciences naturelles, et se passionne pour l’observation microscopique (Conferves, Tremelles, etc.).

994Girtanner Christopher. Saint-Gall 7/12/1760 - Gottingue 17/5/1800.

995Médecin, Conseiller du duc de Saxe-Cobourg.

996Giseke Paul-Dietrich. Hambourg 8/12/1741 - Hambourg 26/4/1796.

997Médecin et botaniste allemand. Il a voyagé en France et en Suède ou il se lia d’amitié avec Linné. Il jouera plus tard un grand rôle dans l’introduction de la méthode linnéenne en Allemagne. Professeur au Johanneum à Hambourg.

998Giulio Charles-Jean-Etienne-Nicolas. Saint-Georges (Doire) 6/12/1757 - lieu et date du décès inconnus.

999Médecin à Turin (1778), professeur de médecine à l’Université de Turin. Préfet du département de Sésia (Italie). Secrétaire perpétuel de la Société royale d’agriculture de Turin, membre de l’Académie des sciences et d’agriculture de Turin. Baron de l’Empire (1809).

1000Gleditsch Johann-Gottlieb. Leipzig 5/2/1714 - Berlin 5/10/1786.

1001Botaniste allemand, professeur de botanique et de sylviculture à l’Académie de Berlin, directeur du Jardin botanique. Linné lui a dédié, en 1753, un genre d’arbre, le Gleditsia.

1002Gmelin Johann-Friedrich. Tübigen 8/8/1748 - Gottingue 1/11/1804.

1003Naturaliste et chimiste allemand. Professeur de philosophie et de médecine (1773) à Gottingue, et en 1775, il obtint la chaire de chimie, de botanique et de minéralogie.

1004Gouan Antoine. Montpellier 15/11/1733 - Montpellier 1/9/1821.

1005Botaniste et zoologiste français, professeur à Montpellier. Il fut le premier à adopter la nomenclature binominale de Linné, et aussi le premier à publier une flore en s’alignant sur la méthode et la classification linnéenne. Linné, dans sa correspondance avec Gouan, qualifia ce dernier de « correspondant le plus chéri ». Auteur de nombreux ouvrages botaniques (Catalogue des plantes du jardin botanique de Montpellier (1762) ; Flora Monspeliaca (1765), etc.). Cependant les travaux de Gouan furent sévèrement critiqués, en des termes très durs, par Bernard de Jussieu (1699-1777) : « J’avais cru d’abord que l’on ne pouvait pas faire de plus mauvais livre en botanique que celui qu’avait publié M. Gouan, sous le titres d’ « Hortus monspeliensis », mais je me suis détrompé depuis que le bâtard de Linneus nous a donné son « Flora monspeliaca ». Dans les années 1780, Gouan reçu d’Auguste Broussonnet (1761-1807), que lui avait donné Sir Joseph Banks (1743-1820), le premier Ginkgo biloba planté en France, au Jardin botanique de Montpellier.  A la mort de Broussonnet, Gouan tenta en vain, de s’opposer à la nomination de A. P. De Candolle, à la chaire de botanique aux Facultés de Médecine et des Sciences de l’Académie de Montpellier.Membre étranger de la Société lin-néenne de Londres (1788), de l’Académie royale des sciences de Suède, etc.

1006Granier Jean. Nîmes 1743 - Nîmes 24/12/1819.

1007Botaniste, docteur en médecine. Professeur à l’école centrale du département du Gard, et au collège royal de Nîmes. Médecin des prisons. Membre de l’Académie royale de Nîmes.

1008Grégoire Henri (dit l’abbé Grégoire). Vého, près de Luneville en 1750 - Paris 28/5/1831.

1009Curé d’Embermesnil (Lorraine). Membre de la Convention nationale (1791) ; sénateur (1801) ou il fait partie de l’opposition. Membre de l’Institut. Ses cendres reposent au Panthéon, à Paris.

1010Grindel Davis-Hieronymus. Riga 28/9/1776 - Riga 8/1/1836.

1011Médecin, chimiste et botaniste. Professeur de chimie et pharmacie à Tartu et à Riga. Fondateur, en 1803, de la Société pharmaceutique de Riga. Le genre Grindelia (Asteraceae) lui a été dédié par Wildenow en 1807.

1012Groskurd  Christian-Heinrich. Hullersen 2/6/ 1747 - Stralsund 7/2/1806.

1013Recteur du Gymnasium de Stralsund, pédagogue. Il a traduit plusieurs ouvrages du suédois en français.

1014Guettard Jean-Etienne. Estampes 22/9/1715 - Paris 7/1/1786.

1015Botaniste, géologue et minéralogiste français. Elève de de Jussieu, il a laissé des travaux importants tant en botanique en géologie ou en minéralogie. Il est le premier à avoir émis l’hypothèse que les monts d’Auvergne puissent être des volcans éteints. Membre des sociétés botaniques de Florence et de Bâle, de l’Académie de Stockholm et de la société physiographique de Londres.

1016Guyon de Morveau Louis-Bernard (baron). Dijon 4/1/1737 - Paris 2/1/1816.

1017Chimiste et homme politique français. Il est l’un des fondateurs de la nomenclature chimique.

1018Hagen Karl-Gottfried. Königsberg (Prusse) 24/12/1749 - Königsberg 2/3/1829.

1019Docteur en médecine, chimiste, pharmacien, minéralogiste et botaniste. Professeur d’histoire naturelle à Köningsberg. Membre de l’Académie Impériale des Curieux de la Nature.

1020Haggren Lars-Christopher. Nericia 15/3/1751 - Denatus 7/5/1809.

1021Naturaliste, botaniste suédois. Lecteur d’histoire naturelle au Regnum Gymnasium Strengnesense.

1022Halle Johann-Samuel. Bartenstein 11/12/1727 - Berlin 19/1/1810.

1023Naturaliste, historien et toxicologue allemand. Professeur au Corps des Cadets à Berlin.

1024Hallé Jean-Noël. Paris 6/1/1754 - Paris 11/2/1822.

1025Médecin, professeur à l’Ecole de médecine de Paris. Président de l’Académie royale de médecine de Paris.

1026Haller Albrech von. Berne 16/10/1708 - Berne 12/12/1777.

1027Médecin, botaniste, anatomiste et poète suisse. Professeur de médecine et botanique à l’Université de Gottingue de 1736 à 1753. Sa correspondance avec Linné fut importante : 61 lettres écrites de 1737 à 1766.

1028Haüy René-Just (abbé). Saint-Just-en-Chaussée (Oise) 28/2/1743 - Paris 1/6/1822.

1029Minéralogiste, fondateur avec J. B. Romé de l’Isle, de la cristallographie géométrique. Ayant découvert la botanique, il fréquente le Jardin des plantes et suit les cours de Daubenton. Il est admis, en 1783, à l’Académie des sciences comme associé-botaniste. Après la Révolution, il entre à l’Institut de France et enseigne la minéralogie au Muséum national d’histoire naturelle. Il repose, avec son frère Valentin, au cimetière du Père Lachaise, et son nom est inscrit sur la tour Eiffel.

1030Hécart Gabriel-Antoine-Joseph. Valenciennes 23/3/1755 - Valenciennes 19/11/1838.

1031Secrétaire de mairie, il participa à la vie intellectuelle de sa ville et lui consacra de nombreux travaux historiques, bibliographiques et littéraires. Il s’est aussi beaucoup intéressé aux sciences naturelles et à la botanique. Il herborisa dans tout le Hainaut français et autrichien durant de nombreuses années. En 1798, ayant minutieusement recueilli toutes les observations propres à rédiger une Flore, il ne pu malheureusement, sa fortune ne le lui permettant pas, réaliser son projet. Il prêta le volumineux manuscrit, mais celui-ci fut perdu par le peu de soin d’un commissaire. Il ne reste de ce précieux travail qu’une Florula Hannoniensis, de 54 pages, imprimé à Valenciennes en 1836, qui lui valut un accessit et une médaille d’argent à l’Académie de Bruxelles. Il communiqua aussi une liste, manuscrite, de plantes à B. Dumortier, pour la publication du Florula Belgica.

1032Hedwig Johann. Kronstadt (Roumanie) 8/10/1730 - Leipzig 18/2/1799.

1033Médecin à Chemnitz et botaniste allemand. Professeur de botanique à Leipzig.  Surnommé le « Père de la bryologie moderne ». Auteur de nombreuses publi-cations sur les mousses et les fougères.

1034Hedwig Romain-Adolphe. Chemnitz 1772 - Leipzig 1/7/1801.

1035Fils du précédent. Médecin et botaniste. En 1801, il succéda à son père comme professeur extraordinaire de botanique, à la chaire de botanique de Leipzig. Il fut également l’éditeur du grand ouvrage de son père : Filicum genera et species (1794 à 1804). Membre de nombreuses sociétés de botanique. C’est à lui que A. P. De Candolle fit appel pour l’obtention de renseignements sur la famille des mousses, partie de la botanique qui avait été, sinon ignorée, tout au moins négligée des botanistes français.

1036Hell François-Joseph-Antoine de. Hirsingue 11/6/1731 - Paris 22/4/1794. (mort guillotiné)

1037Procureur-syndic des états d’Alsace, bailli du Haut-Baillage de Landser. Député d’Alsace à l’Assemblée constituante de 1789 à 1791. Anobli le 7/12/1784 par Joseph II avec rang de chevalier héréditaire.

1038Partisan de la Révolution, il fut tout de même arrêté comme suspect pendant la Terreur, condamné à mort et guillotiné le jour même. Membre de plusieurs académies, correspondant de la Société Royale d’agriculture de Paris, il cultive la pomme de terre et introduit de nouvelles essences d’arbres.

1039Hellenius Carl-Niklas. (il devient chevalier von Hellen, en 1816) Kärkölä 1/8/1745 - Turku 16/1/1820.

1040Médecin et naturaliste suédois, élève de Linné. Professeur d’histoire naturelle à Âbo (= Turku, Finlande).

1041Créateur, en 1792, du genre Hisingera,  plante originaire des Indes-Occidentales.

1042Hermbstaedt Sigismund Friedrich. Erfurt 16/4/1760 - Berlin 22/10/1833.

1043Pharmacien,  professeur de chimie et de pharmacie au Chirurgicum Collegium Medico ensuite professeur à l’université de Berlin. Il a contribué, de façon importante à la modernisation et à la rationalisation de l’agriculture de la Prusse. Membre de plusieurs sociétés savantes et auteur de nombreuses publications. Il a été aussi le traducteur des œuvres de Chaptal, de Lavoisier et de Scheele. En 1828, Reichenbach lui a dédié un genre de plantes de la famille des Amaranthaceae, l’ Hermbstaedtia.

1044Hoffmann Georg-Franz. Marktbreit (Allemagne) 31/1/1760 - Moscou 17/3/1826.

1045Botaniste. Auteur de nombreux ouvrages concernant cette science (flore d’Allemagne, lichens, cryptogames). Directeur du département et du Jardin botanique de l’Université de Göttingen (1792-1803) et de 1804 à 1826, directeur du département et du Jardin botanique de Moscou. Cofondateur de la Société impériale de Moscou.

1046Hudson William. Kendal, dans le Westmoreland en 1730 - Londres 23/5/1793.

1047Pharmacien, botaniste et mycologue anglais. Sous-bibliothécaire (1757) au British Muséum. Correspondant de Linné, Haller, etc. Membre fondateur de ma Société linnéenne de Londres, membre de la Royal Society.

1048Il professa longtemps la botanique au Jardin des apothicaires de Chelsea. Dans sa Flora Anglica (dont la première édition date de 1762), il rangea ses plantes d’après le Système de Linné, qu’il fut un des premiers à adopter en Angleterre. Il adopta notamment la classification linnéenne aux plantes décrites par John Ray.

1049Hull John. Poulton (Lancashires) 30/9/1761 - Londres 17/3/1843.

1050Docteur en médecine et obstétricien à Manchester. Il fit de la botanique son passe-temps favori.

1051Humboldt Friedrich-Alexander von. Berlin 14/9/1769 - Berlin 6/5/1859.

1052Naturaliste, géographe et explorateur allemand. Il explora l’Amérique du Sud avec Aimé Bonpland (1773-1858).

1053Humboldt Wilhelm. Postdam 22/6/1767 - Tegel 8/4/1835.

1054Frère du précédent, celui-ci le tenant au courant, par courrier, de ses voyages d’exploration. Linguiste, philosophe, ministre de Prusse. Fondateur, en 1810 de l’Université Humbold à Berlin.

1055Ingen-Housz Jan. Bréda (Pays-Bas) 8/12/1730 - Bowood (Wiltshire) 7/9/1799.

1056Médecin et botaniste anglais d’origine néerlandaise qui avait fait ses études à Leiden et à Louvain.

1057Il montra que les plantes dégagent du dioxyde de carbone dans le noir et libèrent de l’oxygène à la lumière naturelle.

1058Jacquin Nikolaus-Joseph-Freiheer von. (baron). Leyde 16/2/1727 - Vienne 24/10/1817.

1059Naturaliste néerlandais qui passa l’essentiel de son existence à Vienne, comme botaniste de l’empereur François 1er d’Autriche. Il a participé, comme botaniste à une expédition (de 1754 à 1759) dans les Caraïbes et en Amérique centrale ou il constitua une collection importante de plantes, de minéraux et d’animaux. En 1768, il devint professeur de chimie et de botanique à l’Université de Vienne, y dirigeant aussi le Jardin botanique. Auteur de nombreuses publications et descriptions de plantes. Membre de la Royal Society(1788) et membre associé de l’Académie des Sciences(1814).

1060Jaume Saint-Hilaire Jean-Henri. Grasse (Var) 30/10/1772 - Paris 18/2/1845.

1061Naturaliste, botaniste et artiste français.

1062Jolyclercq Nicolas-Marie-Thérèse. Lyon en 1746 - Paris 6/2/1817.

1063Prêtre, naturaliste et homme de lettres. Professeur d’histoire naturelle à l’école centrale du département de l’Oise. Premier traducteur du Système sexuel des végétauxde Linné.

1064Jondot Etienne. Montcenis, près d’Autun en 1770 - Paris 16/3/1834.

1065Journaliste, littérateur et successivement professeur d’histoire (1804) à l’Ecole militaire de Fontainebleau, aux lycées de Rouen (1810) et d’Orléans (1812), d’où il démissionna en 1813 pour se fixer à Paris. Auteur d’ouvrages estimés.

1066Jouy Etienne de. Pseudonyme de Etienne Victor (voir à ce nom).

1067Juárez (ou Xuáres) Gaspar. Province de Santiago del Estero (Argentine) 11/7/1731 - Rome 3/1/1804.

1068Jésuite, écrivain, historien et botaniste. Il fut professeur de philosophie et de théologie au Collège Montserrat de Cordoba en Argentine, avant de s’installer en Italie.

1069Jussieu Antoine-Laurent de. Lyon 12/4/1748 - Paris 17/9/1836.

1070Botaniste français. En 1770, il devient démonstrateur au Jardin du Roi, et en 1794 il est le créateur et directeur du nouveau Muséum d’histoire naturelle de Paris. En 1804, il occupe la chaire de professeur de botanique à la Faculté de médecine de Paris. Auteur de nombreux travaux, il s’est fortement inspiré de ceux de Cuvier et de A.-P. De Candolle.

1071Jussieu Bernard de. Lyon 17/8/1699 - Paris 6/11/1777.

1072Oncle d’Antoine-Laurent. Botaniste français, professeur au Jardin du roi (1722). Membre de l’Académie des sciences (1725) et de la Royal Society (1727).

1073Kalm  Pehr (ou Peter). Ostro Bothnia (Suède) 6/3/1715 - Âbo (= Turku, Finlande) 16/11/1779.

1074Explorateur et botaniste suédois. Etudiant (1740) et ami de Linné. Professeur d’histoire naturelle. Fondateur d’un Jardin botanique à Turku (Finlande). Il voyagea et récolta de très nombreuses plantes (dont beaucoup nouvelles pour la science), en Amérique de Nord (1748 à 1751). Il est resté célèbre pour avoir été le premier à décrire les chutes du Niagara.

1075Kerner Johann-Simon von. Kirchheim 25/2/1755 - Stuttgart 13/6/1830.

1076Botaniste et artiste peintre allemand.Professeur de botanique à Stuttgart, il fut l’un des maîtres de G. Cuvier.

1077Koeler Georg-Ludwig. 1765 - Mainz 22/4/1807.

1078Botaniste allemand qui s’est beaucoup occupé des graminées. Professeur d’histoire naturelle à Mainz.

1079Kölreuter Josef-Gottlieb. Sulz-am-Necker 27/4/1733 - Karlsruhe 12/11/1806.

1080Botaniste et zoologiste allemand. Professeur d’histoire naturelle et directeur du Jardin botanique de Karlsruhe. Il a pratiqué de nombreuses expériences sur la fertilisation et l’hybridation des végétaux (qui ont servi de base aux travaux de Grégor Johann Mendel), et a souligné l’importance des insectes et du vent dans la pollinisation des fleurs.

1081König Johann-Gerhard.Ungerhof (entre Pologne et Russie) 19/11/1728 - Jagrenatporum (Inde) 26/6/1785.

1082Médecin et botaniste. Elève et ensuite correspondant de Linné. Missionnaire et botaniste en Inde, il fut l’un des premiers botanistes qui explora ce pays et y fit d’importantes récoltes d’herbiers qu’il envoya à Linné. Auteur de plusieurs ouvrages de botanique. Linné lui a dédié un genre de plantes de la famille des Polygonaceae,  Koenigia.

1083Lamarck Jean-Baptiste-Pierre-Antoine de Monet, chevalier de. Bazentin-le-Petit (Somme) 1/8/1744 - Paris 18/12/1829.

1084Naturaliste français (botaniste et zoologiste). Membre de l’Académie des sciences (associé-botaniste). Retenons de lui qu’il fut l’auteur, en 1778, de la Flore française, ou description succincte de toutes les plantes qui croissentnaturellement en France, revue et augmentée par A. P. De Candolle.

1085Lambert Aylmer-Bourke. Bath 2/2/1761 - Kew 10/1/1842.

1086Botaniste anglais. Vice-président de la Société linnéenne de Londres de 1796 à 1842. Membre de la Société royale de Londres. Auteur de deux publications : A description of genus Cinchona (1797) ; A description of genus Pinus (1803).

1087Lambinet Pierre (abbé). Tournes (Ardennes) en 1742 - Mézières 10/12/1813.

1088Successivement jésuite, prémontré et prêtre séculier. Il s’est toujours occupé de belles-lettres et principalement de recherches bibliographiques.

1089Langlès Louis-Mathieu. Pérenne (près Montdidier) 23/8/1763 - Paris 24/1/1824.

1090Orientaliste français. Professeur de persan. Conservateur des manuscrits orientaux de la bibliothèque impériale.

1091Membre de l’Institut de France.

1092La Pérouse Jean-François de Galaup, comte de. Go, près d’Albi 23/8/1741 - disparu dans le Pacifique en 1788.

1093Officier de Marine et explorateur français (et non pas La Peyrouse comme indiqué dans l’une des notices).

1094Lasteyrie du Saillant Charles-Philibert, comte de. Brives-la-Gaillarde 2/11/1759 - Paris 3/11/1849.

1095Agronome, il fit plusieurs et longs voyages à l’étranger. Membre de la Société royale et centrale d’agriculture de Paris. On lui doit l’importation de l’art lithographique en France et, dès 1816, il avait établi à Paris la première imprimerie lithographique française.

1096Lee James. Selkirk (Ecosse) en 1715 - Hammersmith (près de Londres) 25/7/1795.

1097Jardinier, viticulteur et botaniste, c’est à lui que l’on doit l’introduction de la culture du Fuchsia et d’autres plantes exotiques en Angleterre. Il a traduit des extraits de l’œuvre de Linné.

1098Lefébure Louis-François-Henri. Paris 18/2/1754 - Paris 23/5/1839.

1099Botaniste, écrivain et musicien. Sous-préfet de Verdun. Electeur de Paris et membre du conseil général de la commune en 1789. Professeur de botanique à l’Athénée de Paris. Vice-président puis président (1820) de la Société linnéenne de Paris. Membre de la Société royale de Nancy. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la botanique, dont, en 1835, Flore de Paris, genera et species, ou Première application faite du système floral aux plantes vivantes. Paris, Casimir, 119 p.

1100Lefèvre de Villebrune Jean-Baptiste. Senlis en 1732 - Angoulême 7/10/1809.

1101Médecin, philologue et traducteur français. Abandonnant la médecine pour étudier les langues, il devient professeur d’hébreu (1794-1795) au Collège de France. En 1797, il quitte Paris pour se fixer à Angoulême, ou il enseigne d’abord l’histoire naturelle et ensuite les humanités.

1102le Franck van Berkhey Johannes. Leyde 23/1/1729 - Leyde 13/3/1812.

1103Naturaliste, médecin, poète et peintre hollandais. Maître de conférences en histoire naturelle à l’Université de Leyde.

1104Le Monnier Lois-Guillaume. Paris 27/6/1717 - Montreuil 7/9/1799.

1105Botaniste. Premier médecin ordinaire du Roi (1759) et Premier médecin du Roi (1788). Professeur de botanique (1759) au Jardin du Roi (futur Jardin des Plantes). Membre de l’Académie des Sciences (1743), de la Royal Society (1745), de l’Académie des Sciences de Prusse.

1106Lezay-Marnésia Adrien, marquis de. Château de Moutonne (Jura) 9/8/1769 - Strasbourg 9/10/1814.

1107Préfet du Bas-Rhin de 1810 à 1814. Il se voua plus particulièrement à l’agriculture (culture du tabac et des arbres fruitiers) et à l’aménagement des voies de communication. Il fut surnommé le « préfet laboureur », car il fit établir des pépinières dans toutes les communes du département. Botaniste amateur et ami de Dominique Villars.

1108Lors d’une tournée d’inspection à Landau avec le duc de Berry, entre Haguenau et Brumath, sa calèche versa dans le fossé et il fut mortellement blessé.

1109L’Héritier de Brutelle Charles-Louis. Paris 15/6/1746 - Paris 16/8/1800. (mort égorgé devant chez lui dans la nuit du 27 au 28 thermidor an VIII (= 14 au 15 août 1800), dans des circonstances restées mystérieuses).

1110Magistrat français, passionné de botanique, il nous a laissé, outre de nombreuses publications, un herbier considérable (+ de 8000 espèces), acheté après sa mort par A. P. De Candolle et qui fait aujourd’hui partie des collections du Conservatoire et Jardin botaniques de Genève. Sa bibliothèque comportait plus de 8000 titres.

1111Lightfood John. Newent (Comté de Glocester) 9/12/1735 - Uxbridge 18/2/1788.

1112Prêtre, libraire, conchyliologiste et botaniste anglais, il est l’auteur de la Flora Scotica.

1113Lignac Louis-François Luc de. Pont-Sainte-Maxence (Seine) en 1740 - Liège 12/2/1809.

1114Médecin, homme de lettres, ancien professeur des Écoles centrales. Membre fondateur de la Société libre d’Emulation de Liège. Rédacteur de L’Esprit des journaux. A la suppression, en 1803, des Ecoles centrales il reprit son métier de journaliste à la Gazette de Liége de J. F. Desoer. En 1807, il fut « privé de ses facultés mentales », jusqu’à sa mort survenue en 1809.

1115Liljeblad Samuel. Kalmar län 20/12/1761 - Upsala 1/4/1815.

1116Botaniste suédois, professeur à Upsala.

1117Linné Carl von. Råshult (Suède) 23/5/1707 - Upsala (Suède) 10/1/1778.

1118Naturaliste suédois qui a jeté les bases du système moderne de la systématique de la nomenclature binominale, dite nomenclature linnéenne. Il a voyagé dans toute l’Europe et aurait visité la Montagne Saint-Pierre en 1738.

1119Linné (fils)Carl, dit le jeune. Falun 20/1/1741 - Upsala 1/11/1783.

1120Fils et successeur, à la chaire de botanique, du plus célèbre des botanistes il eut de nombreux élèves, dont Thunberg et Rozin.

1121Loëfling Pehr. Tollforsbrug 31/1/1729 - San Antonio de Caroni (Venezuela) 22/2/1756.(mort du paludisme).

1122Botaniste et explorateur en Espagne (1751) et en Amérique du Sud (Venezuela, en 1754). Elève et disciple de Linné.

1123Loiseleur-Deslongchamps Jean-Louis-Augustin. Dreux 24/3/1774 - Paris 13/5/1849.

1124Docteur en médecine et botaniste français. Il a étudié la flore de France (Flora Gallica, 1806-1807) et les applications à la thérapeutique des plantes. Il s’est aussi intéressé à l’histoire et à la culture de la rose (1844).

1125Correspondant du docteur A. L. S. Lejeune, de Verviers.

1126Loureiro João de. Lisbonne en 1715 - Lisbonne 18/10/1796.

1127Père jésuite, missionnaire de la Compagnie de Jésus. Paléontologiste, médecin, astronome et botaniste, spécialiste de la flore asiatique. Parti en 1742, pour la Cochinchine et dans l’Asie du sud-est, il ne rentrera à Lisbonne qu’en 1789, et y publiera, en 1790, sa  Flora Cochinchinensis.

1128Ludwig Christian-Friedrich. Leipzig 19/5/1757 - Leipzig 8/7/1823.

1129Minéralogiste allemand, professeur de médecine (1782) et à partir de 1787 professeur d’histoire naturelle à l’Université de Leipzig.

1130Lundmarck Johannes-Daniel. Wiby en 1755 - Föskjed 9/5/1792.

1131Elève de Linné et botaniste.

1132Mairesse de Pronville Auguste. (Ecuyer). Lille 11/4/1768 - Versailles 18/4/1852.

1133Botaniste. Membre et bibliothécaire de la Société d’agriculture et des Arts du département de Seine-et-Oise et correspondant de celle du Nord. Il a publié plusieurs ouvrages sur les roses, sous le nom d’Auguste de Pronville.

1134Malte-Brun Conrad. Thisted (Danemark) 12/8/1775 - Paris 14/12/1826.

1135Géographe français d’origine danoise.

1136Marigues André. Né en 1728 - Versailles 4/3/1786.

1137Chirurgien-major à l’hôpital royal de Versailles.

1138Marschall William. 1745-1818.

1139Agronome, écrivain et critique anglais.

1140Marsden William. Verval (Comté de Wicklow, Irlande) 16/11/1754 - Edgegrove (Hertfordshire) 6/10/1836.

1141Orientaliste anglais, linguiste, numismate, historien. Pionnier de l’étude des sciences en Indonésie.

1142Ancien officier de marine dans le Hertfordshire. Secrétaire de l’Amirauté et du Conseil du fort de Marlborough à Sumatra. Après avoir servi dans la Compagnie des Indes Orientales, il fit carrière à Sumatra de 1770 à 1799.

1143Martelli Niccola. L’Aquilla (Abruzzes) en 1734 - Rome 12/3/1829.

1144Professeur de botanique à Rome. Il a créé un genre Braschia [1791], qui a beaucoup d’affinités avec la joubarbe [Sempervivum]. La description du genre est reprise entièrement dans la notice de L’Esprit des journaux d’Avril 1792, pp. 412-413.

1145Marter Franz-Joseph. Fribourg 1/11/1753 - Vienne 7/5/1827.

1146Professeur de botanique et naturaliste autrichien.

1147Martyn Thomas. Chelsea 23/9/1736 - Portenhall (Bedfordshire) 3/6/1825.

1148Professeur de botanique à l’Université de Cambridge. Membre de la Royal Society (1786).

1149Auteur de nombreux ouvrages (botanique, entomologie, etc.).

1150Maurice Frédéric-Guillaume. Genève 23/4/1750 - Genève 10/10/1826.

1151Magistrat et agronome. Chevalier de l’Empire. Maire de Genève (1801-1814) sous l’Empire français. Secrétaire de la Société des arts de Genève. Co-fondateur de la Bibliothèque Britannique et collaborateur à la Bibliothèque universelle des sciences, belles-lettres et arts de Genève.

1152Medicus (ou Medikus) Friedrich-Kasimir. Grambach 6/1/1736 - Mannheim 8/7/1808.

1153Médecin et botaniste allemande. Auteur de nombreux ouvrages de médecine et de botanique. Directeur de l’université de Heidelberg et conservateur du Jardin botanique de Mannheim. Ce jardin, très endommagé par les bombardements français de 1795 et de 1799 ne survécu pas à son créateur. Membre de nombreuses sociétés savantes. Il a aussi contribué à la diffusion de la culture du Robinier en Europe.

1154Melanderhielm Daniel. Stockholm 9/11/1726 - Stockholm 8/1/1810. (anobli sous le nom de Melander).

1155Géomètre, mathématicien et astronome. Professeur d’astronomie (1761) à Uppsala.

1156Mellinet Anne-François. Corbeil (Seine et Oise) 29/8/1768 - Saint-Josse-ten-Noode 18/7/1852.

1157Général d’Empire et homme politique.

1158Menzies Archibald. Weem (Ecosse) 15/3/1754 - Kensington 15/2/1842.

1159Médecin, artiste et botaniste. Membre de la Royal Society.

1160Métherie Jean-Claude de la. La Clayette (Saône et Loire) 4/9/1743 - Paris 1/7/1817.

1161Naturaliste, minéralogiste, géologue, paléontologiste, physicien et philosophe français. Professeur au Collège de France (chaire d’histoire naturelle). Editeur, jusqu’en juillet 1717, du Journal de Physique.

1162Michaux André. Satory (près de Versailles) 7/3/1746 - Tamatave (Madagascar) 13/11/1802.

1163Botaniste et explorateur français. Collectionneur et pépiniériste, dit le botaniste aux bottes de sept lieues.

1164Elève de de Jussieu, il fit de nombreux voyages et collecta de nombreuses plantes en Europe, au Moyen-Orient et en Perse (où il trouva l’épeautre sauvage en 1782). En 1785, sur ordre de Louis XVI, il part pour l’Amérique du nord, en emmenant son fils François André alors âgé de 15 ans, explore à la recherche de plantes nouvelles et crée une pépinière à Charlestown, où il élève et expédie de jeunes plants en France. De ses publications, nous retiendrons : Histoire des chênes de l’Amérique septentrionale (1801) et Flora boreali-americana, ouvrage terminé et publié par son fils en 1803.

1165Michaux François-André. Versailles 16/8/1770 - Vauréal (Val d’Oise) 23/101855.

1166Fils d’André. Naturaliste français, il a rendu de grands services à la botanique et à l’agriculture (il est plus connu aux USA qu’en France). Continuant l’œuvre de son père, il a introduit un grand nombre de végétaux en France. Nous retiendrons de lui : Voyage à l’Ouest des Monts Alléghanys, dans les états de l’Ohio, du Kentucky et du Tennessee, et retour à Charleston par les Hautes-Carolines (Paris, 1808) et Histoire des arbres forestiers de l’Amérique septentrionale… (Paris, 1810).

1167Miller John-Frederick. 1759-1796.

1168Peintre, graveur et illustrateur naturaliste anglais, connu pour ses peintures de botanique. Il accompagna Joseph Banks dans son expédition en Irlande, en 1772.

1169Miller Philip. Chelsea (Middlesex, Ecosse) en 1691 - Chelsea 18/12/1771.

1170Il succéda à son père, en 1722, comme jardinier en chef ensuite il devint sur-intendant du jardin de la Compagnie des apothicaires de Chelsea (Chelsea Physic Garden). Ce jardin, initialement dédié aux plantes médicinales devient, sous sa direction, un modèle et entre alors en concurrence avec ceux de Paris et de Leiden. Il reçut, par 3 fois, la visite de C. Linné, qui surnommera Miller « le prince des jardiniers ». C’est à Miller que l’on doit, en 1731, la reconnaissance officielle de « comestible » pour la tomate et c’est à lui aussi que nous devons, en 1754, la création du binôme Lycopersicon esculentum Mill., nom. conserv.

1171Millin de Grandmaison Aubin-Louis. Paris 19/7/1759 - Paris 14/8/1818.

1172Naturaliste français, un peu « touche à tout » : archéologue, numismate, mi-néralogiste et botaniste. Conservateur du Muséum des antiques à la bibliothèque nationale. Il a traduit deux dissertations de Linné. Fondateur, avec L. A. Bosc (1759-1828) et P. M. A. Broussonet (1761-1807) de la Société lin-néenne de Paris, et directeur des Annales encyclopédiques (1817). Curieusement, il retient la méthode de Jussieu pour sa publication Élémens d’histoire-naturelle, publiée en 1797.

1173Millon Charles. Liège 13/9/1754 - Paris 21/7/1839.

1174Poète et historien « français ». Venu très jeune à Paris (1774), il fut sous-bibliothécaire du prince de Condé. Sous le Directoire il fut nommé professeur de législation à l’école centrale du Panthéon. Il enseigna ensuite les langues anciennes au Lycée Napoléon, puis en 1809 il fut attaché comme professeur adjoint, puis de 1814 à 1830 comme professeur en titre, de philosophie à l’Université de Paris. Il fut l’un des rédacteurs de L’Esprit des journaux.

1175Montmorin-Saint-Hérem Armand-Marc de. Paris 13/10/1745 - Paris 2/9/1792.

1176Ambassadeur extraordinaire de France à la Cour de Madrid (1778). Mort dans la prison de l’Abbaye, lors des massacres de septembre.

1177Mordant de Launay Jean-Claude-Michel. Paris vers 1750 - Le Havre 13/3/1816.

1178Il abandonna le barreau pour se livrer à l’étude des sciences naturelles. Bibliothécaire au Jardin des Plantes de Paris, il a notamment publié, depuis 1804, Le Bon Jardinier, publication qui remonte à 1754.

1179Münch Burchard-Friedrich. Clötze 22/12/1759 - Domhofe 14/7/1830.

1180Docteur en médecine.

1181Murray Johann-Andreas. Stockholm 27/1/1740 - Göttingen 22/5/1791.

1182Médecin et botaniste suédois, élève de Linné à Upsala, de 1756 à 1759. Professeur de médecine et de botanique à Göttingen et directeur du Jardin botanique de la même ville.

1183Mustel Nicolas-Alexandre (chevalier). Rouen 17/6/1736 - Rouen 26/2/1806.

1184Agronome normand. Ancien Capitaine de Dragons, Chevalier de l’Ordre Royal & Militaire de St. Louis. Membre des Académies des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Rouen, Dijon, Chalons, de la Société des Arts de Londres, et de plusieurs sociétés d’agriculture. Il a publié, de 1781 à 1784, un Traité théorique et pratique de la végétation, contenant plusieurs expériences nouvelles & démonstratives sur l’économie végétale & sur la culture des arbres. A Rouen, chez Le Boucher le jeune, avec approbation & privilège du Roi. Il encouragea la culture de la pomme de terre en Normandie au XVIIIe siècle, donc avant Parmentier.

1185Necker Noël-Joseph. Lille 25/12/1729 - Mannheim 10/12/1793.

1186Médecin et botaniste à Mannheim, d’origine française mais devenu « botaniste palatin ».

1187Il se consacra plus particulièrement à l’étude des mousses et des champignons.

1188Contrairement à ce qui est indiqué dans la Biographie Nationale (né en 1729 dans la Flandre occidentale, à Roulers), c’est bien à Lille en 1729 qu’est né de Necker.

1189Nicolson Jean-Barthélemy-Maximilien. Abbeville 2/4/1734 - lieu du décès inconnu, 1790.

1190Préfet apostolique, supérieur de la mission des Dominicains de Saint-Domingue. Botaniste amateur.

1191Profitant d’un séjour de 4 ans à l’Ile de Saint-Domingue, il en étudia les pro-ductions naturelles.

1192Noisette Louis-Claude. Châtillon-sur-Seine 2/11/1772 - Paris 9/1/1849.

1193Agronome et jardinier. Il fut choisi par Thouin pour accompagner des collections d’arbres susceptibles d’être cultivés en Corse.

1194Odhelius Johann-Lorens. Strängnäs 2/3/1737 - Stockholm 23/8/1816.

1195Docteur en médecine, pharmacien. Conseiller au collège de santé de Stockholm.Elève (1753) et disciple de Linné à Upsala. Membre de l’Académie des sciences de Suède.

1196Olivier Guillaume-Antoine. Les-Arcs-sur-Argens 19/1/1756 - Lyon 1/10/1814.

1197Naturaliste et entomologiste français. Professeur de zoologie à l’Ecole vétérinaire d’Alfort. Membre de l’Académie des sciences de Paris. Il a publié, de 1801 à 1807 : Voyage dans l’Empire Othoman, l’Egypte et la Perse, fait par ordre du gouvernement pendant les six premières années de la République. Paris, H. Agasse, 3 vol.

1198Ortega Casimiro Gomez de. Añover de Tajo (Espagne) 4/3/1741 -  Madrid 28/8/1818.

1199Médecin, pharmacien et botaniste espagnol. Correspondant de Linné. Professeur de botanique, il dirige la création du Real Jardin Botanico de Madrid. Membre de l’Institut de France, de l’Académie des sciences, de la Royal Society de Londres (1777). Après la mort de J. Quer, c’est Ortega qui continua la publication de la Flore espagnole.

1200Osbeck Pehr. Hålanda 9/5/1723 - Hasslöv 23/12/1805.

1201Explorateur et naturaliste suédois, élève à Upsala (1745) et correspondant de Linné. Pasteur des paroisses de Hasslöv et Voixtorp en 1760, docteur en théologie en 1778. Il a voyagé en Chine et à Java et a rapporté plus de 600 plantes à Linné. Il est l’auteur de plusieurs publications concernant son voyage en Chine.

1202Ourry Maurice. Bruyère-le-Châtel 19/10/1776 - Paris 19/2/1843.

1203Littérateur et journaliste. Directeur du Journal de Paris.

1204Outin Mathieu-Joseph (abbé). Rouen en 1731 - Liège 3/10/1809. (acte de décès du 4/10/1809, âgé de 78 ans)

1205Chanoine régulier du Val des Ecoliers de Liège. Génovéfain (chanoine de la Congrégation de Sainte Geneviève). Membre fondateur (1779) et membre du conseil d’administration de la Société libre d’Emulation de Liége.

1206Professeur d’histoire à l’École centrale. Rédacteur à L’Esprit de journaux, c’est lui qui signait la partie allemande.

1207Palassou Pierre-Bernard (abbé). Oloron-Sainte-Marie 9/6/1745 - Ogenne-Camptort (Pyr.-Atl.) 9/4/1830.

1208Naturaliste. Minéralogiste. Il commença à parcourir la chaine des Pyrénées dès 1774 et il s’intéressa également à la botanique pyrénéenne. Correspondant de l’Académie des sciences de Paris (1782), correspondant de l’Institut national. Entre autres publications, il fut aussi l’auteur (1781) de : Essai sur la minéralogie des Monts-Pyrénées, suivi d’un Catalogue des Plantes observées dans cette chaine de Montagnes. Paris, chez Didot jeune, 346 p.

1209Palau y Verdera Antonio. Blanes (Gerona) en 1734 - Madrid en 1793.

1210Naturaliste, médecin de la Chambre royale et botaniste espagnol. Professeur au Jardin botanique de Madrid. Il a traduit les travaux de Linné en langue espagnole, et est l’auteur de plusieurs travaux sur la botanique, dont la rédaction de ses Principes de botanique, que la mort viendra interrompre. Cavanilles lui a dédié le genre Palaua (Malvaceae).

1211Palisot de Beauvois Ambroise-Marie-François-Joseph (baron). Arras 28/10/1755 - Paris 21/1/1820.

1212Naturaliste français.

1213Pallas Peter Simon. Berlin 22/9/1741 - Berlin 8/9/1811.

1214Zoologiste, géographe et botaniste.

1215Après avoir vécu aux Pays-Bas et en Angleterre, il s’installe en Russie. Professeur à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, membre des Académies des sciences de Saint-Pétersbourg, de Londres et de Stockholm. Il a étudié la flore de Sibérie, de Crimée et de la Mer Noire.

1216Panciatichi Nicolas (marquis).

1217L’un des nobles florentin les plus distingués et les plus riches, grand amateur de botanique. Directeur de l’Académie impériale et royale des Géorgophiles de Florence, l’une des académies les plus illustres d’Italie, créée pour promouvoir une agriculture rationnelle et scientifique.

1218Panckoucke Anne-Ernestine, née Desormeaux. 1784 - 1860.

1219Artiste peintre et femme auteur. Elève préférée de P. J. Redouté, elle avait un vrai talent de peintre de fleurs. Elle fut également la traductrice, en 1825, des poèmes de Goethe.

1220Panzer George-Wolfgang-Franz. Etzelwang (Palatinat) 31/5/1755 - Hersbruck (près Nuremberg) 28/6/1829.

1221Botaniste et entomologiste allemand. Médecin ordinaire de la ville impériale de Nuremberg.

1222Parmentier Antoine-Augustin. Montdidier 12/8/1737 - Paris 17/12/1813.

1223Pharmacien, agronome, nutritionniste. Apothicaire-Major de l’Hôtel des Invalides. Vulgarisateur (et non introducteur) de la pomme de terre en France. Il est notamment l’auteur en 1781, du : Traité sur la culture et les usages des pommes de terre, de la patate et du topinambour.

1224Pasinato Jean-Baptiste (le Père). Saint-Martin de Lupari en 1739 - Vicenza en 1800.

1225Plus connu sous le nom de Père Jean Baptiste de Saint-Martin. Capucin du couvent Saint-Martin à Vicenza.

1226Physicien et agronome italien. Membre de plusieurs académies. Auteur de nombreux articles.

1227Paulet Jean-Jacques. Anduze (Gard) 27/4/1740 - Fontainebleau 4/8/1826.

1228Médecin et mycologue français.

1229Perny de Villeneuve Jean. Paris 6/6/1765 - lieu de date du décès inconnus

1230Astronome de l’Observatoire royal de Paris, ayant visité la Corse. Ex ingénieur en chef employé à l’armée du Nord. Elève de J. D. Cassini.

1231Persoon Chrétien-Henri. Cap de Bonne-Espérance 1/2/1761 - Paris 16/11/1836.

1232Né d’un père hollandais et d’une mère hottentote, il passa à Paris la plus grande partie de sa vie, plutôt misérable il est vrai. Créateur de la systématique des champignons, il est reconnu comme le « Père de la mycologie ».

1233Peyroux de la Coudrenière Henri. Né à Montagne-sur-Sèvres (Poitou) en 1743 - lieu et date du décès inconnus.

1234Ancien apothicaire et capitaine au service de S. M. Catholique. Commandant du Sainte-Geneviève. Il a émigré, pendant 30 ans en Louisiane et à Saint-Domingue.

1235Philibert J. C. (serait un pseudonyme pour Philibert Le Gendre ?)

1236Ancien conseiller au Parlement de Paris. Suite à des « fautes graves », il fut obligé de quitter le corps auquel il appartenait et se serait caché sous le nom de Philibert, nom qui n’était peut-être que l’un de ses prénoms : on ignore tout de sa véritable identité. Entre 1797 et 1805, il s’occupa de botanique en publiant de nombreux ouvrages sur cette science.

1237Piccioli Guiseppe. Mort en 1818.

1238Jardinier et botaniste à Florence.

1239Picot de Lapeyrouse Philippe-Isidore (baron). Toulouse 20/10/1744 - Toulouse, Château de Lapeyrouse (Haute-Garonne) 18/10/1818.

1240Naturaliste français. Maire de Toulouse de 1800 à 1806. Ancien Avocat-Général des Eaux et Forêts au Parlement, ancien inspecteur-général des Mines de France. Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences de Toulouse. Membre de nombreuses sociétés scientifiques. Il a publié à Toulouse, en 1818 : Histoire abrégée des Pyrénées, et itinéraire des botanistes dans ces montagnes.

1241Plenk Joseph-Jacob von. Vienne 28/11/1738 - Vienne 24/8/1807.

1242Médecin, chirurgien, physicien, chimiste et botaniste. Professeur de chimie et de botanique à l’Académie médico-chirurgicale à Vienne.

1243Pline l’Ancien. Novum Comum en 23 - Stabie (près de Pompéi) 25/8/ 79 (lors de l’éruption du Vésuve).

1244Ecrivain et naturaliste romain, auteur d’une encyclopédie intitulée Histoire naturelle, qui compte 37 volumes.

1245Plukenet Léonard.  Londres en janvier 1642 - Westminster 6/7/1706.

1246Médecin, pharmacien et botaniste anglais dont on ignore pratiquement tout de sa vie. Professeur et jardinier de la reine Mary II. Linné lui dédia un genre de plantes, Plukenetia, dont Fée 1832, p. 285, nous dit « Linné raisonnait assez souvent ses dédicaces de plantes ; on sait par exemple, qu’il nomma […] Plukenetia, une plante extrêmement irrégulière dans sa forme, à cause des idées bizarres du botaniste Plukenet ».

1247Poederlé Eugène-Joseph-Charles-Gilain-Hubert d’Olmen, baron de. Bruxelles 20/9/1742 - Saintes (Hainaut) 17/8/1813.

1248Botaniste et agronome. Maire de Saintes. Associé étranger de la Société Royale d’Agriculture de Paris.

1249En 1769, il visita une partie de la France (le Languedoc, le Dauphiné, la Bretagne, la Bourgogne, le Lyonnais), y recueillant des renseignements intéressants et se mettant en relation avec des savants faisant autorité en dendrologie et avec plusieurs botanistes. En 1771, il fit en compagnie du duc l’Arenberg (parfois écrit d’Arembert), un autre voyage en Angleterre pour y visiter les jardins et les parcs remarquables. Dès 1772, il fit paraître, à Bruxelles un ouvrage, qui connut plusieurs éditions, le Manuel de l’arboriste et du forestier Belgique, par M. de Poederlé l’ainé. Ouvrage extrait des meilleurs auteurs anciens et modernes, et soutenu d’observations recueillies dans différents voyages, et d’essais faits dans sa patrie.Bruxelles, V.-L. Boubers, 404 p.

1250Poivre Pierre. Lyon 23/8/1719 - Saint-Romain-au-Mont d’Or 6/1/1786.

1251Ancien Intendant du Roi pour les îles de France (Île Maurice) et de Bourbon (La Réunion), agronome et botaniste. Il a introduit dans ces îles, des épices (muscade et giroflier) dérobées aux hollandais, brisant ainsi leur monopole. Il est l’auteur d’un petit ouvrage connu sous le titre de Voyage d’un philosophe.

1252Pollich Johannis-Adami. Kaiserslautern 1/1/1740 - Kaiserslautern 24/2/1780.

1253Médecin, naturaliste et botaniste allemand. Auteur d’une flore du Palatinat : 1776-77.

1254Pougens Marie-Charles-Joseph de. Paris 15/8/1755  - Vauxbuin 19/12/1833.

1255Homme de lettres et imprimeur-libraire français. Membre de plusieurs académies.

1256Prévost Pierre. Genève 3/3/1751 - Genève 8/4/1839.

1257Physicien.  Professeur de philosophie à l’Académie de Genève. Ami de J. J. Rousseau.

1258Pronville Auguste de. Lille 11/4/1768 - Versailles 18/4/1852.

1259Membre et bibliothécaire de la Société d’Agriculture et des Arts du département de Seine-et-Oise et correspondant de celle du Nord. Il est également l’auteur, en 1822 de : Sommaire d’une monographie du genre rosier.

1260Pulteney Richard. Longhborouth (Comté de Leicester) 17/2/1730 - Blandford (Dorset) 13/10/1801.

1261Médecin, pharmacien, botaniste et historien de la botanique anglaise. Membre de la Royal Society(1762) et il participe à la fondation de la Société linnéenne de Londres, à laquelle il légua son cabinet d’histoire naturelle.

1262Il fut le premier biographe de C. Linné (Londres 1781).

1263Quer y Martinez Joseph. Perpignan 26/1/1695 - Madrid 19/3/1764. (né de parents espagnols).

1264Chirurgien de l’armée et botaniste espagnol. Créateur et professeur du Real Jardin botanique de Madrid. Il est le premier espagnol qui ait publié un travail sur les plantes de son pays.

1265Raeuschel Ernst Adolf. 1740 - 1800.

1266Botaniste et bryologue allemand.

1267Ramond de Carbonnières Louis-François-Elisabeth (baron). Strasbourg 4/1/1755 - Paris 14/5/1827.

1268Homme politique (Conseiller et secrétaire particulier du Cardinal de Rohan), géologue et botaniste. L’un des premiers explorateurs des Pyrénées.

1269Ray John. Black Notley 29/11/1627 - Black Notley 17/1/1705.

1270Botaniste et zoologiste anglais, le « Père de la botanique anglaise ». Comme il n’était pas médecin, contrairement aux autres naturalistes de son époque, il ne s’intéressa pas aux plantes pour la pharmacologie, mais surtout pour des raisons scientifiques. On lui doit une première classification naturelle des plantes et il enrichit le vocabulaire botanique de mots nouveaux, par exemple : cotylédon, pollen, etc. Une société, la Ray Society, fondée en 1844, perpétue son nom, avec le but de promouvoir des travaux en histoire naturelle. Il nous semble intéressant de signaler que Ray visita nos régions en 1663 (Liège, Spa, Limbourg) et qu’il en fit une brève description (Ray  1673, : 48-52), (Beaujean, 2011a : 113-116).

1271Read Jacques-Philippe-Joseph. Bouchain 26/11/1738 - ? 12/3/1803.

1272Docteur en médecine de la faculté de Montpellier, Médecin de l’Hôpital militaire de Metz. Membre de l’Académie des sciences.

1273Redouté Pierre-Joseph. Saint-Hubert 10/7/1759 - Paris 19/6/1840.

1274Peintre de fleurs de l’impératrice Joséphine et de la reine Amélie, botaniste. Certainement le plus célèbre des illustrateurs botanistes, il est surnommé le « Raphaël des fleurs  ». Son œuvre Les Rosesest mondialement connue. Membre associé de la Société libre d’Emulation de Liège (1822).

1275Reichard Johann-Jacob. Francfort-s-Main 7/8/1743 - Francfort-s-Main 21/1/1782 (mort de la tuberculose).

1276Médecin et botaniste allemand.

1277Relhan Richard. Dublin 1753 - 28/3/1823.

1278Botaniste (bryologiste, lichenologiste mycologue) et artiste peintre écossais. Membre de la Royal Society (1787) et l’un des membres fondateurs de la Linnean Society (1792).

1279Retzius Anders-Johan. Christianstad (près de Schome) 3/10/1742 - Stockholm 6/10/1821.

1280Botaniste, chimiste et entomologiste suédois, élève de Linné.

1281Professeur d’histoire naturelle et de chimie à l’Université de Lund.

1282Reynier Jean-Louis-Antoine. Lausanne 25/7/1762 - Lausanne 17/12/1824.

1283Botaniste, agronome, historien et économiste. Chef d’administration dans l’armée expéditionnaire d’Egypte pendant l’occupation des français. Plus tard, directeur général des forêts du royaume de Naples, nommé par Joseph Bonaparte. Membre fondateur (1783) de la Société des Sciences Physiques de Lausanne et de la Société helvétique des sciences naturelles. Il a publié de nombreux mémoires sur l’Egypte, l’économie rurale et la botanique.

1284Richer de Belleval Pierre. Châlons-en-Champagne vers 1564 - Montpellier 5/11/1632.

1285Botaniste. Fondateur, par lettre patente d’Henri IV, en 1593, du Jardin des plantes de Montpellier (le premier en France), jardin auquel il consacra toute sa fortune, suivant le modèle de celui de Padoue, créé vers 1545. Professeur, en 1598, de botanique et d’anatomie à l’Université de Montpellier.

1286Rochon Alexis-Marie de (dit l’abbé Rochon). Brest 21/2/1741 - Paris 5/4/1817.

1287Astronome, physicien et voyageur français, passionné par les sciences. Membre de l’académie des sciences de Paris et de Saint-Pétersbourg, astronome de la marine, garde du cabinet de physique du roi, inspecteur des machines des monnaies.

1288Roterham John. Hexhan (Northumberland) 1750 - St. Andrews (Ecosse) 6/11/1804.

1289Curieusement, Pritzel indique : « Etwa 1719 - New Castel upon Tyne 18/3/1787 », dès lors comment aurait-il pu écrire son The sexes of plant vindicated, à William Smellie, en 1790 ?.

1290Elève, à Upsala de 1773 à 1775 et disciple de Linné. Professeur de philosophie naturelle à St. Andrews de 1795 à 1804.

1291Roth Albrecht-Wilhelm. Doetlingen 6/1/1757 - Vegesack (près de Brême) 16/10/1834.

1292Médecin, physicien et botaniste allemand.

1293Roucel François. Durlach, duché de Bade en 1736 - Alost 8/10/1831.

1294Officier de santé, botaniste. Auteur, en l’an XI (1803), de la : Flore du Nord de la France, ou description des plantes indigènes et celles cultivées dans les Département de la Lys, de l’Escaut, de la Dyle et des Deux-Nèthes, y compris les Plantes qui naissent dans les pays limitrophes de ces Départements. Paris, Veuve Richard, Libr., 2 vol., (1) XXXVI + 465p. ; (2) 548 p.  Après la publication de sa Flore, Roucel  avait continué à rassembler des matériaux pour en donner un supplément, mais son grand âge et des problèmes de santé ne lui permirent pas de continuer son œuvre.

1295Rougier de la Bergerie Jean-Baptiste (baron). Bonneuil (Indre) 21/12/1762 - Paris 13/9/1836.

1296Agronome et homme politique français (député, en 1791, à l’Assemblée législative (1791) et préfet (1800) du département de l’Yonne). Membre de la société royale d’agriculture du département de la Seine.

1297Rousseau Jean-Jacques. Genève 28/6/1712 - Ermenonville 2/7/1778.

1298Ecrivain, philosophe, musicien et botaniste.

1299Au déclin de sa vie, il abandonna presque entièrement la littérature pour se passionner à l’étude de la botanique et passait des journées à herboriser. Il a également publié des  « Lettres » sur les plantes, les herbiers et les mousses. Trois mois avant sa mort, Rousseau avait acquis l’herbier de J. B. Fusée-Aublet  (flore guyanaise), formé de 15 tomes, entré dans les collections (1953) du Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Notons pour la petite histoire que Etienne Dossin, botaniste liégeois, reçu en souvenir, de la part de A. L. de Jussieu, dont il suivait les cours à Paris, son exemplaire du Systema naturae de Linné ayant appartenu à  J. J.Rousseau.

1300Roxburgh William. Ayrshire 29/6/1759 - Edimbourg 10/4/1815.

1301Naturaliste, botaniste, médecin et chirurgien écossais. Le « père de la botanique indoue ».

1302Chirurgien à bord des navires de la Compagnie anglaise des Indes orientales, il fut chargé d’observer et de recueillir les plantes qui offriraient quelque intérêt, soit en médecine, soit dans les arts. Directeur du Jardin botanique de Calcuta. Il est l’auteur, en 1814, de : Hortus Bengalensis or catalogue of the plants growing in the Honourable East Company’s Botanic Garden at Calcuta. (104 p.). Ce n’est qu’après sa mort, en 1824, que fut éditée par William Carey, sa Flora indica ; or descriptions of Indian plants.

1303Rozières Thomas-Nicolas Jean de. 1751 -

1304Capitaine au Corps du Génie et Vice-Secrétaire perpétuel de l’Académies des Sciences de Valence (en Dauphiné). Membre correspondant de l’Académie royale des Sciences de Paris et membre associé de la Société d’émulation de Bourg-en-Bresse. Il correspondait avec Buffon.

1305Rozin Frédéric-André. Gripswale, Poméranie suédoise vers 1752 - Sarrebourg (France) 1/3/1829. (Officiellement son nom de famille est de Rosen ; il est dit âgé de soixante-dix-sept ans, sur son acte de décès, obtenu à la mairie de Sarrebourg). Médecin, poète, musicien, professeur, minéralogiste et botaniste. Membre fondateur (1795) de la Société de médecine, chirurgie et pharmacie de Bruxelles, membre fondateur (1800) et ensuite président de la Société de littérature de Bruxelles, etc. Auteur de plusieurs notices originales et l’un des principaux rédacteurs de L’Esprit des journaux. (Beaujean, 2009a : 14-30)

1306Rudbeck Olaus (ou Olov), le jeune. Upsala 15/3/1660 - Upsala 23/3/1740.

1307Explorateur et naturaliste suédois, professeur de médecine à l’Université d’Uppsala.

1308Dans sa jeunesse, C. Linné fut employé par Rudbeck comme tuteur de ses fils. Le genre Rudbeckia (Asteraceae) lui a été dédié par Linné en 1753 (Species Plantarum).

1309Ruiz López Hipólito. Belorada (Burgos, Espagne 8/8/1754 - Madrid 1815.

1310Premier botaniste et chef de l’expédition au Pérou (1777-1788). Auteur, avec José Antonio Pavon y Jiménez (1754-1840) de la Flora Peruviana et Chilensis(1798-1802).

1311Rush Benjamin. Berbery (près de Philadelphie) 24/12/1745 - Boston 18/4/1818.

1312Médecin, chimiste, et homme politique américain. Professeur de médecine clinique à l’Université de Pennsylvanie.

1313Sainte-Marie Etienne. Sainte-Foy-lez-Lyon 4/4/1776 - Lyon 3/3/1829.

1314Docteur en médecine. Membre du Conseil de salubrité et de la Commission de statistique, de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, de la Société de médecine et du Cercle littéraire de la même ville.

1315Sandifort Edouard. Dordrecht 14/11/1742 - Leyde 22/2/1814.

1316Professeur d’anatomie et de chirurgie à l’Université de Leyde.

1317Santi Giorgio. Pienza en 1746 - Pienza 30/12/1822.

1318Naturaliste, chimiste et botaniste italien. Professeur d’histoire naturelle à l’Université de Pise de 1782 à 1822. Directeur du Musée d’histoire naturelle de Pise. Préfet de l’Orto Botanica di Pisa.

1319Saury Jean (abbé). Entraygues (Aveyron) 18/8/1734 - il serait mort au Bengale en 1785.

1320Docteur en médecine, astronome, mathématicien et physicien. Ancien professeur de philosophie à l’Université de Montpellier, correspondant de l’Académie royale des sciences de Montpellier.

1321Saussure Horace Benedict de. Conches (près de Genève) 17/2/1740 - Genève 22/1/1799.

1322Naturaliste, géologue, minéralogiste et botaniste suisse. Il fut l’un des plus illustres savants genevois du 18 e siècle. Il est l’inventeur de l’hygromètre. Considéré comme le fondateur de l’alpiniste, son exploit le plus célèbre est l’ascension du Mont-Blanc, le 3 août 1787, mais il avait gravi déjà avant, le Vésuve et l’Etna.

1323A la mort de de Saussure, le botaniste A. P. De Candolle (1778-1841) lui rendit hommage en lui dédiant une plante alpine qu’il avait découverte, le Saussurea de la famille des Asteraceae.

1324Schmidt Franz-Willibald. Planá 7/7/1764 - Prague 2/2/1796.

1325Botaniste et zoologiste tchèque.

1326Schrank Franz-Paula von. Farnbach-sur-l’Inn 21/8/1747 - Munich 22/12/1835.

1327Prêtre jésuite, naturaliste (botaniste, entomologiste) et polygraphe. Professeur de botanique économique et d’économie rurale à l’Université d’Ingolstadt, il fut ensuite le fondateur (1809) et premier directeur du Jardin botanique de Munich, secondé par K.F.Ph. von Martius (1794 - 1868). Auteur de nombreuses publications botaniques.

1328Schreber Johan-Christian-Daniel von. Weissensee (Thuringe) 16/1/1739 - Erlangen 10/12/1810.

1329Botaniste, mycologue et zoologiste allemand. Elève de Linné à Upsala, il a aussi suivi les cours de J. G. Gleditsch à Berlin. Professeur de médecine et de botanique ainsi que directeur du Jardin botanique à Erlangen. Son important herbier, acquis en 1813 par le roi de Bavière, est la base de l’Herbier regnis Monacence, aujourd’hui Botanische Staatssammlung München. Outre ses récoltes personnelles, il contient quelques plantes de Linné et de bien d’autres récolteurs.

1330Schwerz Johan-Nepomuk von. Koblenz 11/6/1759 - Koblenz 11/12/1844.

1331Agronome, directeur de l’institution agronomique de Hohenheim. Inspecteur général pour la culture des champs et de l’industrie à Coblence. Membre correspondant de l’Académie des sciences (section économie rurale) de l’Institut de France (28/4/1822). Il a notamment publié: 1807-1811. – Anleitung zur Kenntniß der belgischen Landwirthschaft. Halle, Hemmerde & Schwetschke.

1332Scopoli Giovanni-Antonio. Cavalese (Trentin-Haut-Adige) 3/6/1723 - Pavie 8/5/1788.

1333Physicien et naturaliste italien (botaniste et entomologiste) Professeur d’histoire naturelle à l’Université de Pavia. Auteur, en 1772, de: Flora Carniolica(2 vol.).

1334Ségur Octave-Henri-Gabriel, comte de. Paris 30/6/1779 - Paris 15/8/1818. (Suicide).

1335A sa sortie de l’école Polytechnique, il fut nommé sous-préfet à Soisson, puis devint officier supérieur dans l’état-major de la garde royale. Il est le traducteur, en français, de la Flore des jeunes personnes..., de Priscilla Wakefiel. Il s’est suicidé en se jetant dans la Seine.

1336Senebier Jean. Genève 6/5/1742 - Genève 22/7/1809.

1337Pasteur et naturaliste suisse. Bibliothécaire de la ville de Genève, éditeur du Journal de Genève(1787-1791). Auteur de nombreux travaux sur la physiologie végétale (Photosynthese), il démontra notamment que le gaz carbonique est absorbé par les parties vertes des plantes puis décomposé, par la lumière solaire, en oxygène.

1338Serres Marcel de. Montpellier 3/11/1783 - Montpellier 22/7/1862.

1339Conseiller à la cour, de 1814 à 1852, de Montpellier. Naturaliste et géologue français. Auteur de nombreux travaux, il embrassa à la fois le règne animal et le règne végétal, considérés dans leurs espèces vivantes ou éteintes. Lors de la création de la Faculté des sciences de Montpellier (juillet 1809), il fut investi de la chaire de géologie et de minéralogie.

1340Sieber Franz-Wilhelm. Prague 30/3/1785 - Prague 17/12/1844.

1341Médecin et botaniste. Serviteur et compagnon de voyage de J. C. Von Hoffmannseg au Brésil.

1342Il a passé les 14 dernières années de sa vie dans un asile psychiatrique.

1343Smellie William. Edinbourg en 1740 - Edinbourg 24/6/1795.

1344Naturaliste, botaniste, archéologue, encyclopédiste et maître imprimeur écossais. Rédacteur de la première édition de l’Encyclopedia Britanica. Membre de la Royal Society et de la société des antiquaires d’Ecosse.

1345Smith James-Edward. Norwich 2/12/1759 - Norwich 17/3/1828.

1346Médecin et botaniste anglais. Grand admirateur de C. Linné, Smith fit l’acquisition, en 1784, des livres et des collections du grand botaniste. En 1788, il fonda et en fut le premier président, de la célèbre “The Linnean Society of London“. Membre des Académies de Stockholm, Upsala, Turin, Lisbonne, Philadelphie, New York, etc., de l’Académie impériale des Curieux de la Nature, de l’Académie royale des sciences de Paris.

1347Il est l’auteur de nombreuses publications, dont la Flora britannica, en 1800.

1348Sonnerat Pierre. Lyon 18/8/1749 - Paris 31/3/1814.

1349Naturaliste et explorateur français. Membre de l’Administration de la Marine. Correspondant de l’Institut national de France, membre de l’Académie de Lyon.

1350Sonnini de Manoncourt Charles-Nicolas-Sigisbert. Lunéville 1/2/1751 - Paris 9/5/1812.

1351Naturaliste français. Acien Officier de Marine, il fit 2 séjours en Guyane de 1772 à 1784 et de 1775 à 1776). Correspondant du cabinet du roi et de la société royale d’agriculture. Il collabora, dès 1808 au Journal debotanique. Membre de l’académie royale des sciences et belles-lettres de Nancy. Ami et collaborateur de Buffon, il continua l’oeuvre entreprise par ce dernier.

1352Sowerby James. Londres 21/3/1757 - Lambeth 25/10/1822.

1353Naturaliste et illustrateur anglais. S’il fut l’illustrateur de la Flora Londinensisde W. Curtis,  et de bien d’autres publications d’histoire naturelle (botanique, mycologie, minéralogie, etc); nous retiendrons plus particulièrement son oeuvre, commencée en 1790, de 36 volumes sur la botanique de Grande-Bretagne, dont la parution durera 24 ans. Elle contient 2592 gravures colorée de sa main et connue sous le nom de Sowerby’s Botany, dont les textes sont signés James Edward Smith (1759-1828).

1354Spallanzani Lazzaro (abbé). Scandiano (Italie) 1/1/1729 - Pavie 12/2/1799.

1355Biologiste et philosophe italien. Professeur d’Histoire Naturelle à l’Université de Pavie.

1356Sparrman Anders-Erikson. Tensta 27/2/1748 - Stockholm 9/8/1820.

1357Naturaliste suédois, élève de C. Linné. Conservateur des collections d’histoire naturelle et professeur à Stockholm, membre de l’Académie royale des sciences de Suède. Il voyagea en Chine et au Cap. Auteur de nombreuses publications, notamment, en 1787, avec Cook: Un voyage au Cap de Bonne-Espérance, au cercle polaire austral et autour du monde, ainsi que dans les pays des Hottentos et des Cafres.

1358Stackhouse John. Trehane (Cornwall) en 1740 - Bath (Sommerset) 22/11/ 1819.

1359Botaniste anglais. Membre de la Société linnéenne de Paris. Auteur de Nereïs Britannica, en 1795 (description de plantes marines).

1360Stella Francesco-Maria. Spilimbergo (Frioul) en 1745 - Udine en février 1800.

1361Physicien, chimiste, naturaliste et agronome. Professeur de philosophie au Collège des Pères Barnabites à Udine. Vice-secrétaire de l’Académie.

1362Stephan Christian-Friedrich. 1757 - 1814.

1363Docteur en médecine et professeur de botanique et de chimie à Moscou, ville où il a mené des recherches floristiques.

1364Stieff Johann-Ernst. Breslau 22/5/1719 - Breslau 4/1/1793.

1365Docteur en médecine.

1366Stoever Dietrich-Heinrich. 1767 - 1822.

1367Docteur en philosophie, historien et homme politique allemand. Il a notamment publié des lettres écrites par  C. Linné.

1368Suckow Georg-Adolf. Jena 28/1/1751 - Heidelberg 13/3/1813.

1369Naturaliste. Professeur de physique, de chimie et d’histoire naturelle à l’Université de Heidelberg. Caulique du duc de Deux-Ponts. Il a écrit plusieurs ouvrages et articles sur différentes branches de l’histoire naturelle (chimie, zoologie, minéralogie et botanique). Membre de la Bavarian Academy of Sciences and Humanities.

1370Suter Johann-Rudolf.  Zolfingen 29/3/1766 - Berne 24/2/1827.

1371Professeur de botanique à Berne.

1372Swartz Olof. Norkoeping (Suède) 21/9/1760 - Stockholm 19/9/1817.

1373Botaniste suédois qui a voyagé en Finlande, en Lapponie et dans les Antillen. Professeur d’histoire naturelle à Stockholm. Il fut notamment spécialiste des Fougères (Synopsis Filicum (1806). Il a égalemenrt publié Fasciculus lichenum americanorum(Erlangen, 1811).

1374Targioni-Tozzetti Giovanni. Florence 11/9/1712 - Florence 7/1/1783.

1375Naturaliste italien, médecin, botaniste et géologue. Directeur du Jardin botanique et professeur de botanique à l’Université de Florence.

1376Tessier Henri-Alexandre, dit l’abbé Tessier. Angerville-la-Gate 16/10/1741 - Paris 11/12/1837.

1377Agronome, encyclopédiste et docteu en médecine. Adjoint botaniste. Directeur des bergeries de Rambouillet. Membre de l’Académie des sciences.

1378Thénard Louis-Jacques (baron). La Louptière 4/5/1777 - Paris 21/6/1857.

1379Chimiste français qui a beaucoup travaillé avec L. T. Gay-Lussac.

1380Thiébaut-de-Berneaud Arsenne. Sedan 14/1/1777 - Paris  3/1/1850.

1381Militaire, agronome et botaniste français. Secrétaire perpétuel de la Société linnéenne de Paris.

1382Membre de plusieurs sociétés savantes, littéraires et d’agriculture de France, Italie, etc.

1383Entré comme bibliothécaire à la bibliothèque Mazarine, il en fut nommé con-servateur en 1849.

1384Thouin André. Paris 10/2/1747 - Paris 27/10/1824.

1385(né au Jardin du Roi, son père étant jardinier en chef de cet établissement).

1386Botaniste et agronome français. Professeur de culture au Jardin du Roi. Correspondant du docteur A. L. S. Lejeune de Verviers.

1387Thuillier Jean-Louis. Creil 22/4/1757 -  Paris 18/12/1822.

1388Botaniste français. Grand récolteur de plantes, il accompagna souvent A. L. de Jussieu (1748-1836) dans ses herborisations.

1389Thunberg Carl-Pehr. Jöuköping 11/11/1743 - Thunsberg (près Upsala) 8/8/1828.

1390Botaniste suédois, élève et successeur de C. Linné fils à la chaire de botanique. Surnommé le « Père de la botanique d’Afrique du Sud ». Naturaliste éminent, célèbre pour ses voyages (France, Cap de Bonne-Espérance, Japon) et par ses écrits : 1784, Flora japonica… ; 1807-1813, Flora Capensis…

1391Tingry Pierre-François. Soissons (Aisne) en 1743 - Genève 12/2/1821.

1392Pharmacien, chimiste, professeur de chimie et de Mineralogie à Genève. Protestant réfugié à Genève, il devint, en 1773, bourgeois de cette ville. Ami de de Saussure et de Sennebier, il fit des recherches en chimie végétale. Membre de la Société des Curieux de la Nature, de Berlin, Correspondant de l’Académie royale de Turin.

1393Tournefort  Joseph Pitton de. Aix-en-Provence 5/6/1656 - Paris 28/12/1708.

1394Célèbre botaniste français dont la biographie est bien connue.

1395Trattinnick Léopold. Klosterneuburg, près de Vienne 26/5/1764 - Vienne 14/1/1849.

1396Botaniste et artiste peintre autrichien. Auteur de nombreux ouvrages botaniques, dont Flora austriaca sicca (1792-1794), sur les Pelargonium, et d’un grand ouvrage sur les champignons d’Autriche.

1397Trew Christoph-Jakob. Lauf (près Nuremberg) 26/4/1695 - Nuremberg 18/7/1769.

1398Médecin et botaniste allemand. Professeur à l’Université d’Altdorf.

1399Trochereau de la Berlière Jacques-Arnould. Paris en 1718 - Saint-Germain-en-Laye (?) en 1796 ou 1797 (?).

1400Botaniste, jardinier et écrivain. Membre de l’académie des belles-lettres, sciences et arts de Rouen, ancien commissaire de la Marine.

1401Tschudy Jean-Baptiste-Louis-Théodore de. Metz 25/8/1734 - Versailles 7/3/1784.

1402Il s’intéressa à la littérature, à la musique, à l’horticulture et à la botanique. Membre et l’un des fondateurs de l’Académie de Metz. Ministre et chargé d’affaires du prince-évêque de Liège à la cour de Versailles. Dans le parc de son château de Colombey, près de Metz, il avait fait planter des essences d’arbres, très rares pour l’époque, venues d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Il publia notamment, en 1778 : De la transplantation, de la naturalisation et du perfectionnement des végétaux.

1403Turpin Pierre-Jean-François. Vite (Calvados) 11/3/1775 - Paris 1/5/1840.

1404Botaniste et peintre autodidacte. Il fut l’un des plus grands illustrateurs d’oùvrages de l’époque napoléonienne.

1405Membre de l’Académie des Sciences (1833), de la Société Philomanique de Paris (1821).

1406Turra Antonio. Vicence (Italie) 25/3/1730 - Vicence 6/9/1796.

1407Médecin et botaniste italien. Secrétaire perpétuel de l’Académie de Vicense.

1408Tutot  Jean-Jacques. Liége 22/2/1741 - Paris 20/9/1794.

1409Imprimeur, éditeur et libraire liégeois.  Beau-père du bourgmestre de Liège, Hyacinthe Fabry. Premier imprimeur de l’Esprit des Journaux. Gilissen lui a consacré une importante étude en 2007.

1410Usteri Paulus. Zurich 14/2/1768 - Zurich 9/4/1831.

1411Médecin et botaniste suisse. Bourgmestre de Zurich (1831), membre et président du sénat (1798), conseiller d’état du canton de Zurich. Professeur à l’école cantonale de Zurich. Fervent défenseur de la liberté de la presse, il avait fondé à Leizig, une maison d’édition sous le nom de Peter Philipp Wolff. Créateur de La NouvelleGazette de Zurich(1820). Membre de plusieurs sociétés savantes. Editeur des Annalen der Botanik à Leipzig.

1412Vahl Martin-Hendriksen. Bergen (Novège) 10/10/1749 - Copenhage 24/12/1804.

1413Botaniste et zoologiste suédois, élève de Linné. Professeur de botanique à la Société d’Histoire naturelle de Copenhague (1786), et ensuite à l’Université de la même ville, de 1801 à 1804. Directeur du Jardin botanique de Copenhague.

1414Valade (la veuve).

1415Veuve de Jacques-François Valade (né à Toulouse - Paris 24/1/1784), imprimeur-libraire à Paris, elle assura, associée à Tutot, la publication de L’Esprit des journauxde décembre 1782 à mars 1783.

1416Valenzuela y Mantilla Eloy (dom). San Juan de Giron (Nouvelle Grenade) 25/6/1756 - Bucarama 31/10/1834 (assassiné).

1417Curé de Bucamara, département de Giron, province de Pamplune à la Nouvelle-Grenade, élève et ami de José Mutis. Médecin des pauvres. Mathématicien et naturaliste. Directeur adjoint d’une expédition botanique en Nouvelle Grenade. Il a découvert, en 1809, une nouvelle espèce de pomme de terre qu’il a nommée Solanum papa et qui fut décrite par A. P. De Candolle, en 1816, sous de Solanum valenzuelae DC.

1418Valmont-Bomare Jacques-Christophe. Rouen 17/9/1731 - Paris 24/8/10-807.

1419Professeur d’histoire naturelle à l’Ecole centrale de Paris. Auteur de plusieurs ouvrages d’histoire naturelle.

1420Vandelli Domenico-Agostino. Padoue 8/7/1735 - Lisbonne 27/6/1816.

1421Professeur de chimie et d’histoire naturelle (1765) à Coimbra, où il fonde un Jardin botanique. En 1793, il devient le premier directeur du Jardin botanique d’Ajuda à Lisbonne. C. Linné (père) lui a dédié le genre Vandellia, de la famille des Scrophulariaceae.

1422Vanderstegen de Putte Joseph-François-Philippe. Bruxelles 17/9/1754 - Bruxelles 6/5/1799.

1423Echevin, ensuite bourgmestre (1794) de Bruxelles. Professeur de sciences naturelles à l’Ecole centrale de la Dyle. Il fut l’un des premiers naturalistes de Belgique qui importa les idées linnéennes, il traduisit en français le Systema Naturaede Linné. Fondateur et directeur, en 1797, d’un jardin botanique à Bruxelles (place du Musée) où il fut remplacé, après sa mort, par A. Rozin.

1424Van Hulthem Charles. Gand 17/4/1764 - Gand 16/12/1832.

1425Bibliophile. Secrétaire de la Société Royale d’Agriculture et de Botanique de Gand (1809).

1426Amateur de botanique, il avait suivi les cours de Michaux, à Louvain et de Desfontaines, à Paris. C’est à lui que l’on doit le choix de l’emplacement du Jardin botanique de Gand, et la création, en 1796, de cet établissement eut une grande influence sur l’horticulture gantoise d’abord, belge ensuite.

1427Van Mons Jean-Baptiste. Bruxelles 11/11/1765 - Louvain 6/9/1842.

1428Pharmacien, chimiste, botaniste, agronome et  pomologue.

1429L’un des rédacteurs de L’Esprit des journaux, il s’y occupait principalement de la chimie.

1430Van Spaendonck Gérard. Tilburg (Pays-Bas) 23/3/1746 - Paris 11/5/1822.

1431Peintre et graveur d’origine néerlandaise, installé à Paris en 1769. Spécialiste des peintures de fleurs. Professeur de peinture florale (1780) au Jardin des Plantes. En 1786, il est nommé peintre de Marie-Antoinette. Après la Révolution, il occupe la chaire d’iconographie naturelle au Muséum national d’Histoire Naturelle, et en 1795 il devient l’un des premiers membres de l’Académie des Beau-Arts. Membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Entre 1799 et 1801, il a fait paraître une collection de 24 gravures intitulée Fleurs dessinéesd’après nature, l’une de ses œuvres majeure.

1432Varenne de Fenille Philibert-Charles-Marie. Dijon 10/12/1730 - Lyon 14/2/1794.

1433(Arrêté le 12/10/1793 puis exécuté sur l’échafaud révolutionnaire).

1434Agronome spécialisé en sylviculture, arboriculteur et écrivain. Il avait créé des pépinières modèles à Bourg-en-Bresse et continué les travaux de sylviculture de Duhamel-Dumonceau. Membre de la Société royale d’Agriculture de Paris (dès sa fondation, avec Daubenton et Buffon). Associé ordinaire des Sociétés d’Agriculture de Dijon, Lyon, et Bourg-en-Bresse.

1435Vaucher Jean-Pierre. Genève 27/4/1763 - Genève 5/1/1841.

1436Pasteur protestant et botaniste suisse. Professeur de botanique à Genève, il s’intéresse au développement des algues. Il consacre son temps libre à la botanique qu’il enseigne dans le jardin de la Société de physique et d’histoire naturelle.

1437Vauquelin Louis-Nicolas. Saint-André-d’Hébertot (Calvados) 16/5/1763 - Saint-André-d’Hébertot 14/11/1829.

1438Pharmacien et chimiste, député du Calvados (1827). L’un des chimistes les plus célèbres de France. Membre fondateur (1801) de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale. Membre de l’Académie des sciences (1795), et de l’Institut national de France. Directeur de l’Ecole de pharmacie de Paris en 1803. Professeur à l’Université de Paris (1809). Professeur de chimie au Muséum d’histoire naturelle (1804), au Collège de France, à l’école de phar-macie, à la Faculté de médecine de Paris et au Jardin des plantes.

1439En 1806, en étudiant les asperges, il parvient à isoler l’acide aminé aspargine et il découvre également la pectine et l’acide malique dans les pommes. Il a découvert le chrome en 1797 et a étudié un grand nombre de substances végétales et animales

1440Velbruck François-Charles (Comte de). Garath (près Düsseldorf) 11/6/1719 - Hex (près de Tongres) 30/4/1784.

1441Comte et Prince-Evêque de Liège, prince des lumières et franc-maçon. C’est lui qui donna l’autorisation de publier l’Esprit des Journaux. Notons que Velbruck était lui-même grand amateur de jardinage. Au château de Seraing, demeure de plaisance des princes-évêques de Liège, des serres (dont une était réservée à la culture des ananas) et une grande orangerie permettaient la culture de plantes (250 aux dires de François Garnier (1750-1846), qui y fut jardinier de 1773 à 1778, celles ne supportant pas nos hivers (oranger, grenadiers, etc.). Au château de Hex (près de Tongres), pavillon de chasse du prince, on peut encore voir dans les jardins, un murier, des chênes et deux rosiers (Rosa indica L. ‘Rubra’ et ‘Old Blush’) introduits et plantés à son époque. (Beaujean 2009b : 16-18).

1442Ventenat Etienne-Pierre. Limoges 1/3/1757 - Paris 13/8/1808.

1443Botaniste français. Bibliothécaire du Panthéon. Un des fondateurs des jardins de Malmaison.

1444Viel de Saint-Maux Charles-François. Paris 21/6/1745 - Paris 1/12/1819.

1445Architecte de l’Hôpital général, membre du Conseil des travaux publics de la Seine, de la Société libre des sciences et des arts de Paris, etc.

1446Villèle Joseph (comte de) Toulouse 14/4/1773 - Toulouse 13/3/1854.

1447Ayant acquis un domaine à l’Ile de la Réunion, (1794 à 1807), il s’enrichit dans la culture du café, tout en s’opposant à l’abolition de l’esclavage. Rentré en France, il se lança dans une carrière politique (maire de Morville, maire de Toulouse, député, président de la Chambre) et en 1821, rappelé par Louis XVIII, après la chute de Richelieu, il devient chef du gouvernement d’où il démissionne, après dissolution de la Chambre, en 1828. Il se retire alors dans son hôtel particulier de Toulouse où il meurt.

1448Vitman Fulgencio. 1728 - 1806.

1449Prêtre et botaniste italien. Professeur de botanique à l’Université de Pavie, ensuite au Collège de Brers.

1450Vogel Benedict-Christian. Feuchtwangen 24/4/1745 - Nuremberg 8/6/1825.

1451Physicien et botaniste bavarois. Professeur à Altdorf.

1452Wallerius Johan-Gotschalk. Nerike 11/7/1709 - Upsala 16/11/1785.

1453Chimiste. Professeur à Uppsala (chimie, médecine et pharmacie). Considéré comme le fondateur de la chimie agricole. Membre de l’Académie royale suédoise des sciences.

1454Walter Thomas. Hampshire (Grande-Bretagne) vers 1740 – près de Charleston (Caroline du Sud) 17/1/1789.

1455Botaniste et planteur américain d’origine anglaise. Auteur, en 1788, de la Flore deCaroline, première flore locale de l’Amérique du Nord utilisant la nomenclature binominale de Linné. Ami de John Fraser (1750-1811), botaniste lui aussi.

1456Weber Georg-Heinrich. Gottingue 27/7/1752 - Kiel 7/7/ 1828.

1457Médecin et botaniste allemand. Professeur de médecine (1777) à l’Université de Kiel, ensuite de botanique (1802). Directeur du Jardin botanique de Kiel.

1458Weissenbruch Charles-Auguste-Guillaume. Sarrebruck (Prusse) vers 1744 - Bruxelles 1/3/1826. (décédé à l’âge de 81 ans, 7 mois et 7 jours selon son acte de décès).

1459Imprimeur-Libraire (maison fondée en 1773), éditeur, marchand de musique et d’estampes. Propriétaire et directeur, Place de la Cour n° 1085 à Bruxelles (de 1803 à 1818), de L’Esprit des Journaux. Il fut aussi l’éditeur du Journal encyclopédique ou universel(jusqu’n 1793), ce qui pourrait expliquer la similitude entre certains articles (textes et typographie) repris dans les deux publications.

1460White John. 1756 - 1832.

1461Chirurgien  en chef de l’infirmerie de Manchester. Chirurgien de l’établissement anglais de Botany-Bay

1462Naturaliste amateur.

1463Whitering William. Wellington 17/3/1741 - Spakbrook (Birningham) 6/10/1799.

1464Médecin, géologue, chimiste et botaniste anglais. Il fut un pionnier dans l’identi-fication des champignons et est célèbre pour sa découverte de la digitaline.

1465Wilcke Georg-Wilhelm Constantin von. Weimar 2/12/1761 - Jena 17/2/1788.

1466Botaniste et  jardinier allemand.

1467Willdenow Carl-Ludwig. Berlin 22/8/1765 - Berlin 10/7/1812.

1468Botaniste et pharmacien allemand. Professeur de botanique à Berlin et directeur du Jardin botanique de cette ville. Il a étudié les plantes ramenées d’Amérique du sud par A. von Humboldt.

1469Willemet  Pierre-Remi-François. Nancy 2/4/1762 - Seringapatman (Inde) en août 1790.

1470Fils de Remi. Botaniste. Après ses études, il s’embarqua pour les Indes. Au cours de ce voyage, il récolta un grand nombre de plantes (côte occidentale de l’Afrique, cap de Bonne-Espérance, Madagascar, Ceylan). Arrivé à Pondichery, il essuya toutes les persécutions imaginables de la part du gouverneur et en éprouva un  chagrin qui altéra sa santé, au point qu’il mourut en août 1790. En plus d’autres travaux botaniques, il a laissé un mémoire manuscrit inédit, Systema fungorum.

1471Willemet Rémi. Norroy (Vosges). 13 septembre 1735 - Nancy 21 juillet 1807.

1472Pharmacien et botaniste lorrain. Professeur de botanique et de chimie au Collège de médecine de Nancy puis professeur à l’Ecole centrale lors de sa création (1796) et directeur du Jardin botanique de Nancy « qui n’offrait plus qu’un vaste champ à défricher ». Il est l’auteur de nombreux travaux de botanique (Phytographie économique de la Lorraine (1780) ; Lichenographie économique ou Histoire des Lichens utiles (1787) ; Monographie pour servir à l’histoire naturelle des plantes étoilées (1791) ; etc. Notons que dans la notice nécrologique qui lui est consacrée (octobre 1807) son nom est faussement orthographié « Wilmet » et des erreurs paraissent dans les lieux et dates de naissance et de décès !

1473Wolff Jean-Louis. Spa 24/6/1756 - Spa 8/1/1838. « Jean-Louis Duloup portant maintenant le nom de WOLFF, ensuite d’un changement judicieux arrivé le 13 août 1791 de la ci-devant Cour de Justice de Spa ».

1474Peintre et naturaliste, il avait étudié la végétation de la région spadoise ou il avait observé nombre d’espèce rares qu’il avait signalées au docteur A. L. S. Lejeune pour sa « Flore des environs de Spa ».

1475Woodville William. Cockermarth  (Cumberland, Ecosse) en 1752 - Londres 26/3/1805.(mort de la variole).

1476Médecin, botaniste et hygiéniste anglais. Directeur du St. Pancras Hospital de Londres, il fut un ardent propagateur de l’inoculation de la vaccine. Membre du Collège royal de médecine de Londres, et de la Société linnéenne de Londres (1791). Auteur du Medical Botany (1790-93, 3 vol.), dans lequel on trouve une histoire de la botanique et la description des plantes médicinales, avec l’exposé de leur usage et de leurs propriétés.

1477Wright William. Crieff (Ecosse) en mars 1735 - Edimbourg 19/9/1819.

1478Docteur en médecine et botaniste écossais ayant vécu de nombreuses années en Jamaïque, où il fut Chirurgien général. Membre de la Société philosophique d’Amérique.

1479Zuccagni Attilio. Florence 10/1/1754 - Florence 21/10/1807.

1480Médecin, naturaliste et botaniste italien, auteur de nombreuses descriptions de plantes nouvelles, dont le Poa tef (= Eragrostis tef  (Zucc.) Tr.), graminée des montagnes d’Abyssinie.

1481Documents consultés

1482ANONYME, 1788. – Eloge de M. Guettard. In Histoire de l’Académie royale des sciences. Année MDCCLXXXVI. Avec les Mémoires de Mathématique & de Physique pour la même Année, Tirés des Registres de cette Académie. Paris, Imprimerie royale, 723 p. [cf. pp. 47-62].

1483ANONYME, 1791. – Herbier portatif des plantes qui se trouvent dans les environs de Liege, avec leur description & classification selon le système de Linné ; précédé d’un discours sur la botanique ; par A. Rozin, médecin. Premier cahier, de 80 pages & 40 planches, grand in-8vo. Chez l’auteur, maison de M. Tutot, imprimeur-libraire, en Vinave d’Isle, à Liege. In L’Esprit des journaux, françois et étranger. 20, juillet 1791, Tome VII : 136-147. Paris, Veuve Valade & Liege J.J. Tutot, 432 p.

1484ANONYME, 1797. – Actes de la Société de médecine, chirurgie et pharmacie établie à Bruxelles, sous la devise Aegrotantibus. Liste des membres. I (I). Bruxelles, Vanasbroeck, 216 p. [cf. p. XX, Rozin].

1485ANONYME, 1806. – Eloge historique de Jacqus-Martin Cels, lu à la séance publique de la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut national, du 7 juillet 1806, par G. Cuvier, secrétaire perpétuel pour les sciences physiques. In Mercure de France, littéraire et politique. 26, Paris, impr. Le Normand, 672 p. [cf. pp. 32-39].

1486ANONYME, 1829. –  Necrologia. Nicolo Martelli. Annali di storia naturale II. Bologna. pp. 278-279.

1487ANONYME, 1887. – Catalogue de la bibliothèque de feu M. Edouard Morren. Livres rares et précieux, ouvrages et publications périodiques botaniques. Liége, A. Desoer, 208  p.

1488ARNAULT A. V., JAY A., JOUY E., NORVINS J. et autres, 1824. – Biographie nouvelle des contemporains, ou dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leur erreur ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers. 15 Napp - Pang. Paris, Librairie historique, 396 p. [Palisot de Beauvois p. 341-351 ; Pallas p. 351-353].

1489ARNAULT A. V., JAY A., JOUY E., NORVINS J. et autres, 1825. – Biographie nouvelle des contemporains, ou dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leur erreur ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers. 19 San – Thou. Paris, Librairie historique, 482 p. [cf. Thouin p. 463-465].

1490AUTEURS MULTIPLES, 1772-1818. – L’Esprit des journaux, français et étrangers. Par une société de gens de lettres. Liége, Bruxelles, Paris. Divers imprimeurs, notamment J.J. Tutot et Veuve Valade. 487 volumes.

1491AUTEURS MULTIPLES, 1811. – Saussure (Horace-Benedict de). In Dictionnaire universel, Historique, critique et bibliographique, ou Histoire abrégée et impartiale des personnages de toutes les nations qui se sont rendus célèbres, illustres ou fameux par des vertus, des talens, de grandes actions, des opinions singulières, des inventions, des découvertes, des monumens, ou par des erreurs, des crimes, des forfaits, etc., depuis l’origine du monde jusqu’à nos jours ; contenant aussi celle des dieux et des héros de toutes les mythologies ; enrichie des notes et additions des abbés Brotier et Mercier de Saint*Léger, etc., etc. D’après la huitième Édition publiée par MM. Chaudon et Delandine. Neuvième édition, revue, corrigée et augmentée de 20,000 articles environ, par une société de savans français et étrangers. XV. Paris, de l’imprimerie de Prudhomme fils, 570 p. [cf. pp. 554-558].

1492AUTEURS MULTIPLES, 1813. –  Louis Pierre Couret de Villeneuve. In Biographie universelle, ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Ouvrage entièrement neuf, rédigé par une société de gens de lettres et de savants. 10. Paris, Michaud frères, 680 p. [cf. pp. 103-104].

1493AUTEURS MULTIPLES, 1819a. – Lambinet (Pierre). In Biographie universelle, ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont distingués par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Ouvrage entièrement neuf, rédigé par une société de gens de lettres et de savants. 23. Paris, chez L. G. Michaud, 642 p. [cf. p. 280-282, Lambinet (Pierre)].

1494AUTEURS MULTIPLES, 1819b. – Supplément au dictionnaire historique de l’abbé F. X. Feller ; formant la suite de la nouvelle édition, revue et corrigée sur la troisième, et augmentée de quatre volumes.11. Paris, chez Méquignon, 482 p. [cf. p 67-68, Lambinet (Pierre)].

1495AUTEURS MULTIPLES, 1821a. – Dufresnoy (André-Ignace-Joseph). In Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale 3. Paris, C. L. F. Panckoucke, éditeur, 571 p. [cf. pp.537-538].

1496AUTEURS MULTIPLES, 1821b. – Gymnosporangium (Bot.-Crypt.) [genre de champignons créé par Hedwig fils]. In Dictionnaire des sciences naturelles, dans lequel on traite méthodiquement des différens êtres de la nature, considérés soit en eux-mêmes, d’après l’état actuel de nos connoissances, soit relativement à l’utilité qu’en peu-vent retirer la médecine, l’agriculture, le commerce et les arts. Suivi d’une biographie des plus célèbres naturalistes. Ouvrage destiné aux médecins, aux agriculteurs, aux commerçans, aux artistes, aux manufacturiers, et à tous ceux qui ont intérêt à connoître les productions de la nature, leurs caractères génériques et spécifiques, leur lieu natal, leurs propriétés et leurs usages. Par Plusieurs Professeurs du Jardin du Roi, et des principales Écoles de Paris. 20. Strasbourg et Paris, F. G. Levrault ; Paris, Le Normand. 572 p. [cf. pp. 140-142].

1497AUTEURS MULTIPLES, 1827. – Biographie universelle, ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus et leurs crimes, rédigé par une société de gens de lettres et de savants. Tome 50.  Paris, chez L. G. Michaud, libraire-éditeur, 616 p. [Cf. p. 574-575, Willemet R. ; p. 576, Willemet P.-R.].

1498BALIS J., 1962. – Hortus belgicus. Catalogue de l’exposition. Bruxelles, Biblioth.  Albert I, 88 p.

1499BALIS J., 1970. – Le premier Jardin botanique de Bruxelles. In Anonyme. Histoire des Jardins botaniques de Bruxelles. Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 32 p.

1500BAECKNER M., 1752. – Noxia Insectorum. Dissertatione Academia cum cons. Ampliss. Facult. Medicae sub praesidio viri experientissimi & celeberrimi, D:ni Doct. Caroli Linnaei, S: ae R : ae M:tis Archatri, Med. et Botan. Profess. Reg. et Ordi. Acad. Imperial. Monspel. Stockholm. Upsaliens.et Berolin. Socii, publico bonurum examini subjecta Michaël A. Baeckner, Helsingo. In auditorio carolino majori die XVIII decembr. A: o MDCCLII horis ante merid. Consvetis. Holmiae, Typis Laurentii Salvii. 40 p.

1501BARBIER A. A. & DESESSARTS N. L. M., 1817. –  Nouvelle bibliothèque d’un homme de goût, entièrement refondue, corrigée et augmentée, contenant des Jugements tirés des Journaux les plus connus et des critiques les plus estimés, sur les meilleurs ouvrages qui ont paru dans tous les genres, tant en France que chez l’Etranger jusqu’à ce jour. Tome cinquième. Paris, Arthus Bertrand, 467 p. [cf. p. 208-210].

1502BEAUJEAN J., 2008a. – Il y a 150 ans disparaissait le « Père de la botanique belge », A. L. S. Lejeune : sa vie, son œuvre, sa famille. Natura Mosana 61 : 79-107.

1503BEAUJEAN J., 2008b. – Le « Voyage de Liége » de A. P. De Candolle, 2 juin - 2 octobre 1810. Lejeunia NS 184, 115 p. [cf. p. 95-96].

1504BEAUJEAN J., 2009a. – Quelques pages de la botanique au Pays de Liège aux 18e et 19e siècles. Lejeunia NS 187, 38 p. [cf. p. 14-30, Rozin].

1505BEAUJEAN J., 2009b. − Les jardins de Hex, près de Tongres (prov. de Limbourg), de leur création à nos jours. Bulletin de la Société libre d’Emulation de Liège. 63 : 6-18.

1506BEAUJEAN J., 2011− François-Joseph Garnier (1750-1846), auteur imaginaire d’une supercherie « botanico-littéraire » : Les souvenirs de François Garnier. Natura Mosana 64: 76-88.

1507BEAUJEAN J., 2011a. – Un célèbre botaniste anglais, John Ray (1627-1705), en visite dans la région liégeoise en 1663. Natura Mosana 64 :113-116.

1508BERGMANS P., 1897. – Millon (Charles). Biogr. Nat., XIV : 843-847.

1509BERGMANS P., 1924. – Stegen de Putte (Joseph-François-Philippe van der). Biogr. Nat., XXIII : 765-766.

1510BERTHOLON P., 1783. – de l’éléctricité des végétaux. Ouvrage dans lequel on traite de l’électricité de l’atmosphere sur les plantes, de ses effets sur l’économie des végétaux, de leurs vertus médico-électriques, & principalement des moyens de pratique de l’appliquer utilement à l’agriculture, avec l’invention d’un électro-végétometre. Paris, P. F. Didot Jeune, 468 p.

1511BODY A., 1888. – Une supercherie littéraire ou les souvenirs de François Garnier, etc. In Spa. Histoire et bibliographie : 383-417. Edition anastaltique de l’édition des Imprimeurs réunis, Liège, 1889. Edition Culture et Civilisation, Bruxelles, 1981, 475 p.). (cf. pp. 383-417). ; Body A., 1886-1887. – Bull. Soc.Bibl liégeois  III : 109-143. 

1512BONNET Ch., 1754. –  Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes, et sur quelques autres sujets relatifs à l’histoire de la végétation. Gottingue & Leide, Ilie Luzac fils, 343 p.

1513BORY DE SAINT-VINCENT J. B., DRAPIER P. A. J. & VAN MONS J. B., 1819. – Annales générales des sciences physiques. I. Bruxelles, Impr. de Weissenbruch, 386 p. [cf. pp. xxxiij - xxxvj (Humboldt)].

1514BORYDE SAINT-VINCENT (ouvrage dirigé par), 1827. – Dictionnaire classique d’Histoire Naturelle. 12. Paris, Rey et Gravier, Libr.-édit. 634 p. [cf. pp. 457- 480 (Oscillaire à Oscillatorinées)].

1515BOURQUELOT F. & MAURY A., 1854. – La littérature française contemporaine, 1827-1849. Continuation de la France littéraire. Tome cinquième. Paris ; Delaroque ainé, 658 p. [cf. p. 437, notice Mons J.-B Van].

1516BREZ J., 1791. – La Flore des insectophiles précédée d’un discours sur l’utilité des insectes et de l’étude de l’insectologie. Utrecht, B. Wild & J. Altheer, xxvi + 324 p.

1517BRUNET J. C. FILS, 1814. – Manuel du libraire et de l’amateur de livres, contenant 1° Un nouveau dictionnaire bibliographique, dans lequel sont indiqués les Livres les plus précieux et les Ouvrages les plus utiles, tant anciens que modernes, avec des notes sur les différentes éditions qui en ont été faites, et des renseignemens nécessaires pour reconnaître les contrefaçons, et collationner les Livres-anciens et les principaux Ouvrages à estampes ; on y a joint la concordance des prix auxquels les éditions les plus rares ont été portées dans les ventes publiques faites depuis quarante ans, et l’évaluation approximative des Livres anciens qui se rencontrent fréquemment dans le commerce de la Librairie ; 2° Une table en forme de catalogue raisonné, où sont classés méthodiquement tous les Ouvrages indiqués dans le Dictionnaire, et un grand nombre d’autres Ouvrages utiles, mais d’un prix ordinaire, qui n’ont pas dû être placés au rang des Livres précieux. 3. Paris, Brunet, 576 p. [cf. p. 480, L’Esprit des journaux français et étrangers].

1518BUNGENER P., 2002. – Horace-Bénédict  de Saussure (1740-1799), cet illustre inconnu … Saussurea 32 : 61-66.

1519BURDET H. M., 1983. –  Bibliographie botanique d’Asso, botaniste linnéen espagnol méconnu. Première publication botanique de J. Dombey et Krameria lappacea comb. Nov. Chronologie de la publication des rapports sur les voyages par A. P. De Candolle. Candollea 38 (2) : 691-698. [cf. p. 696].

1520CADET C. L. & AL., 1816. – Nouvelle espèce de Pomme-de-terre découverte en Amérique. [Solanum papa]. Journ. Pharm. & Sc. acc. II. : 513-514. Paris, L. Colas fils, 584 p.

1521CAPITAINE U., 1850. – Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeois. Liége, Desoer, 346 p. [cf. pp. 80-87].

1522CAPITAINE U., 1856. – Notice historique sur la Société libre d’Emulation de Liége, lue à la séance du comité de littérature du 12 décembre 1855. In Ann. Soc. lib. Emul. Liége. Liége, J. G. Carmanne, 234 p. [cf. pp. 41-72].

1523CAPITAINE U., 1857. –  Etude biographique sur les médecins liégeois depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1850. Bull. Inst. Archéol. Liégeois. III : 483-490.

1524CRÉPIN F., 1878. – Guide du botaniste en Belgique. Gand, C. Annoot-Braeckmans, 495 p. [cf. p. 225 et 428].

1525CRÉPIN F., 1903. – Poederlé (Eugène-Joseph-Charles-Gilain-Hubert d’Olmen, baron de). Biogr. Nat. XVII : 844-847.

1526CUVIER G., 1806. –  Eloge historique de Jacques-Martin Cels, lu à la séance publique de la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut national, du 7 juillet 1806, par G. Cuvier, secrétaire perpétuel pour les sciences physiques. Mercure de France, littéraire et politique. 26 : 32-39.

1527CUVIER G., 1819. – Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Institut royal de France. I. Strasbourg et Paris, F. G.Levrault, 431 p. [cf. p. 37-80 (Daubenton) ; p. 267-308 (Michel Adanson) ; p. 363-379 (Etienne Pierre Ventenat ; p. 410-430 (Horace Bénédict de Saussure)].

1528CUVIER G., 1819. – Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Institut royal de France. II. Strasbourg et Paris, F. G. Levrault, 585 p. [cf. p. 107-156 (Pierre Simon Pallas) ; p. 157-190 (Antoine Augustin Parmentier)].

1529CUVIER G., 1827. – Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Institut royal de France. III. Paris et Strasbourg, F. G. Levrault, 507 p. [cf. p. 3-45 (Palisot de Beauvois) ; p. 261-278 (André Thouin) ; p. 343-360 (Jean Noël Hallé)].

1530DECAISNE J., 1857. – Catalogue de la Bibliothèque scientifique de MM. De Jussieu dont la vente aura lieu le lundi 11 janvier 1858 et jours suivants, à sept heures du soir, par le ministère de Me Boulouze, commissaire-priseur. Paris, Henri Labitte, 460 p. [cf. n° 1722, p. 197-198].

1531DE CANDOLLE A. P., 1809. – Note sur le Georgina (Dahlia Cav. et hort. Par.). Bull. Soc. libre  Sc. Et Belles-Lettres Monpellier. VI (48) et XV p. 307.

1532DE CANDOLLE A. P. 1821-1841. [édit. Alph. De Candolle, 1862] – Mémoires et sou-venirs de Augustin-Pyramus De Candolle écrits par lui-même. Genève et Paris, Joël Cherbuliez, 599 p.

1533DE CANDOLLE A. P., 1830. – Histoire de la botanique genevoise, Discours prononcé à la cérémonie académique des promotions, le 14 juin 1830, par M. le professeur De Candolle. Genève, J. Barbezat, 61 p.

1534DE CANDOLLE A. P., 1839. – Notice sur Pierre Prévost, professeur émérite à l’Académie de Genève. In Bibliothèque Universelle de Genève. NS 20 : 296-306.

1535DEHALU G., 1997. – Sélection d’ouvrages scientifiques, des incunables au siècle des lumières, à travers le fond ancien de la bibliothèque de l’Université de Liège. Liège, Société libre d’Emulation, 30 p. [cf. p. 28]. 

1536DE HARLEZ DE DEULIN N., 2008. – Parcs et jardins historiques de Wallonie. Namur, Institut du Patrimoine wallon, 463 p.  

1537DE HARLEZ DE DEULIN N., 2008. – Les jardins des résidences du prince-évêque François Charles de Velbruck à travers le « Répertoire » de ses biens dressés en 1784 et d’autres documents d’archives. Polia. [Revue de l’art des jardins] 10 : 101-124.

1538DE LA ROQUETTE J., 1865. – Humboldt. Correspondance scientifique et littéraire recueillie, publiée et précédée d’une notice et d’une introduction suivie de la biographie des correspondants de Humboldt, de notes et d’une table. Et ornée de deux portraits de de A. de Humboldt, du fac-simile d’une de ses lettres et de figures intercalées dans le texte. Paris, E. Ducrocq, 466 p.

1539DELEPIERRE O., 1840. – La Belgique illustrée par les sciences, les arts et les lettres. Bruxelles, A. Wahlen et Cie., 208 p. [cf. pp. 59-71 (Agriculture et botanique)].

1540DELEUZE J. P. F., 1823. – Histoire et description du Muséum royal d’histoire naturelle, ouvrage rédigé d’après les ordres de l’administration du Muséum. Avec trois plans et quatorze vues des Jardins, des Galeries et de la Ménagerie. Paris, A. Royer, au Jardin du Roi, II, 330 p. [cf. p. 35-36, (Thouin)].

1541DE LEVAL J., 2006. – La rouille grillagée des poiriers préoccupe-t-elle vraiment le service de protection des végétaux (Ministère de l’agriculture) ? Le Terroir 88 : 17-21. (Gymnosporangium).

1542DE LEVAL J., 2007. – Le verger du  Pays de Herve. Le Terroir 92 : 19-22. [cf. p. 20 (Gymnosporangium)].

1543DELVENNE M., 1829. – Necker (Noel-Joseph).  In Biographie du royaume desPays-Bas, ancienne et moderne, ou histoire abrégée, par ordre alphabétique, de la vie publique et privéedes belges et des hollandais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talens, leursvertus, ou leurs crimes, extraite d’un grand nombre d’auteurs anciens et modernes, et augmentée de beaucoup d’articles qui ne se trouvent rapportés dans aucune biographie ; Par Delvenne, père, instituteur àGlons, province de Liége.II. Liége, J. Desoer, 612 p. [cf. p. 172-173].

1544DE MAEGD C., 2007. –  Hex, la genèse d’un jardin princier. Bruxelles, Urselia et Fonds Mercator, 228 p., 200 ill. en couleurs.

1545DEMEUNYNCK et DEVAUX, 1839. –  Gabriel-Antoine-Joseph Hécart. In Annuaire statistique du département du Nord, 11 : 422-425.

1546DEMOULIN B. & KUPPER J.-L., 2002. –  Histoire de la principauté de Liège. De l’an mille à la Révolution. Toulouse, édit. Privat, 271 p.

1547DE REIFFENBERG F., 1844. – Mélanges bibliologiques. Observations rétrospectives [G. A. J. Hécart]. Ann. Biblioth. Roy.Belgique. : 201-205.

1548DE ROUVILLE P. G., 1863. – Éloge historique de Marcel de Serres professeur de minéralogie et de géologie à la faculté des sciences de Montpellier, conseiller honoraire près la cour impériale de la même ville, prononcé dans la séance de rentré solennelle des facultés et de l’école de pharmacie de Montpellier.  Montpellier, J. Martel ainé, 55 p.

1549DE SAINT-PRIEST A., 1843. – Tessier (Alexandre-Henri). Encyclopédie du dix-neuvième siècle. Répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, avec la biographie des hommes célèbres. 23 : 618-619. Paris, bureau de l’Encyclopédie du XIXe siècle, rue Jacob, 25, 800 p.

1550DESCHIENS F. J., 1829. – Collection de matériaux pour l’histoire de la révolution de France, depuis 1787 jusqu'à ce jour. Bibliographie des journaux. Paris, Barrois l’ainé, 645 p. [cf. p.149-150].

1551DESVAUX N. A., 1818. – Observations sur les plantes des environs d’Angers, pour servir de supplément à la Flore de Maine et Loire, et de suite à l’Histoire naturelle et critique des Plantes de France, Angers, Fourier-Mame, 188 p.

1552DE THEUX DE MONTJARDIN X., 1867. – Bibliographie liégeoise contenant 1° les livres imprimés à Liége depuis le XVIe  siècle jusqu'à nos jours 2° les ouvrages publiés en Belgique et à l’étranger, concernant l’histoire de l’ancienne principauté de Liége et de la province actuelle du même nom. Première partie. Bruxelles, Fr.-J. Olivier, 359 p. [cf. p. 337 (Herbier portatif… de Rozin].

1553DE VOS A., 1888. – Coup d’œil sur l’histoire de la flore belge. Bull. Soc. Roy. Bot. Belg. 26: 15-70.[cf. p. 39-40].

1554DIAGRE D., 2002. – La naissance du jardin botanique de la Société Royale d’Horticulture des Pays-Bas : attendue et placée sous les meilleurs auspices. Scientarium Historia XXVIII : 63-94.

1555DIAGRE D., 2006. – Le Jardin botanique de Bruxelles (1826-1914), miroir d’une jeune nation. Bruxelles, ULB, 2  vol., 856 p. [Thèse de doctorat, Mn].

1556DIAGRE-VANDERPELEN D., 2012. – Le jardin botanique de Bruxelles 1826-1912. Reflet de la Belgique, enfant de l’Afrique. Bruxelles, Académie Royale des Sciences et des Beaux-Arts de Belgique. 296 p.

1557DINAUX A., 1838. – Biographie départementale. Gabriel-Antoine-Joseph Hécart. In Archives Historiques etLittéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique, par MM. Aimé Leroy, bibliothécaire, et Arthur Dinaux, de la Société des Antiquaires de France. N. S. 2. Valenciennes, au bureau des archives, 560 p. [cf. p. 151-157].

1558DRAPIER A., 1837. – Dictionnaire classique des sciences naturelles, présentant la définition, l’analyse et l’histoire de tous les êtres qui composent les trois règnes, leur application générale aux arts, à l’agriculture, à la médecine, à l’économie domestique, etc. ; résumant tous les faits présentés par les dictionnaires d’histoire naturelle ; augmenté des nombreuses découvertes acquises depuis la publication de ces ouvrages. I. Bruxelles, Meline, Cans et Compagnie, 640 p. [cf. pp. 331-333 (Arthrodie)].

1559DRESSE DE LÉBIOLES E., s. d. [1933]. –  Quelques notes historiques sur la Société d’Emulation sous l’Ancien régime. 1779~1789. Liége, Desoer, 67 p., nombr. ill.

1560DROIXHE D. (éditeur) & Collart M., 2009. – L’Esprit des journaux : un périodique européen au XVIIIe siècle. Actes du colloque « Diffusion et transfert de la modernité dans l’Esprit des journaux » organisé par le Groupe d’étude du XVIIIe siècle de l’Université de Liège (16-17 février 2009). Bruxelles, Le Cri édition, 368 p.

1561DUMAS C. L., 1809. – Éloge historique de Mr Dorthes, Lu dans la séance publique du 7 avril 1808. Bull. Soc.libre Sc. et Belles-lettres Montpellier XL : 227-256.

1562DURAND J.-C., 1834. – La pomme de terre, considérations sur les propriétés médicamenteuses, nutritives et chimiques de cette plante. Lyon, Rusand impr.-libr., XVI + 244 p.

1563DURAND T., 1875. – In De Wildeman E. & Durand T., Prodrome de la Flore belge. Tome III, Phanérogames. Bruxelles, A. Castaigne, 1112 p. [cf. p. 725].

1564DURANDE J. F., 1782. – Flore de Bourgogne, ou catalogue des Plantes naturelles à cette province, & celles qu’on y cultive le plus communément, avec l’indication du sol où elles croissent, du temps de leur floraison, & de la couleur de leurs fleures ; Ouvrage rédigé pour servier aux Cours publics de l’Académie de Dijon. Premiere partie. Dijon, L. N. Frantin, LXXVIIJ + 520 p.

1565DURANDE J. F., 1782. – Flore de Bourgogne, ou propriétés des Plantes de cette Province, relativement à la Médecine, à l’Agriculture & aux Arts. Ouvrage rédigé pour servir aux Cours publics de l’Académie de Dijon. Seconde partie. Dijon, L. N. Frantin, 290 p.

1566DURIS P., 1996. – L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802.  In Rev. Hist. Sc. 49 (1) : 23-52.

1567ERSCH J. S., 1798. – La France Litéraire [sic] contenant les auteurs français de 1771 à 1796. Tome III et dernier. Hambourg, chez  B. G. Hoffman, 446 p. [cf. p. 210].

1568ERSCH J. S., 1806. – Second supplément à la France Litéraire [sic] depuis 1771, contenant outre les corrections et additions au corps de l’ouvrage et au premier supplément les nouveaux articles jusqu’en 1805. Avec une table générale des matières. Hambourg, chez B. G. Hoffmann, 592 p. [cf. pp. 461-462].

1569FARR E. R., LEUSSINK, J. A. & STAFLEU, F. A., 1979.- Index Nominum Genericorum (Plantarum), Regnum Vegetabile 100 : 1896 pp., Utrecht, Bohn, Scheltema & Holkema and The Hague, dr. W. Junk b. v.

1570FÉE A.L.A., 1832. – Vie de Linné, rédigée sur les documens autographes laissés par ce grand homme, et suivie de l’analyse de sa correspondance avec les principaux naturalistes de son époque. Paris, F. G. Levrault, 379 p.

1571FELLER F.-X., 1836. – Dictionnaire historique ou Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes ; Continué jusqu’en 1835, sous la direction de M. R.-A. Henrion. Huitième édition, augmentée de 5,000 articles intercalés par ordre alphabétique. 9. Paris, E.Houdaille, Libraire-éditeur, 476 p.

1572FELLER F.-X., 1848. – Biographie universelle ou dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes. II. Paris, J. Leroux, Jouby et Cie., 706 p. [cf. p. 482, Céré (Jean-Nicolas)].

1573FIGUIER L., 1863. – L’année scientifique et industrielle ou exposé annuel des travaux scientifiques, des inventions et des principales applications de la science à l’industrie et aux arts, qui ont attiré l’attention publique en France et à l’étranger. septième année. Paris, L. Hachette et Cie, 548 p. [cf. p. 517-523, Biot ; 534-536, de Serres].

1574FLORKIN M., 1957. – Un prince, deux préfets. Le mouvement scientifique et médico-social au Pays de Liège sous le règne du despotisme éclairé (1771-1830). Liège, Vaillant-Carmanne, 308 p., nombr. fig. et photos [cf. p. 90-99].

1575FLOURENS P., 1850. – Éloge historique de Benjamin Delessert, académicien libre. Lu dans la Séance publique [l’Académie des sciences] du 4 mars 1850. Paris, F. Didot frères, 62 p. [cf. p. 2].

1576FLOURENS P., 1857. – Recueil des éloges historiques lus dans les séances publiques de l’Académie des Sciences. Paris, Garnier Frères, 434 p.

1577GAUSSEN H., 1975. – Les botanistes du XIXème siècle aux Pyrénées françaises. Ann. Inst. Bot. Cavanilles 32 (2): 687-692.

1578GEVAERT F., 1965. – Le calendrier républicain avec les tables de concordance du ca-lendrier grégorien. Heule, UGA, 92 p.

1579GILISSEN P., 2007.-- Jean-Jacques Tutot, imprimeur, libraire et éditeur au Pays de Liège à la fin du XVIIIe siècle. Bull. Inst. Arch. Liégeois CXIII : 133-200.

1580GOBERT T., 1924-1929. – Liège à travers les âges. Les rues de Liège. [Nouvelle édition, 1975-1978, du texte original], 11 vol., Bruxelles, Culture et civilisation, pagination multiple. [cf. : 5-8, place de l’école centrale, actuelle place du Vingt-Août].

1581GORHAM G. C., 1830. – Memoirs of John Martyn, F. R. S., and of Thomas Martyn, B.D., F.R., F.L.S., Professors of Botany in the University of Cambridge. London, Hatchard and Son, Piccadilly, 283 p.

1582GUILLEMIN A. J. (sous la direction de), 1833. – Notice biographique sur H. Ruiz, premier botaniste et chef de l’Expédition du Pérou et du Chile. (Extrait d’un ouvrage anglais intitulé : An Historical Eulogium on Don Hippolito Ruiz Lopez, etc., translated from the spanish ; publié en 1831 à Salisbury, chez W. Brodie.) In Archives de Botaniqueou recueil mensuel de mémoires originaux, d’estraits et analyses bibliographiques, d’annonces et d’avis divers concernant cette science ;  rédigées par une société de botanistes français et étrangers. : 377-381. Paris, Treuttel et Wurtz, Levraulte, Béchet jeune, Mercklein, 580 p.

1583HALLEUX R., OPSOMER-HALLEUX C., VANDERSMISSEN J. & coll., 1998. – Histoire des sciences en Belgique, de l’Antiquité à 1815. Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 463 p.

1584HANNON J. D., 1849. – Histoire de la botanique en Belgique. In Flore belge, : 131-195 (cf. p.171). Bruxelles, A. Jamar.

1585HATIN E., 1859. – Histoire politique et littéraire de la presse en France, avec une introduction historique sur les origines du journal et la bibliographie générale des journaux depuis les origines. Tome troisième. Paris, Poulet-Malassis & De Broise, 512 p. [cf. p. 197-199].

1586HATIN E., 1866. – Bibliographie historique et critique de la presse périodique française ou catalogue systématique et raisonné de tous les écrits périodiques de quelque valeur publiés ou ayant circulé en France depuis l’origine du journal jusqu’a nos jours, avec extraits, notes historiques, critiques et morales, indication des prix que les principaux journaux ont atteints dans les ventes publiques, etc. Paris, F. Didot frères, fils et Cie. 606 p. [cf. p. 52].

1587HAÜY R. J., 1802. – La botanique de J. J. Rousseau, contenant tout ce qu’il a écrit sur cette science ; l’exposition de la méthode botanique de M de Jussieu ; la manière de former les herbiers. Paris, F. Louis, 322 p.

1588HEUSSNER F., 1862. – Catalogue d’une précieuse collection de livres anciens & modernes remarquable par de beaux ouvrages de médecine, de botanique et sciences naturelles, provenant de feu Mr. le Dr. A.L.S. Lejeune, Membre de l’Académie des Sciences de Belgique, etc. Bruxelles, Libr. F. Heussner, 69 p.

1589HUMBOLDT A., (traduit par CH. GALUSKY), 1855. – Cosmos. Essai d’une description physique du monde. II, XVI + 633 p.

1590IMBERT A. & BELLET B. L., 1828. – Biographie des condamnés pour délits politiques, depuis la Restauration des Bourbons en France, jusqu’en 1827. Bruxelles, Tencé frères, 272 p. [cf. Melinet  (Anne François), p.130].

1591JACQUES V.,  1899. – Necker (Noël Joseph de), médecin et botaniste. Biogr. Nat. 15 : 516-518.

1592JOURDAN A.J.L., 1821. – Dictionaire [sic] des sciences médicales. Biographie médicale. 3. Paris, C.L.F. Panckoucke édit., 571 p. [cf. Buc’hoz (Pierre-Joseph), pp. 35-37 ; Dufresnoiy (André-Ignace-Joseph), pp. 537-538 ; Duhamel du Monceau (Henri Louis), pp. 538-539].

1593JOUY E., 1823. – Œuvres complétes d’Etienne Jouy, de l’Académie française ; avec des éclaircissements et des notes. Mélanges, Tome II. Paris, imprimerie de Jules Didot ainé, 472 p. [cf. pp. 167-171].

1594KICKX J., 1860. – Notice sur Alexandre-Louis-Simon Lejeune, membre de l’Académie. Ann. Acad. Roy. Sc., Lettres et Beaux-Arts Belg. 26 : 113-128. [cf. p. 116].

1595KIRSCHLEGER F., 1836. – Prodrome de la Flore d’Alsace. Strasbourg, P. Scheurer et chez l’auteur, XX  + 252 p.

1596KLUYSKENS H., 1859. – Des hommes célèbres dans les sciences et les arts, et des médailles qui consacrent leur souvenir. 2. Gand, Impr. Léonard Hebbelynck, 647 p.

1597LAMARCK J. B. & DE CANDOLLE A. P., 1805. – Flore française, ou descriptions succintes de toutes les plantes qui croissent naturellement en France, Disposées selon une nouvelle Méthode d’Analyses, et précédées par un Exposé des Principes élémentaires de la botanique ; troisième édition ; tome second. Paris, H. Agasse, 600 p. [cf. Gymnosporangium Hedw. f. ined., p. 216].

1598LAMARCK J. B, continuée par J. L. M. POIRET, 1808. – Encyclopédie méthodique. Botanique. 8. Paris, H. Agasse, 879 p. [cf. p. 737-741, biographies des Michaux père et fils].

1599LAUNERT E. & LAWALRÉE A.,  1982. – Bibliophilie pour tous. Pierre-Joseph Redouté. Les Roses. 170 planches en couleurs d’après l’édition de 1817-1824. Paris-Gembloux, Duculot, 194 p.

1600LEJEUNE A. L. S., 1824. – Revue de la Flore des environs de Spa. Contenant l’énumération de toutes les plantes y décrites, avec les observations, les descriptions, les additions et les corrections nécessaires pour la mettre le plus possible à la hauteur de la science. Liége, Ve. Duvivier, VIII + 264 p. [cf. p. 79].

1601LIENARD J., 1979. – Le bombardement du faubourg d’Amercoeur en 1794. In Neuf cents ans de vie autour de Saint-Remacle-au-Pont. Exposition d’art et d’histoire / Eglise Saint-Remacle à Liège / Février 1979. Liège, Association Culturelle d’Amercoeur A.S.B.L., 159 p. [cf. p. 93-97].

1602MACOURS F. (†), 1961. – L’École centrale du département de l’Ourthe à Liège (1797 - 1804). Bull. Inst. Arch.liégeois LXXIV : 267-405.

1603MAILLY E., 1887. - Etude pour servir à l'histoire de la culture intellectuelle à Bruxelles pendant la réunion de la Belgique à la France. Mém. Couronnés et autres mémoires publiés parl'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de BelgiqueXL : 3 - 47 (Rozin, cf p. 8-9 et 12).

1604MALHERBE R., 1879. – Société libre d’Émulation. Liber Memorialis 1779-1879. Liège, L. de Thier, 596 p.

1605MENAULT E., 1859. –  Souvenirs de Beauce. Biographies des Hommes remarquables d’Angerville la Gate. Paris, Aug. Aubry éd., 112 p. [cf. p. 67-112 (l’abbé Tessier)].

1606MEUNIER J., 1957-1959. – Un acteur de la Révolution liégeoise. L’avocat Laurent-François Dethier. 1757-1843. Géologue et Publiciste, représentant du peuple au conseil des 500. Membre du Congrès national de Belgique et ses correspondants. Bull. Soc. Verviét. Arch. et Hist. 44 (1957) : 1-113 ; 46 (1959) : 7-144.

1607MICHAUD L. G., (sous la direction de), 1843. – Bourignon (Charles-Marie). In Biographie Universelle ancienne et moderne, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Nouvelle édition. : 324-325. Paris, A. Thoisnier Desplaces éd., 694 p.

1608MICHAUX F. A., 1808. – Voyage à l’ouest des Monts Alléghanys, dans les états de l’Ohio, du Kentucky et du Tennessée, et retour à Charleston par les Houtes-Carolines ; Contenant des détails sur l’état actuel de l’agriculture et les productions naturelles de ces contrées, ainsi que des renseignemens sur les rapports commerciaux qui existent entre ces Etats et ceux situés à l’Est des montagnes et de la Basse-Louisiane ; Entrepris pendant l’an X-1802, sous les auspices de Son Excellence M. Chaptal, Ministre de l’Intérieur. Avec une carte très-soignée des états du centre, de l’ouest et du sud des Etats-Unis. Paris, Dentu, imprimeur-libraire,  VJ + 312 p.

1609MICHAUX F. A., 1810. – Histoire des arbres forestiers de l’Amérique septentrionales, considérés principalement sous les rapports de leur emploi dans les arts et de leur introduction dans le commerce, ainsi que d’après les avantages qu’ils peuvent offrir aux gouvernemens en Europe et aux personnes qui veulent former de grandes plantations. Paris, chez l’auteur, place S. Michel, 408 p.

1610MIGNE J. P., 1851. – Nouvelle encyclopédie théologique, ou nouvelle série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse, offrant, en français et par ordre alphabétique, la plus claire, la plus facile, la plus commode, la plus variée et la plus complète des théologies. II. Petit-Montrouge, J.-P. Migne, éditeur, 1620 col. [cf. col. 1065-1066, Lambinet Pierre].

1611MINOT P. C., 1994. – Versailles à travers ces grandes familles. Paris, Nouvelles éditions latines, 228 p. [cf. p. 60, Jacques Martin Cels].

1612MOREAU J. L., 1805. – Eloges Historiques par Vicq-d’Azir, recueillis et publiés avec des notes et un discours sur sa vie et ses ouvrages. Tome second. Paris, L. Duprat-Duverger, 446 p. [cf. pp. 215-261,  Fothergill].

1613MORREN C., 1834. – Notice historique sur le Jardin botanique de Gand. In L’Horticulteur belge, Journal des jardiniers et amateurs. : 158-160 et 268-270. [cf. p. 268].

1614MORREN C., 1845. –  Monument élevé à la mémoire de Charles Van Hulthem, Ancien secrétaire, puis Président de la Société Royale d’Agriculture de Gand, Journal d’Horticulture et des sciences accessoires. Ann. Soc.Roy. Agric. et Bot. Gand. : 113-119.

1615MORREN C., 1849. –  Principes d’horticulture. Annales de la Société Royale d’Agriculture et de Botanique de Gand  : 161-166 et 241.

1616MORREN C., 1850. – A la mémoire d’Eugène d’Olmen, baron de Poederlé, vicomte de St-Albert. In Journal d’agriculture pratique, d’économie forrestière, d’économie rurale et d’éducation des animaux domestiques du royaume de Belgique. : IX-XXVIII, 1 portrait.

1617MORREN C., 1852. – Nécrologie. [P.-E. Dossin]. Journal de Liége et de la Province, J. Desoer, n° 312 - jeudi 30 décembre 1852.

1618MORREN C., 1853. – Prologue consacré à la mémoire de Charles de L’Escluse, un des pères de la botanique, de l’horticulture et des sciences naturelles en Belgique. La Belgique Horticole : V-XIX + 1 portr.

1619MORREN E., 1872. – Mémorandum des travaux de botanique et de physiologie végétale qui ont été publiés par l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique pendant le premier siècle de son existence (1772-1871). Rapport séculaire. In Livre commémoratif du centième anniversaire de l’Académie. Bruxelles, F. Hayez, 97 p. [cf. p. 20].

1620MORREN E., 1875. – Charles de L’Escluse, sa vie et ses oeuvres. 1526-1609. Liège, Boverie, 59 p. (Extrait du Bull. Fédér. Soc. Hort. Belg., année 1874 : 1-59).

1621MORREN E., 1876.  –  de L’Escluse (Jules-Charles). Biogr. Nat. : 383-404.

1622NAHUYS M., 1863. – Histoire numismatique de la Hollande, pendant la réunion à l’Empire français, récit détaillé des événements historiques de cette époque, dont le souvenir est rappelé par des médailles, monnaies, décorations, etc. Utrecht, L. E. Bosch & zoon, 224 p. [cf. p. 196-198, Johannes le Francq de Berkhey].

1623OETTINGER E., 1866. – Bibliographie biographique universelle. Dictionnaire des ouvrages relatifs à l’histoire de la vie publique et privée des personnages célèbres de tous les temps et de toutes les nations, depuis le commencement du monde jusqu'à nos jours ; enrichi du répertoire des bio-bibliographies générales, nationales et spéciales. Tome premier, A – M. Paris, A. Lacroix & Cie., 1264 p. [cf. p 89, Baeck (Abraham)].

1624OPPELT G., 1861. –  Histoire générale et chronologique de la Belgique, de 1830 à 1860, avec une introduction remontant aux événements de 1787. Relation historique de la révolution belge de 1830 et du règne de S. M. Léopold  1er, ouvrage rédigé d’après les notices et comptes rendus de l’époque, les rapports, discours et documents officiels, les détails biographiques, etc., et appuyé des pièces diplomatiques ou autres les plus importantes. Bruxelles, Hayez, V + 989 p. [cf. p. 515-518, (Mellinet François)].

1625OPSOMER C., 2006. – Une filiale de la Société d’Encouragement dans le département de l’Ourthe. La Société d’Émulation de Liège (1779-1850). In Benoit S., Emptoz G. & Woronoff D., Encourager l’innovation en France et en Europe. Autour du bicentenaire de la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale [cf. pp. 287-304].

1626PALACIO, 1816. – Extrait d’une Note manuscrite communiquée par M. Palacio à M. de Candolle. (Londres, février 1816.). Mém. Muséum Hist. Nat. II. (1815) : 340.  Paris, G. Dufour, 504 p.

1627PALLAS P. S., 1781. – Enumeratio plantarum quae in Horto viri illustris atque excell. Dni. Procopii à Demidof, Consiliarii status actualis, et orphanotrophae moscuensis summi benefactoris, Moscuae vigent. Petropoli, Typis Acad. Imder. Scientiarum. 163 p.

1628PANCKOUCKE C. L. F. (édité par), 1820. – Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale. 1. Paris, C. L. F. Panckoucke, éditeur, 608 p. [cf. p. 483, Baeck (Abraham)].

1629PANCKOUCKE C. L. F. (édité par), 1821. – Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale. 3. Paris, C. L. F. Panckoucke, 571 p. [cf. p. 515-516, Dorthès J. A. ; p. 559, Durande J.F.].

1630PARMENTIER  A., 1773. – Examen chymique des pommes de terre. Dans lequel on traite des Parties constituantes du Bled. Paris, Didot le jeune, XXIV + 248 p.

1631PEIGNOT G., 1810. – Répertoire de bibliographies spéciales, curieuses et instructives, contenant la notice raisonnée 1° Des Ouvrages imprimés à petit nombre d’exemplaires ; 2° de Livres dont on a tiré des exemplaires sur papier de couleur ; 3° de Livres dont le texte est gravé ; et 4° des Livres qui ont paru sous le nom d’Ana. Le tout rédigé et publié avec des remarques historiques, littéraires et critiques. Paris Renouard, Allais, 284 p.

1632PHÉLIP H., 1822. – Éloge de M. Granier, Doyen des médecins, et de l’Académie royale du Gard, professeur émérite ; prononcé le 10 août 1820, par M. Phélip, médecin, secrétaire de l’Académie. In Notices ou aperçu analitique des travaux les plus remarquables de l’Académie royale du Gard, depuis 1812 jusqu’en 1822. Seconde partie. Nismes, P. Durand-Belle, 231 p. [cf. p. 185-200].

1633PRITZEL G. A., 1851. – Thesaurus Literaturae botanicae. Lipsiae, F.A. Brockhaus, 547 p.

1634PRITZEL G. A., 1871-1877. – Thesaurus literaturae botanicae omnium gentium inde a rerum botanicarum initiis ad nostra uscue tempora. Quindecim millia operum recensens, Ed. nov., Lipsiae, F. A. Brokhaus, 576 p. [Reprint by Otto Koeltz Antiquariat, Königstein, 1972].

1635QUÉRARD J.-M., 1827-1839. – La France littéraire, ou dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des litterateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant le XVIIIe et XIX e siècles. 10 volumes. Paris, Firmin Didot frères.

1636RABBE A., VIEILHDE BOISJOLIN C.-A. & SAINTE-BEUVE C.-A. (sous la direction de), 1836. – Biographie universelle et portative des contemporains ou Dictionnaire historique des hommes vivants et des hommes morts depuis 1788 jusqu’à nos jours, qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. 3. Paris, chez l’éditeur, 840 p. [cf. p. 120, Lambinet (Pierre)].

1637RAY J., 1673. – Travels Through the Low-countries, Germany, Italy and France with curious observations, natural, topographical, moral, physiological etc. also a catalogue of plants found spontaneously growing in those parts and their virtues, etc., London, Walthoe., 2 vol., I: 428 + 119 p. – II: 489 + 44 p.

1638ROCHAS A., 1856. – Biographie du Dauphiné contenant l’histoire des hommes nés dans cette province. Qui se sont fait remarquer dans les Lettres, les Sciences, les Arts, etc. avec le catalogue de leurs ouvrages et la description de leurs portraits. Tome premier. Paris, Charavay, Libraire-éditeur, 464 p. [cf. p. 64, Barety T.].

1639ROUSSEAU J. J., DE JUSSIEU A. L. & HAÜY R. J., 1802. –  La botanique de J. J. Rousseau, contenant tout ce qu’il a écrit sur cette science; l’exposition de la méthode botanique de M. de Jussieu; la manière de former les herbiers par M. Haüy. Paris, F. Louis, 322 p.

1640ROZIN A., 1791. – Herbier portatif des plantes qui se trouvent dans les environs de Liege, avec leur Description & Classification selon le Système de Linné. Précédé d’un discours sur la botanique. Par A. Rozin, Méd. Premier cahier, M.DCC.XCL : VIII + 72 p.  [Liége, Tutot].

1641ROZIN A., 1803. – Essai sur l’étude de la minéralogie, avec application particulière au sol français et surtout à  celui de la Belgique. Bruxelles, Tutot, 332 p.

1642SAINTE-BEUVE C. A., 1839. – Les journaux chez les Romains par M. Joseph-Victor Leclercq. In Revue des deux Mondes 20 (4) : 839-854. [cf. p. 852].

1643SAINTENOY-SIMON J., 2000. – Coup d’œil botanique sur les environs de Bruxelles (reproduction d’un article publié initialement par Rozin dans le n° de janvier-février 1796 de L’Esprit des journaux, pp. 291-300). Adoxa26/27 : 3-5. 

1644SARTORIUS F. 1971. – Mellinet Anne - François. Biogr. Nat. 37, suppl. IX, fasc. 1 : 580-585.

1645SARRUT G. & SAINT-EDMÉ B., 1840 – Biographie des Hommes du jour, artistes, chambellans, conseillers d’état, députés, diplomates, écrivains, espions fameux, gens de justice, industriels, militaires, pairs, prêtres, princes, rois, savants. V (I) : 282-284. [ Bouillon-Lagrange Edme-Jean-Baptiste].

1646SILVESTRE A. F., 1825. – Notice biographique sur M. André Thouin, professeur de culture au Jardin du Roi, membre de l’Institut, de la Société royale et centrale d’agriculture, etc. etc. Paris, impr. de Madame Huzard, 27 p.

1647STAFLEU F. A. & Cowan R. S., 1976 - 2000. – Taxonomic Litterature. :XL + 1136 p. ; II : XVIII + 991 p. ; III : XII + 980 p. ; IV : IX + 1214 p. ; : 1066 p. ; VI : 926 p. ; VII : LVI +653 p. ; suppl. : VIII + 453 p. ; suppl. II : VI +464 p. ; suppl. III : VI + 550 p. ;  suppl. IV : VI + 614 p. ; suppl. : VII + 432 p. ; suppl. VI : VI + 518 p.

1648TECHENER J. (publié par), 1851. – Esprit des journaux françois et étrangers. In Bulletin du bibliophile 2, juin et juillet : 339-340.

1649TOUCHARD-LAFOSSE G., 1844. – La Loire historique, pittoresque et biographique, d’après les auteurs de l’antiquité et les légendes, Chroniques, chartes, histoires provinciales, statistiques, travaux administratifs, traditions locales, monuments historiques, documents divers. De la source de ce fleuve à son embouchure. Recueillies en 1842 et 1843, dans les Villes, Bourgs, Châteaux, Archives, Bibliothèques, Sociétés savantes et Cabinets particuliers. IV (3). Tours, H. Pornin et Cie. Nantes, Suireau, 524 p. [cf. p. 456, Couret de Villeneuve].

1650TRÉMOLIÈRE P., 1843. –  Tessier Alexandre Henri. In Encyclopédie du dix-neuvième siècle. Répertoire universel des sciences, des lettre et des arts, avec la biographie des hommes célèbre. 23 :618-621. Paris au bureau de l’encyclopédie de XIXe  siècle.

1651VANDEN BREMT P. 2009. – Een interessante plantenlijst uit 1791 van de Engelse tuinen van kaasteel Hex (Heers, Heks, prov. Limburg); een historisch-botanische en cultuurhistorische analyse. Relicta. Archeologie, Monumenten - en Landschapsonderzoek in Vlanderen. 5. Brussel, Vlaams Inst. Onroerend Erfgoed, 287 p. [cf. pp. 143-287].

1652VANDER MEERSCH A., 1883. – Filassier (Jean-Jacques). Biogr. Nat. VII : 60-61.

1653VAN HULTHEM C., 1817. – Discours sur l’état ancien et moderne de l’Agriculture et de la Botanique dans les Pays-Bas ; prononcé par M. Ch. Van Hulthem, président de la Société Royale d’Agriculture et de Botanique, et l’un des directeurs du Jardin botanique de la ville de Gand, lors de la Distribution des Prix, à la Salle ordinaire des séances de la Société, à l’époque du salon d’exposition de fleurs, le dimanche 29 juin 1817. Gand, P. F. Goesin-Verhaeghe, 70 p.

1654VERHAEGEN P., 1930-1932. – Tutot (Jean-Jacques), imprimeur. Biogr. Nat.XXV : 856-858.

1655VIENNET G., 1855. – Promenade philosophique au cimetière du Père Lachaise. Seconde édition, considérablement augmentée. Paris, Firmin Didot frères, 421 p.

1656VIREY J.-J., 1819. –  Notice sur P. F. Chaumeton, docteur en médecine, membre de plusieurs sociétés savantes, prononcée sur sa tombe, le 11 août 1819. Journal de pharmacie et des sciences accessoires. : 479-480.

1657VIRIDET M., 1861. – Almanach de J.-J. Rousseau pour 1861. Dédié aux amis de Jean-Jacques et aux voyageurs qui visitent la Suisse. Genève, chez les principaux libraires, 183 p. [cf. p. 94-97, Jugement du célèbre Augustin-Pyramus De Candolle sur Rousseau, considéré comme botaniste].

1658WALCKENAER C.-A., 1830. –  Vies de plusieurs personnages célèbres des temps anciens et modernes. II. Laon, Typogr. de Melleville, 442 p. [cf. p. 113-121, Guillaume Antoine Olivier].

1659WIKSTRÖM J. E., 1831. – Conspectus litteraturæ in Suecia ab antiquissimis temporibus usque ad finem anni 1831, notis bibliographicis et biographiis auctorum adjectis. Holmia, excudebant P. A. Norstedt et filii, 341 p. [cf. p 82, Haggren (Laurentius Christophorus)].

1660Manuscrit

1661MORREN C., 1838. – Lettre adressée au docteur Lejeune, de Verviers, en date du 13 janvier 1838. Mn ULg, farde n° 2424.

1662MORREN C., 1839. – Lettre adressée au docteur Lejeune, de Verviers, en date du 23 décembre 1839. Mn ULg, farde  n° 2424.

1663DVD

1664BURDET H. M., 2008. – Collections De Candolle (1794-1921). Catalogue des collecteurs botaniques, une documentation ; I Catalogue, II Portraits, III Echantillons d’écritures ; sur un support magnétique. Editions HBM, Genève. [DVD comprenant plus de 500 pages de Texte, 230 portraits et 620 échantillons d’écritures manuscrites, constituant une documentation exceptionnelle sur l’énorme herbier De Candolle et tous ceux qui y ont contribué.].

1665REMERCIEMENTS

1666Il nous est agréable de remercier ici les personnes qui, par leur concours à des degrés divers, ont rendu possible la réalisation de cette notice : M. Jacques Lambinon, professeur honoraire de botanique à l’Université de Liège qui nous a encouragé à poursuivre nos recherches, a relu, annoté et corrigé notre manuscrit ; Mmes Carmélia Opsomer, maître de conférences honoraire au département des sciences historiques / histoire du livre et des bibliothèques, et Muriel Collart, ancienne attachée au département de langues et littératures romanes (ULg) ; M. Daniel Droixhe, professeur émérite (ULg), qui nous a incité à effectuer le relevé des notices se rapportant à la botanique (au sens large) ; Mme Andrée Delange pour la mise en page ; Mme Clémence Lambinon-Adam, pour la mise à format et l’amélioration de la Fig. 1 ; M. Pierre-Marie Gason, maître de conférences au département des sciences historiques / histoire du livre (ULg) ; le professeur Robert Halleux, directeur du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques (ULg) ; Daniel Jozic, collaborateur scientifique au département des sciences historiques / histoire du livre (ULg) ; Régine Fabri, Filip Verloove et Denis Diagre du Jardin botanique national de Belgique ; Hervé M. Burdet, Conservatoire et Jardin botaniques de Genève ; Hubert Nivard, généalogiste amateur qui a fait des recherches aux Archives générales du Royaume ; Mme Patricia Depagniat, pour ses recherches aux Archives de Paris ; M. Vincent Demoulin, professeur honoraire de botanique et président de la Société Botanique de Liège, pour leur aide et suggestions dans l’instructive mais fastidieuse lecture de « L’Esprit des journaux ».

Notes

1  Fréon, ancien inspecteur des études de l’école royale militaire, avocat au parlement de Paris, est né à Theux, près de Spa, pays de Liege. Le roi l’ayant nommé, quoiqu’étranger, à une place de conseiller à Bourbon en 1767, il se rendit dans cette isle, où il a acquis une des plus belles plantations. [Bourbon = Ile de La Réunion]. 13 (VIII) : 354-361.

2  « Le lecteur ne doit pas croire qu’on parle ici d’une société nombreuse : une société peut consister en deux ou trois personnes – nos duo turba supus. « Les traducteurs sont, de leur propre aveu ; beaucoup redevables au président de la société royale de Londres, lequel leur a accordé généreusement l’usage de sa bibliothèque botanique ; au docteur Linné, professeur actuel de botanique à Upsal, lequel leur a communiqué une partie de son Supplementum plantarum, avant qu’il fut publié ; au célèbre docteur Samuel Johnson, qui leur a donné des avis dans la formation du langage botanique ; & aux savans professeurs de botanique, des universités d’Oxford, Cambridge & Edimbourg, qui les ont assistés par des remarques & des observations savantes ». (Monthly review)

3  « Ce morceau est tiré de l’ouvrage du D. Moseley, intitulé, Traité sur le Café ».

Pour citer cet article

J. BEAUJEAN, «DÉPOUILLEMENT D’ARTICLES DE BOTANIQUE, DE JARDINAGE, D’AGRICULTURE OU DE RELATIONS DE VOYAGES D’EXPLORATIONS BOTANIQUES, REPRIS DANS « L’ESPRIT DES JOURNAUX » (1772-1818), AVEC QUELQUES COMMENTAIRES SUR DES PLANTES MÉCONNUES ET DE COURTES NOTICES BIOGRAPHIQUES SUR LES PERSONNES CITÉES DANS LES TEXTES», Lejeunia, Revue de Botanique [En ligne], N° 194 (mars 2015), URL : http://popups.ulg.ac.be/0457-4184/index.php?id=1174.

A propos de : J. BEAUJEAN

Institut de Botanique, B. 22, Université de Liège, Sart Tilman, B-4000 Liège; adresse actuelle : rue de Clécy, 67, B-4610 Beyne-Heusay (Queue-du-Bois), Belgique. E-mail : beaujeanjoseph@yahoo.fr