BSGLg

Bulletin de la Société Géographique de Liège

0770-7576 2507-0711

 

since 01 November 2014 :
View(s): 394 (14 ULiège)
Download(s): 970 (10 ULiège)
print        
Emile ROCHE

Evolution des paléoenvironnements en Afrique centrale et orientale au Pléistocène supérieur et à l'Holocène. Influences climatiques et anthropiques.

Article
Open Access

Attached document(s)

Version PDF originale

Résumé

Les études géologiques, géomorphologiques, limnologiques, palynologiques et phytosociologiques permettent de conclure à l'existence d'une période xérique s'étendant en Afrique centrale et orientale de 40 000 à 15 000 ans B.P. Durant cette période dont le maximum d'aridité se situe entre c.20 000 et c.15 000 B.P., les niveaux lacustres étaient très bas et l'extension savanicole importante. Après une période de transition de c.12 000 à c.9 000 B.P., une phase climatique chaude et humide qui connaît un optimum entre 8 000 et 6 000 B.P. a favorisé une large progression forestière et une importante montée des niveaux lacustres. Après un pic d'aridité c.4 000-3 000 B.P. provoquant un nouveau recul forestier, le climat évolue vers son stade actuel plus chaud et plus humide. L'impact anthropique en Afrique centrale et dans la région des Grands Lacs qui s'est intensifié à la suite de migrations de peuples bantouphones et de populations nilotiques possédant la technologie du fer et pratiquant des activités agro-pastorales a commencé à faire sentir ses effets de façon sensible au début de notre ère.

Abstract

On basis of geological, geomorphological, limnological, palynological and phytosociological studies one can conclude that a dry climatic period extended in Central and East Africa between 40 000 and 15 000 B.P. During this period, a maximum aridity took place from 20 000 to 15 000 B.P.; the lake levels were very low and the savannahs extension important. After a transitional period (c.12 000 to c.9 000 B.P.) a wet and warm climatic phase (8 000 to 6 000 B.P.) favoured a large extension of forests and an important rise of lake levels. After a new aridity peak (4 000-3 000 B.P.) climate evolved to its actual situation, warmer and wetter. Human influence in Central Africa and in Interlacustrine region increased, principally from 2 000 B.P., with the migrations of Bantu-speaking peoples and of Nilotic populations, agro-pastoralists being in possession of iron technology.

To cite this article

Emile ROCHE, «Evolution des paléoenvironnements en Afrique centrale et orientale au Pléistocène supérieur et à l'Holocène. Influences climatiques et anthropiques.», BSGLg [En ligne], 27 (1991/1) - Afrique centrale, URL : https://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=3634.

Call for papers

Call for papers "Miscellaneous" CLOSED

More info