BSGLg

Bulletin de la Société Géographique de Liège

0770-7576 2507-0711

 

since 01 November 2014 :
View(s): 202 (7 ULiège)
Download(s): 128 (0 ULiège)
print        
Philippe MARTIN

Pompage de la Fontaine de Nîmes (Gard, France). Opération NEMAUSA XII. Résultats obtenus en hydrodynamique, paléohydraulique urbaine et pollution.

Article
Open Access

Attached document(s)

Version PDF originale

Résumé

En août 1991, 4 associations gardoises [l'Association spéléologique nîmoise, le Spéléo Club lasallien Nîmes, le club Ratapenada et le Comité départemental de Spéléologie du Gard (France)] ont tenté d'assécher une partie du réseau de la Fontaine de Nîmes 20 ans après leurs devanciers. Pour cela nous avons employé 1 pompe de 1500 m3/h et 14 pompes plus petites. Nous avons vidé plus rapidement (en 4 jours) les mêmes galeries (=400 m) que nos devanciers. La partie aval du réseau qui a une forme de Y a été retopographiée. Nous avons constaté une augmentation temporaire du débit naturel après 3 jours de pompage (de 58 à 90 1/s) en raison de l'importance des volumes pompés (-70 000 m). Pendant 1360 mn, dans la vasque d'entrée, le débit pompé fut constant (205 1/s). Pendant 1440 mn dans le siphon de la Trémie le débit pompé fut constant (78 1/s). Dans les deux cas la relation entre le rabattement et le temps est une droite. Le réseau est donc une succession de poches d'eau alimentées, séparées par des seuils. A l'amont du collecteur on a mesuré une forte pollution qui est plus importante dans la branche W. que dans la branche N. Les plongeurs ont trouvé la suite de la galerie W. et, dans un affluent de la galerie W., des poteries.

Abstract

In August 1991, 20 years after their predecessors, 4 clubs [the "Association spéléologique nîmoise", the "Spéléo Club lasallien Nîmes", the "club Ratapenada" and the "Comité départemental de Spéléologie du Gard" (France)] tried to dry up the network of the Fontaine de Nîmes. For this purpose, we used a big pump (1500 m3/h) and 14 smaller pumps. We dried up more quickly than our predecessors (in 4 days) the same length of galleries (=400 m.). The Y shaped downstream network was re-topographied. We saw a temporary increase of natural discharge after 3 days of pumping (60 to 90 l/s) owing to the importance of pumped volumes (in 4 days =70000 m3). During 1360 mn, in the "vasque d'entrée", the pumped discharge was constant. During 1440 mn, in the "siphon de la Trémie", the pumped discharge was constant. In those two cases, the relationship between drawdown and rime is linear. The network is thus a succession of supplied waterpockets disconnected by sills. Upstream from the collector, our measures show much pollution; it is more important in the West gallery than in the North gallery. The divers found the continuation of the West gallery and, in an affluent of the West gallery, some unbroken earthenwares.

To cite this article

Philippe MARTIN, «Pompage de la Fontaine de Nîmes (Gard, France). Opération NEMAUSA XII. Résultats obtenus en hydrodynamique, paléohydraulique urbaine et pollution.», BSGLg [En ligne], 29 (1993/2) - Spéléologie physique et karstologie, URL : https://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=3300.

Call for papers

Call for papers "Miscellaneous" CLOSED

More info