since 05 February 2011 :
View(s): 21 (1 ULiège)
Download(s): 15 (1 ULiège)
print        
L. Franssen & Jean Michot

Etude pétrographique du sondage de Grand-Halleux
Conclusions préliminaires

Article
Open Access

Attached document(s)

Annexes

Résumé

Le sondage de Grand-Halleux est établi dans le cœur de l’anticlinal de Stavelot, dans les terrains devilliens, les plus anciens connus en Belgique. Il a traversé deux séries sédimentaires distinctes : la première (0 à 1900 m) est composée surtout de schistes et psammites verts, la seconde, dans laquelle le forage est arrêté à la profondeur de 3200 m, est formée principalement de phyllades noirs. L’association minérale de ces deux ensembles correspond à celle du sous-faciès supérieur des schistes verts : quartz-albite-muscovite-chlorite. Elle indique que le gradient géothermique était relativement faible dans cette partie de l’orogène calédonien. Jusqu’à 500 m environ, la stratification est fortement plissée ; en profondeur, son pendage, comme celui de la schistosité, acquièrent progressivement une allure horizontale. Cette disposition et l’existence de microstructures caractéristiques, telles les auréoles d’étirement, soulignent l’importance du glissement différentiel qui s’est développé dans les niveaux inférieurs de l’ensemble sédimentaire. Ce glissement suivant des plans horizontaux laisse donc supposer une variation du style tectonique avec la profondeur.

To cite this article

L. Franssen & Jean Michot, «Etude pétrographique du sondage de Grand-Halleux», Annales de la Société géologique de Belgique [En ligne], Volume 92 (1969), Fascicule 2, 229-240 URL : https://popups.ulg.ac.be/0037-9395/index.php?id=6750.

About: L. Franssen

Université Libre de Bruxelles, Laboratoire de Minéralogie et de Pétrologie, 50, avenue F.-D. Roosevelt, Bruxelles 5, Belgique.

About: Jean Michot

Université Libre de Bruxelles, Laboratoire de Minéralogie et de Pétrologie, 50, avenue F.-D. Roosevelt, Bruxelles 5, Belgique.