since 05 February 2011 :
View(s): 53 (1 ULiège)
Download(s): 249 (1 ULiège)
print        
Jean Verkaeren

Les amphiboles des skarns à magnétite de San Leone (Sardaigne S.W.) constituent des limites naturelles ferrifères dans les hornblendes et les trémolites

Article
Open Access

Attached document(s)

Annexes

Résumé

Les associations hydrothermales des skarns de San Leone renferment plusieurs types d'amphiboles. Il s'agit essentiellement d'une ferrotrémolite et d'une hornblende dans les skarns proprement dits et accessoirement d'une ferrotrémolite magnésienne cristallisant dans des filons recoupant les skarns.

Les analyses chimiques à la microsonde de la ferrotrémolite montrent qu'elle se rapproche remarquablement de la composition du terme extrême Ca2Fe++5Si8O22(OH)2; elle constitue à notre connaissance la ferrotrémolite la plus ferreuse connue dans la nature à ce jour.

Les analyses chimiques à la microsonde de la hornblende ferreuse montrent que l'on se trouve en présence d'une hornblende de composition intermédiaire entre les ferrotrémolites et les ferropargasites ; sa teneur exceptionnelle en fer la désigne également comme une limite naturelle dans les hornblendes.

L'analyse pétrographique suggère la cristallisation primaire de la hornblende ferreuse; au fur et à mesure de l'évolution des conditions génétiques, celle-ci devient instable et se transforme en ferrotrémolite lorsque la T décroit. Il n'est pas exclu qu'il existe toute une série de compositions intermédiaires.

Les données que l'on possède sur San Leone permettent de considérer comme vraisemblable l'absence ou en tous cas la faible extension d'une lacune de solubilité entre les familles des ferrotrémolites et des hornblendes riches en fer du type ferropargasite.

Abstract

The hydrothermal associations of the San Leone skarn deposit include several types of amphiboles. These are essentially ferrotremolite and hornblende in the skarns sensu stricto and magnesian ferrotremolite in the veins cutting the skarn body. The microprobe analysis of ferrotremolite indicates a composition that lies very closely to that of the end-member Ca2Fe++5Si8O22(OH)2; to our knowledge it represents the purest ferrotremolite occurring in nature.

The microprobe analysis of hornblende indicates a composition that lies between ferrotremolite and ferropargasite; to our knowledge its represents the most ferriferous hornblende occurring in nature.

Petrographic analysis suggests initial cristallization of hornblende ; during the evolution of genetic conditions involving decreasing temperatures, it becomes unstable and is replaced by ferrotremolite. Intermediate compositions are not excluded by optical examination. The data suggest the absence or limited extension of a miscibility gap between ferrotremolites and hornblendes of the ferropargasitic type.

To cite this article

Jean Verkaeren, «Les amphiboles des skarns à magnétite de San Leone (Sardaigne S.W.) constituent des limites naturelles ferrifères dans les hornblendes et les trémolites», Annales de la Société géologique de Belgique [En ligne], Volume 97 (1974), Fascicule 1, 235 - 242 URL : https://popups.ulg.ac.be/0037-9395/index.php?id=5572.

About: Jean Verkaeren

Laboratoire de Minéralogie et de Géologie Appliquée, Université de Louvain, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique.