depuis le 05 février 2011 :
Visualisation(s): 1186 (6 ULg)
Téléchargement(s): 466 (4 ULg)
print          
Laurent Villevieille

Heidegger, de l’indication formelle à l’existence

Article Open Access

Document(s) associé(s)

Annexes

Résumé

À la suite des travaux que, il y a maintenant une vingtaine d’années, Theodore Kisiel a consacrés à la genèse d’Être et Temps, les études heideg­gériennes ont reconnu l’importance méthodologique de la notion d’indication formelle dans la pensée du jeune Heidegger. À travers cette notion, ce n’est rien de moins que le statut de la conceptualité philosophique qui est censé recevoir une élaboration inédite. Quel est le mode d’être des concepts philosophiques, et comment de tels concepts peuvent-ils dévoiler le mode d’être de ce dont ils sont les concepts ? — telle pourrait être la formulation la plus élémentaire de la question à laquelle répond la notion d’indication formelle. Mais pourquoi « indication » ? et pourquoi « for­melle » ? Si la genèse de la notion a été relativement bien retracée depuis vingt ans, sa teneur proprement conceptuelle n’a pas été analysée de manière suffisam­ment approfondie. C’est pourquoi nous nous proposons ici de mon­trer comment cette notion se construit à partir d’une critique du procédé husser­lien de formalisation, procédé qui, après avoir été corrigé par le concept, lui aussi husserlien, et lui aussi critiqué, d’indication, permet de viser le mode d’être de l’existence. Reste alors à expliquer pourquoi la notion d’indication formelle, si décisive dans les réflexions méthodologiques du jeune Heideg­ger, se fait très discrète dans Sein und Zeit, c’est-à-dire dans l’ouvrage à l’élaboration duquel elle est pourtant censée avoir concouru de manière décisive.


1Table des matières

21. Un problème de méthode

32. L’indication formelle et la formalisation husserlienne

4a) L’argument du cours du semestre d’hiver 1920-1921

5b) La formalisation dans les Recherches logiques selon Heidegger

6c) La motivation de la formalisation : le formel et le « comment »

73. La critique heideggérienne du formel

8a) Les Ideen et la « région formelle »

9b) L’intentionnalité et le problème de l’ « effectuation » (Vollzug)

104. L’indication et la détermination différée

115. L’indication formelle dans Sein und Zeit

12a) Le « je » et l’indication formelle

13b) L’indication formelle et le concept d’existence

14c) La formalisation de l’existence et les existentiaux

15Conclusion

Pour citer cet article

Laurent Villevieille, «Heidegger, de l’indication formelle à l’existence», Bulletin d'Analyse Phénoménologique [En ligne], Volume 9 (2013), Numéro 5, URL : http://popups.ulg.ac.be/1782-2041/index.php?id=615.

A propos de : Laurent Villevieille

Université Paris-Sorbonne (Paris IV)