Base

Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement

1370-6233 1780-4507

 

Facteur d'impact : 0,509

depuis le 05 février 2011 :
Visualisation(s): 385 (5 ULg)
Téléchargement(s): 0 (0 ULg)
print
Ian Turner, Jean-Pierre Sclavo & François Malaisse

Un nouvel Encephalartos Lehm. (Zamiaceae) de Zambie

Article Open Access

Document(s) annexe(s)

Notes de la rédaction

Reçu le 16 août 2006, accepté le 7 septembre 2006

Résumé

L’article décrit une nouvelle espèce d’Encephalartos récoltée en Zambie. Cette seconde espèce recensée en Zambie est remarquable par la couleur jaune de ses strobiles, tant mâles que femelles.

Mots-clés : Zambie

Abstract

A new Encephalartos Lehm. (Zamiaceae) from Zambia. The paper describes a new Encephalartos species collected in Zambia. This second species quoted from Zambia is notable by the yellow colour of its cones, male as well as female.

Keywords : Encephalartos, Zamiaceae, Encephalartos, Zamiaceae, Zambia

Texte intégral

1. Introduction

1La connaissance des Encephalartos d’Afrique centrale a progressé en plusieurs étapes. Il est possible de distinguer une première période marquée par les récoltes sur le terrain des premiers explorateurs. Elle s’étend de la fin du XVIIIe siècle à l’aube du XXe siècle. Progressivement ces récoltes ont fait l’objet de descriptions d’espèces nouvelles, telles Encephalartos poggei, Encephalartos laurentianus ou encore de commentaires sur leur distribution (Gentil, 1904).

2Ensuite, plusieurs efforts de synthèse ont été entrepris. Nous retiendrons les travaux de Melville (1957), Dyer & Verdoorn (1969), Heenan (1977), Goode (1989), Stevenson et al. (1995), Heibloem (1999) ; tandis que d’autres récoltes donnaient lieu à des descriptions d’espèces nouvelles (Devred, 1959 ; Malaisse, 1969 ; Bamps, Lisowski, 1990 ; Stevenson et al., 1990 ; Malaisse et al., 1992 ; Vorster, Heibloem, 1995 ; Newton, 2002) ou permettaient de préciser davantage la distribution et la biologie de plusieurs taxons (Lisowski, Malaisse, 1971 ; Malaisse et al., 1990 ; Crosiers, Malaisse, 1995 ; Vorster, Gereau, 1998). Enfin, l’intérêt et l’apport d’un examen de l’anatomie et de la morphologie de la feuille étaient soulignés (Koeleman et al., 1981 ; Malaisse et al., 1993).

3Plus récemment encore, un intérêt particulier a été porté au genre Encephalartos et plusieurs expéditions ont été effectuées et conduites à bonnes fins, malgré les difficultés sérieuses et fréquentes que rencontrent les botanistes au cours de leurs prospections sur le terrain.

4Pour la Zambie, la découverte de l’existence de plantes appartenant à la famille des Zamiaceae fut tardive. Ce n’est qu’en 1990 que Malaisse et al. rapportent pour la première fois la présence d’un Encephalartos dans ce pays, à savoir Encephalartos schmitzii.

5L’existence d’un autre taxon, qui de plus est une espèce nouvelle, est par conséquent remarquable et fait l’objet du présent article.

2. Un nouvel Encephalartos

2.1. Description

6Encephalartos flavistrobilus Turner & Sclavo sp. nov. (Figure 1). Truncus subterraneus vel erectus, ad 30-40 cm altus, 15-20 cm diam. Folia 10-20, viridia, ad angulum (a) 60-70° matentia, 70-90 cm longa, oblonga, ad basin attenuata; petiolus ad 35-40 mm longus, 10 mm latus, 7 mm crassus; rachis flave, foliola 94-102, foliola mediana opposita, viridia, oblonga, 120-130 mm longa, 15 mm lata, apice sensim acuminata, pungentia, basi coarctata, 4 mm lata, ad basin decurrentia; nervi paralleli, 17-21: spinulae laterals, superne 0-1, inferne 0-2, 3-5 mm longae; foliola inferiora diminuta, 0-2 foliola bifurcata; 0-2 foliola infima in spinas mutata. Strobili , 2-3, breviter pedunculati, pedunculus in sicco ad 2 cm longo, strobili ellipsoidei ad subcylindrici, juveniles et adulti flavi, in sicco 16-19 cm longi, 4-5 cm lati. Strobilus , 1, flavus, breviter pedunculatus, pyriformis vel ellipsoideus, juvenilis et adultus flavi, 25 cm longus, 10 cm latus.

Image1

7La plante est remarquable tant par ses strobiles mâles (Figures 2 et 3), qui sont dès le début de leur développement de couleur jaune banane brillant, virant au jaune brunâtre après maturité, que par son strobile femelle également jaunâtre (Figure 4).

Image2

Image3

Image4

2.2. Distribution

8L’espèce n’est connue que d’une seule station, à savoir : Zambie, à l’est de Solwezi, en forêt claire de type miombo, avril 2002, Turner 1251 (holotype, BR).

3. Discussion et Conclusion

9L’Afrique centrale méridionale abrite une certaine diversité d’Encephalartos, dont la grande majorité possède en commun un tronc épigé nul ou court. A cet ensemble, que nous dénommons le complexe d’Encephalartos poggei, appartiennent entre autres, outre E. poggei, E. marungensis, E. schmitzii, E. schaijesii, E. delucanus et E. flavistrobilus. Si, à première vue, ces espèces montrent une indéniable similitude par leur port, un examen plus approfondi permet de les distinguer sans ambiguïté.

10Les différences portent sur les strobiles, notamment leur couleur et la morphologie des écailles pour lesquelles une terminologie précise a été proposée (Melville, 1957), mais encore sur la morphologie des feuilles. Pour ces dernières, il convient d’examiner les caractéristiques des folioles et les inclinaisons des feuilles et des folioles (Malaisse et al., 1993).

11L’aire de distribution de ces divers taxons est souvent réduite, voire limitée à une station ; cet isolement géographique plaide en faveur d’une origine paléoendémique. Des études biosystématiques seraient utiles pour préciser le rang de ces taxons (Newton, 2002). Les formations végétales qui hébergent les taxons de ce complexe relèvent de groupements herbacés et (ou) boisés, à savoir : savanes arbustives à boisées, forêts claires, savanes steppiques sur sable de type Kalahari. Le climat qui y prévaut présente une saison sèche d’une durée de 4 à 7 mois. Les sols sont perméables ou rocailleux.

12Encephalartos flavistrobilus se distingue avant tout de toutes les autres espèces par la couleur jaune de ses strobiles, tant mâles que femelles.

Bibliographie

Bamps P., Lisowski S. (1990). A new species of Encephalartos (Zamiaceae) from Northeastern Zaire.  Mem. NY. Bot. Gard. 57, p. 152–155.

Crosiers C., Malaisse F. (1995). Ex situ pollination and multiplication of Encephalartos laurentianus De Wild. (Zamiaceae, Cycadales). Biodiversity Conserv. 4, p. 767–775.

Devred R. (1959). Une cycadacée nouvelle du Congo belge : Encephalartos marunguensis Devred. Bull. Soc. Roy. Bot. Belg. 91, p. 103–108.

Dyer RA., Verdoorn I. (1969). Encephalartos manikensis and its near allies. Kirkia 7, p. 147–158.

Gentil L. (1904). Les cycadées au Congo. Rev. Hortic. Belg.  étrang. 30, p. 7–9.

Goode D., Comrie-Greig J. (ed.) (1989). Cycads of Africa. Cape Town, RSA: Struik Winchester, 256 p.

Heenan D. (1977). Some observations on the cycads of Central Africa. Bot. J. Lin. Soc. Lond. 74, p. 279–288.

Heibloem P. (1999). Cycads of Central Africa – an introduction to the Cycad Species of the region. Brisbane, Australia: Palm & Cycad Societies of Australia, 80 p.

Koeleman A., Robbertse PJ., Eicker A. (1981). Die anatomie van die pinnas van die Suid-africaanse spesies van Encephalartos Lehm. J. S. Afr. Bot. 47, p. 247–271.

Lisowski S., Malaisse F. (1971). Encephalartos marunguensis Devred, Cycadacée endémique du plateau des Muhila (Katanga, Congo-Kinshasa). Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 41, p. 357–361.

Malaisse F. (1969). Encephalartos schmitzii Malaisse, Cycadacée nouvelle du Congo-Kinshasa. Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 39, p. 401–406.

Malaisse F., Sclavo JP., Turner I. (1990). Zamiaceae, a new family for Zambia. Mem. NY. Bot. Gard. 57, p. 162–168.

Malaisse F., Sclavo JP., Crosiers C. (1992). Recherches sur les Encephalartos Lehm. (Zamiaceae) d’Afrique centrale. 1. Un nouvel Encephalartos de Tanzanie. Ann. Gembloux 98 (2), p. 153–157.

Malaisse F., Sclavo JP., Crosiers C. (1993). Recherches sur les Encephalartos Lehm. (Zamiaceae) d’Afrique centrale. 2. Apport de la morphologie foliaire dans la différenciation spécifique. Bull. Jard. Bot. Nat. Belg. 62, p. 205–219.

Melville R. (1957). Encephalartos in Central Africa. Kew Bull. 1957, p. 237–257.

Newton LE. (2002). A new species of Encephalartos (Zamiaceae) in Sudan. Bot. J. Linn. Soc. 140, p. 187–192.

Stevenson DW., Moretti A., De Luca P. (1990). A new species of Encephalartos (Zamiaceae) from Tanzania.  Mem. NY. Bot. Gard. 57, p. 156–161.

Stevenson DW., Osborne R., Cole MEP. (1995). The world list of cycads. In Vorster P. (ed.). Proc. 3rd Intl. Conf. on Cycad Biology (Pretoria, South Africa, July 1993). Pretoria, RSA: Cycad Society of South Africa, p. 55–64.

Vorster P., Gereau RE. (1998). Encephalartos ituriensis (Zamiaceae): an amended description. Adansonia 20 (1), p. 211–216.

Vorster P., Heibloem P. (1995). Encephalartos successibus (Zamiaceae): a new species from Uganda. S. Afric. J. Bot. 61, p. 347–351.

Pour citer cet article

Ian Turner, Jean-Pierre Sclavo & François Malaisse, «Un nouvel Encephalartos Lehm. (Zamiaceae) de Zambie», Base [En ligne], volume 10 (2006), numéro 3, 181-183 URL : http://popups.ulg.ac.be/1780-4507/index.php?id=1014.

A propos de : Ian Turner

45, Court Road. Greendale North. Harare (Zimbabwe).

A propos de : Jean-Pierre Sclavo

Villa La Finca. Plateau du Mont Boron. F-06300 Nice (France). E-mail : JP-Sclavo@wanadoo.fr

A propos de : François Malaisse

Laboratoire d’écologie. Faculté universitaire des Sciences agronomiques. Avenue Maréchal Juin, 27. B-5030 Gembloux (Belgique).