BSGLg

Bulletin de la Société Géographique de Liège

0770-7576

 

depuis le 01 novembre 2014 :
Visualisation(s): 792 (32 ULiège)
Téléchargement(s): 423 (5 ULiège)
print        
Camille EK & Jean GRIMBÉRIEUX

Éditorial : André Ozer

Editorial Open Access

Document(s) associé(s)

Version PDF originale

1Né à Stavelot le 7 novembre 1943, André OZER gardera toujours profondément ancrée la marque de sa ville ardennaise natale, dont il sera un indéfectible et très honoré Blanc Moussî.

2Après l’athénée de Stavelot, il réussit le régendat en sciences-géographie, sortant major de sa promotion. Il étudie ensuite à l’Université de Liège les sciences géographiques, qu’il termine avec la plus grande distinction. Chercheur F.N.R.S., il découvre près de Malmedy un gouffre de plus de soixante mètres de profondeur, le «trou Ozer», dont il expose la genèse.

3C’est encore avec la plus grande distinction qu’il achève son doctorat sur le Quaternaire du littoral de la Sardaigne, dont il a étudié et corrélé les dépôts de plage, les formations éoliennes, les sédiments fluviatiles et les lignes de rivage submergées. Très intégré dans le monde universitaire italien, il nouera de fructueux contacts, encore actifs aujourd’hui, avec ses collègues de Genova, Cagliari, Napoli et Sassari. Il dirigera en Sardaigne de très nombreuses excursions, très appréciées de ses étudiants et de ses collègues, et qui lui vaudront d’être considéré comme mezzo sardo mezzo belga. Étendant son expertise à toute la Méditerranée occidentale, il en étudiera les littoraux, en utilisant notamment la télédétection, et il deviendra membre puis vice-président de la Commission de l’INQUA sur les lignes de rivage de la Méditerranée et de la mer Noire.

4Comme directeur du Laboratoire de géomorphologie et télédétection de l’Université de Liège, il dirige pour la Région wallonne la cartographie des contraintes karstiques, des risques d’éboulements et des glissements de terrain. Avec son équipe, il poursuit des études sur les littoraux, la désertification, les linéaments, l’appui à l’archéologie, couplant toujours télédétection et terrain. On le voit en Europe, en Afrique, en Asie. C’est un spécialiste mondialement connu des variations récentes et actuelles du niveau marin.

5Il a contribué puissamment à la formation de nombreux géographes, géologues, océanologues, mais aussi à celle de nombreux chercheurs d’outre-mer effectuant en Belgique une formation complémentaire ou un doctorat. Ardent défenseur de la francophonie, il s’est investi depuis le début dans le Réseau de télédétection de l’Agence universitaire de la Francophonie (A.U.F.), participant à toutes ses réunions, et organisant lui-même dans ce cadre des journées scientifi ques et des journées d’animation en Europe (Liège, Bucarest et Iasi) et en Asie (Hanoï).

6Il n’est pas question, dans cette courte notice, d’épuiser les implications d’André OZER dans d’innombrables organismes, A.G.C.D., C.U.D., Agence spatiale européenne, etc. On voit qu’il est d’un dynamisme inextinguible, d’une activité débordante. Enseignant autant que chercheur, il est sur tous les fronts. Si c’est un travailleur acharné, c’est aussi un habile négociateur et l’Université de Liège lui doit de nombreux contrats féconds.

7Mais André OZER est avant tout un homme généreux, dévoué, convivial et jovial, un homme d’un abord particulièrement agréable. Ce n’est pas pour rien qu’il a été fait citoyen d’honneur de la ville de Tozeur (Tunisie), après y avoir organisé et soutenu une école d’été sur la désertifi cation, témoignant de sa permanente sollicitude pour les pays du Sud. Pas pour rien non plus qu’il a reçu du président de la République du Viet-Nam la Médaille de l’Amitié, le plus haut titre octroyé à un étranger : il est le premier Belge à le recevoir, à la suite d’une fructueuse et chaleureuse collaboration de plus de quinze années. Last but not least, cet heureux homme est l’époux de Marie-Paule, une femme charmante qu’il adore et qui lui donne en permanence l’énergie qu’il lui faut pour mener de front toutes ses actions.

8Ad multos annos, André !

Pour citer cet article

Camille EK & Jean GRIMBÉRIEUX, «Éditorial : André Ozer», BSGLg [En ligne], 54 (2010/1) - Hommage au Professeur André Ozer, URL : http://popups.ulg.ac.be/0770-7576/index.php?id=882.

A propos de :Camille EK

Université de Liège

A propos de :Jean GRIMBÉRIEUX

Université de Liège

Appels à contribution

Appel à contribution ouvert pour le BSGLg n°70 (2018/1) ouvert jusqu'au 1er octobre 2017

Plus d'info