Lejeunia, Revue de Botanique

0457-4184 2295-7243

 

depuis le 05 février 2011 :
Visualisation(s): 1141 (19 ULg)
Téléchargement(s): 334 (3 ULg)
print          
A. VANDERWEYEN & A. FRAITURE

CATALOGUE DES UREDINALES DE Belgique 3ème partie Pucciniaceae (genre Puccinia)

Article Open Access

Document(s) associé(s)

Annexes

Résumé

Résumé :

Cette troisième et dernière partie du catalogue des Uredinales de Belgique contient tous les taxons de Puccinia récoltés ou mentionnés dans notre pays. Elle a été rédigée dans la même présentation que les deux premières parties. Au total, 137 taxons y sont repris, dont 15 ne croissent pas sur des plantes indigènes. La présence en Belgique de 22 de ces taxons reste à confirmer parce qu’elle n’est attestée que par des spécimens d’herbier peu fiables ou des citations dans la littérature.

Samenvatting :

Vanderweyen A. & Fraiture A. (2011) Checklist van de Uredinales van België, 3 − Pucciniaceae (geslacht Puccinia). Dit derde en laatste deel van de checklist van de roestzwammen bevat alle taxa in de geslacht Puccinia gevonden in België. Dit deel wordt op dezelfde wijze voorgesteld als de twee eersten. In totaal zijn 137 taxa besproken, waaronder 15 die niet op inheemse planten groeien. Het voorkomen van 22 van deze roestzwammen in België blijft twijfelachtig, omdat hun voorkomen alleen bevestigd is door herbariumspecimens van weinig betrouwbare aard of door citaties in de literatuur.

Abstract

Abstract :

Vanderweyen A. & Fraiture A. (2011) Checklist of the Uredinales of Belgium, 3 − Pucciniaceae (genus Puccinia). This third and last part of the check-list contains all the taxa in the genus Puccinia, which have been collected or mentioned in Belgium. It is presented in the same way than the two first parts. It contains a total of 137 taxa, 15 of which are not growing on indigenous plants. The presence in Belgium of 22 taxa remains to be confirmed because it is attested only by herbarium specimens which are not entirely reliable or by citations in the bibliography.


INTRODUCTION

1Ce travail constitue la troisième et dernière partie du Catalogue des Uredinales de Belgique, dont les deux autres parties sont parues récemment (Vanderweyen & Fraiture 2007, 2008).

2La présentation suit les mêmes règles que celles qui ont été exposées aux pages 6 et 7 de la première partie et à la page 2 de la deuxième partie du catalogue. Pour rappel, les Uredinales sont des espèces à cycle pléomorphique, incluant souvent deux ou plusieurs des stades suivants, généralement représentés par un zéro ou un chiffre romain : 0 = spermogonies produisant les spermaties, I = écidies produisant les écidiospores, II = urédies produisant les urédospores, III = télies produisant les téleutospores et le téléomorphe (stade parfait).

3Cette troisième partie du catalogue est entièrement dévolue au genre Puccinia. Diverses considérations sur ce vaste genre et sur ses rapports avec les autres genres de la famille des Pucciniaceae ont été données aux pages 3 et 4 de la seconde partie du catalogue. En plus des travaux dont les références bibliographiques ont été fournies dans les parties 1 et 2 du catalogue, les livres suivants sont utiles pour l’étude du genre Puccinia. La monographie des Puccinia de Sydow & Sydow (1904) est ancienne mais reste très utile ; celle de Majewski (1979) est en polonais mais beaucoup d’informations (nomenclature, hôtes, dessins) sont facilement consultables. Par ailleurs, les travaux suivants, qui ne concernent pas spécifiquement le genre Puccinia, peuvent être ajoutés à la liste des livres de référence que nous avons fournie dans la première partie. Il s’agit d’abord de la checklist des basidiomycètes de Grande-Bretagne et d’Irlande (Legon & Henrici 2005) ou de travaux concernant les Uredinales de l’ex DDR (Braun 1982) et de l’Autriche (Poelt & Zwetko 1997). Enfin, certains ouvrages traitent des Uredinales colonisant un groupe d’hôtes particulier : les graminées (Cummins 1971), le genre Carex (Zwetko 1993 et Henderson 1961) ou les Rosaceae (Helfer 2005).

4Cette partie du catalogue contient 137 taxons, dont 15 ne croissent que sur des plantes non indigènes. Ces derniers ont été marqués d’une « * » dans la marge du catalogue. Pour 13 taxons, nous n’avons pas trouvé un seul spécimen d’herbier, bien que des observations faites en Belgique aient été rapportées dans la littérature. Dans le texte du catalogue, ces 13 taxons sont marqués par un « o » dans la marge. Enfin, pour 9 autres taxons, le seul spécimen disponible n’était pas entièrement fiable (voir ci-dessous, Reliquiae Libertianae et Vanderweyen & Fraiture 2008: 4-7). Ces taxons ont été marqués d’un « ? » dans la marge.

Note de l’éditeur

5Ce manuscrit était prêt pour l’impression lorsque le Congrès International de Botanique de Melbourne a apporté des changements radicaux à l’article 59 du Code International de Nomenclature Botanique. La priorité des épithètes pour des champignons pléomorphes risque d’être modifiée, seul le nom le plus ancien, quelque soit sont statut d’anamorphe ou de téléomorphe, devenant prioritaire, dans un système qui vise à abolir la nomenclature séparée des anamorphes et des téléomorphes. Ce nouveau système, qui ne répond peut-être pas au souhait de tous les mycologues, demandera des années pour être mis en place et de nombreuses propositions de conservations. Il n’aurait donc pas été possible d’en tenir compte dans le présent article.

Encore le problème des « Reliquiae Libertianae, Série 3»

6Dans la deuxième partie de ce Catalogue, nous avions fait part des problèmes que posaient les spécimens portant cette mention, dans l’herbier du Jardin botanique national de Belgique (BR). Il s’agit en principe de spécimens qui furent renvoyés à Bruxelles par les mycologues qui ont étudié l’abondant matériel indéterminé laissé par M.-A. Libert. En ce qui concerne les Puccinia, nous avons eu à revoir six spécimens appartenant à cette collection et ils nous ont posé les mêmes problèmes que ceux que nous avons évoqués dans la seconde partie du catalogue (les espèces concernées sont signalées dans le catalogue par un « ? » dans la marge et leur présence effective en Belgique reste à démontrer). En effet, ces différents spécimens constituent à chaque fois le seul matériel belge que nous ayons trouvé pour les espèces auxquelles ils se rapportent. De plus, ils se développent presque toujours sur des plantes qui ne font pas partie de la flore belge (Helianthus tuberosus, Smyrnium olusatrum et Soldanella sp.) ou qui sont très rares dans la région de Malmedy, où les spécimens sont dits avoir été récoltés (Cicuta virosa, Salvia verticillata). Enfin, ils ne sont pas datés et, ici aussi, des spécimens de ces espèces d’Uredinales ont été distribués dans des herbiers publiés durant la période où le matériel de M.-A. Libert a été étudié par des mycologues étrangers (voir ci-dessous). En conclusion, nous suspectons plus que jamais qu’une confusion s’est produite lors de l’étiquetage de ce matériel et qu’il ne s’agit en réalité pas de spécimens récoltés en Belgique par M.-A. Libert.

7Puccinia cicutae Lasch

8in von Thümen, Mycotheca universalis 14: n° 1333 (1879) et 20: n° 1928 (1881).

Puccinia helianthi Schwein.

9in Rabenhorst, Fungi Europaei exsiccati 22 n° 2163 (1876) et 29: n° 2809 (1882).

10in P. Sydow., Mycotheca Marchica 1: n° 57 (1880).

11in von Thümen, Mycotheca universalis 5: n° 436 et 6: n° 549 (1876).

12Puccinia morthieri Körn.

13in Spegazzini, Decades mycologicae italianae 8: n° 77 (1879).

14in von Thümen, Mycotheca universalis 21: n° 2038 (1881).

15Puccinia nigrescens Kirchn.

16in Rabenhorst, Fungi Europaei exsiccati 18: n° 1776 (1874).

17in P. Sydow., Mycotheca Marchica 1: n° 59 (1880) et 3: n° 221 (1882).

18in von Thümen, Mycotheca universalis 8: n° 740 (1877).

19Puccinia smyrnii Biv.

20in Rabenhorst, Fungi Europaei exsiccati 20: n° 1968 (1875).

21in Roumeguère, Fungi selecti Gallici exsiccati 6: n° 525 (1879) et 27: n° 2642 (1883).

22in von Thümen, Mycotheca universalis 2: n° 153 (1875) et 13: n° 1234 (1878).

23Puccinia soldanellae Fuckel

24in Spegazzini, Decades mycologicae italianae 8: n° 78 (1879).

REMERCIEMENTS

25 Une fois encore, Pierre Compère (BR) et le professeur Vincent Demoulin (LG) nous ont fait bénéficier de leur excellente connaissance du Code de nomenclature botanique, pour la résolution de certains problèmes nomenclaturaux. Le dr Markus Scholler, curateur du Département de Cryptogamie du Staatliches Museum für Naturkunde de Karlsruhe (KR) et le professeur David Hawksworth, de l'Universidad Complutense de Madrid (MAF), nous ont prodigué de précieux conseils dans l'élaboration de ce travail. Nous avons été accueillis et avons pu effectuer des prélèvements pour examen, à partir de spécimens d'herbier, dans divers laboratoires, - soit en Belgique, au Laboratoire de Botanique de l'Université de Liège (LG, professeur Vincent Demoulin), à la Mycothèque de l'Université catholique de Louvain (MUCL, dr Cony Decock), - soit en Espagne, au Jardin botanique royal de Madrid (MA, dr Francisco Pando de la Hoz, dra Margarita Dueñas). En outre, le professeur Jacques Lambinon nous a donné en prêt des spécimens de rouilles conservés dans l’herbier de l’Université de Liège (LG). Le professeur Daniel Thoen (Université de Liège, Arlon) a fait de même avec des spécimens de son herbier personnel. Le professeur Annemieke Verbeken et Kristof de Vos ont examiné l'herbier GENT, afin d’y rechercher des spécimens qui auraient pu nous être utiles. Plusieurs spécimens nous ont également été confiés par des récolteurs privés. Il s’agit de membres du Cercle de Mycologie de Bruxelles (André Bracke, Daniel Ghyselinck, Raymond et Annie Notte) ou de personnes attachées au Jardin botanique national de Belgique (dr Quentin Groom, dr Ivan Hoste) ou au DEMNA de Gembloux (Jean-Yves Baugnée). Émile Vandeven nous a fait parvenir un extrait de la base de données FUNBEL (KAMK), contenant de très nombreuses observations d'Uredinales. Daniel Ghyselinck a fait de même pour la base de données MYCOBEL. Enfin, Gabriele Palfinger nous a fait parvenir copie de quelques pages de la flore de Röhling.

26 Nous adressons à toutes ces personnes nos plus sincères remerciements.

Bibliographie

27Abbassi M., Goodwin S.B. & Scholler M. (2005) Taxonomy, phylogeny, and distribution of Puccinia graminis, the black stem rust: new insights based on rDNA sequence data. Mycoscience 46 (4): 241-247.

28Arthur J.C. & Cummins G.B. (1934) Manual of the rusts in United States and Canada. Purdue Research Foundation, Lafayette, USA, xv, 438 p.

29Aubert G. (1865) Catalogue des Cryptogames récoltés aux environs de Louette-Saint-Pierre. Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 4: 302-335.

30Bellynck A. (1852) Catalogue des Cryptogames observées dans les environs de Namur. Bull. Acad. roy. Sci. Belgique 19 (1): 45-81.

31Boerema G.H. & Verhoeven A.A. (1977) Check-list for scientific names of common parasitic fungi, Series 2b – Fungi on field crops : cereals and grasses. Neth. J. Pl. Pathol. 83: 165-204 [cet article a été republié dans Boerema G.H. et coll. (1993: 89-125)].

32Boerema G.H. et coll. (1993) Check-lists for scientific names of common parasitic fungi. Libri Botanici (IHW-Verlag) 10: iv, 370 p. [il s’agit du reprint de 12 articles parus en 1972-1993 dans le Netherlands J. Pl. Pathol.]

33Brandenburger W. (1994) Die Verbreitung der in den westlichen Ländern der Bundesrepublik Deutschland beobachteten Rostpilze (Uredinales) – Eine Bestandsaufnahme nach Literaturangaben. Regensburg. Mykol. Schriften 3: 1-381.

34Braun U. (1982) Die Rostpilze (Uredinales) der Deutschen Demokratischen Republik. Feddes Repert. 93 (3/4): 213-333.

35Cummins G.B. (1971) The Rust Fungi of Cereals, Grasses and Bamboos. Springer Verlag, Berlin, Heidelberg, New York, xv, 570 p.

36De Limminghe A. (1857) Flore mycologique de Gentinnes. Doux fils, Namur, 89 p.

37De Wildeman É. & Durand Th. (1898-1907) Prodrome de la Flore belge (3 tomes). Castaigne, Bruxelles, 63 + 543 + 530 + 1112 p.

38Helfer S. (2005) Overview of the rust fungi (Uredinales) occurring on Rosaceae in Europe. Nova Hedwigia 81 (3/4): 325-370.

39Henderson D.M. (1961) The British Carex rust fungi. Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 223-248.

40Hylander N., Jørstad I. & Nannfeldt J.A. (1953) Enumeratio Uredinearum Scandinavicarum. Opera bot. 1 (1): 1-102.

41Jennings D.M., Ford-Lloyd B.V. & Butler G.M. (1990)  Morphological analysis of spores from different Allium rust populations. Mycol. Res. 94 (1): 83-93.

42Kickx J. (1867) Flore cryptogamique des Flandres, vol. 2. Hoste, Gand et Baillière et fils, Paris, 490 p.

43Lambinon J., Delvosalle L., Duvigneaud J. et coll. (2004) Nouvelle Flore de la Belgique, du Grand-Duché de Luxembourg, du Nord de la France et des Régions voisines (Ptéridophytes et Spermatophytes), 5e éd. Jardin Botanique National de Belgique, Meise, cxxx, 1167 p.

44Lambotte J.-B.-E. (1880) Flore mycologique de la Belgique (3 volumes). Nautet-Hans, Verviers, 524, 599, 331 p.

45Laundon G.F. (1967) Rust names attributed to Léveillé. Taxon 16 (3): 194-195.

46Laundon G.F. (1974) Proposals in regard to the emendment of author citations. Taxon 23: 869.

47Legon N.W. & Henrici A. (2005) Checklist of the British & Irish Basidiomycota. Royal botanic Gardens, Kew, xvii, 517 p.

48Majewski T. (1979) Grzyby (Mycota), XI – Podstawczaki (Basidiomycetes) Rdzawnikowe (Uredinales) II. Polska akademia Nauk, Warszawa, Kraków, 464 p. + 2 pl. h.t.

49Marchal Ém. & Sternon F. (1923) Champignons parasites nouveaux pour la flore belge, récoltés en 1915-1918. Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 55: 47-54 + 1 pl. h.t.

50Nijpels P. (1893) Bijdrage tot de mycologische flora van Belgie. Bot. Jaarb. V: 32. [non consulté]

51Pâque E. (1885) Recherches pour servir à la Flore cryptogamique de la Belgique. Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 24 (1): 7-56.

52Poelt J. & Zwetko P. (1997) Die Rostpilze Österreichs. Biosyst. Ecol. Ser. 12: [viii], 365 p.

53Rostrup F. (1884) Nogle nyere Jagttagelser angaaende heteroeciske Uredineer. Overs. Kongel. Danske Vidensk. Selsk. Forh. Medlemmers Arbeiders: 1-20 [résumé français pp. I-VII] [non consulté]

54Scholler M. (1997) Rust fungi on Bellis perennis in Central Europe: delimitation and distribution. Sydowia 49 (2): 174-181.

55Scholler M., Lutz M., Wood A.R., Hagedorn G., Mennicken M. (2011) Taxonomy and phylogeny of Puccinia lagenophorae: a study using rDNA sequence data, morphological and host range features. Mycol. Progress 10 (2): 175-187.

56Sydow P. & Sydow H. (1904) Monographia Uredinearum, I – Genus Puccinia. Borntraeger, Lipsiae, xxxv, 972 p.

57Urban Z. (1967) The taxonomy of some European graminicolous rusts. Ceska Mykol. 21: 12-16.

58Vanderyst H. (1901) Catalogue des Urédinées signalées dans les différentes provinces Belges. M. Collée, Tongres. 12 p.

59Vanderweyen A. (2001) Puccinia albescens, la rouille blanche de la moscatelline. Rev. Cercle Mycol. Bruxelles 1: 45-52.

60Vanderweyen A. (2003) Les deux principales rouilles sur Adoxa en Belgique. Rev. Cercle Mycol. Bruxelles 3: 45-52.

61Vanderweyen A. & Fraiture A. (2007) Catalogue des Uredinales de Belgique, 1re partie - Chaconiaceae, Coleosporiaceae, Cronartiaceae, Melampsoraceae, Phragmidiaceae, Pucciniastraceae, Raveneliaceae et Uropyxidaceae. Lejeunia NS 183: 36 p.

62Vanderweyen A. & Fraiture A. (2008) Catalogue des Uredinales de Belgique, 2ème partie – Pucciniaceae (sauf Puccinia). Lejeunia NS 185: 1-31.

63Vanderweyen A. & Fraiture A. (« 2009 », publ. 2010) Observation de Puccinia komarovii en Belgique. Rev. Cercle Mycol. Bruxelles 9: 52-59.

64Verplancke G. & Vandenbroecke R. (1936) Contribution à la flore mycologique belge. Bull. Soc. roy. Bot. Belg. 69 (1): 69-95.

65Verplancke G. (1939) Contribution à la connaissance de la flore mycologique belge. Ann. Soc. sci. Bruxelles, Sér. 2, 59 (1): 80-88.

66Zwetko P. (1993) Rostpilze (Uredinales) auf Carex im Ostalpenraum. Biblioth. mycol. 153: 222 p. J. Cramer, Stuttgart.

CATALOGUE DES UREDINALES OBSERVÉES EN BELGIQUE (3)

67o = Pas de spécimen disponible, seulement des données bibliographiques.

68? = Spécimen(s) disponible(s) mais non fiable(s) (voir introduction, Reliquiae Libertianae).

69* = Urédinale non indigène, croissant sur des plantes non indigènes.

70PUCCINIACEAE Chevall. 1826 (suite)

71Puccinia Pers. 1794

72101. Puccinia acetosae Körn., Hedwigia 15 (12): 184 (1876).

73Synonymes : Puccinia rumicis Lich. [lapsus pour Lasch ?] 1862, non Puccinia rumicis Bellinck 1852. – Uredo acetosae Schumach. 1803.

74Spécimen examiné : H. Ruysseveldt (BR), Snellegem, 15.VII.2000, sur Rumex acetosa.

75Hôtes signalés : II, III sur Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex obtusifolius et Rumex cf. palustris.

76102. Puccinia adoxae R. Hedw., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 2: 220 (1805).

77Spécimens examinés (tous sur Adoxa moschatellina) : P. Heinemann 3920 (BR), Baudour, 14.V.1966. – J. Lambinon, leg. L. Leclercq & R. Fabri (LG), Kelmis, Neu-Moresnet, 30.IV.1978. – D. Thoen (T), det. A.Vanderweyen F 384, Lischert, 29.IV.1996. – D. Thoen (T) , det. A. Vanderweyen F 391, Lischert, 28.IV.2001, avec Puccinia albescens. – A. Vanderweyen F 226 (BR, MA), Auderghem, 29.III.2002. – A. Vanderweyen F 256, Ottignies - Louvain-la-Neuve, 06.IV.2003. – Q. Groom, Meise, 13.IV.2010. – A. Vanderweyen F 713, Fosses-la-Ville, Bambois, 15.V.2010.

78Hôte signalé : III sur Adoxa moschatellina.

79Note : Sur la présence en Belgique de cette espèce, voir aussi Vanderweyen (2001 et 2003).

80103. Puccinia aegopodii (F. Strauss) Röhl., Deutschl. fl. (ed. 2) 3 (3): 131 (1813) [illégitime, voir note ci-dessous].

81Basionyme : Uredo aegopodii F. Strauss, Ann. wetter. Ges. 2: 101 (1810) [III inclus, voir note ci-dessous].

82Synonymes : Aecidium aegopodii Rebent. 1804 [III inclus]. – Caeoma aegopodii (Schumach.) Link 1825. – Caeoma aegopodii (Rebent.) G. Winter 1882. – Puccinia aegopodii H. Mart. 1817. – Puccinia aegopodii (F. Strauss) Link 1825. – Uredo aegopodii Schumach. 1803 [III inclus].

83Spécimens examinés : H. Vanderyst (BR), Neerrepen, 17.VI.1899, sur Aegopodium podagraria. – D. Thoen (T), Lischert, 03.V.1996, 13.IV.2002 et 05.IX.2002, sur Aegopodium podagraria.

84Hôte signalé : III sur Aegopodium podagraria.

85Note : Cette espèce pose un problème nomenclatural, déjà relevé par Laundon (1974). La première combinaison dans le genre Puccinia [P. aegopodii (F. Strauss) Röhl. 1813] est illégitime car son basionyme (Uredo aegopodii F. Strauss 1810) est lui-même illégitime [homonyme postérieur, Art. 53.1]. C’est Uredo aegopodii Schumach., Enum. pl. 2: 233 (1803) qui aurait dû être choisi comme basionyme par Röhling. A présent, il n’est malheureusement plus possible de l’utiliser pour une combinaison dans le genre Puccinia, puisque le binôme P. aegopodii est désormais occupé.

86104. Puccinia albescens Plowr., Monogr. Brit. Ured.: 153 (1889).

87Synonyme : Aecidium albescens Grev. 1824.

88Spécimens examinés (tous sur Adoxa moschatellina) : A. Gravis (LG, sub Aecidium adoxae Dub.), Bruxelles, 07.IV.1878. – E. Bommer & M. Rousseau (BR, sub Puccinia adoxae Hedw.), Bruxelles, V.1901. – A. Vanderweyen F 181 (BR, MA), Lauzelle, 09.IV.2000. – D. Thoen (T), det. A. Vanderweyen F 267, Lischert, 19.IV.2000. – A. Vanderweyen F 199, Vierves-sur-Viroin, 26.V.2001. – A. Vanderweyen F 257 (MA), Ottignies - Louvain-la-Neuve, 06.IV.2003. – A. Vanderweyen F 471, Auderghem, 28.IV.2006. – A. Vanderweyen F 652, leg. R. Vanneste, Dilbeek, 12.IV.2009.

89Hôte signalé : 0, I, II, III sur Adoxa moschatellina.

90Note : Sur la présence en Belgique de cette espèce, voir aussi Vanderweyen (2001 et 2003).

91105. Puccinia allii F. Rudolphi, Linnaea 4: 392 (1829, sub Puccinia-Bullaria-Allii, voir notes ci-dessous).

92Synonymes : Puccinia alliorum Caspary 1856. – ? Puccinia ambigua (DC.) G. Winter 1880 – Puccinia mixta Fuckel 1863. – Puccinia porri G. Winter 1882. – Uredo alliorum DC. 1815. – ? Uredo ambigua DC. 1815 [III décrit]. – Uredo porri Sowerby 1809. – ? Uromyces ambiguus (DC.) Lév. 1847 [sub ambigua ; invalide, Art. 33.1]. – ? Uromyces ambiguus (DC.) Fuckel 1870 [voir notes ci-dessous]. – Xyloma allii DC. 1815.

93Nom exclu : Puccinia ambigua (Alb. & Schwein.) Lagerh., in Sydow, Ured. Exsic. n° 1056 (1897) (= Puccinia difformis Kunze).

94Spécimens examinés : P. Heinemann 5872, leg. J.-C. Patard (BR), det. C. Populer, Roselies, 19.XI.1974, sur Allium porrum. – H. Ruysseveldt (BR), Mannekensvere, 18.V.1998, sur Allium vineale. – A. Vanderweyen F 154 b, Champalle, 18.VI.1998, sur Allium sphaerocephalon. – A. Vanderweyen F 556 (AV), Meise, 12.IV.2007, sur Allium sativum. – A. Ronse 2044, Meise, 28.VI.2010, sur Allium scorodoprasum.

95Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Allium porrum, Allium sativum, Allium scorodoprasum, Allium sphaerocephalon, Allium vineale.

96Notes : Les limites avec Puccinia alliorum Caspary, Puccinia mixta Fuckel et Puccinia porri G. Winter ne sont pas claires et varient suivant les auteurs (voir Jennings et al. 1990 et Boerema et al. 1993: 339-340 ; ce dernier travail est également paru dans Neth. J. Pl. Pathol. 99, suppl. 1: 1-32).

97Le nom le plus ancien incluant le stade III est Xyloma allii DC. Ce basionyme ne peut toutefois être combiné dans Puccinia vu l'existence du nom de Rudolphi.

98Uredo ambigua DC. correspond à une rouille se développant sur Allium schoenoprasum et peut-être sur d’autres espèces du genre Allium et dont les téleutospores sont 1 (-2)-cellulaires. En raison de ce dernier caractère, l’espèce a été placée dans le genre Uromyces par Léveillé (combinaison non valide, Art. 33.1 ; voir aussi Laundon 1967) et par Fuckel. Elle est cependant considérée comme un synonyme de Puccinia allií par certains auteurs (pas par Jennings et al. 1990, ni par Hylander et al. 1953). S’il s’avérait qu’il s’agit bien du même taxon que P. allii, la combinaison Puccinia ambigua (DC.) G. Winter, Hedwigia 19 (4): 59 (1880) constituerait le nom correct de l’espèce, même si ce dernier auteur lie l’espèce à Allium vineale.

99106. Puccinia angelicae (Schumach.) Fuckel, Jahrb. Nassau. Vereins Naturk. 23/24: 52 (1870) [= Symb. Mycol.].

100Basionyme : Uredo angelicae Schumach., Enum. pl. 2: 233 (1803) [III inclus].

101Synonymes : Puccinia bullata (Pers.: Pers.) J. Schröt. 1879 non P. bullata Link 1816 nec P. bullata Schwein. 1822 [voir note ci-dessous]. – Puccinia silai Fuckel 1870. – Puccinia imperatoriae-sylvestris Westend. 1886. – Trichobasis angelicae (Schumach.) Cooke 1878. – Uredo bullata Pers.: Pers. 1796 et 1801 [III inclus].

102Spécimen examiné : Rabenhorst - Pazschke 4317, leg. G. Aubert (BR), Louette-Saint-Pierre, non daté, sur Angelica sylvestris. – Roumeguère, Fungi Gall. Exsicc. n° 3713 (BR), Kortrijk, sans date, sur Angelica sylvestris (sub Imperatoria sylvestris) [typus de Puccinia imperatoriae-sylvestris mais spécimen inutilisable].

103Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Angelica sylvestris, Peucedanum palustre [ainsi que sur Silaum silaus, Selinum carvifolia et diverses autres ombellifères (Apiaceae)].

104Note : Bien qu’Uredo bullata Pers. (1796) soit le premier nom valide pour l’espèce, qu’il inclue le téléomorphe et que, de plus, il soit sanctionné, il ne peut être utilisé comme basionyme parce que la première combinaison dans le genre Puccinia, par Schröter en 1879, est un homonyme postérieur de P. bullata Schwein. 1822 (= P. longipes Lagerh.) et de P. bullata Link 1816 (= P. ribis DC.).

105107. Puccinia annularis (F. Strauss) Röhl., Deutschl. Fl. (ed. 2) 3 (3): 134 (1813).

106Basionyme : Uredo annularis F. Strauss, Ann. wetter. Ges. 2: 106 (1810) [III décrit].

107Synonyme : Puccinia scorodoniae Link 1825.

108Spécimens examinés : Tosquinet, leg. Van Bastelaer (BR), Chaupré, Mousny, 29.VIII.1856, sur Teucrium scorodonia. – J. Volders VJ 96215 (BR), Kortenberg, 10.XI.1996, sur Teucrium scorodonia.

109Hôtes signalés : III sur Teucrium scorodonia et Teucrium botrys.

110* 108. Puccinia antirrhini Dietel & Holw., in Dietel, Hedwigia 36: 298 (1897).

111Spécimen examiné : G.L. Hennebert 1320, leg. V. Estienne (MUCL), Thuin, Thuillies, VII.1947, sur Antirrhinum majus.

112Hôte signalé : II, III sur Antirrhinum majus.

113109. Puccinia apii Desm., Cat. pl. omises botanogr. Belgique : 25 (1823).

114Synonyme : Trichobasis apii (Desm.) Cooke 1878.

115Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Watermael, 1878, sur Apium graveolens.

116Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Apium graveolens [et ses cultivars (céleris)].

117110. Puccinia arenariae (Schumach.) G. Winter, Hedwigia 19 (3): 38 (1880).

118Basionyme : Uredo arenariae Schumach., Enum. pl. 2: 232 (1803) [III décrit].

119Synonymes : Caeoma arenariae (Schumach.) Link 1825. – Puccinia dianthi DC. 1805. – Puccinia herniariae Unger 1836. – Puccinia moehringiae Fuckel 1870. – Puccinia saginae Fuckel 1870. – Puccinia spergulae DC. 1805. – Puccinia stellariae Duby 1830. – Uredo caryophyllacearum ss. auct. [fide Legon & Henrici 2005].

120Spécimens examinés : Tosquinet (BR), Oudenaarde, 12. VII. 1856, sur Dianthus barbatus. – Anonyme (BR), Beverlo, 12.IX.1857, sur Spergula arvensis. – E. Bommer & M. Rousseau (BR), Villers-sur-Lesse, non daté, sur Herniaria hirsuta.J. Hennen (BR, sub Puccinia cerastii West. = Uredo pustulata cerastii Pers.), Nismes, 1907, sur Cerastium sp. – H. De Meulder, leg. H. Ruysseveldt (BR), Lommersweiler, 15.VIII.1993, sur Myosoton aquaticum. – H. Ruysseveldt (BR), St-Lievens-Esse, 06.IX.2000, sur Silene dioica (sub Melandrium dioicum). – A. Vanderweyen F 623, leg. J.-Y. Baugnée, Heer, 18.X.2007, sur Myosoton aquaticum. – A. Vanderweyen F 577, Bruxelles, Neder-Over-Heembeek, 28.X.2007, sur Silene dioica.

121Hôtes signalés : III sur Cerastium sp., Dianthus barbatus, Herniaria hirsuta, Moehringia trinervia, Myosoton aquaticum, Silene dioica, Silene latifolia subsp. alba, Spergula arvensis, Stellaria nemorum [et d’autres Caryophyllaceae].

122111. Puccinia argentata (Schultz) G. Winter, Hedwigia 19 (3): 38 (1880).

123Basionyme : Aecidium argentatum Schultz, Prodr. Fl. Starg.: 454 (1806) p.p. (parasites de Viola canina exclus) [III inclus, voir notes ci-dessous].

124Synonymes : Puccinia impatientis C. Schub. 1823 non Puccinia impatientis (Schwein.) Arthur 1903. – Puccinia noli-tangere Corda 1840. – Uredo impatientis Rabenh. 1844.

125Spécimens examinés : Reliquiae Libertianae n° 957 suppl. (BR), C. Roumeguère, Fungi Gallici exsiccati Cent. XIV, n° 1343, Malmedy, sans date, sur Impatiens noli-tangere. – E. Bommer & M. Rousseau (BR), Hoeilaart, VIII.1898, sur Impatiens noli-tangere. – H. De Meulder 10598 (BR), Somme-Leuze, Heure-en-Famenne, 30.IV.1995, sur Adoxa moschatellina.

126Hôtes signalés : 0, I sur Adoxa moschatellina ; II, III sur Impatiens noli-tangere.

127Notes : La description de Aecidium argentatum Schultz est très courte. Elle mentionne un champignon croissant sur Impatiens noli-tangere et sur Viola canina, en septembre, et possédant un peridium très mince, argenté et brillant, ainsi que des spores de couleur brune (« pulvere badio »). Cette description correspond nettement mieux aux stades II et III qu’aux stades 0 et I. On peut donc conclure que l’espèce correspond très probablement à P. impatientis C. Schub. (0, I sur Adoxa ; II, III sur Impatiens) et pas à P. impatientis (Schwein.) Arthur [= P. rubigo-vera ?] (0, I sur Impatiens ; II, III sur Elymus).

128Nous suivons ici les auteurs (Hylander et al. 1953: 38 et Brandenburger 1994: 40) qui estiment que la description de Aecidium argentatum Schultz inclut bien le stade III et doit donc servir de basionyme. Majewski (1979: 63), par contre, indique que cette description ne contient que le stade I mais il contredit cette affirmation en écrivant plus bas que l’espèce à laquelle il rapporte Ae. argentatum (décrit sur Impatiens) produit ses stades 0 et I sur Adoxa moschatellina et ses stades II et III sur Impatiens noli-tangere.

129112. Puccinia asparagi DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 2: 595 (1805).

130Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Tervuren, X.1886, sur Asparagus officinalis.

131Hôte signalé : 0, I, II, III sur Asparagus officinalis.

132113. Puccinia behenis G.H.Otth, Mitth. naturf. Ges. Bern 1863: 113 (“1870”, publ. 1871).

133Synonyme : Puccinia silenes J. Schröt. 1882.

134Spécimen examiné : H. Ruysseveldt (BR), Adinkerke, 09.XI.1999, sur Silene latifolia subsp. alba.

135Hôtes signalés : II, III sur Silene dioica, Silene latifolia subsp. alba [et d’autres espèces de Caryophyllaceae].

136114. Puccinia betonicae (Alb. & Schwein.) DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 6 [tome 5 = volume 6] : 57 (1815).

137Basionyme : Puccinia anemones ββ betonicae Alb. & Schwein., Consp. Fung. Lusat.: 131 (1805).

138Synonymes : Uredo betonicae DC. 1808 [III décrit]. – Uredo betonicae (Alb. & Schwein.) F. Strauss 1810.

139Spécimens examinés : G.-D. Westendorp & A. Wallays, Herb. cryptog. n° 680, leg. Bellynck (BR), Namur, non daté, sur Stachys officinalis (sub Betonica officinalis). – A. Vanderweyen F 712 (LG), leg. J.-M. Couvreur, Beauraing, Honnay, 07.V.2010, sur Stachys officinalis.

140Hôte signalé : III sur Stachys officinalis.

141115. Puccinia bistortae DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 6 [tome 5 = volume 6] : 61 (1815).

142Synonymes : Puccinia angelicae-bistortae Kleb. 1902. – Puccinia cari-bistortae Kleb. 1899. – Puccinia polygoni var. bistortae (F. Strauss) Röhl. 1813. – Uredo polygoni var. bistortae F. Strauss 1810 [III inclus].

143Spécimens examinés : Tosquinet (BR), Nisramont, 22.VIII.1856, sur Persicaria bistorta. – D. Thoen (T), Longvilly, Bastogne, 07.VII.2007, sur Persicaria bistorta.

144Hôtes signalés : [0, I sur diverses ombellifères, notamment des genres Angelica, Carum et Conopodium] ; II, III sur Persicaria bistorta.

145Note : Lors de sa description de P. bistortae, De Candolle ne cite ni Uredo polygoni var. bistortae F. Strauss, ni P. polygoni var. bistortae Röhling et insiste sur le fait que « la puccinie n’est point l’âge avancé de l’urédo ». En conséquence, il faut admettre que De Candolle décrit une nouvelle espèce et ne combine pas au rang d’espèce la var. bistortae de Strauss. Cette dernière ne constitue donc pas le basionyme.

146116. Puccinia brachypodii var. arrhenatheri (Kleb.) Cummins & H.C. Greene, Mycologia 58 (5): 709 (1966).

147Basionyme : Puccinia perplexans f. arrhenatheri Kleb., Abh. Naturwiss. Vereine Bremen 12 (3): 366 (1893).

148Synonymes : Puccinia airae Mayor & Cruchet 1917. – Puccinia arrhenatheri (Kleb.) Erikss. 1902. – Puccinia deschampsiae Arthur 1911. – Uredo airae Lagerh. 1888.

149Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR, sub Puccinia persistens Plowr.), De Panne, IX.1901, sur Arrhenatherum elatius. – H. Ruysseveldt (BR), Opwijk, 05.IV.1995, sur Deschampsia cespitosa.

150Hôtes signalés : [0, I sur Berberis vulgaris] ; II, III sur Arrhenatherum elatius et Deschampsia cespitosa.

151117. Puccinia brachypodii G.H. Otth, Mitth. naturf. Ges. Bern 1861 (476/479): 82 (1861) var. brachypodii.

152Synonymes : Epitea baryi Berk. & Broome 1854. – Puccinia baryi G. Winter 1882. – Puccinia linearis Rob. ex Desm. 1855, non Röhl. 1813.

153Spécimen examiné : H. Ruysseveldt & H. De Meulder (BR), Somme-Leuze, Heure, 21.VIII.1994, sur Brachypodium sylvaticum.

154Hôtes signalés : [0, I sur Berberis vulgaris] ; II, III sur Brachypodium sylvaticum [et Brachypodium pinnatum].

155118. Puccinia brachypodii var. poae-nemoralis (G.H. Otth) Cummins & H.C. Greene, Mycologia 58 (5): 705 (1966).

156Basionyme : Puccinia poae-nemoralis G.H. Otth, Mitth. Naturf. Ges. Bern : 113 (“1870”, publ. 1871).

157Synonymes : Puccinia anthoxanthina Gäum. 1945. – Puccinia poae-sudeticae Jørst. 1932 [inval.]. – Uredo anthoxanthina Bubák 1905. – Uredo glyceriae Lind 1913.

158Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR, sub Puccinia poarum Nielss.), Auderghem, VII.1884, sur Poa nemoralis. – H. Ruysseveldt H 63623 (BR), Heure-en-Famenne, 07.V.1995, sur Arrhenatherum elatius.

159Hôtes signalés : II et III sur Arrhenatherum elatius, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa trivialis [et sur beaucoup d’autres graminées (Poaceae)].

160119. Puccinia bromina Erikss., Ann. Sci. Nat., Bot., Sér. 8, 9: 271 (1899).

161Synonyme : Puccinia recondita f. sp. bromina (Erikss.) D.M. Hend. 1961.

162Spécimens examinés : P. Nijpels (BR, sub Puccinia rubigo-vera), Groenendaal, 03.VI.1894, sur Bromus hordeaceus (sub Bromus mollis). – E. Michiels (BR, sub Puccinia rubigovera Hist.), Jette, Dieleghem, VII.1950, sur Symphytum officinale. – H. Ruysseveldt (BR), Schore, 08.VI.1998, sur Bromus hordeaceus.

163Hôtes signalés : 0, I sur Symphytum officinale ; II, III sur Bromus hordeaceus [et sur d’autres espèces du genre Bromus].

164Note : Certains auteurs, notamment Cummins (1971), placent cette espèce au sein de P. recondita, considéré comme un complexe d’espèces.

165120. Puccinia bulbocastani Fuckel, Jahrb. Nassau. Vereins Naturk. 23/24: 52 (1870) [= Symb. Mycol.].

166Synonymes : Aecidium bulbocastani Cumino 1805. – Aecidium bunii DC. 1806. – Puccinia bunii G. Winter 1882.

167Spécimen examiné : C. Bamps (BR), Rochefort, Hamerenne, non daté, sur Bunium bulbocastanum.

168Hôte signalé : 0, I, III sur Bunium bulbocastanum.

169121. Puccinia bupleuri Rudolphi, Linnaea 4: 514 (1829).

170Synonymes : Aecidium bupleuri Opiz 1852. – Aecidium falcariae β bupleuri-falcati DC. 1815. – Puccinia bupleuri-falcati G. Winter 1882.

171Spécimens examinés : H. Vanderyst (BR, « espèce nouvelle pour la flore belge »), Petigny (Couvin), 28.V.1904, sur Bupleurum sp. – E. Bommer & M. Rousseau (BR), Han-sur-Lesse, VI.1904, sur Bupleurum falcatum.

172Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Bupleurum falcatum, Bupleurum sp. [et d’autres espèces du genre Bupleurum].

173122. Puccinia buxi DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 6 [tome 5 = volume 6] : 60 (1815).

174Synonyme : Puccinia buxi Sowerby 1815.

175Spécimens examinés : J. Lambinon, leg. J. Duvigneaud (LG), Dourbes, Montagne-au-Buis, 08.XI.1958, sur Buxus sempervirens. – E. Serusiaux (LG), det. J. Lambinon, Dinant, VIII.1974, sur Buxus sempervirens. – A. Vanderweyen F 586, leg. J.-Y. Baugnée (AV), Yvoir, Champalle, 01.III.2008, sur Buxus sempervirens.

176Hôte signalé : III sur Buxus sempervirens.

177123. Puccinia calcitrapae DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 2: 221 (1805).

178Synonymes : Puccinia bardanae Corda 1840. – Puccinia cardui-pycnocephali P. Syd. & Syd. 1904. – Puccinia carduorum Jacky 1899. – Puccinia carlinae Jacky 1899. – Puccinia centaureae DC. 1815. – Puccinia scabiosae (Hazsl.) A.L. Guyot 1951.

179Spécimens examinés : Anonyme, leg. Hardy (BR, sub Puccinia flosculosorum Wint.), Bruxelles, IX.1883, sur Centaurea calcitrapa. – E. Bommer & M. Rousseau (BR, sub Puccinia cirsii Lasch), La Hulpe, VII.1901, sur Cirsium oleraceum. – R. Mosseray (BR, sub Puccinia bardanae Corda), Anhée, IX. 1933, sur Arctium minus. – H. Ruysseveldt (BR), Welle, 03.VIII.1994, sur Centaurea jacea subsp. grandiflora. – A. Vanderweyen F 693, leg. J. Leveque, Molenbeek, 28.IX.2009, sur Cirsium palustre.

180Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Arctium minus, Arctium minus subsp. pubens, Carduus crispus, Centaurea calcitrapa, Centaurea jacea, Centaurea jacea subsp. grandiflora, Centaurea jacea subsp. nigra, Centaurea scabiosa, Centaurea sp., Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Crepis capillaris.

181124. Puccinia calthae Link, in Willd., L. Sp. Pl. (ed. 4) 6 (2): 79 (1825).

182Synonyme : Aecidium calthae Grev. 1824.

183Spécimen examiné : H. Vanderyst (BR), Trooz, 13.VIII.1901, sur Caltha palustris.

184Hôte signalé : 0, I, II, III sur Caltha palustris.

185125. Puccinia calthicola J. Schröt., in Cohn, Beitr. Biol. Pflanzen 3 (1): 61 (1879).

186Synonyme : Puccinia zopfii G. Winter 1880.

187Spécimens examinés : M. Beeli 1000 (BR), Houyet, 19.VIII.1921, sur Caltha palustris. – D. Thoen (T), Léglise, réserve naturelle de Louftémont, 17.V.2009, sur Caltha palustris.

188Hôte signalé : 0, I, II, III sur Caltha palustris.

189126. Puccinia campanulae Carm. ex Berk., in Smith, Engl. Fl. 5 (2): 365 (1836).

190Synonyme : Puccinia campanulae-rotundifoliae Gäum. & Jaag 1935.

191Hôtes signalés : [III sur Campanula rotundifolia et d’autres espèces du genre Campanula].

192Note : Dans son Catalogue des cryptogames observées aux environs de Namur, Bellynck (1852) décrit comme nouveau un Puccinia campanulae qui se développe sur Campanula rapunculus et qui est plus que probablement identique à celui qui avait été décrit précédemment par Carmichael. Bellynck signale l’espèce dans le Bois de Marche. Malheureusement, aucun spécimen n’a été retrouvé pour cette espèce, ce qui rend douteuse sa présence en Belgique.

193127. Puccinia caricina DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 6 [tome 5 = volume 6] : 60 (1815).

194Synonymes : Aecidium grossulariae Schumach. 1803. – Puccinia grossulariae Lagerh. 1895. – Puccinia magnusii Kleb. 1895. – Puccinia pringsheimiana Kleb. 1894. – Puccinia ribesii-caricis Kleb. 1900. – Puccinia ribesii-pendulae Hasler 1945. – Puccinia ribesii-pseudocyperi Kleb. 1900. – Puccinia ribis-nigri-acutae Kleb. 1896. – Puccinia ribis-nigri-paniculatae Kleb. 1900. – Uredo caricis Schumach. 1803 [III inclu] non Uredo caricis Pers.: Pers. 1801 [= Cintractia caricis].

195Spécimens examinés : Reliquiae Libertianae, in C. Roumeguère, Fungi Gallici exsiccati 1511 (GENT, sub Puccinia caricis Reb.), Malmedy, non daté, sur Carex sp. (sub Carex palustris). – Tosquinet (BR), Ieper, Dikkebus, 07.X.1856, sur Carex sp. – G.-D. Westendorp 290 (BR), Kortrijk, non daté, sur Carex sp. – G. Verplancke & R. Van den Broek (BR), Yvoir, 01.VI.1884, sur Ribes uva-crispa. – G. Verplancke & R. Van den Broek (BR), Léglise, Ebly, 1887, sur Ribes uva-crispa. – M. Beeli 182 (BR, P. caricina Puccinia ribis DC.), Paliseul, Framont, V.1916, sur Ribes uva-crispa (sub Ribes mors-uvae!!). – M. Beeli 990 (BR, sub Puccinia caricis (Schum.) Rebent.), Houyet, 04.IX.1921, sur Carex acuta. – D. Thoen (T), Lischert, 26.VII.2003, sur Carex sp. – H. Ruysseveldt 1065 (GENT), Wingene, Hille, 08.VII.2005, sur Carex pendula. – A. Vanderweyen F 603 (AV), Watermael-Boitsfort, 09.VIII.2008, sur Carex cf. pendula.

196Hôtes signalés : 0, I sur Ribes uva-crispa [ainsi que sur diverses espèces du genre Ribes] ; II, III sur Carex acuta, Carex pendula, Carex sp. [et de nombreuses espèces du genre Carex].

197Notes : Cette espèce a été décrite sous de nombreux noms d’espèces, qui sont aujourd’hui réduits en simples synonymes de P. caricina ou traités comme variétés de cette espèce. En ce qui concerne ces variétés, on consultera notamment Henderson (1961) et Zwetko (1993). La seule de ces variétés à avoir été identifiée dans les spécimens que nous avons revus est la var. ribesii-pendulae (Hasler) D.M. Hend., Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 237 (1961), qui développe ses stades 0 et I sur divers Ribes et ses stades II et III sur Carex pendula.

198Puccinia urticata se développe également sur diverses espèces du genre Carex, mais ses stades 0 et I colonisent des espèces d’Urtica.

199128. Puccinia chaerophylli Purton [sub Puccinia ? Chaerophylli], Bot descr. Brit. pl. 3 (1): 303 (1821).

200Synonymes : Puccinia anthrisci Thüm. 1880. – Puccinia chaerophylli var. retifera (Lindr.) U. Braun 1981. – Puccinia retifera Lindr. 1902.

201Spécimens examinés : G.-D. Westendorp & A. Wallays, Herb. cryptog. n° 418 (BR, sub Puccinia pimpinellae (Strauss) Link, Puccinia umbelliferarum Dec. et Puccinia inquinans b umbelliferarum Wallr.), Menin, non daté, sur Anthriscus sylvestris (sub Chaerophyllum sylvestre). – H. Ruysseveldt (BR), Rollegem, 21.IX.2000, sur Anthriscus sylvestris. – D. Thoen (T), Anderlecht, Neerpede, 27.IV.2009, sur Myrrhis odorata. – Q. Groom (BR), Meise, 25.V.2010, sur Myrrhis odorata. – R. Leysen 2010/238, Diest, 08.VI.2010, sur Chaerophyllum temulum.

202Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Anthriscus sylvestris, Myrrhis odorata, Chaerophyllum temulum [ainsi que sur Torilis japonica et d’autres espèces du genre Chaerophyllum].

203129. Puccinia chamaedryos Ces., in Rabenh., Herb. mycol. I (cent. 20): n° 1991 (1855).

204Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR, sub Puccinia annularis (Str.) Schlecht.), Ste-Ode, IX.1913, sur Teucrium chamaedrys.

205Hôtes signalés : III sur Teucrium chamaedrys [et Teucrium botrys].

206Note : La référence à la description originale est généralement citée comme « Klotzsch, Herbarium vivum mycologicum I: 1991 (1832) ». Or, le spécimen se trouve dans la vingtième centurie de cet herbier, qui avait été repris par Rabenhorst depuis la troisième centurie. La citation correcte est donc : Rabenhorst, Klotzschii herbarium vivum mycologicum, Ausgabe I, cent. 20: n°1991 (1855) ». Nous n’avons pas vu ce spécimen mais nous avons trouvé confirmation de la référence dans Bot. Z. 13 (17): 301 (1855).

207130. Puccinia chrysosplenii Grev., Fl. edin.: 429 (1824).

208Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Vielsalm, IX.1890, sur Chrysosplenium oppositifolium.

209Hôtes signalés : III sur Chrysosplenium oppositifolium [et sur Chrysosplenium alternifolium].

210131. Puccinia cicutae Lasch, in Rabenh., Herb. mycol. I (cent. 8): n° 787 (1845).

211Synonyme : Puccinia cicutae Thüm. 1877.

212Spécimen examiné : Reliquiae Libertianae, sér. 3, inéd., n° 65 (BR), Malmedy, sans date, sur Cicuta virosa.

213Hôte signalé : 0, I, II, III sur Cicuta virosa.

214Note : Le spécimen examiné est le seul matériel belge que nous ayons trouvé pour l’espèce. La valeur de ce spécimen étant douteuse (voir introduction et Vanderweyen & Fraiture 2008: 4-7), la présence de Puccinia cicutae en Belgique reste à démontrer.

215132. Puccinia circaeae Pers.: Pers., Neues Mag. Bot. 1: 119 (1794) ; Syn. Meth. Fung.: 228 (1801).

216Spécimen examiné : A. Vanderweyen F 356, leg. M.-T. Romain (BR), Celles 08.IX.2004, sur Circaea lutetiana.

217Hôtes signalés : III sur Circaea lutetiana [et d’autres espèces de Circaea].

218133. Puccinia cnici H. Mart., Prodr. fl. mosq., 2e éd.: 226 (1817).

219Synonyme : Puccinia cirsii-eriophori Jacky 1899. – Puccinia cirsii-lanceolati J. Schröt. 1887.

220Spécimen examiné : H. Ruysseveldt (BR), Adinkerke, 09.XI.1999, sur Cirsium vulgare.

221Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Cirsium vulgare [et d’autres espèces du genre Cirsium].

222134. Puccinia cnici-oleracei Pers., in Desm., Cat. pl. omises botanogr. Belgique: 24 (1823).

223Synonymes : Puccinia andersonii Berk. & Broome 1875. – Puccinia anthemidis P. Syd. & Syd. 1902. – Puccinia artemisiicola P. Syd. & Syd. 1902. – Puccinia asteris Duby 1830. – Puccinia cardui Plowr. 1889. – Puccinia cirsii-palustris (Desm.) M. Wilson 1940. – Puccinia cirsiorum var. cirsii-palustris Desm. 1832. – Puccinia conferta Diet. & Holw. 1893. – Puccinia ferruginosa P. Syd. & Syd. 1902. – Puccinia heeringiana Kleb. 1914. – Puccinia lemonnieriana Maire 1900. – Puccinia leucanthemi Pass. 1874. – Puccinia millefolii Fuckel 1863. – Puccinia ptarmicae P. Karst. 1879. – Puccinia tripolii Wallr. 1833. – Puccinia verruca Thüm. 1879.

224Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Villers-la-Ville, VIII.1886, sur Achillea ptarmica. – E. Bommer & M. Rousseau (BR), Uccle, 28.IX.1901, sur Achillea millefolium. – M. Beeli 889 (BR), Nieuwpoort, 05.VIII.1920, sur Aster tripolium. – A. Vanderweyen F 483, leg. J.-P. Gratia (LG), Renory, 25.VIII.1959, sur Achillea millefolium. – H. Ruysseveldt (BR), Liedekerke, 12.IX.1997, sur Cirsium oleraceum. – A. Vanderweyen F 283 (BR, LG), Kortenberg, 16.VIII.2003, sur Cirsium oleraceum. – J. Lambinon 05/B/580 (LG), Florenville, 06.VIII.2005, sur Achillea ptarmica.

225Hôtes signalés : III sur Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Aster tripolium, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre [et sur de nombreuses autres composées des genres Achillea, Anthemis, Artemisia, Aster, Centaurea, Chrysanthemum et Cirsium].

226Note : Nous adoptons ici une conception assez large de l’espèce, telle qu’elle est utilisée par Hylander et al. (1953) et par Majewski (1979).

227135. Puccinia commutata P. Syd. & Syd., Monogr. Ured. 1: 201 (“1904”, publ. 1902).

228Synonyme : Puccinia valerianae Carestia 1860.

229Spécimen examiné : G.-D. Westendorp & A. Wallays, Herb. cryptog. n° 571, leg. R.P. Leburton (BR), Drongen, sans date, sur Valeriana repens.

230Hôte signalé : 0, I, III sur Valeriana repens.

231o* 136. Puccinia conglomerata (F. Strauss) Röhl., Deutschl. fl. (ed. 2) 3 (3): 130 (1813).

232 Basionyme : Uredo conglomerata F. Strauss, Ann. wetter. Ges. 2: 100 (1810) [III inclus].

233 Hôte signalé : [III sur Homogyne alpina (L.) Cass.].

234 Note : Cet hôte est une plante alpine, qui ne fait pas partie de la flore belge. Nous avons retrouvé dans l’herbier BR des spécimens de l’herbier Libert, typus de Puccinia senecionis, annotés « Puccinia conglomerata ». Ces redéterminations, ainsi que les observations de P. conglomerata mentionnées dans le Prodrome (De Wildeman & Durand 1898-1907) sont probablement des lapsus pour P. glomerata, parfois considéré comme conspécifique de P. senecionis.

235 Dès lors et jusqu’à preuve du contraire, nous ne considérons pas P. conglomerata comme faisant partie de la mycoflore belge.

236 137. Puccinia convolvuli Castagne, Obs. Pl. acotyl. 1: 16 (1842).

237Synonyme : Uredo betae var. convolvuli Pers.: Pers. 1801.

238Spécimens examinés (tous sur Calystegia sepium, sauf mention contraire) : A. Vanderweyen F 529, leg. J. Lambinon (LG, BR), Angleur, 25.VI.2000. – A. Vanderweyen F 273 (BR), Auderghem, 05.VII.2003. – A. Vanderweyen F 341 (MA), Evere, 22.VIII.2004. – A. Vanderweyen F 347, Auderghem, 10.IX.2004. – A. Vanderweyen F 359, Auderghem, 13.X.2004. – A. Vanderweyen F 361, Bousval, 16.X.2004. – A. Vanderweyen F 575 (LG), Woluwe-Saint-Pierre, 21.X.2007. – A. Vanderweyen F 626, Neder-Over-Heembeek, 25.X.2008 – D. Thoen (T), det. A. Vanderweyen F 675, Uccle, 17.VIII.2009, sur Convolvulus arvensis. – A. Vanderweyen F 680, leg. J. Leveque, Molenbeek, 07.IX.2009.

239Hôtes signalés : I, II, III sur Calystegia sepium et Convolvulus arvensis.

240138. Puccinia coronata Corda, Icon. fung. (Prague) 1: 6, t. 2 fig. 96 (1837).

241Synonymes : Aecidium crassum Pers. 1800 : Pers. – Aecidium frangulae Schumach. 1803. – Aecidium rhamni Pers. 1792 : Pers. – Puccinia calamagrostidis P. Syd. 1892. – Puccinia coronata f. sp. alopecuri Erikss. 1894. – Puccinia coronata f. sp. avenae Erikss. 1894. – Puccinia coronata f. sp. calamagrostidis Erikss. 1894. – Puccinia coronata f. sp. festucae Erikss. 1894. – Puccinia coronata f. sp. lolii Erikss. 1894. – Puccinia coronata f. sp. melicae Erikss. 1897. – Puccinia coronata var. avenae W.P. Fraser & Ledingham 1933. – Puccinia coronata var. calamagrostis W.P. Fraser & Ledingham 1933. – Puccinia coronata var. gibberosa (Lagerh.) Jørst. 1949. – Puccinia coronata var. melicae (Erikks.) Jørst. 1949. – Puccinia coronifera Kleb. 1894. – Puccinia gibberosa Lagerh. 1888. – Puccinia lolii E. Nielsen 1875. – Puccinia melicae (Erikss.) P. Syd. & Syd. 1903.

242Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Groenendaal, IX.1887, sur Brachypodium sylvaticum. – F. Darimont (LG), Nandrin, Villers-le-Temple, 30.V.1943, sur Frangula alnus. – P. Malaise (LG), Soumagne, Ayeneux, 23.VI.1984, sur Frangula alnus. – H. Ruysseveldt (BR), Abele, 28.VII.1999, sur Arrhenatherum elatius. – H. Ruysseveldt (BR), Houthulst, 01.VIII.1999, sur Holcus mollis. – H. Ruysseveldt (BR), Adinkerke, 09.XI.1999, sur Avena sativa. – H. Ruysseveldt (BR), Adinkerke, 09.XI.1999, sur Lolium perenne. – H. Ruysseveldt (BR), Westouter, 05.IX.2000, sur Alopecurus pratensis. – A. Vanderweyen F 498, leg. R. & A. Notte, Matagne-la-Grande, 28.V.2006, sur Rhamnus cathartica. – A. Vanderweyen F 723, leg. J.-Y. Baugnée (LG), Namur, Saint-Servais, 25.V.2009, sur Rhamnus catartica.

243Hôtes signalés : 0 et I sur Frangula alnus et Rhamnus cathartica [et d’autres espèces du genre Rhamnus] ; II et III sur Agrostis gigantea, Agrostis sp., Agrostis stolonifera, Alopecurus pratensis (P. coronata f. sp. alopecuri Erikss. 1894), Arrhenatherum elatius, Avena sativa (P. coronata f. sp. avenae Erikss. 1894), Brachypodium sylvaticum, Calamagrostis arundinacea (P. coronata f. sp. calamagrostidis Erikss. 1894), Calamagrostis canescens, Dactylis glomerata, Elymus repens, Holcus mollis, Lolium perenne (P. coronata f. sp. lolii Erikss. 1894), Molinia caerulea, Phalaris arundinacea, Poa pratensis, Puccinellia distans [et sur de nombreuses autres espèces de Poaceae, notamment Festuca arundinacea (P. coronata f. sp. festucae Erikss. 1894) et Melica nutans (P. coronata f. sp. melicae Erikss. 1894)].

244Note : Cette espèce parasite de très nombreuses espèces de graminées. De petites modifications morphologiques ont été observées sur les champignons colonisant certains de ces hôtes, ce qui a amené des auteurs à décrire des formae speciales (voir Eriksson 1894, Ber. dt. Bot. Ges. 12: 321) et des variétés (voir ci-dessus : « synonymes » et « hôtes signalés »).

245139. Puccinia corrigiolae Chevall., Fl. gén. Env. Paris 1: 420 (1826).

246Synonyme : Puccinia arenariae var. corrigiolae (Chevall.) Roum. 1886.

247Spécimen examiné : G.-D. Westendorp, in C. Roumeguère, Fungi Gallici exsiccati n° 3709 (BR), Oostende, non daté, sur Corrigiola litoralis.

248Hôte signalé : III sur Corrigiola litoralis.

249Note : Espèce peu mentionnée dans la littérature. Majewski (1979) la considère comme un synonyme de P. arenariae.

250140. Puccinia crepidicola Syd. & P. Syd., Oesterr. Bot. Z. 51 (1): 27 (1901).

251Spécimen examiné : H. Ruysseveldt, Wulpen, 25.IX.1995, sur Crepis capillaris.

252Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Crepis capillaris [et sur Crepis polymorpha et d’autres espèces du genre Crepis].

253141. Puccinia crepidis J. Schröt., in Cohn, Krypt.-fl. Schles. 3 (1): 319 (1887).

254Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Uccle, IX.1901, sur Crepis capillaris. – M. Beeli 725 (BR), Woluwe-St-Pierre, 01.VIII.1918, sur Crepis capillaris.

255Hôtes signalés : 0, I, II, III sur Crepis capillaris [et sur Crepis tectorum].

256142. Puccinia cyani Pass., in Rabenhorst, Fungi Europ. exsicc. IV: n° 1767 (1874).

257Synonyme : Uredo cyani Schleich. ex DC. 1806.

258Spécimen examiné : H. Ruysseveldt (BR), Welle, 03.VIII.1994, sur Centaurea cyanus.

259Hôte signalé : 0, II, III sur Centaurea cyanus.

260Notes : Passerini attribue Uredo cyani à Duby, Bot. Gall. 900 (1830) mais Duby écrit « Uredo cyani DC., Fl. Fr. 5 p. 74, 1815 ; excl. var. β ».

261En fait, Uredo cyani a été publié pour la première fois dans l’herbier de Schleicher, Pl. crypt. helv. 3: n°95 (1805, pas vu). Il s’agit toutefois d’un nom. nud. Le nom a ensuite été repris par DC., in Lam. & DC., Syn. pl. Fl. gall.: 47 (1806). De Candolle (Encycl. Bot. 8: 226, 1808) cite cette dernière publication, ainsi que la référence bibliographique du spécimen d’herbier de Schleicher. On peut donc considérer qu’il s’agit d’une validation, mais seulement du stade anamorphique (II, fide Majewski 1979: 167).

262o 143. Puccinia dioicae var. arenariicola (Plowr.) D.M. Hend., Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 243 (1961).

263 Basionyme : Puccinia arenariicola Plowr., J. Linn. Soc., Bot. 24: 90 (1888).

264 Hôtes signalés : [0, I sur Centaurea jacea subsp. nigra ; II, III sur Carex arenaria].

265 Note : Ce taxon est mentionné comme nouveau pour la Belgique par Verplancke (1939), qui ajoute : « sur Centaurea nigra, Courtrai ». Nous n’avons cependant pas retrouvé de matériel de cette variété dans les herbiers que nous avons consultés et la présence de ce taxon  en Belgique reste donc à confirmer.

266144. Puccinia dioicae Magnus, Amt. Ber. 50 Versammt. D. Naturf. Ärzte München : 199 (1877) var. dioicae.

267Synonyme : Aecidium cirsii DC. 1815.

268Spécimen examiné : H. De Meulder 5267 (BR), Meise, 05.VI.1990, sur Cirsium oleraceum (sub Cirsium jacobaea).

269Hôtes signalés : 0, I sur Cirsium oleraceum [et d’autres espèces du genre Cirsium ; II, III sur diverses espèces du genre Carex].

270145. Puccinia dioicae var. extensicola (Plowr.) D.M. Hend., Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 243 (1961).

271Basionyme : Puccinia extensicola Plowr., Monogr. Brit. Ured.: 181 (1889).

272Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR), De Panne, 31.VII.1901, sur Carex extensa.

273Hôtes signalés : [0, I sur Aster tripolium] ; II, III sur Carex extensa.

274146. Puccinia dioicae var. schoeleriana (Plowr. & Magnus) D.M. Hend., Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 244 (1961).

275Basionyme : Puccinia schoeleriana Plowr. & Magnus, Quart. J. Microscop. Sci., NS, 25: 170 (1885).

276Synonymes : Aecidium compositarum var. jacobeae (Grev.) Cooke 1871. – Aecidium jacobeae Grev. 1824.

277Spécimens examinés : M. Beeli 819 (BR, sub P. senecionis), De Haan, VI.1919, sur Senecio jacobaea. – M. Beeli (BR), Knokke-Heist, Het Zoute, 28.V.1933, sur Senecio jacobaea.

278Hôtes signalés : 0, I sur Senecio jacobaea ; [II, III sur Carex arenaria].

279147. Puccinia dioicae var. silvatica (J. Schröt.) D.M. Hend., Notes roy. bot. Gard. Edinburgh 23 (3): 245 (1961).

280Basionyme : Puccinia silvatica J. Schröt., Beitr. Biol. Pflanzen 3 (1): 68 (1879).

281Spécimens examinés : E. Bommer & M. Rousseau (BR), det. J.E. Bommer, Zoersel, non daté, sur Carex viridula var. viridula (sub Carex oederi). – H. Ruysseveldt (BR), Sankt Vith, Steinebrück, 21.VII.2001, sur Senecio ovatus.

282Hôtes signalés : 0, I sur Senecio ovatus [et sur Taraxacum officinale F.H. Wigg.] ; II, III sur Carex viridula [et sur d’autres espèces du genre Carex, notamment C. brizoides].

283148. Puccinia elymi Westend., Herb. cryptog. 6: n° 291 (1847).

284Synonymes : Puccinia ammophilae A.L. Guyot 1932. – Puccinia graminis var. elymi (Westend.) J. Kickx f. 1867. – Rostrupia ammophilae M. Wilson 1940. – Rostrupia elymi (Westend.) Lagerh. 1889. – Uredo ammophilae P. Syd. 1900.

285Spécimen examiné : E. Bommer & M. Rousseau (BR), Middelkerke, VII.1901, sur Leymus arenarius.

286Hôtes signalés : [0, I sur diverses espèces du genre Thalictrum] ; II, III sur Leymus arenarius [et Ammophila arenaria].

287o 149. Puccinia epilobii DC., in DC. & Lam., Fl. franç. (éd. 3) 6 [tome 5 = volume 6] : 61 (1815).

288Hôtes signalés : [III sur diverses espèces du genre Epilobium, notamment E. hirsutum, E. montanum, E. obscurum et E. palustre].

289 Note : Cette espèce a été assez fréquemment citée dans la littérature mycologique belge du XIXe siècle (voir De Wildelman & Durand 1898-1907). Tous les spécimens déterminés P. epilobii que nous avons revus appartiennent cependant à P. pulverulenta. La présence de P. epilobii en Belgique reste donc à vérifier.

290150. Puccinia eryngii DC., in Poir. [Lam.], Encycl. meth., Bot. 8: 249 (1808).

291Synonyme : Puccinia pimpinellae f. eryngii (DC.) G. Winter 1882.

292Spécimen examiné : G.-D. Westendorp & A. Wallays, Herb. cryptog. n° 1273 (BR), localité non précisée mais l’Herbier cryptogamique ne contient en principe que des spécimens belges, non daté, sur Eryngium sp., très probablement Eryngium campestre.

293Hôte signalé : I, II, III sur Eryngium campestre.

294151. Puccinia festucae Plowr., Grevillea 21 (n° 100): 109 (1893).

295Synonymes : Aecidium periclymeni Schumach. 1803. – Uredo festucae DC. 1815. – Uredo festucae-ovinae Erikss. 1924.

296Spécimen examiné : H. Ruysseveldt (BR), Bovekerke, 21.VII.1997, sur Festuca rubra subsp. rubra.

297Hôtes signalés : [0, I sur diverses espèces du genre Lonicera] ; II, III sur Festuca rubra subsp. rubra [et d’autres espèces du genre Festuca].

298152. Puccinia galii-verni Ces., in Klotzsch, Herb. vivum mycol. I: n°1092 (1846).

299Synonyme possible : Puccinia valantiae Pers. 1799 : Pers. 1801 [nom. confusum].

300Spécimens examinés : H. Vanderyst (BR), Hoeselt, Sint- Huibrechts-Hern, 24.VI.1900, sur Cruciata laevipes. – H. Ruysseveldt 1662 (GENT), Somme-Leuze, Heure, 15.X.2005, sur Cruciata laevipes.

301Hôtes signalés : III sur Cruciata laevipes [et diverses espèces du genre Galium].

Pour citer cet article

A. VANDERWEYEN & A. FRAITURE, «CATALOGUE DES UREDINALES DE Belgique 3ème partie Pucciniaceae (genre Puccinia) », Lejeunia, Revue de Botanique [En ligne], N° 189 (septembre 2011), URL : http://popups.ulg.ac.be/0457-4184/index.php?id=940.

A propos de : A. VANDERWEYEN

Avenue Cardinal Micara 9, B-1160 Bruxelles. E-mail : art.vanderweyen@gmailcom

A propos de : A. FRAITURE

Jardin Botanique National de Belgique, Domaine de Bouchout, B-1860 Meise. E-mail : andre.fraiture@br.fgov.be